1 Faatumata Damsoonde – La jeune fille et le génie

Conté par Sa'iidu Danzo

Waɗiino suka debbo jonuɗo deewgal. Inniiko e baabiiko njarni o. Nyallaande gooɗom kanko e[1] yahdiraaɓe makko ɓe mbaccoyi. Ko o arti yahdiraaɓe makko gaynude, o yahi o fukkoy ley lekki o ɗaani. Nde yahdiraaɓe ɓen ngaynuno, ɓe ndilli ɓe pinndinaay o.  Ɓe acci o kanko tan ɓe kooti wuro. Sukaaɓe rewɓe ɓen fuu no kiranno mo sanne ngam kanko tan sukaaɓe worɓe fuu kenani. To o ɗaani ɗon ginnaaru wari tawi o. Ndu hooƴi o, ndu yahri wuro mayru, nder ladde yoolummbere.

Kanko suka oo, o wi’ataakena Faatumata. Omo woodi banndiyo gorko go’oto. Waɗi duuɓi iɓe ndaara o nder adunaaru nduu fuu ɓe ngi’aay o. Banndiiko gorko cuɗɗunooɗo ko o majji laatake jooni jokolle jonuɗo nyaaƴana rewɓe. To o yahi faa o yeewta fuu rewɓe ɓen mbi’a : “Umma gere amin. Aan le ɗoo daa bannda debbo halki. Moye anndi to o yahi? A dusanaaki ɗum yahde baa nokku. Aɗa dilla aɗa fiiloo”.

Ginnaaru ndun no woodi beeme maaro, indu woodi beeme ceeli, beeme ko’e himɓe e beeme bacce. So weetii ni ndu dawa, ndu dawra funnaange[2], alaasara[3] ndu ƴuwra yannaange warde. Se indu woɗɗii ndu heddoo indu nodda : “Faatumata Damsoonde yoo.”

On wi’a :

– Yeyyalaloo.

– Kummbaajo suudu.

– Yeyyalaloo.

– Koddaajo suudu.

– Yeyyalaloo.

Faatumata Damsoonde doga, wara hawra he mayru. Joonkay ndu wara indu roondii ko’e himɓe ɗe ndu taci nder ladde. O jaɓana ndu yoga ko’e, ɓe njaha ɓe ngattowa nder beeme. O yaha o waddana ndu ndiyam, ndu yaha ndu lootoyoo.

Banndiyo gorko on rewɓe accaay torrude o, to o yahi hiiroyde fuu ɓe mbi’a : “hay hikita ɗoo, aan Sammbo! Heey! Ƴiwu gere am! Toye Faatumata mooɗon? Wanaa kam nanna halki. Neɗɗo fuu yi’aay to o maayi.”

Sammbo yi’i feloore ndee ɗuudii sanne, fahmi duu waawataa waɗude baa nde wonaa o tefu o anndi ko banndiiko debbo oo laatii. O adi anniya o naata ladde kanko tan o tefowa mo. O naati laade, o heddii omo dilla faa o yottii nder ladde yoolummbere. Suka gorko on yottii tawi beemoy gooɗom nder kaaƴe ginnaaru ndun, adduhaaje[4], kayru ndu dawii illa subaka. Sammbo ɓattii kaaƴe ɗen nden Faatumata wurtii. Faatumata yi’i o, dogi fiilii he makko, wi’i :

– Heey Sammbo aan nii! Heey Sammbo aan nii!

O wi’i :

– Wallaahi miin non. Oo Faatumata gaa ngonu-ɗaa[5]?

– Gaa ngonu-mi, walla[6].

– To moy’en ngonu- ɗaa gaa?

– Hee! To ginnaaru gooɗum ngonu-mi. Kuunga gom ngondu-mi he muuɗum gaa, Alla hollataama yeru magga hulƴinaare. Dey se nga tawii ma gaa, nga warete.

Faatumata waɗani o mbattaari ceeli. Ɓe nyalli iɓe njeewta faa laasara.

