6 Wojere he nyiiwa he joolooba – Le lièvre, l’éléphant et le dromadaire

Conté par Daouda Amadou

Wojere tawii keɓal neema nder ladde naati na tiiɗa joon, adi anniya gollina mawɓe faa heɓa ko nyaami. Nden nde yahi ley ladde nde tawi nyiiwa. Nde wi’i nga : “Subahaana[1]! Noye waɗii?  Aan mawɗo oo fuu, a bonii, a walaa ngesa baa ngo’ota, say gi’e ndillataa aɗa nyaama. Accu miin he maa kawten ngesa, njooroo-ɗaa hannde, ndillaa, jahngo miin duu mi wara mi jooroo.”  Nyiiwa tawi ko wojere wi’i ɗum na wooɗi, jaɓii. Wojere wi’i nga ndelle : “Too yaha fuɗɗoy joornde.” Nyiiwa yahi, weeti na jooroo, joonkay na hela leɗɗe.

Wojere dilli, yahi wuro fottoyi he joolooba. Nde wi’i nga : “Subahaana[2]! Noye waɗii? A bonii, a walaa ngesa baa ngo’ota, say gi’e ndillataa aɗa nyaama. Accu miin he maa kawten ngesa, njooroo-ɗaa hannde, ndillaa, jahngo miin duu mi wara mi jooroo.” Joolooba wi’i kam jaɓii. Nden wojere wi’i nga: “Ndar, miin, mi joorotoo hannde, aan du jahngo njaha njooroo-ɗaa.” Joolooba jaɓi ko wojere nden wi’i.

Nyiiwa joorii, joorii, kam kay faa tampi. Laasara hiirndi, rewi toon fowtoy. Jahngo muuɗum joolooba wari, tawi joornde nyiiwa, sikki wojere waɗi ; nga wi’i : “Laa’ilaa haa illallahu Mahammadara surulla[3]! Ko jaasi wojere. Wojere waɗii joornde ndee moo soko[4] miin.” Dey joolooba naati kam duu leɗɗe, kam duu joorii ni, joorii faa to semmbe muum haaɗi, hooti wuro caamki naange.

Ɓe ngolliri non faa ɓe njoori ngesa kan fuu. Aawre wari. Nyiiwa nyalli na aawa, hiirndi. Jahngo muum joolooba waroyi, tawi aawre nyiiwa, sikki kaden ko golle wojere non. Kam duu nyalli na aawa, naa ko njanki naange ko hooti. Ko hantii, ndemri waroyi. Nyiiwa wari nyalli na rema, faa laasara, hiirndi. Jahngo muum, joolooba waroyi, tawi ndemri nyiiwa ndin sikki golle wojere non ; jaka wojere kam walaa hen pat! Joolooba kam he nyiiwa kam en duu anndindoraa. Joolooba duu nyalli na rema.

Faa yottii he kette. Nyiiwa wari nyalli na hetta dilli. Jahngo muum joolooba waroyi, tawi hettere nyiiwa, sikki golle wojere non, kam duu nyalli na hetta, faa hettidi. Joonkay wojere wi’i nyiiwa : “Yah ittoy looci, faa miin da mi wa’a huɗo.” Nyiiwa wi’i : “Wooɗi.” Nyiiwa yahi nyalli na itta looci. Wojere yahi to joolooba, wi’i joolooba : “Yaha wa’oy huɗo faa mi ittoya looci.” Joolooba yahi nyalli na wa’a huɗo. Nyiiwa waddi looci muum bunngini, dilli. Joolooba waddi huɗo muuɗum, tawi looci nyiiwa sikki kadin wojere waddi ɗi. Nga dilli. Kanji ɗiɗi ɗin ɗi kawraay baa nde wo’otere.

Ninii wojere jogorii, nde yahi to nyiiwa, nde wi’i nga : “Hannden fuɗɗu ƴeelu ngun, jahngo mi gayna ngu. Ngam miin waawi kaɓɓol ho’ore ƴeelu.” Nyiiwa wari sinngi, haɓɓi ko haɓɓata, faa laasara hiirndi.

