16 Sammbo

Conté par Sa'iidu Danzo

Salmata e Sammbo yo minyiwo e mawniyo. Ko inniiɓe maayi, baabiiɓe ɓaŋi debbo keso. On laatii kondi maɓɓe, ɓurdinaaɓe bone fuu. Ɓooyaay caggal maayde inniiɓe abbiiɓe duu wari maayi acci ɓe nder hawju kondi maɓɓe. Salmata woni mawniyo, kanko waɗata golle nder ɓaade fuu, piyiɗe duu na ley muuɗum. Imo hilnii duu minyraagel makko Sammbo ngam no famɗi.

Non ya ɓe ngoniri joonkay faa Salmata yoni deeleede. Ƴamooɓe puɗɗi no ngara, Salmata no jaaboo ɓe kam waawtaa kam dilla acca minyiragel muuɗum. Non non faa nyallaande goom kondi makko on darni jonkay say o deewlee : “Jonkay say ndeelee-ɗaa.” Tilay o jaɓi ƴamoowo garɗo on. Nde o dillannoo o yi’i nyaalal, o eeldi ɗum Alla reenana mo minyiiko.

Imo dilla, kondey on wi’i Sammbo : “Haya! Aan duu nanngu laawol maaɗa, dillu.” Sammbo ƴami mo : “Dey na’i am lee? Na’i ɗi abba am accani kam nde maayuno.” Goonga non abbiiɓe na woodi jawdi keewndi ndi hokki o fadde muuɗum maayde. Kondey on wi’i o : “Nagge kay a walaa ɗum gaa.” Tawi ley na’i ɗin na woodi nagge gunyaange. Kondey on wi’i mo : “Hooƴu gunyaange ngen, ardin nge, dillu.” Sukalel gorel ngel wi’aay baa, ardini nagge muuɗum gunyaange dilli dey anndaa to rewata. Nyaalel ngel wari hewtii mo, yimani mo jimol ngol :

Sammbo mo innum maayi 

Sammbo mo abbum maayi.

Sammbo donɗo gunyaange.

Sammbo juuran Jorgoori.

Ko Sammbo nani jimol ngol, fahmi ko Jorgoori haani yahra gunyaange muuɗum.

Sammbo ardini nagge mum yahari nge jorgoori, feto mawngo. O watti nge nder feto nge naati inge wuuloo. Nge wuulii nii faa nde Sammbo wurtinno nge, gunya kan fuu ƴuwii paat. Nagge wari darii hano muum fuu walaa.  Nden nyaalel wi’i suka gorko on koyne.

Sammbo mo innum maayi.

Sammbo mo abbum maayi

Sammbo donɗo gunyaange

Sammbo duran nge Timlewlew.

Sammboo ardini nagge muuɗum yahde Timlewlew laatiiɗum ladde nde huunde fuu walaa ley muuɗum se wanaa huɗo hecco. Huɗo hecco ko na fukkii haddu kaacam. Suka gorko on watti nagge muuɗum ley yaayre. Nge nanngi inge nyaama faa buttuli magge ummii. Nagge ngen rimi nyalol. Haaynde non nde nagge ngen saawi fuu rimataana nyalol faa nii hoggo heewi. Sammbo wari tawraa sewre na’i mawnde. Joonkay nyallaande goom nyaalel wi’i :

Sammbo mo innum maayi.

Sammbo mo abbum maayi.

Sammbo donɗo gunyaange.

Sammboojo juurnan hannde.

Sammbo ummii hooƴi na’i muuɗum, juurni ɗi wuro. Imo tawaa to woɗɗi ko himɓe wuro kolliri sollaare na’i ɗin. Himɓe wuro ngon tinnii no ƴamondira : “Ɗum lee konu na ummugu duuniya?” Joonkay iɓe ley haaynde sollaare nden faa  Sammbo naatidi na’i muuɗum nder wuro.

Gaɗa dillude Sammbo na’i kondey makko fuu mbaatidii go’otel go’otel. O wuurdaanaa sadaka tan. Sammbo kay wari naati wuro. Himɓe tinnii no ƴamondira : “Sammbo? Sammbo non?  Sammbo ni non warti!” Kondey makko on no tawano nder suudu muuɗum ko nani ɗum, o wurtii, o yi’i wallaahi kanko ni non. Kondey makko on miijuno ko o ɓooyii maayude, maa kujje ladde nyaami o, naa bone goom saami dow makko. O ndaari Sammbo, o tawi wartii, wartidi no wooɗiri. Nii joonkay semteende haɗi o jooɗaade, o waylii foondu o fiiri.

Sammbo wari jooɗii he jawdi muuɗum nder ɓaade abba muuɗum, nyaalel na tokki ɗum nder durduɗe. Ɗum waɗi nyaalal faa hannden na tokka na’i wi’ataana na’i Sammbo ɗi kam halfina ɗin non.

