2 Gorel luuke luuke – Le petit homme bossu

Conté par Sa'iidu Danzo

Suka debbo goom kam he banndum gorko, inniiko he abbiiko no mbuuruno nder ladde. Ɓe ndimi ɓe toon, faa ɓe mawni toon. Banndiiyo gorko oon kam woni mawniyo, kam ɓurti. Inna oon he abba oon no ngoodino jawdi keewndi. Nde ɓe maayanno iɓe ngoni ley ɓokki goom.

Nde on maayanno, inna on wi’i ɓokki kin : “Mi halfiniima ɓikkoy. Mi hokkii maa hoolaare ɓikkoy am, ngam illa nyallaande ngar-mi gere ma mi yi’aay gacce. Dey Alla waadanake kam mi maayan.” Ɓokki kin jaɓii reena sukaaɓe ɓen.

Nde weeti fuu suka gorko on bi’eteeɗo Buulo oora jawdi muuɗum naata ladde durowa. Fadde makko oorude o ɓira kosam, o jooɗinana banndiyo debbo oon bi’eteeɗo Oolo. Suka gorko wi’a banndiyo debbo oon : “Too kosam maa na nii. Ammaa se a maatii himɓeeje na ngara he maa fuu ƴeenyaa dow ɓokki, mbi’a ki…Se a yi’ii iɓe ngara to maaɗa mbi’a ki: “taka muylu muylu faa dow. Ki yahrete dow. A tawete dow huunde fuu.”

Nii Oolo wuurdi. Illa yo cukalel faa surɓinɗini laatii surbaajo lobbo oolo buy mo ngaasa njuutuka. Joonkay himɓeeje keddii na loohoo o, keddii na loohoo oo, se kuccii warde he makko tan o wi’a ki : “Taka muylu muylu taka muylu muylu faa dow.” Ki fa’a dow. Se ki fa’ii dow himɓe ɓen ngara piiloo piiloo piiloo faa tampa.

Laamiiɗo goom nani nande makko, wi’i himɓe muuɗum ndurwa ngadda o. Himɓe laamiiɗo on naati tefol makko. Buulo, banndiiko gorko kam duu, gilla weeti oora jawdi muuɗum. Ammaa subaka fuu ɓirana mo kosam makko, acca o nder hawju ɓokki kin.

Faa nyallaande goom, himɓe laamiiɗo on nji’iti ɓokki kin. Oolo wi’i ɓokki kin : “Taka muylu muylu.” Worɓe ɓen duu no mbi’a: “Taka teppu teppu.”  Oolo no wi’a: “Taka muylu muylu faa dow” ɓeya duu tinnii no mbi’a “Taka teppu teppu faa ley” non yaa nii faa Oolo woofi wi’i “Taka teppu teppu faa ley” tan ɓokki kin jippii faa he  leydi. Worɓe ɓen nanngi Oolo njahri to laamiiɗo muuɗum’en.

Buulo ko warti tawaay banndum debbo. O fiilii lekki kin faa o tampi, huunde fuu walaa ley ɓokki kin. Suka gorko on no woodi be’i ko heewi, baali ko heewi, nay re’ataa, he joolooɗi, he pucci, dakiiji, walaa fuu ko o walaa. O wari o jooɗii, o wi’I : “Haya na’i am moɗindoree.” Na’i ɗin moɗindori, be’i ɗin moɗindori, baali moɗindori, dakiiji moɗindori, joolooɗi moɗindori, pucci moɗindori, jawdi makko fuu moɗindori. Buulo wi’i sawru muuɗum moɗa nagge moɗunoonge jawdi ndin fuu, sawru ndun moɗi nge. Nden o moɗi sawru makko, o laatii gorel luuke luuke goom.

