12 Fowru kam he eleleldu – La hyène et l’iguane

Conté par Sa'iidu Danzo

Nyallaande goom fowru kam he eleleldu no tokkondori ley teenaaɗe no njaha. Fowru yaha faa woɗɗoyo taaroo warta to eleleldu. Eleleldu na yahra seese seese na ƴeewa lekki ki fotti fuu. Kadin fowru yahii faa woɗɗoyii, warti wi’itii : “No eleleldu woni na dillira seese seese nii, won ko ndu heɓi.” Wakkati muum eleleldu duu wari yottii ley lekki mawki goom. Fowru feli ndu :

– Eleleldu faa hannden gaa ngon-ɗaa?

Ndu nootii :

– Ɗoo ngonu-mi.

– Ɗume le ndoomu-ɗaa?

– Lekki kii haayɗini kam, kanki ngonu-mi miɗo daara.

– Kii no tamaroohi. Ɓiyiiki no weli. Ɗo tamaroore ɗon mbela woni!

 Lekki kin no tawraa ɓinngel go’otel.

 Eleleldu wi’i :

– Mi ƴeenyan mi ittowa nde. Ammaa ko aɗa gaa se mi ƴeenyii mi ittii nde, mi faɗɗani maa fuu a hooƴan nde moɗaa.

– Jam jam jam Alla hiinam bone mi mukkataako nde walla. Tamaroore nden enen ɗiɗo mari nde.  Mi hunake mi moɗataa nde.

Eleleldu ƴeenyi lekki. Jogii na ɓoyloo faa hewti tamaroore. Ndu itte nde, ndu ndaari, ndu wi’i :

– Wallaahi nde ɓenndii nde ɓotiɗii.

Ndu faɗɗani fowru tamaroore nden, ndu wi’i ɗum jaɓu. Kayru ndun, ndu ndaari, ndu ndaartii tamaroore nden, ndu mulli nde.

Ko eleleldu jippii warde, wi’i :

– Fowru toy tamaroore nden?

Fowru haaytinii :

– A wi’aana mi resa nde faa ngaraa? Miin kay ko mbi’u-ɗaa kam hoo mi sikkaana a wi’aana mi nyaama nde. Miin lee mi mullake.

– A mullake?

– Mi mullake.

Eleleldu wi’i say ɓe kiitowoo.

Ɓe njahi faa to wojere. Eleleldu wi’i :

– Min ngaranaa hiitaade to maa.

– On ngaranaa hiitaade?

– Min he fowru tokkondori faa min caami dow tamaroohi. Min ngi’i ɓiɗɗo go’oto, ƴeenyu-mi, ittu-mi ɓinngel ngel. Nden paɗɗan- mi fowru…ndu muuli nde.

Fowru wi’i :

– Hooti he geɗe.

Wojere darni ko fowru nyaamii tamaroore ndelle say yoɓa.

Fowru woytii :

– Dey ɗume kokkan-mi eleleldu?

– Hokku mo be’el.

– Dey toy keɓan-mi mbeewa? O anndi mbeewa darataako to ngonu-mi.

Wojere wi’i ndu ndaara no ndu waɗata fuu ndu yoɓa eleleldu. Ɗe njardondiri dow ɗon.

Fowru hooƴi aadi kam yoɓan, dilli. Eleleldu kam duu naati nder ngayka muum no doomi fowru. Ndu wartaay. Ngam ɗum waɗi eleleldu woɗɗataako ngayka muuɗum abata. Indu heɗii faa hannden fowru, indu dimma ndu waddan nyallaande goom mbeewa muuɗum ngan.

Haala kaa, taalol non, mi taggii ngol mi wattii ngol ley nowru Lukka.

◊◊◊

Un jour, la hyène et l’iguane cheminaient dans les bois. La hyène s’éloignait et revenait sur ses pas pour retrouver l’iguane. L’iguane flânait en regardant chaque arbre qu’il croisait. Une fois encore la hyène partit en avant et revint sur ses pas en se disant : « Vu la lenteur avec laquelle l’iguane avance, il a sûrement trouvé quelque chose. » À ce moment-là, l’iguane arriva sous un grand arbre. La hyène l’accusa :

– Iguane, tu es encore là?

– Oui, je suis encore là.

– Mais qu’attends-tu donc?

– C’est cet arbre qui m’intrigue, c’est lui que j’observe.

– Cet arbre est un dattier, son fruit est délicieux, la datte est un vrai délice!

L’arbre portait un fruit unique. L’iguane dit à la hyène :

– Je vais monter le cueillir. Mais comme tu es là, si je monte le chercher et te le lance, tu vas le prendre et l’avaler.

– Non, non, que Dieu me protège d’une telle chose! Je ne l’avalerai pas. La datte nous appartient, je te promets que je ne l’avalerai pas.

L’iguane monta dans l’arbre, se tortilla dans tous les sens jusqu’à atteindre la datte. Il la cueillit, la regarda et dit :

– Elle est parfaite, bien mûre et lisse.

Il lança la datte à la hyène en lui disant :

– Tiens!

Celle-ci l’observa, l’examina et l’avala sans se poser de question. Lorsque l’iguane descendit, il demanda à la hyène :

– Où est la datte?

Tu voulais donc que je la garde jusqu’à ton retour? s’étonna la hyène. Moi, quand tu m’as dit « Tiens! », j’ai cru que tu me disais de la manger. Alors je l’ai avalée.

– Tu l’as avalée?

– Oui, je l’ai avalée.

L’iguane décida que justice devait être faite. Ils allèrent voir le lièvre. L’iguane dit :

– Nous sommes venus chez toi pour nous départager. La hyène et moi nous nous promenions quand nous sommes tombés sur un dattier. Nous avons vu un fruit unique et je suis monté le cueillir. Je l’ai alors lancé à la hyène qui l’a avalé.

– La datte était revenue à qui devait la manger, répliqua la hyène.

Le lièvre décréta que la hyène, ayant mangé la datte, devait rembourser. La hyène demanda :

– Mais que vais-je donner à l’iguane?

– Donne-lui une petite chèvre.

– Mais où vais-je trouver une chèvre? Vous savez qu’une chèvre ne s’arrêtera jamais auprès de moi.

Le lièvre lui demanda de se débrouiller et de rembourser l’iguane d’une manière ou d’une autre. Ce qu’ils acceptèrent.

La hyène promit de rembourser et s’en alla. L’iguane quant à lui rentra dans son trou et se mit à attendre la hyène. Elle ne revint pas. Voilà pourquoi l’iguane ne s’éloigne jamais de son trou, il attend toujours la hyène avec l’espoir qu’elle viendra un jour avec sa chèvre.

Cette parole est un conte. Je l’ai pliée, je l’ai mise dans l’oreille de Loukka.