9 Wojere he nyiiwa he ngabbu – Le lièvre, l’éléphant et l’hippopotame

Conté par Daouda Amadou

Nyallaande goom wojere no yiɗi fahma hakkunde nyiiwa he ngabbu, ngele ɓuri semmbe. Himɓe na njeddondora wakkati fuu dow semmbe majji. Wojere yahani maa to ngabbu, wi’i ngabbu :

– Miɗo woodi nga’ari am goom, indi ley seeno too, ndi sali juurde maayo, wallam ndi juura.

Nde yahi nde yi’oy nyiiwa, nde wi’i nga :

– Miɗo woodi nga’ari goom, indi ley maayo, ndi sali yahde hoynaade seeno.

Nyiiwa ngan wi’i nde :

– Yaha tefoy bali, dey kokkaa joolooba hawane ɓoggol lobbol. Dey kaɓɓowa he nga’ari maaɗa ngonndi ley maayo ndin, dey ngaraa kaɓɓa he am.

Wojere yahi ittoyi bali, yahri to joolooba. Nga nyalli inga hawa ɓoggol ngol. Wojere adi ɓoggol ngol, yahi tawoy ngabbu, haɓɓi ngol he ngabbu ngun faa satti. Gaɗa ɗum nde yahi nde yi’oy nyiiwa nde haɓɓi ngol he magga. Nde wi’i nga :

– Haya! Nga’ari am hoynoo.

Tawi nde wi’iino ngabbu :

– Too haya ngabbu! Nga’ari am ndin, ndi juura.

Ngabbu satinoo, fooɗa nyiiwa faa koyɗe magga yeesooje mbi’a memane ndiyam. Nden nyiiwa kam duu lusinoo, kam duu fooɗa ngabbu, fooɗa ngabbu sey yeesooje ngabbu mbi’a mbuurtoto he ndiyam. Non ɗi njogorii ni faa ɗi fuu ɗi tampi. Ngabbu wi’i :

– Hey foo! Mi wara mi hoynoo, mi daaroya nga’ari wojere ndi juurataa ndii.

Nyiiwa kam duu wi’i :

– Mi wara mi daarowa nga’ari wojere, mbi’u-ndi wurtataako maayo ndii.

Faa ɗi ngari ɗi potti. Nyiiwa wi’i ngabbu :

– Aan woni nga’ari wojere naa?

Ngabbu da wi’i nyiiwa :

– Aan nee? Aan woni nga’ari wojere naa?

Nden ɗi annditi, wojere yo haɓdin ɗi. Ɗi pirti ɓoggol ngol. Ɗi kaaldi ko ɗi ngaɗoyta e no haani ɗi ngaɗira.

Nyiiwa wi’i ngabbu :

– Aan woni nder maayo, nokku fuu to wojere juuri he miyeeje ɗe, faa yara ndiyam, fuu nanngu nde.

Ngabbu wi’i :

– Wooɗi.

Nyiiwa duu wi’i kam nanngan wojere gilla wari ley ladde.

Wojere no anndi, waɗii bone. Ndey hooƴi nguru borgaare ɓooyunde waatude, nde hippii, nde naati ladde. Ko fotti nde fuu sikka borgaare, jaka wojere non. Faa nii, nyiiwa holliri nde, nguru borgaare na dow mayre dey ƴami nde: – Borgaare hey! Hey a matanaay kam wojere naa?

– Hey! Accu! Accu! Hannden, wojere janngii, jippinii, laatake modibbo, mo o muuyi kam o warata. Si nii mi yi’ii nde joon faa mi haalani nde aɗa tefa nde, fuu na nde ware.

Nyiiwa wi’i :

– Si nii a yi’ii nde, mbi’aa Alla kannu nde, ladde nden non nii, kayre non nii, mi walaa he mayre han, mi walaa he mayre jahngo. Nde jooɗoo jam, miin kay nde accina kam nii yonkiyel am.

Wojere yahi juuroyi ley miyeere faa hannden na suddii nguru borgaare. Ngabbu noddi nde :

– Borgaare hey! Hey a yi’anaay kam wojere naa?

– Accu! Accu! Miin kay ta waddanam filla wojere, hannden ndee neɗɗo fuu mo wojere koortii naa may.

