8 Fowru he laayooru – La hyène et le singe

Conté par Daouda Amadou

Fowru na nii na dilla nder ladde, indu rafaa sanne. Ndu nani faaɓru na ɓooka nder ɓunndu, ndu sikki mbaalu non. Nder ɓunndu faaɓru na waɗa : “Kuwt! kuwt!” Fowru wi’i ndu :

– Mbaalu wuurta faa mi nyaame. Hey mbaalu wuurta.

Fowru yoofitii nder ɓunndu, “bum” ndu miiji ndu tawan ton mbaalu!  Faaɓru muti nder ndiyam. Joonkay fowru ommbi gite muum, eeli Alla ɗum laatoo koyɗol. Ndu faami ke nder ɓunndu ndu tawaa.

Nder ɗum ndu tawaa ko ndu holliri laayooru hunnduko ɓunndu. Ndu noddi ndu :

– Laayo, ngam Alla wallam mi wurtoo.

Laayooru  wi’I :

– Hey! Fowru nde ngurtin-mi-maa, a nyaaman kam.

– Miin! Nde mi nyaammaa-mi yo Alla waɗam nii, yo Alla waɗam nii.

Laayooru wara ada koyɗe muum yeesooje ɓila he leɗɗe ɓunndu, simmina laacol muum, faa fowru wi’a happan, laayooru fitta wi’a :

– Hey fowru miɗo anndi ma, a walaa amaana, nde ngurtin-maa-mi fuu a nyaamam kam.

– Abada! Wallaahi mi nyaamataa ma, miin kay wuurtinam tan.

Non yaa nii, faa fowru yahi jaalooyi laayooru. Joonkay, laayooru adi laacol muum simmiti, fowru nanngi wuurtii. Laayooru ndu wi’i :

– Kooni, yoofam nee.

– Wallaahi, mi jaanga. Accu faa naange fiya kam. Wallaahi, joon da mi jaanga nii[1] .

Naange ɗabbi ndu. Laayo wi’i :

– Baani joonkay, yoofam nee, joon ya jaangol walaa ma.

– Accu nii aan kay faa ɓooyɓoyna.

– Hey! Aan a yiɗaana nyaamaa kam, jaangol maa ƴuwii. Dey en njaha  kiitoyo ɗen. En njaha to huutooru hiitanoo en.

Ɗi ndilli, ɗi tawi huutooru ley ladde. Ɗi mbi’i ɗum :

– Hey foo huutooru! Hiitana min.

Laayooru fillii :

– Mi tawu fowru nder ɓunndu, wi’i mi wuurtina ɗum. Mbi’u-mi ndu ndu nyaaman kam. Ndu hunii ndu nyaamataa kam. Nguurtin-mi ndu, jooni indu yiɗi ndu nyaaman kam. Minen nii to maa, ceenndaa min.

Nden huutooru wi’i ɗi :

– Ngaree, ley ladde hiitataako, en njaha wuro.

Huutooru yahari ɗi to ngaykam muuɗum goom hadde lekki. Ndu naati nder ngayka mayru faa woɗɗoyi seeɗa, wuurtini ko’el muum, wi’i :

 – Haya! Ko ngiɗu-mi he mooɗon ceedee, dey niɗɗo fuu haala. Laayooru hettu gaa aan, haro lekki kii. Hey! Fowru aan hettu gaa.

Ɗi fuu ɗi njahi to wi’aa. Huutooru wi’i laayooru ndun :

– Laayo anndi ko mbi’an-mi maa, aan fip! miin up!

Laayooru fitti nanngi lekki, huutooru naati ngaykam.

Joonkay, nde wo’otere fowru wari hippii dow ngayka huutooru, na wasa, faa hewta ndu. Nden ndu holliri rawaandu ladde :

– Rawaandu ladde hey! Hey! War, war, war, ko weli goom na nii. Rawaandu ladde wari, ke kam woodi semmbe. Ndu naati kayru duu indu wasa, indu bunynyinii dow ngayka. Fowru hetti gaɗa, ko yi’antaa maa joke rawaandu. Kam kay, nde wo’otere nanngi ɗe, dippiti ɗe, dey doggi[2] ɗe.

Ndu yahi ndu waɗoyiri ɗe dondoŋooru[3], haɓɓi yahi waɗoyi fijooji muum haro foownde maayo toon. Rawaandu ladde kam duu yahi jooɗoyi, faa selli. Fowru na haro to joonkay na fiya.

Luyluy gurel mbaalu wa’aa nii.

Luyluy gurel mbeewa w’aa nii.