Wojere yahi to joolooba, wi’i nga : “Pahma ƴeelu ngun keeŋa mi fuɗɗii ngu.” Joolooba yahi, tawi gollal nyiiwa, sikki wojere non, wi’i: “Hee! Wojere waɗii huunde ndee, sako miin.” Kam duu gayni ƴeelu ngun.

Wojere wittii yahi to nyiiwa, wi’i nga : “ndaaru ƴeelu ngun, mi gaynii ngu. Ammaa jahngo aan duu loowaa. Ko heddii he gawri ndin miin duu mi loowan ɗum.” Nyiiwa wari nyalli na loowa, nyalli na loowa faa tampi.

Wojere yahi to joolooba, wi’i nga : “ndaaru gawri ndin mi loowi yoga mayri, ammaa aan duu jahngo yinnitaa ndi.” Jahngoore muum, joolooba wari, tawi gollal nyiiwa, sikki faa hannde ke gollal wojere non. Golli faa gayni joon kay, dilli. Jaka wojere yiɗaana jogoo gawri ndin kam tan.

Nden nde yahi to nyiiwa, nde wi’i nga : “Nanu ɗum! Goɗɗo goom wi’i kam jeyi yoga gawri meeɗen.” Nyiiwa hirnyi haaci : “Heey! Kanko woni moye? Meytinga[5]? Accidam he makko.”  Wojere walliniri hakkillo makko konngi ɗii : “Accu, min anndi no ngaddan-mi he makko.”

Wojere waylitii yahi to joolooba wi’i nga : “hettina, nyiiwa kee gam na mawni na woodi semmbe, wi’i kee kam jeyi yoga gawri meen.” Joolooba jaabii : “Wallaahi! nyiiwa ya na mawni na woodi semmbe. Noye ngaɗeten.” Wojere wi’i nga : “Miin anndi no ngatten. Fukka dey nyobbaa koyɗe maa, dey poorta daande maa. Dey mi yaha mi noddowa warde nyiiwa, mi wi’a nyiiwa ɗum : mbi’uɗo kam jey ngesa kan, hoddu muuɗum nii. Kam on walaa ɗon dey ɓooyataa wara.”

Joolooba wari fukkii, nyobbi koyɗe muum, foorti daande muum. Wojere yahi noddoyi nyiiwa, wi’i nga : “War!” Ɓe tokkindori, faa  to joolooba, na foorti daande muum. Nyiiwa ƴami : “Dey toy o woni?” Wojere jaabi : “Hee! Hoddu makko na nii fukkii nii, dey kanko o waraay ginan.” Nyiiwa haaytinii : “Hoddu makko woni ɗum?” Wojere nden jaabii “Oo, hoddu makko nii”. Nyiiwa huli, wi’i se hoddu ndun wa’ii nii noye joomiiru fotata. Nden nga wi’i wojere : “Miin yonki am na ɓurani kam gawri ndi nji’u-ɗaa ndii. Se joomiiru warii, mbi’aa, Alla kannu o gawri makko. Mi walaa he makko han, mi walaa he makko jahngo, miin, mi dillii.” Nyiiwa kam kay naati ladde.

Joolooba na fukkii na nana. Ko nyiiwa dilli, nga ummii. Wojere wi’i nga : “Joolooba! Hannden ya Alla tan itti en he neɗɗo oo, ammaa pahmaa baa ko o wi’i wartataa miɗo hakinkini o wartan, dey ko ngiɗu-mi he maaɗa joon woni, haɓɓu anniya aan kay, fiyu gullal.” “Joolooba ngam na huli nyiiwa sanne ƴami -Habaa! Miin kay, mi dillii, so o wartii, mbi’aa kanko non nii ƴeelu ngun non nii.” Joolooba kam daa fiyi gullal. Joonkay wojere hewti ƴeelu ngun.

