7 Neɗɗo he toleewa – L’homme et le crocodile

Conté par Sa'iidu Danzo

Neɗɗo goom na dilla nder ladde, faa wari tawi toleewa nder feto yoorngo. Neɗɗo on wi’i nga : “Hey! Toleewa! Ko waddi maa gaa?” Toleewa ngan jaabii : “Wallaahi suuno. Suuno waddi ɗum gaa, suuno paaɓi koorsol, kuwat kuwat, iɗi mboya kam na hoynoo. Ammaa nde kam warno nde kay kam haarii. Dey hannde nde ndiyam ɓooyi ƴuwde ley muuɗum. Maayo duu na woɗɗi. Kam na anndi joon kam wi’i yahan na goɗɗo hooƴu ɗum.” Nden neɗɗo on wi’i nga :

– Bahaana a yi’ii torra. Bahaana maayo da na woɗɗi ma.

– Too mi anndaa fuu no ngaɗan-mi ko mi yeccoo.

Neɗɗo on yamiri nga ɗum.

– Nani no ngaɗtaa, tagga, mi sirtowan baaji warde, mi haɓɓe, mi roonde faa maayo.  Ɗon mi jippine nder ndiyam.

– Wooɗi ngaɗen non, wallaahi se a waɗanii kam non, a woonii(wooɗinii).

Toleewa wari joonkay taggii faa wooɗi, neɗɗo on haɓɓi nga faa tiiɗi. O ronndii nga, o roondii faa he maayo. Nde o joluno nder ndiyam, neɗɗo on jippini toleewa ngan[1]. Nga wi’i:

– Haa haa baani[2] ta jippinan gaa hay! Sukaaɓe fijooɓe hunnduko pokolam pokolam nannga kam kolla kam bone, mbara kam. Ko kul-mi ɗum ndelle mi daɗaay ɗum.

Ɓe naati nder ndiyam faa hewti koppi neɗɗo on :

– Ha’a ha’a wonaa ɗoo, gaa lee wanaa ƴoogooɓe tutotoo looɗe muuɗum’en ngi’a kam nannga kam njahra wuro.

  Neɗɗo on dilli nder ndiyam faa yottii he becce. Toleewa nagan wi’i o :

– Joonkay, mi nyaamete.

Ɗum ƴaari neɗɗo on :

– Dey maane aan mo kooƴu-mi saabe to a maayu.

– Mi nyaamete ya. Ee mi nyaamataama zaati? A anndaa moƴƴere yoɓatakenaa bone?

– Too, a nyaamataa kam say nde kiitana ɗen.

 – Moye waawi hiitanade en?

– En noddan nagge, mbeewa, mbaalu, joolooba, rawaandu, kujje fuu kam kiitantoo en.

Too ɓe ndoomi ɗon. Nagge ngen arti warde. Neɗɗo on wi’i nge :

– Nagge hiitanam miin he toleewa.

– Pillanee kam haala mooɗon?

Neɗɗo on haali.

– Mi tawaana toleewa nder ladde, mi tawaana nga faa nder njoorndi ngaddu-mi nga faa ndiyam maayo. Ngaddu-mi nga nder pokolam pokolam nga huli sukaaɓe ; nden njaaru-mi nga faa he koppi, ɗoon duu nga huli ƴoogooɓe. Ko min kewti ndiyam faa feelawre nga huli loototooɓe, ko ndiyam hewti min becce nga wi’i nga nyaaman kam.

Nagge ngen wi’i :

– Nga joge toon da, ngam day ko waɗi, a waran nannga kam tonngaa koyɗe am gaɗaaje, kooƴaa ɓinngel am kaɓɓaa ɗum he koyngal am yeesowal, kootaa ciddaa kam. Aɗa fooɗaa enɗi am faa naawna kam. Baa se mi waɗaay gacce duu piyaa kam, sawru bonndu. Nga joge toon da, nga nyaame.

 Nagge kay yari ndiyam muum hoynii.

Joolooba juuri, neɗɗo on wi’i nga :

– Joolooba hitanam mim he toleewa.

Joolooba ƴami :

– Noye waɗi?

Neɗɗo on fillii. Jooloobi wi’i :

– Nga joge toon daa ngam aɗa torra kam, ɓoggol ngattaa he nyiiƴe am. Njulaa hinere am, ngattaa jamɗe nden kaɓɓaa ɓoggol. Mbaɗɗo-ɗaa kam, ciddaa kam he wecco. Se miɗo yiɗi mi rewa nokkuure pooɗaa daande am. Nga joge toon daa, nga nyaame.

Joolooba yari ndiyam muum hoynii. Kujje ɗen fuu ngari pat, koynii say wojere. Wojere wari. Neɗɗo on wi’i nde :

– Wojere! Bojel hiitanam, min e toleewa.

Wojere nden wi’i :

– Too, haalu!

