13 Bojel he fowru – La hyène et le lièvre

Conté par Sa'iidu Danzo

Fowru he bojel no tokkondori no ndilla. Ɓe njiɗaana ɓe njuurowo esiraaɓe maɓɓe. Fowru yeeƴitii ƴami wojere :

– Ɗume njahranten ɓe?

Bojel wi’i :

– Miin anndi ko njahreten. En njahrataanaa njumri. Miin anndi to njumri woni.

– Toy njumri ndin woni?

– Njumri na wonani kam nder waamnde ngooɗon nder ladde yoolummbere.

Ɓe njahi haro ladde nden, ɓe njottii to waamnde. Bojel wi’i waamnde:

– Kuluwaw!

Waamnde ommbitii. Bojel watti ho’orem itti njumri. Nden nde wi’i waamnde : “Kulukup!” Waamnde waɗi : “kup! ommbii.” Bojel meeɗini fowru njumri ndin.  Ndu haaytinii : “Innaadillaahi[1]! Huunde nde na weli.” Bojel hebbini faandu muuɗum njumri.

Fowru waɗi no wojere waɗuno : “Kuluwaw!” Waamnde feertii. Fowru watti ho’ore muuɗum itti njumri kam duu. Fowru itti ho’orem. Wi’i waamnde : “Kulukup!” Waamnde waɗi : “Kup!”, ommbii. Fowru mettitii kam duu, watti njumri ley faandu muuɗum.

Ɓe ndilliri gure esiraaɓe maɓɓe. Nde ɓe ndilluno faa ɓe mboɗɗoyii, wojere no yiɗi jammboo fowru ngam no anndi indu bahii sanne. Nde wi’i ndu :

– Nani no ngaɗeten, neɗɗo meen fuu yara njumri muuɗum dey huwa nder faandu muum. Ɗum njahranten esirakoy meeɗen koy, ngam ɗum ɓe kaandi.

Bojel waɗi hano yaran, sukki hunnduko faandu he hunnduko muuɗum faa ɓooyi nii, wi’i :

– Fowru, miin ya mi yarii, ko am.

Fowru ƴami :

– A yarii?

– Mi yarii.

Fowru kay tukkii ko muuɗum yari faa hanti pat, hooƴi sukki he pooɓe muuɗum huwi faa faandu ndun heewi, ommbi.

Ɓe njahii faa ɓe njottii wuro esiraaɓe maɓɓe. Ko ɓen kolliri ɓe ndoggi kawri he maɓɓe. Bojel linnyi esum debbo faandu muuɗum, wi’i o meeɗa. Eso bojel watti kolli muum nder njumri metti tawi wallaahi inna bone nii woni ko weli.

Fowru duu linnyi faandu muum esum debbo, wi’i o meeɗa. O watti juunngo makko, ngo wuli ngo ɓoltii, ingo wojji coy. Eso fowru munyi semteende nden e naawalla kan deƴƴi.  Esiyo fuu ommbi faandu muuɗum.

Ɓe tokkondori ɓe njahi wuro. Ko ɓe njottii wuro neɗɗo maɓɓe fuu daɗɗanaa. Bojel daɗɗanaa daago waddanaa talla. Fowru daɗɗanaa njuuldungu dekanaa[2] teenangal.  Eso fowru mooɓoyi kurukaaƴe waddi, hawti he gawri waɗani o hiraande. Bojel waɗanaa nyi’iri maaro.

Wojere e fowru nokkuure wo’otere ngoni no kirtoo. Fowru se ƴakkii, waɗa :  “Huun hu haaƴere! Nyi’iri ndii na woodi kaaƴe.” Tutta.

Bojel kay na nyaamira seese seese na weltini he hiraande muuɗum. Fowru wi’i : “En meeɗondira.” Bojel itti lonngere nyi’iri maaro he nebbam hokki fowru. Fowru duu itti hokki bojel, bojel tawi nyi’iri ndin nyaamataako. Fowru wi’i wojere :

– En kawta.

 Bojel wi’i :

– En kawtataa walla, neɗɗo fuu nyaama nyi’iri muum.

Caggal hiraande, neɗɗo maɓɓe fuu hewti daɗɗo muuɗum. Fowru tawi no rafaa sanne, waali na ŋoola njuuldugu ngu daɗɗanaa ngun.

