3 Tineeni – Tinêni

Conté par Didiatou Hassoumi

Tineeni no bajjo, kanko tan inniiko e abbiiko ngoodii. Nyallaande fuu o yahan o wilsoya kanko e korɗo makko gaɗa waamnde goom, o warta. Suka debbo oo no tawraa baawɗe mawɗe: nde o moosi fuu kammu heewa duule ɓaleeje, nde o jali ƴiwoonde toɓa.

Nyallaande goom inniiko no miiji gumba-gumbaaji naatii suudu muuɗum, wurtini gineeji ɗin fuu liili yaasin. Nde o wurtinno gineeji ɗin fuu o dilli o sippoyi kosam makko. Nde o dillanno o eeli ɓiyiiko hiilnoo to jala ƴiwoonde bonnana mo gineeji makko.

Nde inna on tottitinoo fuu yahdiraaɓe makko ngari tawi mo. Sukaaɓe rewɓe naati no njeewta, no toolondira. Cukaaku jaaltii Tineeni. Wakkati goom jaleengo mawngo soptorii o. Ƴiwoonde mawnde goom toɓi nder wuro ngon, ɓaade maɓɓe fuu laatii feto, gineeji suudu fuu na kuywa.

Inna suka debbo on warti no soofi, no mettaa. Nde yi’uno no gineeji suudu ndun ngoniri fuu ɓernde muuɗum ummii, o saami dow ɓiyiiko debbo “Tineeni, aan woni Alla? Ha’aa. A suka bonniiɗo e ganyaganyalo tan non. Ngam aɗa woodi baawɗe dow ƴiwoonde dey nildaa min tunfaana nyaama min? Moytu duniyaaru se baawɗe maaɗa no poti non”.

Haalaaji inna on naawi Tineeni sanne, o yahdi he korgel makko o fiilowi waamnde to o woowuno wilsoyde. Gaɗa ɓe piilake nde, o wi’i : “waamnde nden feera mi naata.” Waamnde nden feerii[1] o naati. Illa korɗo makko na reeni o faa tampi soƴƴii wuro. Korɗo oon yahi wuro ƴamaa :

– Toye Tineeni?

– Tineeni waraay. O naatii nder waamnde.

Wakkati juuti suka debbo wartaay wuro. Nden, hokkere yani he wuro ngon faa iɓe njara loopal. Na’i maɓɓe kuuni, be’i maɓɓe mboyi rafo e ɗomka faa ɓe kosi maayde.

Maccuɗo maɓɓe duroowi, wari fiilii waamnde nden, woggi sawru muuɗum he mayre. Ko haayɗinii mo, o nani Tineeni wi’i: « kooni maccangel am! Nde aan da non, taa a helanam suudu jananndu.” Maccuɗ’o on hooti wuro.  O wi’i, hannden o nanii Tineeni no haala nder waamnde. Himɓe mbi’i o fenan. O hunii o nanii daande makko.

Inna Tineeni yahdi maccuɗo on to waamnde ton. Inniyo on woggii he waamnde nden, ammaa sukka debbo on sonnaay. O fiyi waamnde nden, nden suka debbo on wi’i: “fay so a inna am ta a helu suudu jananndu.” Too, nden kay inniiko nani daande makko. Inniiko weltii sanne ko fahmi imo wuuri, nili na’i eela o, o warta wuuro.

Nagge maɓɓe futurooye artii yahi, o tenynyii nge. Tineeni wi’i : “Da a futurooye am da, taa a helu suudu jananndu.” Ngeen wittii. Reedu jemmaaye makko wari, ngen da woogii haaƴere nden. O wi’i nge : “Heeyi! Daa reedu-jammaaye am da ta a helanam suudu jananndu.” Ngen da wittii. Nge hejjere ngen da wari, ngen da woogii he haaƴere nden. O wi’i nge: « Da a hejjereeye am da taa a helanam suudu jananndu.”

Nden ko inna oon wari, woogii he haaƴere nden. O wi’i : “Kooni innayel am! Da aan da non taa a helanam suudu jananndu.” Nden inna on naati no yimana o, wi’i :

Tineeni am danngulee.

Tine bajjo am danngulee.

Futurooye maa danngulee.

Reedu jemmaaye maa danngulee.

 Subakaaye maa danngulee.

Tineeni nootii :

Inna hay danngulee.

Nde miin woni Alla oon danngulee.

Nde miin woni kammu ngun danngulee.

Nde miin woni naange ngen danngulee.

Nde miin woni lewru ndun danngulee.

Na’i ɗin koori koorkoorti kadin. Futurooye makko da wari kadin woogii. Tineeni wi’i :

Futorooye am danngulee.

Nde miin woni Alla oon danngulee.

Nde nde miin woni kammu ngun danngulee.

Nde miin woni koode ɗen danngulee.

Nde miin woni naange ngen danngulee.

Ngeen da wittii. Nay ɗin ɓeydi kuunaali ngam ɗomka. Subakaaye ngen da wari woogii he waamnde nden wittii. Tineeni wi’i:

Subakaaye am danngulee.

Nde miin woni Alla oon danngulee.

Nde miin woni naange ngen danngulee.

Nde miin woni kammu ngun danngulee.

Na’i ɗin ndilli. Nden o jaɓi, o wi’i: « waamnde feeroo mi wurtoo. Nde feerii, Tineeni wurtii. O moosi kammu ngun ɓalini. O hooti wuro, o jali ƴiwoonde wari.

Mi taggii ngol faa ngol wooɗii, ingol ley nowru Bonkaano Faariyey.

