11 Ɓii- ɓuureeje – L’enfant de beurre

Conté par Didiatou Hassoumi

Debbo goom no wi’ee Diija Boolo, o rimataa. Walaa fuu ko o waɗaay, walaa fuu to o yahaay. O yahi to giimmaaɓe[1], o ŋaarii, o heɓaay. O yahi to moodiɓɓe, o ŋaarii[2], o heɓaay. Nyallaande goom o hawri he foondu. Foondu ndun wi’i mo, o yaha, o tama ɓuureeje ɗiɗi, o resa ɗe, o ommba ɗe nder le’al faa ɗe mbaala. Ndu tabbintinani mo se o ommbii ɗe faa fajiri, ɓureeje laatotoo ɓiɗɗo.

O waɗi non. O ommbi ɗe, ko o wartoy fajiri o tawi ɓureeje ɗen laatake ɓiɗɗo debbo. Foondu ndun wi’i debbo on, o hakkila he huunde wo’otere : ndu haɗi mo ɓiɗɗo debbo on mooree nder naange. Imo waawi waɗde huunde fuu, ammaa go’otum fuu to waɗa o mooree nder naange.

Diija Boolo heɓii ko filotono duuɓi ɗii fuu. O seyii, o weltii. O jooɗodii ɓiyiiko nder mbela e hakkillo waaliingo. Suka mawnii laatii surbayel lobbel. Nyallaande ko fijo mawngo no siryee, sukaaɓe fuu no paroo faa ŋarɗa nder fijo ngon. Cukalel dewel duu no muuyi waɗa ko sukaaɓe rewɓe ngoni no ngaɗa. O ƴami inniiko o mooree. Nder tefol ko welata bajjo makko Diija Boolo yahri morgol to yeyraajo nayeejo goom. O anndini on mboɗa suka makko, nden o hooti wuro makko.

Moroowo on sancan mo gina nden ko moora o. Yeyraajo on fuɗɗi sancude mo yaasin. Suka debbo juwi wi’i mo : “Naange hewtii kam.” Yeyraajo wi’i munyu : “Accu, faa mi jinna sukundu nduu tan.” To o njinnata ndu fuu koyɗe ɗen, pooɓe ɗen e ganndeere suka debbo fuu taayi. No ɗum yaawiri to yeyraajo fahmata ko waɗi fuu sukundu tan heddanii ɗum nder juunngo.

Diija Boolo nyalli na reeni ɓiyum. O heɗii faa sallifanaa, o yahi to mooroowo, o tawi no jogii cukulel go’otel he juunngo muuɗum. Nde Diija Boolo yi’uno sukundu ndun fuu nesi muuɗum taƴi, haaƴi :

– dey toy ɓiyam.

–  Hey ɓiya yaa sukundu nduu tan heddii.

 Inna on miccintini mo :

– Wanaa mi wi’aana ma ta mooraa o he naange.

Yeyraajo tefi faa fahmtina mo :

– Wallaahi, suka on no wi’a kam min koota nder mbeelu, miɗo wi’a o munya faa mi jinna ngol.  To njinna-mi fuu tawi joonkay o taayidii.

Diija Boolo yanii, o mursii bajjo makko go’oto goodanooɗo, o walaa ballo nder mboyngu ngam njananndi o tawaa. Noye o waɗata ko o anndina inniiko maayde bajjo makko? Nden kumaarewal na wittoo. Diija Boolo ƴami ngal mballa. O wi’i kumaarewal ngal yaha haalanowa innamum maayde bajjo makko. Kumaarewal ngal fiiri, yahde haro wuro inniiko. Ngal weeli dow wurooji keewɗi ingal wi’a :

Kumaareyel kuma.

Inna Diija Boolo.

Kumaareyel kuma.

Diija wi’i mi sanne

Kumaareyel kuma.

Mi jowte dey mi sanne.

Kumaareyel kuma.

Nii ngal waɗtee nder laawol : “Yaha witta suudu inna Diija Boolo na yeeso.”

Ngal yaha ngal hoɗoya, dow huɓeere goom koyne. Ngal wi’a :

Kumaareyel kuma.

Inna Diija Boolo.       

Kumaareyel kuma.

Diija wi’i mi sanne

Kumaareyel kuma.

Mi jowte dey mi sanne.

Kumaareyel kuma.

Nii ngal hollee laawol.

Kumaareyel kuma.

Inna Diija Boolo.

Kumaareyel kuma.

Diija wi’i mi sanne

Kumaareyel kuma.

Mi jowte dey mi sanne.

Kumaareyel kuma.

Nii ngal holtee laawol wi’ee: “Yaha yeeso.”

Faa ngal yottii kuɓeeje tati. Joonkay ngal hoɗi dow lekki, ngal wi’i :

Kumaareyel kuma.

Inna Diija Boolo.       

Kumaareyel kuma.

Diija wi’i mi sanne

Kumaareyel kuma.

Mi jowte dey mi sanne.

Kumaareyel kuma.

Inna Diija Boolo holli ho’ore muuɗum : “Miin woni inna Diija Boolo.” Kumaarewal wi’i :

Inna Diija Boolo.

Kumaareyel kuma.

Diija wi’i mi jowte.

Kumaareyel kuma.

Mi jowte dey mi sanne.

Kumaareyel kuma.