Ɓe mbaali jemmaaje maɓɓe ɗiɗi, subaka tataɓere nden ɓe ndawi.  Eso fowru hokki ɗum ndamndi. Bojel duu esum hokki ɗum nga’ari. Ɓe tokkondori iɓe ɗowa nga’ari e mbeewa yahde. Dey nga’ari he mbeewa no njahda naa? Mbaawataa. Bojel waɗɗii nga’ari muuɗum, fowru duu waɗɗii mbeewa muuɗum. Wakkati go’oto bojel daɗi fowru.

Fowru wi’i “ndamndi muuɗum ndii koyngal muum goom woni no haɗa ɗum dillude”. Ndu itti ngal ɗon kay ndu nyaami. Ndamndi ndin ɓeydi daasaade kaden. Bojel wi’I : “Kooni ay baase[3] war njahen en nyawlii.” Fowru hooƴi itta koyngal gonnngal kadin ngam kanngal woni no haɗa ndamndi ndin yahde. Ndu itti ngal ndu nyaami. Non faa ndu nyaamdi ndamndi ndin fuu, heddii taƴel go’otel. Ndu linnyi ngel wojere ndu wi’i : “Jaɓu ay baase an duu meeɗu.” Bojel jaɓi taƴel ngel watti nder bootooru muuɗum.

Nde ɓooyuno seeɗa bojel wi’i :

– Hey, ay baase joonkay selu mi hoorgine.

– Miɗo wara, mi tampii jaati.

Wojere hoorgini o faa ɓe njottii nder toggere goom. Fowru wi’i : “Munyanam ay baase. Mi yahan nder toggere ndee mi warta”. Nder toggere ton, ndu itti siruuji moolanaaɗi Alla, ndu haɓɓondiri ɗi faa wooɗi.

Nden ndu wari ndu waɗɗii dow nga’ari ndin tawi indu suuɗi siruuji ɗin. Ko ɓe puɗɗiti yahdu, ndu fuɗɗii indu hooƴa siruuji ɗin indu faɗɗa nder pooɓe nga’ari ndin, nga’ari heddoo na diwa. Fowru wi’i : “Heey! Wallaahi! Nga’ari ndii na boni! Fooɗu ɓoggol mayri.” Jaka siruuji ɗin fowru woni no fooɗira keketi nga’ari ndin no nyaama.

Ɓe njottoyii hadde feto goom, ɓe njippii faa ɓe nyalla. Fowru wi’i :

– Bojel, ay baase joonkay waddu faa mi yarnowa nga’ari ndin feto.

O yahri ndi daande feto ngon. O talliti nga’ari ndin nder loopal faa nanndi he ngiroy. Joonkay nii fowru yoofi ndi, riwiri ndi haro wojere, no wi’a : “Ay baase yoo! Ngiroy! Ingu wara haro maaɗa!”  Bojel farbi falii nga’ari ndin, yuwi ndi labbo he domre. Nga’ari saami, waati wakkati on. Fowru wi’i o :

– A waɗii bone, ngam maaɗa nga’ari ndin waatii, gila nden miɗo wi’ee nga’ari meen, nga’ari men, faa njuwu-ɗaa ndi.

– Mi nanaay. Mi sikkayna mbi’u-ɗaa ngiroy, ngiroy.

– Nga’ari ndin noon, wanaa ndi saamanam nder loopal.

Tilay wojere hutti nga’ari muuɗum. Ɓe ceeli ndi, ammaa wojere wondaaka hawtude he fowru teewu muuɗum.

Wojere na hollira naange na yanoya. Nde wi’i fowru :

–  Ay baase ndaaru hiite nana too. Yaha ittanoy en.

Fowru doggi yahde, ndu doggi faa naange yani ndu hewtaay hiite ngen. Wojere heddii kam tan, juɗi ceeli ɗin, ƴeencidi dow lekki. Fowru wartoyi. – Mi heɓaay hiite.

– Hey, min kay mi heɓii no njuɗir-mi teewu ngun, mi ƴeenci lekki.

– Dey, min lee, noye ngaɗan-mi?

– Walaa no ngaɗaa. A nyaami ndamndi maaɗa aan tan, min duu mi nyaama nga’ari am min tan.