O hooƴi banndiiyo gorko on, o wattoyi ɗum nder beemal bacce, o ommbi ɗum. O ommbi o, o naagii[7] beemal ngal faa wooɗi. Kuuli ngin heddii na wara joon kay, heddii ingi nodda : “Faatumata Damsoonde yoo.”

On wi’a :

– Yeyyalaloo.

– Koddaajo suudu.

– Yeyyalaloo.

Faatumata Damsoonde dogi, wari hawri he mayru. Joon kay ndu wari.

O jaɓana ndu yoga ko’e, ndu wi’I :

– Faatumata miɗo nana henndu tagaaɗo.

– Aa! Innayel am! Moye warata gaa? Innayel am, a yiɗaana nii nyaamaa kam.

– Nyaamaa kam? Jam jam jam! Yo mi nyaam ho’ore am! Jam yo mi nyaam ho’ore am! Mi nyaame zaati[8] . Mi nyaamataa ma walla.

Jahngoore muuɗum, o seli faa ginnaaru ndun dawi. Nde weetuno ginnaaru nduu dawi. Ndu hejji ndu dilli. Kayru se weetii fuu ndu hejjan ndu dilla. Nde weetuno o waddani banndiiko gorko ndiyam lootii. O waɗani ɗum pummaari, on fummi, nden o wi’i o : « Hayaa[9]! aɗa haani kootaa wuro dey ngartaa ɗoo yahde baalɗe. » O rinndani on gineeji[10] , on hootiri wuro.

Nde o wartuno wuro, o wi’i himɓe kam yi’ii banndiiɗum debbo. “A yi’ii o?  – Ayyo, mi yi’ii o. – Heey a fenan!” Naa ko o hunii ko ɓe njaɓii.

Ko nyallaande nden yottii, o soƴƴii to banndiiko debbo on. Tawi on wi’ino nde omo warta fuu o warda joolooɗi.  O waddoyi joolooɗi. Ɓe kofini ɗi, ɓe ndimndi ɗi caggal dillol ginnaaru ndun illa subaka. Keeŋaaje muuɗum he gartol mayru ndu wi’I : “Faatumata henndu biraa bef. – Aa innayel a yiɗaana nii nyaamaa kam. – Jam!” “Jam Alla hiinam bone, mi nyaamataa ma walla!” Hejjere, ginnaaru ndun dilli.

Banndiiko gorko ittoyi joolooɗi ɗin ladde, waddi, ɓe ndimndi ɗi ko’e himɓe e gineeji. Ɓe kucci wuro joon kay. Ɓe ƴiwroyi haro to ndu ƴiwrata. Faatumata na anndi to ndu hetti, to ndu heedata. Ɓe njahi haro mayru. Ndu holliri Faatumata. Ndu wi’I : “Faatumata Damsoonde yoo.” O nootaaki ndu. Saay ndu tokki ɓe faa ɓooyi, ndu seli ɓe ndu soƴƴii wuro mayru.

Ngi dogi ngi hooti winnde, ngi noddi : “Faatumata Damsoonde yoo.”

Soy.

“Kummbaajo suudu.”

Soy.

“Koddaajo suudu.”

Soy.

Ngi fahmii o walaa toon. Kanko nii ngi yi’uno ko walaa no nootoo ngi. Ngi hirnyi, ngi hel-helni beeme ɗen fuu pat, doggi, riiwtini ɓe, saato ngi hewtii ɓe. To ngi yottii ngi hewtii ɓe fuu Faatumata e Sammbo njoowana ngi ko’e tagaaɓe, ngi daroo ingi ŋoola. Ɗum no waɗa wakkati fuu ɓe ɓeyda woɗɗaade. Ngi heddoo ingi ŋoola. Ngi riiwtini ɓe ngi hewtoo ɓe. Faa ɓe kisa ngi ko’e himɓe ɓe kokkata ngi…

Hinoo[11] oo ko ɓe nganndii ɓe ɓattake wuro, ɓe njoori ko’e ɗen fuu nokkuure wo’otere. Ingi hinnii dow majje toon ingi ŋoola ɗe. Kamɓe kay ɓe keɓi ɓe naati wuro, ɓe njahi ɓe njippoyii. Nde ngi hantuno ŋoolol ko’e ɗen fuu ngi tinnii ingi dogga ingi fiiloo wuro.

