63 Malungaje

Paul Mvengou Cruz Merino

Le malungaje est un concept construit par le chercheur guyanais Jérôme Branche qui travaille sur les cultures et littératures afro-latino-américaines. Il s’agit du « langage du malungo ». Cet auteur le développe à partir de la notion de « malungo » qu’il tire du travail de l’historien Robert Slenes. En effet, ce dernier signale l’existence du terme « malungu/malungo » commun aux esclavagisé-e-s originaires d’Afrique centrale au XVIIIe siècle, principalement des locuteurs et locutrices kikongo, ubundu, kibundu, déporté-e-s vers le Brésil. Cette notion renvoie à l’idée de parenté, de grande barque et d’infortune. L’hypothèse est que la création de ce terme soit issue d’une rationalisation linguistique entre les trois zones culturelles de provenance des esclavagisé-e-s, en Angola et en République Démocratique du Congo. Le concept « malungo » désignerait schématiquement : « le compagnon d’infortune avec qui j’ai pris la grande barque qui a traversé l’Océan ». D’après Slenes, cette notion a eu une modalité sociale effective au sein de la sociabilité esclavagisée au Brésil colonial. Jérôme Branche montre que cette catégorie se retrouve dans d’autres zones des Amériques, établissant son caractère transversal. Ce concept de « malungo » est décisif car il montre la conscience qu’avaient les esclavagisé-e-s de leur situation malgré l’expérience de la colonialité du pouvoir ; ce qui va à l’encontre d’une certaine littérature scientifique, qui insiste sur le triomphe de l’épistémicide  lié à l’institution esclavagiste. En outre, le recours à des catégories linguistiques non européennes et à un imaginaire africain souligne le caractère décolonial de ces tentatives de donner sens à leur expérience. Recours qu’il faut classer dans les multiples formes de résistance des esclavagisé-e-s. De plus, l’idée de solidarité entre groupes ethnoculturels esclavagisés permet de critiquer sérieusement l’interprétation historique classique qui voudrait que les esclavagisé-e-s ne se soient pas compris entre eux ou que leurs différences culturelles aient été irréductibles. Jérôme Branche voit dans la notion de « malungo » un « déterminant systémique qui a façonné » la vie des afro-latino-américain-e-s. Le malungaje serait cette relation intime au Monde des afro-descendant-e-s, caractérisée par la connaissance de leur solidarité et la résistance développée dans les conditions les plus effroyables de la colonialité du pouvoir.

Références

Branche, Jérôme. 2009.  « Malungaje : Hacia una poética de la diáspora africana ». Poligramas https://pdfs.semanticscholar.org/1f9c/6804d953c59423223b4edd19d6964aad513c.pdf?_ga=2.237507013.431489244.1581694550-639385133.1581694550

Slenes, Robert W. 1995.  « “Malungu, Ngoma vem!” África encoberta edescoberta no Brasil ». Luanda : Ministério da cultura.   http://www.revistas.usp.br/revusp/article/view/25575/27317

Voir à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=81-UoeyQyUA

License

Partagez ce livre