Fowru eeli faa tampi, wi’i too a yi’an.

Ɗoo ngol kay haaɗi. Taalol Lukka hokki kam ngol min duu mi hokkii on ngol.

◊◊◊

La hyène et le lièvre cheminaient ensemble. Ils souhaitaient rendre visite à leurs beaux-parents. La hyène se tourna vers le lièvre et lui demanda :

– Mais quel cadeau allons-nous leur amener?

– Je sais ce que nous pouvons amener : du miel. Je sais où en trouver.

– Où se trouve ce miel?

– J’ai du miel dans une montagne en pleine brousse.

Ils partirent ensemble vers la brousse et arrivèrent à la montagne. Le lièvre dit à la montagne : « Ouvre-toi! » et la montagne s’ouvrit. Le lièvre passa la tête et enleva du miel. Il dit alors à la montagne : « Ferme-toi! » La montagne fit « Koup! » et se referma. Le lièvre fit goûter le miel à la hyène. Celle-ci s’exclama : « Incroyable! Cette chose est délicieuse. » Le lièvre remplit sa gourde de miel.

La hyène fit donc comme le lièvre : « Montagne, ouvre-toi! » dit-elle. La montagne s’ouvrit et la hyène passa la tête et se servit de miel, à son tour. Elle se retira ensuite et dit à la montagne : « Ferme-toi! », la montagne fit « Koup! » et se referma. La hyène lécha les babines et mit, elle aussi, le miel dans sa gourde.

Ils partirent pour la demeure de leurs beaux-parents. Quand ils marchèrent une bonne distance, le lièvre voulut jouer un vilain tour à la hyène qu’il savait très idiote. Il lui dit :

– Voilà ce que nous allons faire : chacun de nous va boire son miel, puis déféquer dans sa gourde. C’est ça que nous allons offrir à nos méprisables beaux-parents, car c’est ce qu’ils méritent.

Le lièvre fit alors semblant de boire en portant le goulot de la gourde à sa bouche pendant un long temps puis dit :

– Hyène, moi, j’ai bu le mien.

– Tu l’as bu? demanda la hyène.

– Oui, je l’ai bu.

La hyène plaqua sa gourde sur bouche but tout son miel. Après quoi, elle mit sa gourde entre ses fesses, la remplit de matière fécale et la referma.

Ils repartirent et arrivèrent enfin chez leurs beaux-parents. Quand ceux-ci les aperçurent, ils accoururent à leur rencontre. Le lièvre tendit sa gourde à sa belle-mère et lui dit de goûter. La belle-mère du lièvre mit ses doigts dans le miel, les lécha et le trouva très délicieux.

La hyène, à son tour, tendit également sa gourde à sa belle-mère et lui demande de goûter. Elle mit sa main qui brûla et devint toute rouge. La belle-mère de la hyène supporta la douleur et l’humiliation sans broncher. Chacune des belles-mères referma sa gourde.

Ils se suivirent jusqu’au village. Une fois arrivés, on prépara à chacun une couche pour se reposer. On étendit une natte pour le lièvre et on lui apporta un oreiller. On étendit une peau de chèvre à la hyène et on lui mit une souche comme oreiller. La belle-mère de la hyène ramassa du gravier, le mélangea à du mil et le lui offrit comme dîner. On fit un plat de riz au lièvre.

La hyène et le lièvre prenaient leur repas au même endroit. Quand la hyène mâchait, elle disait : « Ouille, ouille, ouille! Un caillou! Il y a des cailloux dans ce repas. » Elle crachait. Le lièvre lui mangeait doucement, savourant ainsi son dîner. La hyène dit : « Que chacun fasse goûter à l’autre son plat. » Le lièvre tendit une bouchée de riz au beurre de vache à la hyène. La hyène tendit une poignée de son plat au lièvre que celui-ci trouva immangeable. La hyène proposa au lièvre :

– Mangeons ensemble!

– Nous ne mangerons pas ensemble, répliqua le lièvre, que chacun mange son plat.

Après le repas, chacun d’eux rejoignit sa couche. La hyène qui était très affamée passa la nuit à manger la peau de sa couche.