Joonkay ingi heddii toon gaɗa wuro. Ngi heddii ingi fiiloo tan ingi nodda Faatumata mo himɓe wuro cuuɗi. Worɓe wuro ɓen ƴami suka debbo no waɗetee ko seedee he ginnaaru ndu ; o wi’i ɓe : say nde mbaru-ɗon ginnol ngol se wanaa ɗum fuu ngol waɗan goɗɗum. Faatumata wi’i ɓe : “No watta faa mbaron ndu woni : njahon toon ngaɗon ngayka makka makka. Dey ngatton teenaaɗe nder makka dey ngatton hiite. Day joon kay se hiite ngen mawnii, nden kay nii mi wara mi heeda ka gaa. Se ngi noddii kam fuu mi noototo, se mi nootake fuu naa ndu naatu nder magge.”

Ɓe ngaddoyi, ɓe ngari, ɓe mbasi, ɓe mbasi ngayki mawngi gom. Ɓe piilni ki[12], ɓe ngatti leɗɗe. Ɓe kuɓɓi hiite ngen. Ɓe kuɓɓi hiite ngen faa nge mawni, ɓe anndi wallaahi joon kay nge firɗii, nden ko Faatumata wurti warde. Kanngi le ngi walaa e huunde fuu se wonaa.

“Faatumata Damsoonde yoo.”

– Yeyyalaloo.

– Kummbaajo suudu

– Yeyyalaloo.

Ɗuum tan le ngi watta ingi fiiloo.

Faa o wi’i : “Faatumata Damsoonde yoo.”

O wi’i : “Yeyyalaloo.”

Ngi wi’i saay nder hiite siw ngi maayi.

Ngol hantii, mi taggii ngol faa ngol wooɗii, mi wattii ngol ley nowru Abagow. 

◊◊◊

Il était une fois une jeune fille qui était en âge de se marier. Ses parents l’avaient gavée et engraissée pour le mariage[13]. Un jour, elle partit récolter des pois de terre avec ses compagnes. Ayant fini de ramasser avant les autres, elle alla s’allonger sous un arbre où elle finit par s’endormir. Quand ses compagnes finirent leur récolte, elles s’en allèrent sans la réveiller. Elles la laissèrent seule et rentrèrent au village. Toutes les filles étaient très jalouses d’elle, car, au village, les garçons n’avaient d’yeux que pour elle. Pendant qu’elle dormait, un génie vint la trouver. Il l’enleva et l’emmena chez lui, tout au fond de la brousse.

La jeune fille s’appelait Fâtoumata. Elle avait un frère unique. Pendant des années, on la chercha dans le monde entier, en vain. Son frère, qui était jeune au moment de sa disparition, était devenu un grand garçon en âge de courtiser les femmes. Partout où le frère allait demander la main d’une fille, les femmes lui disaient : « Éloigne-toi de nous! Toi, ta sœur a disparu. Qui sait où elle est allée? Tu n’as pas fait grand-chose pour la retrouver, tu passes le plus clair de ton temps à te promener. ».

Le génie avait des greniers de riz, des greniers de lanières de viande séchée, des greniers de têtes humaines, des greniers de pois de terre. Dès qu’il faisait jour, il s’en allait vers l’Est. Au crépuscule, il revenait vers l’Ouest. Quand il était loin, il se mettait à appeler Fâtoumata.

– Fâtoumata Damsôndé Yoo!

– Oui, oui, répondait-elle.

– La deuxième fille de la famille…

– Oui, oui.