Gilla nyallaande muuɗum o naati nder gureeje, imo daarta banndiiko debbo faa o wari to laamiiɗo oon woni. O naati ley wuro o nani ko banndiiko debbo no deekiyo laamiiɗo. On waddanaama o, na jogii mo. Buulo jooɗori hitaande nder wuro ngon, imo jooɗii. Himɓe no njawii o sanne. Nder le’el ŋappel goom o rottantee, korɗo goom waddana o. Kanko da se oon dillii o hokka dawaaɗi. Imo woodi ko o nyaamata goom ko wanaa ɗum.

Nii non nii non faa o waɗi hitaande. Suka gorko woowtii ɓaade joonkay. O wi’i laamiiɗo : “Mi yiɗaana ndeewlinaa kam ley sukaaɓe maa rewɓee go’oto he maɓɓe.” Laamiiɗo haalani ɗum sukaaɓe muuɗum, arannde fuu o fuɗɗiri ɓiyiiko debbo afo :

– Haya a heɓii goriyo.

– Jam, Alla hiinam he gorel luuke luuke. Toy njahdan-mi he gorel luuke luuke. Tawi non sukaaɓe rewɓe kam mbi’ata mo gorel luuke luuke.

Faa wari tukki he ɓiyiiko koddaajo oon. Koddaajo on kay wi’i :

– Abba miin kay walla miɗo yiɗi o, miɗo yiɗi Gorel Luuke Luuku. Se a deewlini kam o fuu, mi yiɗan mo.

– A  heɓii o, ndelle!

Deewgal waɗaa hakkunde Gorel Luuke luuke e koddaajo ɓiɓɓe rewɓe laamiiɗo.

Nyallaande goom Buulo wi’i laamiiɗo :

– Ko njiɗu-mi he maa, mi yiɗaanaa ngaɗanaa kam hoggo mawngo, kawraa jamaare waɗanaa kam hoggo.

Himɓe mbi’i:

– Hey wallaahi gorel luuke luuke na woodi henndu, ɗume le o waɗata hoggo ngoo? Ɗume o wattata nder maggo? Hey ndaaree no fewre foti! Aan mo walaa fuy se wanaa luuke luuke maa wi’ata ngaɗanee-ɗaa hoggo.

Gorel Luuke Luuke wi’i :

– hoggo ngon gasa nder joweeɗiɗiire. Nyallaande joweetataɓere nden mi wattan jawdi nder maggo.

Laamiiɗo on jaɓi, waɗani o hoggo ngon.  Nder jemma nyallaande joweeɗiɗaɓere yahde joweetataɓere, Gorel luuke Luuke ummii naati hoggo, artii tuuti sawru muuɗum, nden sawru ndun tuutti na’i ɗin. O wi’i ɗi tuutondira, ɗi tuutondiri faa jawdi ndin fuu wurti. Hoggo ngon heewi pet. O wari ɓaade laamiiɗo o wi’i ɗum : “Jahngo subaka miɗo yiɗi ndaarowon jawdi am.”

Nde weetuno laamiiɗo wurtodii he himɓe wuro ngon ndaari mbi’i :

– Wallaahi ɗum woni jawdi, ɗum woni jawdi, ɗum woni jawdi.

Buulo wi’i laamiiɗo:

– Jawdi ndii miin he suka debbo oo mari ɗi ngam deeka Oolo oo wonaa goɗɗo non, banndam debbo non.

Nden banndiyo debbo oon annditi o, ko heddii joonkay na woya na fiiloo o. Laamiiɗo wi’i : “Dey jawdi maa ndi gaa’en jogataako ndi, sey naatidaa he mayri ladde.” Kanko kay o eggi, o hooti ladde.

O eggi o hooti nder ladde kanko e deekiiko. Toon o naati imo yarna deekiiko. On nanngi no yara ni faa cukuli muuɗum no caama dow pooɓe faa wooɗde makko wili.  Nde mawniraaɓe makko nji’uno ɗum, naati no kira o, no tefa faa mbara o.