Bajjo Muuɗum maayi.

Kumaareyel kuma

O maayi hecci-hankin.

Kumaareyel kuma.

Joonkay nii inna Diija Boolo taƴi yoori, laatii haaƴre. Diija Boolo mursii ɓiyiiɗum, mursi inniiɗum.

◊◊◊

Une femme qui se nommait Dîdja Bôlo ne pouvait avoir d’enfant. Elle avait tout essayé et avait sillonné toutes les contrées et consulté tous les féticheurs et autres marabouts, en vain. Un beau jour elle rencontra un oiseau. Cet oiseau lui dit de préparer deux mottes de beurre de vache et de les enfermer dans une écuelle toute une nuit. Il lui promit que si elle les enfermait jusqu’à l’aube, les mottes de beurre se transformeraient en bébé.

Ainsi dit, ainsi fait. Elle les enferma et quand elle revint à l’aube les mottes de beurre s’étaient métamorphosées en une fille. L’oiseau formula une seule mise en garde à la femme : il lui interdit formellement de tresser les cheveux de la fillette au soleil. Tout lui était permis, mais on ne devait absolument pas lui tresser les cheveux au soleil.

Dîdja Bôlo avait enfin trouvé ce qu’elle cherchait depuis tant d’années. Elle était heureuse et épanouie. Elle resta avec sa fille dans la joie et la quiétude. Le bébé grandit et devint une jolie petite fille. Un jour qu’une grande fête se préparait à venir, toutes les filles se préparaient pour être belles à la fête. La jeune fille aussi voulait faire comme toutes les autres. Elle demanda à sa mère de lui faire tresser les cheveux. En voulant faire plaisir à sa fille unique, Dîdja Bôlo l’amena se faire tresser les cheveux chez une vieille femme. Elle l’informa de l’interdit de sa fille et retourna chez elle.

La tresseuse devait défaire ses anciennes tresses avant de la tresser. La vieille femme se mit alors à lui défaire les cheveux en plein air. La fille s’exclama soudain :

– Le soleil m’a rattrapée.

– Attends, lui répondit la vieille femme, laisse-moi finir juste cette tresse.

Le temps qu’elle la termine, les jambes, les fesses et la poitrine de la fillette fondirent. La chose avait été tellement rapide que le temps que la vieille femme réalise ce qui se passait, il ne lui restait dans la main qu’une tresse.

Dîdja Bôlo passa la journée à attendre sa fille. Elle attendit toute la matinée, jusqu’à la première prière de l’après-midi, elle se rendit alors chez la coiffeuse et la trouva avec une seule petite mèche dans la main. Quand Dîdja Bôlo vit la mèche, elle eut un mauvais pressentiment et hurla :

– Mais où est mon enfant?

– De ton enfant, il ne reste que cette mèche.

– Je t’avais pourtant bien dit, lui rappela la mère, de ne pas la tresser au soleil!

– En effet, la petite me disait de nous mettre à l’ombre et je lui disais d’attendre que je finisse la tresse. Mais le temps que je finisse, elle a entièrement fondu.

Dîdja Bôlo était anéantie; elle venait de perdre sa fille unique et n’avait personne pour partager sa douleur, car elle vivait en terre étrangère. Comment prévenir sa mère de la disparition de sa fille unique? Juste à ce moment, une grue vint à passer. Dîdja Bôlo sollicita son aide. Elle dit à la grue d’aller prévenir sa mère du décès de son enfant unique. La grue s’envola en direction du village de la mère. Elle survola plusieurs villages et disait chaque fois :

Petite grue chante

Mère de Dîdja Bôlo.

Petite grue chante.

Dîdja m’a dit de te saluer.

Petite grue chante.

Que je te salue et que je demande des nouvelles.

Petite grue chante.

On lui indiquait ainsi le chemin : « Continue, la maison de la mère de Dîdja Bôlo est plus loin. » Elle poursuivait son vol et se posait sur un autre toit et répétait :

Petite grue chante.

Mère de Dîdja Bôlo.

Petite grue chante.

Dîdja m’a dit de te saluer.

Petite grue chante.

Que je te salue et que je demande des nouvelles.

Petite grue chante.

Elle vola plus loin encore et dépassa trois villes. Elle se posa enfin sur un arbre et dit :

Petite grue chante.

Mère de Dîdja Bôlo.

Petite grue chante.

Dîdja m’a dit de te saluer.

Petite grue chante.

Que je te salue et que je demande des nouvelles.

Petite grue chante.

La mère de Dîdja se présenta : « C’est moi la mère de Dîdja Bôlo. » La grue dit :

Petite grue chante.

Mère de Dîdja Bôlo.

Petite grue chante.

Dîdja m’a dit de te saluer.

Petite grue chante.

Que je te salue et que je demande des nouvelles.

Petite grue chante.

Son unique enfant est morte.

Petite grue chante.

Elle est morte avant-hier.

Petite grue chante.

La mère de Dîdja Bôlo reçut brutalement la nouvelle et le choc la figea, elle se transforma en pierre. Dîdja avait perdu son enfant et elle perdit aussi sa mère.


  1. Giimaaɓe << Zarma, ziimay : les guérisseurs qui organisent les danses de possessions et font de la divination.
  2. ŋaari < Zarma, ŋaarey : demander, quémander, implorer, prier.