– La dernière fille de la famille…

– Oui, oui.

Fâtoumata Damsôndé courait à sa rencontre. Alors il arrivait, chargé de têtes humaines qu’il avait décapitées en brousse. Elle en prenait une partie et allait les ranger dans le grenier dédié. Elle lui apportait de l’eau et il allait se laver.

Son frère était sans cesse harcelé par les femmes. Partout où il s’arrêtait pour causer le soir, on lui disait : « Ôte-toi de là! Toi, Sammbo, éloigne-toi de moi! Où est ta sœur Fâtoumata? Elle a disparu, personne n’a vu l’endroit où elle est morte. ».

Accablé par les reproches des femmes et conscient qu’il ne pourra rien faire sans avoir fait la lumière sur la disparition de sa sœur, Sammbo décida d’aller seul à la recherche de sa sœur. Il s’enfonça dans la brousse. Il marcha, marcha… si loin qu’il parvint au fin fond de la brousse. Le jeune homme arriva jusqu’aux petits greniers du génie qui était parti depuis le matin. Sammbo s’approcha des rochers et Fâtoumata sortit. Elle le vit, se précipita vers lui, l’étreignit et lui dit :

– Eh, Sammbo! Te voilà! Enfin te voilà Sammbo!

– Au nom de Dieu, c’est bien moi! Fâtoumata, c’est là que tu te caches?

– C’est là que je suis, en effet.

– Chez qui es-tu là?

– Eh, je suis chez un génie. Il est énorme. Dieu ne pourrait rien créer qui fait plus peur que ce génie. S’il te trouve là, il te tuera.

Fâtoumata lui prépara des lanières de viande avec lesquelles il déjeuna. Ils passèrent la journée à causer jusqu’au soir.

Elle emmena alors son frère dans le grenier aux pois de terre et l’y enferma en recollant bien le grenier. L’énorme bête vint alors et se mit à appeler :

– Fâtoumata Damsôndé Yoo!

– Oui, oui, répondit-elle.

– La deuxième fille de la famille…

– Oui, oui.

– La dernière fille de la famille…

– Oui, oui.

Elle courut à sa rencontre. Il lui dit :

– Fâtoumata, je sens l’odeur d’une personne.

– Ah! Mon cher ami, qui s’aventurerait en ces lieux? Tu veux seulement me dévorer.

– Te dévorer? Non, non, que Dieu me préserve, je ne te dévorerai pas. Jamais je ne te dévorerai, je le jure.

Le lendemain matin, elle attendit que le génie soit parti. Au lever du jour, le génie partit. Il partait toujours à l’aube. Après le départ du génie, elle apporta de l’eau à son frère et il se lava. Elle lui prépara son petit déjeuner et il mangea. Elle lui dit alors : « Tu dois retourner au village et revenir dans quelques jours ». Elle le chargea d’affaires et il repartit vers le village.

Revenu à la maison, il dit à tous qu’il avait vu sa sœur. « Tu l’as vue? », « Je l’ai vue. », « Eh, tu mens! ». Il dut jurer afin de les convaincre.

Au jour dit, Sammbo retourna voir sa sœur. Elle lui avait dit, auparavant, de ramener des dromadaires. Ils les firent s’agenouiller et les chargèrent après le départ du génie, tôt le matin. La veille, à son retour, il avait dit :

– Fâtoumata, je sens une odeur! dit-il.

– Ah! Mon cher, tu veux seulement me dévorer! s’écria Fâtoumata.

– Non, non, que Dieu me préserve, je ne te dévorerai pas. Jamais je ne te dévorerai, au nom de Dieu.

À l’aube, le génie partit.

Son frère avait donc ramené les dromadaires de la brousse. Ils les chargèrent de têtes humaines et d’affaires. Ils se dirigèrent ensuite vers le village. Ils passèrent du côté où le génie avait l’habitude de passer. Fâtoumata connaissait l’endroit où il était. Ils allèrent vers lui. Il aperçut Fâtoumata. Il lui dit : « Fâtoumata Damsôndé Yoo! » Elle ne lui répondit pas.