Banndiraaɓe makko rewɓe ɓen no ngara to makko wakkati fuu iɓe njahda he makko maayo iɓe lootowo. Kanko on o waawaa njinam.  Nyallaande goom mawniiko debbo tuutii o nder luggere maayo faa yoola o. Nde o mutuno mawniraaɓe ɓen cikki o maayii, jaka ko mbubbam adii mo fuu takkoy mo he haaƴere goom hakkunde maayo. O ƴeenci dow haaƴere nden, o jooɗi hakkunde toleeji e gabbi.

Mawniyo on sikki ko o maayii, nyalli maayo ton faa futuro. O   itti boolooli, o waɗi bijaali. Ngam imo anndi ko Buulo, goro minyiiko on, ko woowi tagga bijaali deekum waɗa tiiŋaade. O waɗi boolooli ɗin bijaali keewɗi.

Jemma, o warti, sinkata sinkata o yahi o nyoofii dow leeso. O yari  kosam ɗam o waddana fuu, tawi  minyiyo on kay o kaaruɗo, ɓirannde  wo’otere no heƴa ɗum. Buulo ko ɓiri waddi fuu mawniyo on yarda ɗum. Goriyo on cikkuɗo ko deekum non ƴami o : “Dey aan oo, aɗa yeɗɗi hannden?” O wi’i kam na yeɗɗi yaa. Too faa yottii to pukkundi.

Buulo no wondaa fonndita wawlaare muuɗum, o maati peewol   boolooli nder juunngo makko, o nanngi cukuli ɗin, ko boolooli non nden o tawi ko o jammbaama. O ndaari pukkiiɗo hadde makko o ƴami : “an woni moye? A wanaa deekam”. O ummii o yahi to Laamiiɗo o wi’i ɗum : “Laamiiɗo, deekam soptake kam. Mawniiko woni dow leeso am. Imo fukkii imo fortii ɗon, ho’ore no mooriraa boolooli.”

Laamiiɗo noddi ɓiyum debbo afo, on wi’i kam tutake minyum nder maayo. Laamiiɗo fiyi o, faa o hosi maayde. Wuro ngon fuu tokki laamiɗo yahde maayo. Ɓe tefi faa ɓooyi nden ɓe kolliri suka debbo dow tefaare hakkunde maayo, toleeje e gabbi no tummbi ɗum. Bi’aaɗo jola waddowa fuu wi’a yahtaa. Buulo, kay gilla yottii daande maayo fuu saami nder maggo na feera toleeje e gabbi nii faa hewti to deekum. O hooƴi o, nanngi no feera ɗi gadin faa wurtodii he makko.

Ngol duu ɗoo hantii, mi hooƴii ngol mi wattii nder nowru Akaya.

◊◊◊

Une jeune fille, son frère, son père et sa mère vivaient dans la brousse. Les parents les avaient mis au monde là-bas et ils y avaient grandi. Le frère était l’aîné, il était le plus grand. Le père et la mère avaient beaucoup de bétail. À l’heure de leur mort, ils étaient sous un baobab.

Au moment de mourir, la mère dit au baobab : « Je te confie mes enfants. Je te confie la garde de mes chers enfants parce que depuis le jour où je suis venue à toi, je n’ai jamais eu de problèmes. Mais Dieu a décidé de ma mort. » Le baobab accepta de protéger les enfants.

Lorsqu’il fit jour, le jeune garçon qui s’appelait Boulo amena son bétail paître dans la brousse. Avant de partir, il traya du lait et le déposa pour sa sœur qui s’appelait Olo. Le jeune homme dit à sa sœur : « Voici ton lait. Si jamais des étrangers viennent vers toi, grimpe sur le baobab et dis-lui… Si tu les vois venir vers toi, tu lui diras : ‘‘Monte, monte très haut.’’ Il t’amènera au-dessus de tout. Au-dessus de tous, tu te trouveras. »

Et c’est ainsi que vécut Olo, de son plus jeune âge jusqu’à ce qu’elle devint une jeune fille à la peau claire et aux longs cheveux. Les gens se mirent alors à la chasser. Quand ils se dirigeaient vers elle, elle disait à l’arbre : « Plus haut, monte plus haut, monte jusqu’au ciel. » Et l’arbre s’élevait. Quand il était haut, les gens tournaient, tournaient, tournaient autour de l’arbre jusqu’à épuisement.