Ngabbu  ngun wi’i :

– Hey! Borgaare si ni ni a yi’ii wojere mbi’aa nde nde juura nde yara, mi waldaaka he mayre.

◊◊◊

Un beau matin, le lièvre voulut savoir qui de l’éléphant et de l’hippopotame était le plus fort. Tout le monde parlait et comparait leur force. Le lièvre se rendit chez l’hippopotame et lui dit :

– J’ai un taureau qui est sur la colline là-bas. Il ne veut pas descendre au fleuve, aide-moi à le faire descendre.

Il alla aussi voir l’éléphant et lui dit :

– J’ai un taureau qui est dans le fleuve, il ne veut pas venir sur la colline.

– Va chercher des feuilles de palmier, lui dit alors l’éléphant, et donne-les au dromadaire pour qu’il t’en fasse une bonne corde. Ensuite tu iras l’attacher à ton taureau et tu viendras m’attacher l’autre bout.

Le lièvre alla cueillir des feuilles de palmier et les apporta au dromadaire. Celui-ci passa la journée à tresser la corde. Le lièvre prit la corde, alla trouver l’hippopotame et l’attacha fermement avec un bout. Il alla ensuite voir l’éléphant et l’attacha à l’autre bout. Il lui dit :

– Voilà, fais-en sorte que mon taureau sorte du fleuve.

Il se trouvait qu’il avait dit à l’hippopotame :

– Voilà, fais-en sorte que mon taureau descende vers le fleuve!

L’hippopotame se cambrait et tirait si fort sur la corde que les pattes avant de l’éléphant touchaient l’eau. L’éléphant à son tour se cambrait alors et tirait plus fort, tant et si bien que les pattes de l’hippopotame étaient sur le point de sortir de l’eau. Cela dura ainsi, si longtemps que les deux géants s’épuisèrent. L’hippopotame s’écria :

– Eh bien, il faut que je sorte de l’eau pour voir ce taureau qui ne veut pas descendre au fleuve.

De son côté, l’éléphant aussi se dit :

– Il faut que j’aille voir ce taureau qui ne veut pas sortir du fleuve.

Ils se rencontrèrent. L’éléphant demanda à l’hippopotame :

– C’est toi le taureau du lièvre?

L’hippopotame lui posa la même question :

– Et toi? C’est toi le taureau du lièvre?

C’est alors qu’ils comprirent que le lièvre voulait qu’ils s’affrontent. Ils se débarrassèrent de la corde et se mirent d’accord sur la stratégie à adopter. L’éléphant dit à l’hippopotame : « C’est toi qui es dans le fleuve, partout où le lièvre viendra sur ces berges pour s’abreuver, attrape-le. » L’hippopotame accepta et l’éléphant de son côté dit qu’il attraperait le lièvre dès qu’il viendrait dans la brousse.

Le lièvre savait qu’il avait mal agi. Il se couvrit de la peau d’un hérisson mort depuis longtemps et partit dans la brousse. Tous ceux qui le croisaient pensaient voir un hérisson… en fait c’était bien le lièvre. L’éléphant l’aperçut, déguisé sous sa peau de hérisson, et lui demanda :

– Oh hérisson! Aurais-tu des nouvelles du lièvre?

– Oh, laisse! laisse! Sache que le lièvre a étudié le Coran en entier, il est devenu un lettré redoutable qui peut tuer qui il veut. Si jamais, je le voyais maintenant et lui disais que tu le cherches, il te tuerait.

– Si tu le vois, dis-lui que Dieu le protège dans la brousse, je ne le cherche ni aujourd’hui ni demain. Qu’il aille en paix, qu’il me laisse la vie sauve et voilà tout.

Le lièvre alla sur le bord du fleuve toujours revêtu de sa peau de hérisson. L’hippopotame l’interpella :

– Oh, hérisson! N’as-tu pas vu le lièvre?

– Oh, laisse! laisse! Ne me parle pas du lièvre. Désormais celui à qui il jette un sort meurt immédiatement!

– Eh, hérisson, lui dit alors l’hippopotame, si tu vois par hasard le lièvre, dis-lui de venir se désaltérer au fleuve, je ne lui en veux plus.