Ngol duu ɗoo haaɗi.

◊◊◊

Sammbo et Salmata étaient frère et sœur. Quand leur mère mourut, leur père prit une nouvelle femme. Celle-ci devint donc leur belle-mère et ne leur épargna aucun malheur. Peu de temps après la mort de leur mère, leur père mourut à son tour et les laissa sous la responsabilité de leur belle-mère. Salmata, qui était l’aînée, était chargée de tous les travaux de la maison et se faisait souvent battre. Elle s’occupait également de son petit frère Sammbo qui était encore jeune.

La vie s’écoulait ainsi jusqu’à ce que Salmata eut atteint l’âge du mariage. Des prétendants commencèrent à venir, Salmata leur répondait invariablement qu’elle ne pouvait abandonner son petit frère. Il en fut ainsi jusqu’au jour où sa belle-mère décida qu’il était temps qu’elle se mariât : « Maintenant, il faut que tu te maries. » Contrainte, elle accepta le prétendant qui s’était présenté. Au moment de partir, elle vit une aigrette et la pria de veiller sur son frère.

À peine avait-elle quitté le foyer que la belle-mère dit à Sammbo : « Toi aussi, prends ton chemin, va-t’en! » Sammbo lui demanda alors : « Et mes vaches? Les vaches que mon père m’a laissées à sa mort? » En effet, son père possédait plusieurs vaches et les lui avait léguées avant de mourir. Sa belle-mère lui rétorqua : « Tu n’as pas de vaches ici. » Il se trouvait que parmi les vaches, il y avait une galeuse. Sa marâtre précisa : « Prends la galeuse-là, conduis-la et va-t’en! » Le jeune garçon ne dit mot, prit sa galeuse et s’en alla sans savoir où aller précisément. L’aigrette le rattrapa et lui chanta cette chanson :

Sammbo dont la mère est morte.

Sammbo dont le père est mort.

Sammbo qui a hérité d’une galeuse.

Sammbo ira à Jorgôri.

Quand Sammbo entendit la chanson, il comprit que c’est à Jorgôri qu’il devait conduire sa galeuse. Sammbo conduisit sa vache à Jorgôri, une mare très étendue. Il poussa dans la mare la vache qui se mit à nager. Elle nagea tant et si bien que lorsque Sammbo la fit sortir de l’eau, toute la gale avait complètement disparu. La vache se tenait debout, elle était superbe. L’aigrette dit alors au garçon :

Sammbo dont la mère est morte.

Sammbo dont le père est mort.

Sammbo qui a hérité d’une galeuse.

Sammbo la fera paître à Timlewlew.

Sammbo conduisit sa vache vers Timlewlew qui était une savane vierge où il n’y avait rien d’autre que de l’herbe fraîche. L’herbe verte s’étendait à perte de vue. Le garçon mit sa vache dans la prairie. Elle mangea tant et si bien que ses flancs se gonflèrent. La vache mit bas une génisse. Et comme par enchantement, chaque fois que la vache était pleine, elle mettait bas une génisse au point de remplir tout un enclos. Sammbo se retrouva avec un grand troupeau de vaches. Alors, un jour l’aigrette lui dit :

Sammbo dont la mère est morte.

Sammbo dont le père est mort.

Sammbo qui a hérité d’une galeuse.

Sammbo va rentrer avec son troupeau aujourd’hui.

Sammbo prit ses vaches et les amena au village. Il était encore loin quand les gens du village aperçurent la poussière que soulevaient les vaches. Les villageois se demandèrent si c’était une guerre ou la fin du monde. Alors qu’ils étaient perdus dans leurs conjectures, Sammbo rentra dans le village avec ses vaches.

Durant son absence, toutes les vaches de sa belle-mère étaient mortes les unes après les autres. Elle ne survivait que d’aumônes. Sammbo rentra dans le village, les gens se mirent à se demander : « Sammbo? C’est Sammbo? C’est bien Sammbo qui est revenu! » La belle-mère était dans sa case quand elle entendit cela. Elle sortit et constata que c’était bien lui. Sa marâtre pensait qu’il y avait longtemps qu’il était mort, que les animaux sauvages l’avaient dévoré ou bien qu’un quelconque malheur lui était arrivé. Elle dévisagea Sammbo et se rendit à l’évidence : non seulement il était revenu, mais il était comblé par le sort. Alors la honte l’empêcha de rester, elle se transforma en oiseau et s’envola.

Sammbo s’installa avec son troupeau dans la maison de son père, l’aigrette le suivait dans les pâturages. C’est pourquoi l’aigrette suit aujourd’hui encore les vaches, elle pense encore et toujours que ce sont les vaches de Sammbo qu’on lui avait confiées.