Un roi qui entendit parler d’elle dit à ses hommes de tout faire pour la ramener. Ses gens se mirent alors à sa recherche. Quant à son frère, Boulo, dès qu’il faisait jour, il partait avec son bétail. Il trayait pour elle tous les jours et la laissait sous la protection du baobab.

Un jour, les hommes du roi trouvèrent le baobab. Olo invoqua le baobab : « Plus haut, monte plus haut, monte jusqu’au ciel. » Les hommes disaient : « Plus bas, descends, descends jusqu’au sol. » Olo répétait : « Monte, monte. » Les hommes reprenaient « Descends, descends » tant et si bien qu’à un moment Olo se trompa et dit : « Descends, descends jusqu’au sol. » L’arbre se baissa jusqu’au sol, les hommes se saisirent de Olo et l’amenèrent au roi.

Boulo, à son retour, ne trouva pas sa sœur. Il eut beau courir jusqu’à épuisement autour de l’arbre, le baobab était vide. Le jeune homme avait beaucoup de chèvres, beaucoup de moutons, des vaches en quantité innombrable, des dromadaires, des chevaux et des ânes. Il ne manquait de rien. Il vint s’asseoir et dit : « À vous mes vaches, avalez-vous. » Les vaches s’avalèrent elles-mêmes. Les chèvres s’avalèrent, les moutons s’avalèrent, les ânes s’avalèrent, les dromadaires s’avalèrent, les chevaux s’avalèrent… et pour finir tout son bétail s’était avalé. Boulo dit alors à son bâton d’avaler la vache qui avait avalé le reste du bétail et le bâton l’avala. À son tour, il avala son bâton et se transforma en un petit homme bossu.

À partir de ce jour, il se rendit de village en village à la recherche de sa sœur. Enfin, il arriva dans celui où se trouvait le roi. Il entra et apprit que sa sœur était l’épouse du roi. On la lui avait amenée et il l’avait gardée. Boulo s’installa dans le village une année entière. Les gens le regardaient avec mépris. On lui servait à manger dans une écuelle cassée qu’une captive lui apportait. Dès qu’elle avait le dos tourné, il jetait le contenu aux chiens. Il avait avec lui de quoi manger à sa faim.

Cela dura une année entière. Le jeune homme s’était accoutumé à la maison. Il dit au roi : « Je voudrais que tu me donnes une de tes filles en mariage. » Le roi en parla à ses filles, et en premier à sa fille aînée :

– Tu as trouvé un mari.

– Jamais! lui répondit-elle. Que Dieu me préserve du petit homme bossu. Qu’est-ce que je ferai de ce petit bossu? s’indigna l’aînée du roi. En effet, les jeunes femmes l’appelaient « le petit bossu ».

Pour finir, on demanda à la cadette. Celle-ci répondit :

– Père, moi je l’aime bien ce petit bossu. Si tu me donnes en mariage à lui, je l’aimerai.

– Tu l’as alors!

Le mariage fut célébré entre le petit bossu et la cadette des filles du roi.

Un jour, Boulo demanda au roi : « Je voudrais que tu me fasses construire par tes sujets un grand enclos. » Les gens dirent alors : « Juste ciel! Le petit bossu est bien prétentieux. Que va-t-il faire de cet enclos? Que va-t-il y mettre? Quelle prétention! Toi qui n’as rien d’autre que tes bosses, tu demandes qu’on te fasse un enclos. » Le petit bossu précisa : « Il faut que l’enclos soit terminé en une semaine. Au huitième jour j’y amènerai du bétail. »