Joonkay na ley surbaaɓe. Non ya nii ndu anndaay salla nyallaande goom, rawaandu ladde waran tawa ndu. Nyallaande nden ndu heɓaay faamude ko waɗi.   Rawaandu ladde nanngi ndu, fiyi ndu faa ndu ɗaati.

◊◊◊

Voici une hyène qui marchait dans la savane et qui était très affamée. Elle entendit la grenouille coasser dans un puits et crut que c’était un mouton. Dans le puits, la grenouille faisait : « Coâ! coâ! ». La hyène lui dit : « Mouton, sors de là pour que je te mange. Allons, mouton, sors de là! »

La hyène se laissa tomber dans le puits, « Boum! » Elle pensait y trouver le mouton. La grenouille disparut sous l’eau. La hyène ferma alors les yeux et pria Dieu pour que tout cela soit un rêve. Elle avait réalisé qu’elle était tout au fond du puits. Elle en était là lorsqu’elle vit le singe tout en haut du puits. Elle l’appela :

– Singe, pour l’amour du ciel, aide-moi à sortir.

– Oh, hyène! Si je te sors, tu me mangeras.

– Moi! Si je te mange, que Dieu fasse de moi ceci, cela.

Le singe accrochait ses pattes au rebord en bois du puits et laissait pendre sa queue. Mais à chaque fois que la hyène était sur le point de l’attraper, le singe sautait et disait :

– Eh, hyène, je te connais, tu n’es pas reconnaissante, si je te sors, tu me mangeras.

– Jamais! Au nom de Dieu, je ne te mangerai pas, de grâce sors-moi de là.

Finalement la hyène parvint à convaincre le singe. Il laissa pendre sa queue et la hyène l’attrapa pour se hisser hors du puits. Le singe lui dit alors :

– Lâche-moi maintenant.

– Par Dieu, j’ai froid. Attends que le soleil me réchauffe. J’ai attrapé froid, attends.

Le soleil la réchauffa. Le singe dit :

– Lâche-moi, maintenant tu n’as plus froid.

– Attends encore un moment.

– Toi, tu veux juste me manger, tu n’as plus froid. Allons demander justice, allons demander à l’iguane de juger notre affaire.

Ils allèrent trouver l’iguane dans la brousse et lui dirent : « Eh iguane, départage-nous! » Le singe expliqua :

– J’ai trouvé la hyène dans un puits. Elle m’a demandé de l’aider à sortir. Je lui ai dit qu’elle me mangerait. Elle m’a juré qu’elle ne me mangerait pas. Je l’ai donc sortie et maintenant elle veut me manger. Nous voilà chez toi pour que tu nous départages.

– Venez, leur dit alors l’iguane, on ne juge pas en brousse, allons à la maison.

L’iguane les conduisit à l’un de ses terriers qui se trouvait près d’un arbre. Il rentra dans son terrier. Il s’y enfonça, fit sortir sa petite tête et dit :

– Bien, ce que je veux de vous, séparez-vous et que chacun s’exprime. Singe, va vers l’arbre là-bas, hyène, viens par là.

Chacun alla à l’endroit indiqué. L’iguane dit au singe :

– Singe, tu sais ce que je vais te dire : monte vite dans l’arbre! Moi, je vais m’enfoncer dans mon terrier!

Hop! le singe sauta et s’accrocha aux branches de l’arbre. Zou! l’iguane se faufila dans son terrier.

Aussitôt la hyène se jeta sur le terrier de l’iguane, elle se mit à creuser pour le rattraper. À ce moment-là, elle aperçut le lion : « Eh, lion, viens par ici. Il y a quelque chose ici qui va te plaire. »

Le lion s’approcha, se croyant le plus fort. Il se mit également à creuser, courbé vers le terrier. La hyène se mit derrière, elle aperçut alors les testicules du lion… elle les attrapa d’un seul coup, les arracha et s’enfuit avec. Elle s’en fabriqua un tambour, l’attacha et partit faire la fête de l’autre côté du fleuve. Le lion, quant à lui, attendit d’être guéri. La hyène était de l’autre côté, jouant du tambour : « Loulouy louy! La petite peau d’un mouton n’est pas pareille. Loulouy louy! La petite peau d’une chèvre n’est pas pareille. »

La hyène était parmi les jeunes filles. C’était ainsi, elle ne savait pas qu’un jour le lion viendrait la trouver. Ce jour-là, elle n’eut pas le temps de réaliser ce qui se passait, le lion l’attrapa et la battit au point de la ramollir.


  1. Sa'iidu : Oo nde a jaanga kam a nanngan kam? <<Mais, si tu as froid, te faut-il me tenir?>>
  2. Un rire général du côté des hommes, mais les femmes restent silencieuses et gênées.
  3. Dondoŋooru : du Songhay-zarma dondon, tam-tam.