Il les suivit, longtemps, longtemps… finit par s’éloigner et rentrer chez lui. En s’approchant des greniers et de sa maison abandonnée, il courut et appela : « Fâtoumata Damsôndé Yoo! » Il n’eut pas de réponse. « La deuxième fille de la famille… » Il n’eut pas de réponse. « La dernière fille de la famille… » Il n’eut pas de réponse.

Il réalisa alors qu’elle n’était plus là. C’était elle qu’il avait aperçue et qui ne répondait pas à ses appels. Fou de colère, il brisa tous les greniers, courut à leur poursuite et les rattrapa très vite. À chaque fois qu’il les rattrapait, Fâtoumata et Sammbo déposaient pour lui des têtes humaines. Il s’arrêtait pour les ronger. Ceci leur permettait de s’éloigner chaque fois davantage. Il les pourchassait, les rattrapait. Pour lui échapper, ils lui offraient des têtes humaines.

Cette fois-ci, quand ils surent qu’ils étaient près du village, ils entassèrent toutes les têtes au même endroit. Le génie se pencha sur les têtes et se mit à les ronger. Ils en profitèrent pour rentrer au village. Quand le génie eut fini de ronger les têtes, il se mit à courir en tournant derrière le village.

Il tournait sans cesse et appelait Fâtoumata, mais on avait caché la fille. Les hommes du village demandèrent à la fille comment se débarrasser du génie; celle-ci leur dit : « Il faut que vous tuiez le génie, sinon il va faire quelque chose. Pour cela vous devez creuser un grand, grand trou. Ensuite, déposez-y du bois et allumez un feu. Quand le feu prendra, je viendrai me mettre de ce côté-ci du trou. Si le génie m’appelle, je lui répondrai. Lorsque je lui répondrai, il entrera dans le feu ».

Ils apportèrent du bois puis ils creusèrent. Ils creusèrent un énorme trou et ils disposèrent du bois tout autour. Ils allumèrent le feu et l’attisèrent jusqu’à ce qu’il fut grand. Quand ils virent que le feu avait bien pris, Fâtoumata sortit. Quant au génie, il ne savait plus que répéter : « Fâtoumata Damsôndé Yoo! », « La deuxième fille de la famille… »

C’est tout ce qu’il faisait en tournant. Une dernière fois il prononça : « Fâtoumata Damsôndé Yoo! » Et Fâtoumata lui répondit : « Oui, oui ».

Surpris par la voix de Fâtoumata, il se précipita alors dans le feu croyant qu’elle y était. Il disparut dans le feu et mourut.

Le conte est fini. Je l’ai bien plié et mis dans l’oreille d’Abagow.


  1. He est une variante de e dans ce parler.
  2. Funnaange < fuɗnaange par assimilation régressive.
  3. Alaasara : la prière qui se situe entre celle du milieu de la journée et celle du coucher du soleil; alaasara signifie aussi le crèpuscule.
  4. Adduhaaje : la prière qui se situe entre celle du matin et celle du milieu de la jounée.
  5. On s'attendrait à ngonɗaa au lieu de ngonmi. Il s'agit sûrement d'un lapsus.
  6. Walla < wallaahi : au nom de Dieu.
  7.   Naagi < Zarma, naagu : coller
  8.   Zaati < Zarma, zaati : même.
  9.   Hayaa < Zarma, hayaa : allons, à toi.
  10.   Gineeji < Zarma, jiney : bagages.
  11.   Hinoo < Zarma, hinoo : cette fois-ci, prochainement.
  12.   On s'attendrait à nge (hiite) ou ka (gayka) au lieu de ki. Il s'agit sûrement d'un lapsus.
  13. À un moment de leur histoire, les Gaawooɓe ont été très proches des Touaregs. Cette tradition de gavage des filles vient de là.