Neɗɗo on fillitii kaden haala muuɗum. Wojere nde wi’i :

Henndu ndun na mawni, noppi am duu na mawni, mi nantaa haala to woɗɗii, ɓaditee!

Ɓe ngaɗi non. Neɗɗo on tinnii na filloo, wojere na hikitoo, kamɓe duu iɓe ndirda warde, non ni faa ɓe fuu ɓe ngari dow njorndi.

Wojere nden tiimi toleewa ngan daari, wi’i :

– Joon neɗɗo oo, aan ni waawi ronndii kuunga ngaa fuu?

Toleewa ngan wi’i :

– Oo, kanko ni rondii kam faa waddi ɗoo.

– Noye waɗi ko o suusi adude ma an kuunga mawnga ngaa fuu?

Nga wi’i :

 – Wallaahi, baaji nii o haɓɓiri kam, o ronndii kam warde faa ɗoo.

– Dey toye baaji ɗin ngoni?

– Iɗi toon miyeere.

– Hey! Mi jaɓaay. Miin wojere miɗo famɗi, gite am na ɓuttiɗi, noppi am na njuuti, dey mi jaɓataa ko nanndaa he goonga. Miɗo anndi ko o waawataa ronndaade ma.

Wojere wi’i neɗɗo on :

– Waddoy baaji ɗin. Waɗu no ngaɗuno-ɗaa[3] mi yi’a.

 Toleewa taggindori faa laatii tokkosel, neɗɗo on haɓɓi nga faa ŋeeti. Wojere nden wi’i neɗɗo on :

–  Roonda nga mi yi’a.

 On roondii nga. Wojere nden wi’i mo :

– An lee, wuro mooɗon toleewa nyaamataake ?

Neɗɗo on wi’i :

– Na nyaamee.

– Ndelle, yahru nga wuro.

Neɗɗo on huccidi toleewa ngan wuro. O hoynii, faa o yottii gaɗa seeno ɗon daa, o fotti he joom ɓosaaji goom. O wi’i ɗum :

– Wojere na dow miyeere, mi wayri ɗum na yara ndiyam, wallu illa teewu soptaaki ma.

Nde wo’otere loohotooɗo yottii dow miyeere nden yoofi dawaaɗi muuɗum he wojere. Nden wuugaandu wari firidi wojere, yahiri nde to woɗɗi, daɗine nde.

Wojere kam duu hawri gabiyan fella nden wi’i nde :

– Gabiyan fella a yi’aay to wuugandu woni?

Gabiyan fella nootii:

– Mi yi’aay ndu.

Wojere nden wi’i wuugaandu na toon dow lekki maaneehi. Gabiyan fella firi fonndii ndu, riiwi ndu… ammaa kayru ndun duu nyaalal wari daɗini ndu.

Mi hooƴii ngol mi taggi ngol faa wooɗi, mi nuusi ngol nder nowru Aysu.

◊◊◊

Un homme marchait dans la brousse lorsqu’il rencontra un crocodile dans une mare asséchée. L’homme lui dit : « Oh crocodile! qu’est-ce qui t’a amené ici? » Le crocodile répondit : « C’est la gourmandise. » C’était l’envie des crapauds de la saison des pluies « Coâ! coâ! », ceux-ci coassaient et il les suivait. Effectivement quand il était arrivé, il avait mangé à sa faim. Mais aujourd’hui l’eau s’était retirée sous lui et le fleuve bien loin. Il savait par ailleurs que s’il décidait de partir sur la route, il se ferait prendre. L’homme lui dit alors :

– Tu as souffert et le fleuve est si loin de toi.

– Je ne sais comment faire pour y retourner.

L’homme lui donna ce conseil :

– Voici ce que tu vas faire : replie-toi, je vais chercher des fibres, je t’attacherai et te transporterai jusqu’au fleuve. Là je te déposerai dans l’eau.

– D’accord, faisons ainsi, ce sera très gentil de ta part.

Le crocodile s’enroula bien et l’homme l’attacha fermement. Il le porta sur sa tête jusqu’au fleuve. Une fois les pieds dans l’eau, l’homme fit descendre le crocodile. Celui-ci lui dit alors : « Non, non je t’en prie, ne me dépose pas ici, les enfants qui jouent dans la boue pourraient m’attraper, me maltraiter et me tuer. Il m’arriverait alors ce que je craignais. »

Ils s’avancèrent plus loin dans l’eau, jusqu’aux genoux de l’homme : « Non, non, pas ici, ceux qui viennent chercher de l’eau et qui poussent leurs canaris vont me voir et m’emmener au village. »

L’homme s’avança dans l’eau jusqu’à la poitrine. Le crocodile lui annonça alors :

– Maintenant je vais te manger!

– Mais! s’indigna l’homme. Toi à qui j’ai sauvé la vie?

– Je vais te manger. Pourquoi ne te mangerais-je pas? Ne sais-tu pas que le bien se rend par le mal?

