14 Heentoore – La belle-fille

Conté par Sa'iidu Danzo

Kadiija no cukalel pamarel ko inna muuɗum maayi. Baabiiko deewli debbo goom. Deeyi baabiiko keso no boni sanne. Cukalel dewel alyatumiyel ngel nyallan no lawƴa tummbuɗe. Abbiiko no woodi jawdi keewndi : be’i, baali, na’i, joolooɗi, pucci re’ataa. Ammaa nde ɓe ɓiri fuu ɓe kokkataa Kadiija kosam, abada. Nyallaande fuu he leydi ngel fukkotoo, ammaa kanko nyallata no lawƴa tummbuɗe e gubooji. Nyallaande goom o heeraaki o fusi gubooru.

Gubooru ndun helii, o waddi ndu to innaajo makko. Oon wi’i mo o yahara ndu to Aali Gamgammata, gorko maniraaɗo bonde. Kadiija haaytinii “Hey toye, wuro Aali Gamgammata?”  “Oo wuro Aali Gamgammata.” Cukalel dewel hooƴi gubooru dilli, laaɓini maayde muuɗum fonndii.

Nde o wurtino wuro fuu o hawri he suundu. Ndu wi’i o : “Hey, cukalel toye njahata?” O nootii :  

Innaa, inna tokooso.

Wi’i kam to Aali Gamgammata.

Nde innde Aali Gamgammata innndano fuu suundu yurmaa cukalel dewel, dey wi’i ngel “yaha laawol maaɗa, min duu miɗa ɗappinii dow ngol am.” Yeeso ɗon ngel hawri he fowru, ƴami ngel : “Hey suka toye njahata?” Ngel nootii :

Innaa, inna tokooso. 

Wi’i kam to Aali Gamgammata.

Fowru ndun duu yurmaa ngel acci ngel wittii.

Nden ngel hawri he rawaandu ladde. Kam duu ƴami ngel: « Cukalel toy njahataa? ”

O yimi jimol go’otol ngol.

Innaa, inna tokooso.

Wi’i to Aali Gamgammata.

Rawaandu duu wi’i mo haala ngo’ota kan ni : “Yaha laawol maaɗa, min duu miɗa ɗappinii dow ngol am.”

Nii o waddi he ko o fotti fuu.

Faa o yottii o tawi Aali Gamgammata na nder batu muuɗum tummbuɗe na piya, geegeeji na piya, kolli na piya, ceereedi na piya. Aali Gamgammata kam woni mawɗo batu ngun. Neɗɗo fuu na ndeenii ko’e muuɗum’en he makko na kula o. Neɗɗo suusaa ɓattade o. Suka debbo wari darii naati no yima :

Innaa, Inna tokooso

Wi’i to Aali Gamgammata.

Gorko goom nanani mo, wi’i jamaaje kettinoo ko suka oo woni na wi’a. O tinnii omo yima gorko on haalanoyi Aali Gamgammata. On wi’i kam waddanee suka debbo. O waddaa.  Suka debbo on halani o ko waddi ɗum. Gaɗa ko o hettinanii filla nguurndam makko, ngori ngin yurmaa mo sanne. Nden woni aranndeere ngori ngin ko ɓernde muum hecciɗi sanne. O wi’i on yaharee nder ɓaade, lootee faa laaɓa, hokkee kolte. O hooƴi anniya o deewlan on. O deewli on. On wari jooɗii, laatii debbo lobbo, nguurndam muuɗum weli wooɗi nder ɓaade Aali Gamgammata.

Haro maɓɓe ton, abbiiko e kondey makko jawdi ndi njogino fuu hantii. Abbiiko wartiri ho’ore muuɗum bomoowo ngam heɓa ko wuurdi. Nyallaande goom goriyo e deekiyo on tawaa dabbungal Aali Gamgammata. Ɓe keddii joonkay iɓe mboma iɓe kokkee. Ko Kadiija nani saawto garbinooɓe ɓen, wi’i kam duu yahranan ɓe sadaka. Gilla o wurtii, o annditi abbiiko e kondey makko. O doggi o soƴƴii nder ɓaade imo woya. Gollooɓe makko ƴami o ngam ɗume ko imo woya. O wi’i ɓe : “Himɓe ɓee ɓe nji’oton, inna am he abba am non.”

