5 Fowru he mbaalu – La hyène et le mouton

Conté par Daouda Amadou

Fowru na nii na dilla ley kollangal faa fotti he mbaalu, ɓinngel baalel nyawngel goom. Fowru wi’i ho’ore muum ɓinngel baalel ngel kay Alla ni hokki ɗum ngel, kam roondataako ngel sako kam tampa. Kam accan faa ngel dilla ngel naata ley kuubuuhi kam tawa ngel toon da kam nyaama ngel. Ndu walaa anniya ndu ronndoo ngel ndu tayna kuubuuhi to sukki, kayru kay ndu waɗataa non.

Ɓinngel baalel nanngi na dilla joon kay fowru na tokkitii. Jaka rawaandu ladde na ley kuubuuhi to ɓinngel baalel woni na naatoya. Ɓinngel baalel wari naati ley kuubuhi, wurtoroy haro too. Fowru miilataana ingel nder kuubuuhi, doggi warde faa nyoƴƴa ngel. Ko rawaandu ladde ndun sonnyinaa nder powtiri muuɗum, ummii nanngi fowru bugii ndu yaasin. Fowru ley ƴinƴere muuɗum e no huunde nden yaawiri faamaay ko rawaandu ladde bugii ɗum. Ndu wi’i “Heey ɓinngel baalel nyawngel ngel waɗi kam ɗum, joon ngel henynyi.” Ndu doggi joon kay warde, burda burda, rawaandu ladde nanngi ngi bugii koyne. Ndu wi’i : “Heey se mi seedaay he baalel ngel, ngel waran kam.” Jaa ɓinngel baalel kam wittoyake ammaa fowru kam kay faamaay ko wanaa kanngel non.

Joon kay nii fowru woosii kuubuuhi kin, ndu hewtiyii ɓinngel baalel, ndu takkitii ngel. To ndu fotti he maggel fuu ndu woosoo ngel, ndu wi’a “Ngel! Ngel woodi semmbe joon. Ngel! Heey mi ɓattataako ma, aan daa bugii kam naane.” nii, faa ɓinngel baalel wari naati nder wuro. Joonkay fowru heddii na fiiloo gaɗa wuro, abadaa naatataa ngam kulal ɓinngel baalel. Ɗum waɗi ko fowru na fiiloo gaɗa wuro.

◊◊◊

La hyène qui marchait dans la plaine rencontra un petit mouton malade. Elle se dit que ce mouton était un cadeau de Dieu, elle n’avait même pas à se fatiguer pour le porter, il lui suffisait d’attendre qu’il se mette à l’abri de l’acacia pour l’attraper et le manger. Elle n’avait donc pas l’intention de le porter jusqu’à l’arbre dans les hautes herbes.

Le petit mouton marchait, suivi par la hyène. Mais le lion se trouvait sous l’acacia où s’engagea le petit mouton. Le petit mouton passa sous l’arbre et ressortit de l’autre côté. La hyène, pensant que le mouton était dans le bosquet, se précipita pour l’attraper. Le lion, dérangé dans son repos, se leva, saisit la hyène et la projeta hors de l’ombre de l’arbre. La hyène, sous l’effet de la surprise et de la violence du geste, n’avait pas compris que c’était le lion qui l’avait jeté dehors. Elle se dit : « Quoi? C’est ce petit mouton malade qui m’a fait ça? Il va voir ce qu’il va voir maintenant. » Elle accourut burda, burda… Le lion la saisit et l’éjecta à nouveau. Elle dit : « Oh! Si je ne laisse pas ce petit mouton tranquille, il va me tuer. » Le petit mouton, lui, était parti depuis bien longtemps, mais la hyène, elle, n’avait toujours pas compris que ce n’était pas le petit mouton.

Alors, la hyène s’écarta du bosquet. Elle finit par rattraper le petit mouton, mais prit soin de s’éloigner de lui. Partout où elle le croisait, elle s’écartait de son chemin en disant : « Ce petit! Ce petit a de la force! Pas question que je m’approche de toi, c’est toi qui m’as jeté en l’air tout à l’heure. » C’est ainsi que le petit mouton atteignit le village sans encombre. Quant à la hyène, elle se mit alors à rôder autour du village sans jamais y entrer par crainte du petit mouton. Voilà pourquoi la hyène tourne toujours autour du village…