Ils restèrent deux nuits chez les beaux-parents et repartirent au matin du troisième jour. La belle-mère de la hyène lui offrit un bouc. Le lièvre, lui, sa belle-mère lui offrit un taureau. Ils repartirent ensemble en tirant derrière eux un taureau et un bouc. Mais un taureau et un bouc peuvent-ils cheminer ensemble? Ils ne le peuvent pas! Le lièvre monta sur son taureau et la hyène sur son bouc. Aussitôt, le lièvre prit de la distance sur la hyène.

La hyène dit de son bouc qu’une de ses pattes l’empêchait de marcher, elle la lui arracha et la mangea. Le bouc se traînait davantage encore. Le lièvre dit à la hyène : « Oh amie, dépêchons, la journée avance! » La hyène décida d’enlever une autre patte au bouc, car, selon elle, cette dernière l’empêchait de marcher. Elle enleva celle-là aussi et dévora entièrement le bouc, il ne laissa qu’un petit morceau. Elle le tendit au lièvre : « Tiens mon ami, goûte, toi aussi. » Le lièvre prit le petit morceau et le mit dans son sac. Quelques instants plus tard, il dit :

– Mon amie, viens monter avec moi sur le taureau.

– Avec plaisir, car je suis fatiguée.

Le lièvre la prit sur le taureau jusqu’à ce qu’ils atteignirent un bosquet. La hyène dit : « Attends-moi, mon ami. Je vais aller dans ce bosquet revenir. » Dans le bosquet, elle coupa de fines branches rugueuses et les attacha les unes contre les autres. Elle remonta ensuite sur le taureau avec les branches qu’elle avait camouflées. Quand ils se remirent en marche, elle commença alors à les enfoncer dans les fesses du taureau qui se mit à se cabrer. La hyène dit : « Bon Dieu! Que ce taureau est nerveux! Tire donc sur sa corde! » En fait, c’est avec les branches que la hyène tirait les viscères du taureau pour les manger.

Ils arrivèrent près d’une mare et décidèrent d’y passer la journée. La hyène dit : « Lièvre, mon ami, donne-moi le taureau pour je l’amène s’abreuver à la mare. » Elle emmena le taureau sur les bords de la mare et le fit se rouler dans la boue tant et si bien qu’il finit par ressembler à un phacochère. Alors la hyène le lâcha en direction du lièvre et s’écria : « Oh mon ami! Un phacochère! Il arrive droit sur toi. ». Le lièvre se précipita, barra le chemin au taureau et enfonça une sagaie dans sa poitrine. Le taureau mourut sur le champ. La hyène lui dit :

– Quel malheur! Le taureau est mort par ta faute! Je te disais « notre taureau, notre taureau » et tu l’as transpercé.

– Je n’ai pas entendu. Je croyais que tu me disais « Un phacochère, un phacochère! »

– C’était le taureau. En fait, il était tombé dans la boue.

Malgré lui, le lièvre dépeça son taureau qu’ils coupèrent en petites lanières. Mais le lièvre n’avait nullement l’intention de partager sa viande avec la hyène.

Le lièvre s’apercevant que le soleil allait se coucher, dit à la hyène : « Mon amie, regarde, un feu là-bas, va nous en chercher. » La hyène partit en courant, elle courut jusqu’à ce que le soleil soit couché mais n’atteignit pas le feu. Le lièvre, resté seul, grilla les lanières et grimpa avec dans un arbre. La hyène revint et dit :

– Je n’ai pas trouvé de feu.

– Oh moi, j’ai trouvé comment griller la viande et je suis monté dans l’arbre.

– Et moi alors? Que vais-je faire?

– Tu n’as absolument rien à faire! Tu as mangé ton bouc seul, je vais donc manger mon taureau tout seul aussi.

La hyène le supplia en vain et finit par dire :

– Très bien, j’ai compris, tu me le paieras cher.

Ainsi se termine cette histoire.

Ce conte c’est Loukka qui me l’a offert, je vous l’offre à mon tour.


  1. Innaadilaahi < L'arabe : nous ne revenons à d'autre qu'à Dieu. Terrible!
  2. Dekanaa < Zarma, deke : poser sur, déposer.
  3. Ay baase < zarma : (moi cousin) mon cousin. Mais dans ce parler, mon ami.