Le roi accéda à la requête de son gendre et lui fit construire l’enclos. Dans la nuit du septième au huitième jour, le petit bossu se leva et entra dans l’enclos, il commença par recracher son bâton, puis le bâton recracha les vaches… et il leur dit de se recracher… et pour finir tous les animaux réapparurent. L’enclos fut rempli à ras bord. Il vint au palais et dit au roi : « Demain matin, je vous invite à aller voir mon bétail. »

Au lever du jour, le roi sortit avec les gens du village. Ils virent le bétail et s’exclamèrent : « Par la grâce du ciel! ça, c’est du bétail et quel bétail! » Boulo dit alors au roi : « Ce bétail m’appartient ainsi qu’à ta femme ici présente. Car, ta femme, Olo, n’est autre que ma sœur. » À ce moment-là, Olo le reconnut et éclata en sanglots en s’accrochant à lui. Le roi dit : « Ton bétail-là ne peut pas survivre ici, il faut absolument l’amener en brousse. » Ce que fit Boulo.

Il retourna vivre dans la brousse avec sa femme. Là-bas, il se mit à gaver sa femme de lait. Elle en but tant et tant que ses cheveux s’allongèrent jusqu’à sa taille et que sa beauté devint resplendissante. En la voyant ainsi, ses sœurs se mirent à la jalouser et cherchèrent à la tuer. Les sœurs venaient chez elle tout le temps et allaient se baigner avec elle dans le fleuve. Elle ne savait pas nager. Un jour, sa sœur aînée la poussa dans l’eau profonde pour la noyer. Quand elle disparut sous l’eau, les sœurs crurent qu’elle était morte alors que le courant l’avait emportée et amenée contre un rocher au milieu du fleuve. Elle monta sur le rocher, s’assit au milieu des crocodiles et des hippopotames.

La sœur aînée, qui pensait qu’elle était morte, passa la journée au fleuve jusqu’au crépuscule. Elle cueillit des nénuphars et s’en fit des tresses parce qu’elle savait que Boulo, le mari de sa sœur, avait pour habitude de plier les tresses de sa femme pour s’en faire un oreiller. Par mimétisme, elle se fit donc de nombreuses tresses avec les nénuphars.

À la nuit tombée, elle rentra toute bruissante et se recroquevilla sur le lit. Elle but tout le lait qu’on lui servit. Or, pour la cadette, qui était gavée, le lait d’une seule traite suffisait à la rassasier. Boulo servait donc la sœur aînée qui buvait comme un trou tout le lait qu’on lui trayait. Le mari, qui pensait que c’était sa femme, s’inquiéta et lui demanda : « Est-ce que tu vas bien aujourd’hui? » Elle répondit que tout allait bien. Enfin vint le moment de se coucher.

Boulo se mit à préparer son oreiller. Il sentit la froideur du nénuphar sous ses doigts. Il se saisit des tresses et comprit que ce sont des nénuphars; il réalisa qu’on l’avait trompé. Il observa celle qui reposait près de lui et demanda : « Qui es-tu? Tu n’es pas ma femme! » Il se leva, alla voir le roi et lui dit : « Roi, j’ai perdu ma femme. C’est sa sœur aînée qui est dans mon lit. Elle s’y est allongée, la tête tressée de nénuphars. »

Le roi convoqua sa fille aînée qui avoua qu’elle avait poussé sa cadette dans le fleuve. Le roi la frappa à mort.

Tout le village suivit le roi au fleuve. Ils cherchèrent pendant longtemps avant d’apercevoir la jeune femme, entourée par des crocodiles et des hippopotames, sur le rocher au milieu du fleuve. Chacun à qui on demandait d’aller la chercher disait : « Par Dieu, je n’irais pas. »

Boulo, lui, dès qu’il arriva au bord du fleuve, s’y jeta, bravant hippopotames et crocodiles jusqu’à sa femme. Il la prit, retraversa les animaux et ressortit avec elle.

Celui-ci aussi prend fin ici. Je l’ai pris et mis dans l’oreille d’Akaya.