4 Sinaa Gammbey – Sinâ Gammbey

Conté par Daouda Amadou

Debbo goom non godunɗo ɓiɓɓe njoyo : Sinaa, Sinaa Gammbey, Gargara, Gargara Lanndey, Meesidi Jaari. Sukaaɓe ɓen no ndafaa sanne, inna on no tefa ko nyaametee. Ɓe ndilli sanne nyallooma on fuu naa ko cakka jemma ko ɓe ngarii hadde kuubuuhi goom. Kuubuuhi[1] non ki rawaandu ladde ɓeyni ley muuɗum. Ndu wonaana ɗon kayru e ɓikkoy mayru keccoy. Nde debbo on waruno, rawaandu ndun fiiloyake ko nyaametee. Debbo on, anndanaa rawaandu ndun, wari soppinii ley lekki kin, kam e ɓikkoy muum njoyoy.

Ɗo o soppinino ɗon tawi rawaandu ndun no warta : ndu nani henndu maɓɓe gilla ndu yottaaki ley kuubuuhi kin. Ndu ɓattii debbo on ndu wi’i mo : “Giɗo Alla toye njahtaa?” Debbo on wi’i : “Hey! Ɓikkoy am njoyoy njogii-mi, miɗo tefa to koy nguuri.” Rawaandu woodu ndu anniya muuɗum goom wi’I : “Maadalla[2], koy nguurii, joon nani no ngaɗe-ten, miin duu miɗo woodi ɓiɓɓe, nani ɓe maaɗa. Aan a yahan foonde maayo piloyoo-ɗaa ko nyaametee, miin du mi wona haro gaa miɗo filoyoo; en fuu eɗen tefaa ko nyaametee eɗen ngadda iɓe nyaama.” Debbo on wi’I : “wooɗi.”

Debbo on yahi fonnde maayo haro too. Nde filoyii heɓi ko nyametee fuu wara dow tolo wi’a :

Sinaa kuu!

Sinaa Gammbey kuuy!

Gargara kuuy!

Gargara Lonndey kuu

Meysiidi Jaari heey!

Nden go’oto nder ɓiɓɓe ɓen dogga feƴƴa maayo, yaha to inna on. Inna on ƴama “On fuu oɗon toon naa?” Suka on nootoo “Min fuu miɗen ɗon.” Suka wartida ko inna hokki ɗum. Rawaandu kam duu rewa bannge muuɗum, kam du filoo waddanaa ɓikkoy koy ko nyaametee. Non ɓe njooɗorii. Debbo on feƴƴataa maayo ngon abada. Sukaaɓe ɓen no ngoni nder hawju rawaandu ndun.

Nii non faa to rawaandu ladde heppi heɓde ko nyaametee nder ladde. Joon kay no yaha no warta ɓolum. Faa nyallaande goom ndu nanngi suka go’oto ndu nyaami. Debbo on kam kay tinnii no heɓa no waddana sukaaɓe, anndaay ko rawaandu ndun nyaamii ɓiyiiɗum. Nyallaande fuu o waran dow tolo, o nodda :

Sinaa kuuy!

Sinaa Gammbey kuuy!

Gargara kuuy!

Gargara Lonndey kuuy!

Meysiidii Jaari heey!

Suka go’oto dogga wara, inna on ƴama : «On fuu oɗon toon naa? Suka on nootoo «— Min fuu miɗen toon. ”[3] Rawaandu ndun wi’iino nyaaman kaalanɗo inna on goonga. Nii jooɗorii faa nyallaande rawaandu ladde ndun nyaamdi ɓiɓɓe ɓen pat!

Nyallaande ndeen debbo on heɓi ko nyaametee wari dow tolo, noddi:

Sinaa kuuy!

Sinaa Gammbey kuuy!

Gargara kuuy!

Gargara Lonndey kuuy!

Meysiidi Jaari heey!

Rawaandu ndun wi’I : “Hey! Mi nyaamii ɓe! mi nyaamii ɓe! Aan da nde ngar-ɗaa ɗoo mi nyaame!” Joon kay debbo on doggi no nyonoo. Nder njiilaaki makko nyallaande goom o fotti he moodibbo goom. Moodibbo on ƴami mo : “ko mboyan-taa?” O nootii : “Hey! Ɓiɓɓe am nyaamaa! Ɓiɓɓe am njoyo rawaandu ladde nyaami.” Moodibbo on wi’i o : “Too! Deƴƴu! Mi waɗante ɓiɗɗo go’oto, ammaa ɓiɗɗo oo mboɗa makko woni[4]o fiyiree buurɗi.” O waɗani on ɓiɗɗo, ɓiɗɗo on mawni.

Nyallaande goom ko inna on no yaha faa mooroyoo, o wi’i ɓiɗɗo on: « To ngartan-mi mbuuwa dammbugal suudu meen.” Ɓiɗɗo on wi’i : “Ayyo! ” O yahi, o mooroyii. Ɓiɗɗo hinnii fijirde. Inna kam duu nyalli na mooroo, faa laasara hiirndi warde. Faa o ɓattii gaɗa suudu, ko cukalel deyel yi’i ɗum. Ngel ummii, ngel haakii buurɗi, joon kay naati no wuuwa. Inna on wardi he mone kam duu, joonkay nanngi difi buurɗi ɗin. “Illa dillol am mbi’u-mi mbuuwaa, gilla subaka a waɗaay baa.” Nder nyanngere makko o yeggitii ko moodibbo on wi’uno o.  O nanngi ɓiyiiko, o fiyiri ɗum buurɗi ɗin. Cukalel dewel sankitii majji.