◊◊◊

Sentant qu’il devenait difficile de se nourrir dans la savane, le lièvre décida de se trouver à manger en faisant travailler les grands. Ainsi, il partit en brousse trouver l’éléphant. Il lui dit : « Bon Dieu! Comment cela se peut-il? Toi qui es si grand, tu es perdu, tu ne possèdes pas un seul champ, tu passes ton temps à manger des épines. Partageons un champ. Tu pourrais ainsi commencer à défricher un jour et moi je travaillerai le lendemain. » L’éléphant trouva que l’idée du lièvre était très bonne et accepta. Le lièvre lui dit alors : « Alors, va commencer le défrichage. » L’éléphant passa toute la matinée à défricher et à abattre des arbres.

Le lièvre alla au village voir le dromadaire et lui dit : « Mon Dieu! Tu es perdu, tu ne possèdes pas un seul champ, tu passes ton temps à manger des épines. Partageons un champ. » Le dromadaire approuva la proposition. Le lièvre dit alors : « Tu vois, moi je vais défricher aujourd’hui. Et toi, tu défricheras demain. » Le dromadaire accepta la proposition du lièvre.

L’éléphant, lui, défricha jusqu’à épuisement. Au crépuscule il s’en alla prendre un repos mérité de l’autre côté. Le lendemain, le dromadaire vint, trouva ce que l’éléphant avait défriché et pensa que c’était le fruit du travail du lièvre. Il se dit : « C’est incroyable! Que vaut le lièvre! Si le lièvre a été capable de faire tout ce travail, je dois certainement en faire plus. » Le dromadaire se lança alors sur les arbres. Il défricha, défricha tant qu’il put et rentra au coucher du soleil.

Ils travaillèrent ainsi jusqu’à défricher tout le champ. Le temps des semailles arriva. L’éléphant passa la journée à semer et rentra au coucher du soleil. Le lendemain, le dromadaire vint, trouva ce que l’éléphant avait semé et crut à nouveau que c’était le fait du lièvre. Lui aussi passa la journée à semer et ne rentra qu’au crépuscule. Quand ce fut fini, le temps du sarclage arriva. L’éléphant passa la journée à sarcler et rentra au crépuscule. Le lendemain, le dromadaire vint, trouva ce que l’éléphant avait sarclé et crut que c’était l’œuvre du lièvre. En fait, le lièvre ne faisait strictement rien! Et le dromadaire et l’éléphant ne se connaissaient pas. Le dromadaire, lui aussi, passa donc la journée à sarcler.

Arriva le temps des récoltes. L’éléphant passa la journée à récolter et s’en alla. Le lendemain, le dromadaire vint, trouva ce que l’éléphant avait récolté, croyant que c’était le lièvre, passa alors la journée à récolter jusqu’à ce qu’il ait fini. Alors le lièvre dit à l’éléphant : « Va couper du bois et moi j’irai couper de l’herbe. » L’éléphant répondit : « Bien! » Il partit couper du bois toute la journée. Le lièvre se rendit chez le dromadaire et lui dit : « Va couper de l’herbe, moi j’irai couper du bois. » Le dromadaire passa la journée à couper de l’herbe. L’éléphant vint poser son bois et partit. Le dromadaire apporta son herbe, trouva le bois et crut une fois de plus que c’était le lièvre qui l’avait déposé. Il partit à son tour. Les deux ne s’étaient jamais croisés.

Ainsi, le lièvre continua son manège, il alla chez l’éléphant et lui dit : « Aujourd’hui, commence la construction du grenier, demain je l’achèverai. En effet c’est moi qui sais comment attacher le sommet du grenier. » L’éléphant commença, il attacha ce qu’il put et rentra une fois le soir venu.