Gilla Aali Gamgammata haalanaa, wi’i ɓe ngaddee. Ɓe njaharana ndiyam ɓe lootii faa ɓe laaɓi. Ɓe kokkaa kolte. Aali Gamgammata hokki ɓe ɓaade to ɓe njooɗotoo.

Ngol du ɗoo haaɗi.

◊◊◊

Kadidja était encore une toute petite fille quand sa mère mourut. Son père avait alors épousé une autre femme. Cette nouvelle épouse de son père était très méchante. La petite orpheline passait ses journées à laver des calebasses. Son père possédait un important cheptel : des chèvres, des moutons, des vaches, des dromadaires et des chevaux à n’en point finir. Mais quand ils les trayaient, ils ne donnaient jamais de lait à Kadidja. Elle dormait toujours à même le sol et c’est elle qui à longueur de journée lavait les calebasses et les gourdes. Un jour, elle brisa par méprise une gourde.

La gourde se brisa et elle dut l’apporter à sa belle-mère. Cette dernière lui dit de l’apporter chez Ali Gangamata, un homme réputé pour sa cruauté. Perplexe, Kadidja s’écria :

– Où? Chez Ali Gangamata?

– Oui! Chez Ali Gangamata!

La jeune fille prit la gourde et partit assurée d’aller vers sa mort. Dès qu’elle sortit du village, elle rencontra le chacal qui lui dit :

– Eh, petite enfant! Où vas-tu?

– Ma mère, ma petite mère m’a dit d’aller chez Ali Gangamata, répondit-elle.

À l’annonce du nom d’Ali Gangamata, le chacal eut pitié de la petite fille et lui dit : « Suis ton chemin tranquillement; moi, je reste embusqué sur le mien. »

Plus loin, elle rencontra la hyène qui lui demanda :

 – Eh, petite enfant! Où vas-tu?

– Ma mère, ma petite mère m’a dit d’aller chez Ali Gangamata, répondit-elle.

La hyène aussi eut pitié d’elle et la laissa partir. Elle rencontra le lion qui lui demanda :

– Eh, petite enfant! Où vas-tu?

– Ma mère, ma petite mère m’a dit d’aller chez Ali Gangamata, reprit-elle avec le même refrain.

Le lion à son tour lui dit la même chose : « Va ton chemin tranquille, je reste là embusqué. »

Elle adopta la même attitude avec tous ceux qu’elle rencontrait jusqu’au jour où elle trouva Ali Gangamata au milieu de son monde. On y battait des calebasses, on jouait du violon, de la guitare, de la flûte… Ali Gangamata était le maître des lieux. Il était craint et redouté de tous. Personne n’osait l’approcher. La fille se présenta et se mit à chanter :

Ma mère, ma petite mère

M’a dit d’aller chez Ali Gangamata.

Un homme l’entendit et demanda à l’assemblée d’écouter ce que disait cette enfant. Elle continua à chanter et l’homme alla prévenir Ali Gangamata. Celui-ci demanda qu’on lui amène la jeune fille. La jeune fille lui raconta alors pourquoi elle était venue. Après avoir écouté le récit de sa vie, le grand homme fut pour la première fois ému au plus profond de son cœur. Il ordonna qu’on l’emmena dans sa maison, qu’on la lave proprement et qu’on lui donna des habits. Il avait décidé de l’épouser. Il fit d’elle sa femme. Elle resta là, devint une belle femme et sa vie se déroulait heureuse chez Ali Gangamata.

De leur côté, son père et sa belle-mère perdirent tout leur bétail. Son père dut s’improviser danseur pour gagner son pain. Un jour, le couple se retrouva devant la maison d’Ali Gangamata. Ils se mirent à danser et on leur donnait l’aumône. Quand Kadidja entendit la rumeur des mendiants, elle se dit qu’elle allait aussi leur porter l’aumône. Dès qu’elle sortit, elle reconnut son père et sa belle-mère. Elle retourna en courant dans la maison en pleurant. Ses domestiques lui demandèrent pourquoi elle pleurait. Elle dit : « Ces gens que vous avez devant vous, ce sont mon père et ma mère. »

Aussitôt informé, Ali Gangamata demanda qu’on les conduisît jusqu’à lui. On leur apporta de l’eau, ils se lavèrent proprement. On leur donna des habits et Ali leur fit don d’une maison où habiter.

Ainsi s’achève ce conte.