Mi taggii ngol faa ngol wooɗii, mi wattii ngol ley nowru Aljuma Iisey.

◊◊◊

C’était une femme qui avait cinq enfants : Sinâ, Sinâ Gammbey, Gargara, Gargara Landey et Mêsidî Zâri. Les enfants étaient torturés par la faim et leur mère cherchait à manger. Ils avaient beaucoup marché, toute la journée, et c’est en pleine nuit qu’ils arrivèrent près d’un Kûbûhi. C’était un acacia au pied duquel une lionne avait mis bas. Elle s’était installée là avec ses petits. Quand la femme arriva, la lionne aussi était partie chercher à manger. Ignorant la lionne, la femme vint s’accroupir sous l’arbre avec ses cinq petits.

Elle s’accroupit alors que la lionne revenait : celle-ci sentit leur odeur, bien avant d’arriver au pied de l’acacia. Elle s’approcha de la femme et lui dit : « Pauvre femme, où vas-tu? ». La femme répondit : « Oh, j’ai cinq enfants, je cherche à les faire vivre. » La lionne, qui avait une idée en tête, dit alors : « Très bien, ils vont vivre. Maintenant, voici ce que nous allons faire. Moi aussi j’ai des enfants, et voilà les tiens. Toi, tu vas aller sur l’autre rive du fleuve chercher à manger et moi j’irai de ce côté pour chercher. Nous allons toutes les deux rapporter à manger pour les nourrir. » La femme répondit qu’elle était d’accord.

La femme s’en alla sur l’autre rive du fleuve. Chaque fois qu’elle trouvait de la nourriture, elle venait sur la berge et disait :

Oh! Sinâ

Oh! Sinâ Gammbey

Oh! Gargara

Oh! Gargara Landey

Oh! Mêysidî Zâri.

Aussitôt, un des enfants courait, traversait le fleuve et allait rejoindre la mère. La mère demandait « Êtes-vous tous là? » et l’enfant répondait « Nous sommes tous. » L’enfant ramenait ce que la mère lui avait donné. La lionne, elle aussi allait de son côté et rapportait de quoi nourrir les petits. La femme ne traversait jamais le fleuve comme la lionne le lui avait demandé; les enfants étaient sous la garde de la lionne.

Ainsi allaient les choses jusqu’au jour où la lionne ne trouva plus rien à manger dans la savane. Elle allait et revenait bredouille. Pour finir, elle attrapa un enfant et le dévora. La vieille femme, quant à elle, trouvait encore à manger et le rapportait aux enfants, sans savoir que la lionne avait dévoré son enfant. Elle revenait toujours sur la berge entonnant son refrain :

Oh! Sinâ

Oh! Sinâ Gammbey

Oh! Gargara

Oh! Gargara Landey

Oh! Mêysidî Zâri.

Un enfant accourrait et la mère demandait : « Êtes-vous tous là? » L’enfant répondait : « Nous sommes tous là. » La lionne avait dit qu’elle dévorerait celui qui dirait la vérité à la mère. Cela dura jusqu’au jour où la lionne eut dévoré tous les enfants.

Ce jour-là, la femme revint avec de la nourriture et se présenta sur la berge. Elle appela :

Oh! Sinâ

Oh! Sinâ Gammbey

Oh! Gargara

Oh! Gargara Landey

Oh! Mêysidî Zâr.

La lionne dit alors : « Eh! Je les ai mangés! Je les ai mangés! Et toi aussi, si tu viens ici, je te mangerai. » Alors la pauvre femme s’enfuit hurlant de douleur. Dans ses pérégrinations, elle rencontra un jour un marabout qui lui demanda pourquoi elle pleurait. Elle répondit : « Oh! On a mangé mes enfants. Mes cinq enfants ont été dévorés par la lionne. Le marabout lui dit : « Bien, calme-toi. Je te ferai un seul enfant. Mais il ne devra jamais être frappé par un balai. » Il lui fit donc un enfant, et l’enfant grandit.

Un jour où la mère partait se faire tresser les cheveux, elle dit à son enfant : « Avant que je revienne, il faut balayer la devanture de notre case. » L’enfant acquiesça. Elle partit se faire tresser les cheveux. L’enfant resta à jouer. La mère passa la journée à se faire tresser et revint au crépuscule. C’est seulement au moment où elle arriva derrière la case que la petite la vit. La petite se leva, s’empara du balai et se mit à balayer. La mère, elle aussi, était rentrée de mauvaise humeur, elle lui arracha le balai des mains : « Je t’ai demandé de balayer à mon départ et depuis ce matin tu n’as rien fait. » Dans sa colère, elle avait oublié ce que le marabout lui avait dit. Elle saisit alors sa fille et la frappa avec le balai. La fillette se dispersa et disparut.

J’ai bien plié le conte, je l’ai mis dans l’oreille d’Aljuma Iisey.


  1.   Kuubuuhi : acacia erythrocalyx (Mimosaceae)
  2. Maadalla < Arabe : Tel que Dieu la recommandé, Très bien.
  3.   Sa'iidu intervient dans la narration, il devance le conteur. <<Ndu wii kaaltu∂o fuu naa nyaame.>> <<Tout celui qui rapportera la nouvelle à la mère sera mangé>>
  4.   Piira < piyira.