Le lièvre alla chez le dromadaire et lui dit : « Sache que j’ai commencé le grenier hier. » Le dromadaire alla et trouva le travail réalisé par l’éléphant et croyant que c’était celui du lièvre dit : « Si le lièvre peut faire cela, je peux faire aussi bien, voire mieux. » Lui aussi s’y attela et acheva le grenier.

Le lièvre retourna voir l’éléphant et lui dit : « Vois-tu le grenier? Je l’ai fini. Tu commenceras dès demain à engranger le mil. Je m’occuperai du reste. L’éléphant passa la journée à mettre le mil dans le grenier jusqu’à épuisement. Le lièvre alla chez le dromadaire et lui dit : « Vois-tu notre mil? J’en ai mis une partie dans le grenier, demain tu accompliras le reste du travail. » Le lendemain, le dromadaire vint, trouva le travail de l’éléphant et crut toujours que c’était celui du lièvre. Il acheva le travail et s’en alla. En réalité, le lièvre voulait s’approprier seul tout le mil.

Alors, il alla chez l’éléphant et lui dit : « Écoute ça! Il y a un homme qui déclare qu’une part de notre mil doit lui revenir. » L’éléphant tout courroucé s’écria : « Eh! Pour qui se prend-il celui-là? Laisse-moi lui régler son compte. » Le lièvre le calma en ces termes : « Laisse-moi faire, je sais quoi faire avec lui. »

Le lièvre alla aussitôt chez le dromadaire et lui dit : « Écoute, parce qu’il est grand et fort, l’éléphant dit qu’une part de notre mil est à lui! » Le dromadaire répondit : « Par Dieu! C’est vrai qu’il est grand et fort l’éléphant, qu’allons-nous faire? » Le lièvre lui dit alors : « Moi, je sais quoi faire. Couche-toi, plie tes pattes et allonge ton cou. Je vais faire venir l’éléphant et lui dire ceci : ‘‘Celui qui a dit que le champ lui appartenait, voici sa guitare. Il n’est pas là, mais ne tardera pas à venir.’’ »

Le dromadaire se coucha, plia ses pattes et allongea le cou. Le lièvre alla chercher l’éléphant et lui dit : « Viens! » Ils se suivirent jusqu’au dromadaire qui allongeait son cou. L’éléphant demanda : « Mais où est-il? » Le lièvre lui répondit : « Hé! Sa guitare est là posée, mais il n’est pas encore arrivé. » L’éléphant s’écria : « C’est ça sa guitare? » et le lièvre répondit : « Oui, voici sa guitare! » L’éléphant prit peur en se disant que si la guitare est aussi énorme à quoi pourrait ressembler le propriétaire. Il dit alors au lièvre : « Je tiens plus à ma vie qu’à ce mil. Si le propriétaire vient, dis-lui qu’il mange le mil en paix. Je ne le chercherai ni aujourd’hui ni demain et je m’en vais. » L’éléphant regagna ainsi la brousse.

Le dromadaire était couché et entendait. Quand l’éléphant fut parti, il se leva. Le lièvre lui dit : « Dromadaire! Aujourd’hui, seul Dieu nous a protégés de celui-là, mais contrairement à ses propos, je suis sûr qu’il reviendra. Mais ce que j’attends instamment de toi c’est que tu ailles loin d’ici et tout de suite! ». Le dromadaire, qui avait très peur de l’éléphant, demanda : « Tu crois? Dans ce cas, je m’en vais. S’il revient, dis-lui qu’il peut prendre le grenier. » Le dromadaire lui aussi s’enfuit. Le lièvre se retrouva alors seul avec le grenier.


  1. Subahaana < L'arabe : la propreté divine. 
  2. Subahaana < L'arabe : la propreté divine. 
  3.   Laa'ilaa haa illallahou Mahammada rasulla. < L'arabe : Il n'y a de divinité qu'Allah, Mouhamed est son Prophète.
  4.   Moo so ko < Zarma, moo so ko : à plus forte raison.
  5.   Meytinga < Zarma, meyti nga : Qui est-il? Qui se croit-il?