◊◊◊

Tinêni était fille unique, son père et sa mère n’avaient qu’elle seule. Tous les jours, elle allait avec sa captive se promener derrière une montagne et revenait. Cette fille disposait de grands pouvoirs. En effet, lorsqu’elle souriait, le ciel se couvrait de nuages noirs et quand elle riait, la pluie tombait.

Un jour, sa mère, qui soupçonnait d’avoir des puces dans la maison, sortit tout le mobilier et l’exposa au soleil. Quand elle eut sorti tout le mobilier, elle s’en alla vendre son lait. Au moment de partir, elle supplia sa fille de s’abstenir de rire pour que la pluie n’endommage pas ses affaires.

Mais dès que la mère eut le dos tourné, les amies de Tinêni vinrent la trouver. Les jeunes filles se mirent à causer et à plaisanter. La jeunesse de Tinêni eut raison d’elle. À un moment, un fou rire lui échappa, entraînant ainsi une grosse pluie sur le village. Leur concession devint une énorme mare sur laquelle flottait le mobilier de la famille.

La mère de la jeune fille rentra entièrement trempée et de mauvaise humeur. À la vue de l’état de la maison, elle entra dans une grosse colère et s’en prit à sa fille : « Tinêni, es-tu le bon Dieu? Non! Tu n’es qu’une petite capricieuse et égoïste! Puisque tu as le pouvoir sur la pluie, alors tu nous envoies le déluge nous anéantir? Efface le monde si tu as tant de pouvoir! »

Les paroles de la mère blessèrent profondément Tinêni qui s’en alla avec sa petite captive contourner la montagne où elle avait l’habitude de se promener. Après l’avoir contourné, elle dit : « Que la montagne s’ouvre pour que j’entre! » La montagne s’ouvrit, elle entra. Sa captive attendit en vain puis, épuisée, rentra au village. On lui demanda :

– Où est Tinêni?

– Tinêni n’est pas venue, elle est entrée dans la montagne.

Le temps passa et la jeune fille ne revenait pas au village.

Alors, une sécheresse s’abattit sur le village et contraignit les habitants à boire de la boue. Leurs vaches beuglèrent, leurs chèvres bêlèrent de faim et de soif; ils faillirent mourir.

Leur captif partit faire paître son troupeau, vint contourner la montagne et y frotta son bâton. À sa grande surprise, il entendit Tinêni lui dire : « Pardon, mon petit captif, même si c’est toi, ne casse pas la case d’autrui. » Le captif retourna au village, déclarant qu’il avait entendu Tinêni parler aujourd’hui dans la montagne. Les gens dirent qu’il mentait. Il jura avoir entendu sa voix.

La mère de Tinêni alla à la montagne avec le captif. Elle se frotta contre la montagne, mais la fille ne réagit pas. Elle tapa sur la montagne, alors la jeune fille dit : « Même si tu es ma mère, ne casse pas la case d’autrui. » Alors sa mère entendit la voix de Tinêni.

Sa mère, très heureuse de savoir qu’elle était en vie, envoya les vaches la supplier de rentrer à la maison. Leur vache Futorooye[2] alla la première, elle la chassa. Tinêni dit : « Même si tu es ma vache Futorooye, ne casse pas la case d’autrui. » Celle-ci passa. Sa vache Reedujammaaye vint, elle aussi, se frotter contre la montagne. Elle lui dit : « Hee! Même si tu es ma vache, ne me casse pas la case d’autrui. » Elle aussi passa. La vache de l’aube aussi vint et se frotta contre la montagne. Elle lui dit : « Même si tu es ma vache de l’aube, ne me casse pas la case d’autrui. »

C’est alors que la mère vint et se frotta au rocher, elle lui dit : « Pardon ma petite maman! Même si c’est toi, ne me casse pas la case d’autrui. » La mère se mit à chanter pour elle. Elle dit :

Ma Tinêni est danngulee

Tine, la fille unique est danngulee

Ta vache Futorooyee est danngulee

Ta vache Reeduujammaaye est danngule

Ta vache Subakaaye est danngulee.

Tinêni répondit :

Oh mère tu es danngulee

Si j’étais le Dieu même danngulee

Si j’étais le ciel même danngulee

Si j’étais le soleil même danngulee

Si j’étais la lune même danngulee.

Et les vaches eurent plus soif encore. Sa vache Futorooye vint se frotter contre la montagne. Tinêni dit :

La vache Fuutorooye est danngulee

Si j’étais le Dieu même danngulee

Si j’étais le ciel même danngulee

Si j’étais les étoiles même danngulee

Si j’étais le soleil même danngulee.

Celle-ci aussi passa et les vaches se mirent à beugler de plus belle du fait de la soif. La vache du matin vint se frotter contre la montagne et passa. Tinêni dit :

La vache du matin danngulee

Si j’étais le Dieu même danngulee

Si j’étais le soleil même danngulee

Si j’étais le ciel même danngulee.

Les vaches s’en allèrent. En ce moment, elle se décida et clama : « Que la montagne s’ouvre pour que je sorte. » Elle s’ouvrit et Tinêni en sortit. Elle sourit et le ciel aussitôt se couvrit de nuages. Elle rentra au village, elle rit et la pluie vint.

Je l’ai bien plié, il est dans l’oreille de Bonkâno Fâriyey.


  1.   Feeri < Zarma, feeri : s'ouvrir, s'écarter.
  2. Futorooye : celle-du-coucher-du-soleil. Reedujammaaye : celle-du-milieu-de-la nuit. Subakaaye : celle-du-matin.