– Tu ne me mangeras pas avant que justice ne soit faite.

– Qui pourra nous rendre justice?

– Appelons la vache, la chèvre, le mouton, le dromadaire et le chien, tous les animaux vont nous rendre justice.

Alors, ils attendirent là. La vache arriva la première. L’homme l’interpella :

– Vache, départage-nous, le crocodile et moi.

– Racontez-moi votre histoire.

– J’ai trouvé le crocodile dans la brousse, raconta l’homme, je l’ai trouvé là-bas sur la terre sèche et je l’ai amené jusqu’ici, au fleuve. Je l’ai d’abord porté dans la boue de la rive et là il a eu peur des enfants; ensuite je me suis enfoncé jusqu’aux genoux et là il a eu peur de ceux qui viennent chercher de l’eau. Quand nous sommes arrivés dans l’eau à hauteur du bassin, il a eu peur des baigneurs; enfin quand l’eau nous est arrivée à la taille, il a voulu me manger.

– Qu’il te garde là-bas, dit alors la vache, parce que tu m’as toujours attrapée, toujours attachée les pattes arrière, toujours pris mon petit que tu attaches à ma patte avant, tu m’as également toujours fouettée. Tu tires sur mes mamelles à me faire mal. Même quand je ne fais pas de mal, tu me frappes et me blesses. Qu’il te garde et te mange.

La vache se désaltéra et s’en alla. Le dromadaire arriva. L’homme l’interpella :

– Dromadaire, départage-nous, le crocodile et moi.

– Que s’est-il passé? demanda le dromadaire.

L’homme raconta. Le dromadaire dit :

– Qu’il te garde où tu es parce que tu me tortures avec une corde que tu accroches à mes dents. Tu me troues le nez, tu y mets des fers et y attaches une corde. Tu montes sur moi et tu me fouettes le flan. Et quand je veux aller d’un côté, tu tires sur mon cou. Donc qu’il te garde et te mange.

Le dromadaire but son eau et s’en alla. Tous les animaux vinrent et repartirent, sauf le lièvre. Ce dernier vint. L’homme lui dit :

– Lièvre, petit lièvre, départage-nous, le crocodile et moi!

– Eh bien parle.

L’homme raconta à nouveau son histoire. Le lièvre dit alors : « Le vent est violent; mes oreilles sont grandes, je n’entends pas bien de loin, approchez-vous! »

Ce qu’ils firent. L’homme continuait à parler pendant que le lièvre reculait, ce faisant, tous se retrouvèrent sur la terre ferme.

Le lièvre se pencha sur le crocodile, le regarda et dit :

– Toi, homme, tu as vraiment pu porter cette énorme bête?

– Oui, c’est bien lui qui m’a porté jusqu’ici sur sa tête, confirma le crocodile.

– Comment a-t-il pu oser te prendre, toi si énorme?

– Au nom de Dieu, c’est avec des écorces qu’il m’a attaché et m’a porté jusqu’ici.

– Mais où sont les fibres?

– Elles sont au bord du fleuve.

– Je ne vous crois pas. Moi le lièvre, je suis tout petit, mes yeux sont gros, mes oreilles sont longues, mais je n’accepte pas ce qui ne ressemble pas à la vérité. Je suis sûr qu’il ne peut pas te porter.

Le lièvre dit à l’homme :

– Va chercher les fibres et montre-moi comment vous avez procédé.

Le crocodile s’enroula à nouveau et se fit tout petit, l’homme le ligota solidement. Le lièvre dit à l’homme :

– Porte-le que je vois.

Il le porta. Le lièvre lui dit :

– Dis donc, chez vous, ne mange-t-on pas de crocodile?

– Si, on en mange.

– Alors, emporte-le au village.

L’homme s’en alla avec le crocodile vers le village. Il marcha jusqu’à une colline où il rencontra un villageois accompagné de ses chiens. Il lui dit : « Le lièvre est au bord du fleuve, je l’ai laissé là-bas en train de boire de l’eau. Fais vite avant que de la viande ne t’échappe. » Aussitôt, le chasseur arriva au fleuve et lança ses chiens à la poursuite du lièvre. C’est alors que la tourterelle vint sauver le lièvre en l’emportant au loin. Le lièvre, lui aussi, rencontra le faucon et lui dit ceci :

– Faucon, n’as-tu pas vu la tourterelle?

– Je ne l’ai pas vue.

Le lièvre dit que la tourterelle est là-bas, sur tel arbre. Il s’envola vers elle, la pourchassa… mais, elle aussi, l’aigrette vint à son secours.

Voilà l’histoire, je l’ai bien pliée et je l’ai insérée dans l’oreille d’Aïssou.


  1. O pour toleewa au lieu de nga. C'est sans doute un lapsus.
  2. Baani < Zarma, baani : toi aussi, pardon.
  3.   Ngannodaa < nga∂no∂aa : comme tu avais fait.