10 Lukaare kujje ladde – Le grenier des animaux de la brousse

Conté par Daouda Amadou

Kujje ko woni nder ladde fuu kawri ngaɗi ngesa ngo’ota.  Ɓe kawri,  ɓe aawi ɓe ndemi, ɓe ketti, ɓe loowi gawri maɓɓe nder lukaare.  Caggal ɗum ɓe mbi’i : “Joon ya ƴaamnde non, nyaamdu no heewi nder ladde dey en mooɓa gawri meeɗen, ngaren en fuu njahen ceeɗowen faa nduunngu ɓadoo nde nyaamdu heewaa dey ngarten nyaamen ngawri meeɗen.” Ɗe fuu ɗe njaɓi ɗum, ɗe njahi nder ladde. Wojere tan heddii hadde lukaare nden.  Subaka fuu nde nokka gawri seeɗa nde  hokka deekiire una waɗana ɓe nyaamdu. Nder nokkuure butaali ɗin nde watta gaɗa wuro fowru.

Nii nii faa nduunngu yoni, wakkati kujje ladde ngarti to lukaare. Ɗe mbi’i : “Joon ya ngaree ommbiteen lukaare meen, ceennden ngawri meeɗen. En fuu en ngardii?”

En fuu eɗen ɗoo, say bojel. Bojel walaa gaa.

Ɗe naati iɗe nodda nde :

– Bojel kuu! Bojel heeyi!

Nde wuccoo.

Ɗe noddi gadin :

– Bojel heeyi!

Nden bojel faartii, wurtii ley ladde na dogga.

Nde bojel wurtino ɗe ƴami nde to nde yahuno. Bojel nootii :

– Wallaahi mi yahaana nokkiiru. Ƴuwu-mi nokkiiru njaha-mi sokkiiru. Ƴuwu-mi sokkiiru njaha-mi ƴariindu. Ƴuwu-mi ƴariindu njaha-mi sottiiru. Ƴuwu-mi sottiiru njaha-mi seɗiiru. Ƴuwu-mi seɗiiru njaha-mi bukkiiru. Ƴuwu-mi bukkiiru njaha-mi dakkiiru. Ƴuwu-mi dakkiiru njaha-mi diibiiru. Ƴuwu-mi diibiiru njaha-mi yariindu[1]. Miɗo warta ko nanu-mi oɗon nodda kam.

Nden karbisii-mi warde.

 Kujje ɗeya fuu kaaytinii:

– Yi’i! Wallaahi! Bojel a woɗɗowake. Aan koy leddi ndii fuu a hantii ndi. Aan k ay walaa fuu to a yahaay.

Kujje ɗen mbi’i :

– Haya. Bisimilla en ommbita lukaare meen.

Ɗe ommbiti lukaare majje. Illa ɗe ittuno ittaali arani ɗe tawi doodi fowru. Wojere hebbinno lukaare nden doodi fowru. Ɗe fuu ɗe kaaytinii doodi fowru. Ko fowru faha-mi kam tuumaa, wi’i : “Ha’a! Ha’a! Wanaa miin noon walla.” Ɗe njowi ndu, ɗe ndarni ɗe kiitanto ndu. Ɗe mbi’i rawaandu ladde hiitoo fowru. Rawaandu ndun wi’i fowru fiyee cabbi hemre. Fowru fiyaa faa fukkii he leydi. Wojere kay wurtorii nii kadin.

Ngol hantii. Mi nyobbii ngol, mi wattii ngol ley nowru Sakalaare Siita, no laahara.

◊◊◊

Tous les animaux de la brousse se réunirent un jour pour cultiver un même champ. Ils se regroupèrent et semèrent, sarclèrent, récoltèrent et engrangèrent leur mil. Après quoi, ils tinrent ces propos : « Voyez-vous, c’est la période faste des récoltes dans la savane. Épargnons donc notre mil et allons passer la saison ailleurs jusqu’à l’approche de l’hivernage quand il y aura moins à manger. »

Ce qu’ils acceptèrent. Seul le lièvre resta en retrait tout près du grenier. Chaque matin, il prélevait une certaine quantité de mil que sa femme préparait pour eux. À la place des épis de mil, il déposait des crottes de la hyène dans le grenier.

Il en fut ainsi jusqu’à l’approche de la saison des pluies, le moment où les animaux sauvages revinrent vers le grenier. Ils dirent :

– Maintenant, venez tous pour qu’on ouvre notre grenier, qu’on se partage notre mil. On est tous arrivés?

– Nous sommes tous là… sauf le lièvre! Le lièvre n’est pas là!

Ils se mirent donc à l’appeler :

– Lièvre! Oh Lièvre!

Ce dernier sifflait. Ils l’appelèrent de plus belle. Le lièvre sortit enfin de la brousse en courant. Quand il sortit, ils lui demandèrent où il était allé. Le lièvre répondit :

– Je suis allé d’abord jusqu’à Nokkîrou,

J’ai quitté Nokkîrou, puis je suis allé à Sokkîrou,

J’ai quitté Sokkîrou, je suis ensuite allé à Yarîndou,

J’ai quitté Yarîndou, je suis allé à Sottîrou,

J’ai quitté Sottîrou, je suis allé à Sedîrou,

J’ai quitté Sedîrou, je suis allé à Boukkîrou,

J’ai quitté Boukkîrou, je suis allé à Dakkîrou,

J’ai quitté Dakkîrou, je suis allé à Dîbîrou,

Enfin, j’ai quitté Dîbîrou, je suis allé à Yarîndou,

Je revenais quand je vous ai entendus m’appeler. Je me suis alors mis à courir.

– Oh, au nom de Dieu, Lièvre tu es allé très loin! s’exclamèrent tous les autres animaux. Tu as parcouru tout le pays. Tu es vraiment allé aux quatre coins du pays.

Puis, les animaux continuèrent : « Allons! Ouvrons notre grenier. »

Ils ouvrirent alors leur grenier. Dès qu’ils prélevèrent les premiers épis, ils trouvèrent des crottes de la hyène. Le lièvre avait rempli le grenier de crottes de la hyène. Ils exclamèrent tous ensemble :

– Des crottes de la hyène!

La hyène se sentant accusée s’écria :

– Non! Non! Ce n’est pas moi, au nom de Dieu!

Ils l’accusèrent quand même et décidèrent de la juger devant le lion. Ce dernier la condamna à cent coups de bâton. La hyène fut frappée à mort. Le lièvre s’en tira ainsi, une fois de plus.

L’histoire est finie. Je l’ai pliée et mise dans l’oreille de Sakalâré Sîta.


  1. Le lièvre n'ayant été nulle part, il invente des mons de lieux à partir du cycle de transformation du mil jusqu'à sa consommation.Nokkiiru : le prelevement du mil du grenier.Sokkiiru : Enlever les grains de l'épi en le pilant.Ƴariindu < Ƴaraade : vanner pour séparer les grains de la tige.Sottiiru : piler le mil pour enlever le son du grain.Ce∂oynde < seɗude : vanner pour séparer le grain du son.Bukkiiru : piler les grains pour avoir la farine.Dakkiiru : mélanger la farine et de l'eau pour avoir une boule.Diiɓowol < diiɓude : diluer la boule dans du lait et de l'eau.Jariindu < yarude : boire.