15 Inna Diija Boolo – La mère de Dîdja Bôlo

Conté par Sa'iidu Danzo

Diija Boolo no suka debbo goom mo inna muuɗum hoorsini ɗum sanne. Dey gorko goom deewli mo, hooƴi mo to saarooɓe makko, yahari mo ley wuro goom. O wari o jooɗodi he esiraaɓe makko, imo horsi he goriiko. Ammaa esiiko ngam no hulani deewgal maɓɓe wi’i inna Diija Boolo ni hoddori saabaade ceergal maɓɓe. O saawiri he kumarewal goom faa ɓe njammboo inna Diija Boolo.

Kumaarewal ngal fiiri yahi hoɗoy dow lekki wuro Diija Boolo naati no yima :

Inna Diija Boolo.

Kumaareyel kuma.

Haadiija maaɗa ɓeynii.

Kumaareyel kuma.

O ɓeyni sowru wordu.

Kumaareyel kuma.

O ɓeyni hecci- hankin.

Kumaareyel kuma.

Himɓeeje ngalaa na ngattani ngal hakkillo. Kumarewal ngal adita jimmol muuɗum ngol, ngal jogii ingal adita faa inna Diija Bolo nani, wi’i : “Hey kettinee! Kettinee!” Nden kumarewal ngal yimi :

Inna Diija Boolo.

Kumaareyel kuma.

Hadiija maaɗa ɓeynii.

Kumaareyel kuma.

O ɓeyni sowru wordu.

Kumaareyel kuma.

O ɓeyni hecci-hankin.

Kumaareyel kuma.

Inna on wi’i : “Hey nanee ko kumarewal ngal wi’i! Nanee ko ngal wi’i! Kumaareyel wi’i : Hadiija am ɓeynii, o ɓeyni sowru wordu, o ɓeyni hecci-hankin. Hey ɗum woni moƴƴere nde keɓu-mi[1]! Hadiijayel am ɓeynii! Hey ɗum woni moƴƴere! Hey kumaareyel a waddanii kam moƴƴere! Foondu waddii habare belɗo kam.” Kumaareyel ngal kam hooti to ƴuwuno.

Inna Diija Boolo siryii yahdu muuɗum. O siryii : maarooje e jawɗi, o waɗi tame cobbe e nebbam taaynaaɗam, o watti ɗum fuu nder laana. Ɓe naati laana ɓe poonndii wuro to ɓiyiiko deewlaa. Kumarewal ngal tokkiti ɓe, nde ɓe mboɗɗoyii fuu ngal hewtoo ɓe ngal haalta haala ngo’ota kan. Inna Diija Boolo ɓernde muuɗum ɓeyda welude. Imo haalta ɓiyum ɓeynii, heɓii sowru wordu hecci-hankin. Nden o tinnii imo du’oo “Hey kamaareyel yo a haalu ka mawuuri!” Nii ɓe tokkiri, faa ɓe ɓadii wuro ngon. Ko foondu ndun anndi ɓe ɓattake wuro to Diija Boolo wuuri fuu ndu fiiri ndu fiiloyii wuro ngon ndu warti ndu hawri he maɓɓe indu yima :

Inna Diija Boolo.

Kumaareyel kuma.

Hadiija maaɗa ɓeynii.

Kumaareyel kuma.

O ɓeyni hecci- hankin.

Kumaareyel kuma.

Hadiija maaɗa maayii.

Kumaareyel kuma.

Gaɗa ɓeyngum hecci-hankin.

Kumaareyel kuma.

Hadiija maaɗa maayii.

“Hey! Kettinee, kettinee ko foondu bonfutuuru[2]8 ndu woni na wi’a nii.” Ngal hooti ngal wi’i :

Hadiija maaɗa maayii.

Kumaareyel kuma.

Ni inna on haaci, ɗoppitii saami dow wecco laana kan, ni laana kan hippii.  Nden inna on laatii ayu, tame cobbal ɗen laatii liɗɗi, nebbam ɗam laatii bolle, jawɗi ɗin laatii gabbi. Nii gabbi ngoniri nder maayo. Taalol ngol duu ɗoo haaɗi ɗoo.

Lukka hokki kam ngol. Mi wattii ngol nder nowru Lukka Maaliki.

◊◊◊

Dîdja Bôlo était une jeune femme choyée par sa maman. Mais un homme l’épousa et l’emmena chez ses parents dans un autre village. Elle alla vivre avec sa belle-famille et était choyée par son mari. Cependant, sa belle-mère, soucieuse de préserver le couple, se dit que la propre mère de Dîdja Bôlo serait un jour la cause de son divorce. Elle se mit d’accord avec une grue pour comploter contre la mère de Dîdja Bôlo.

La grue s’envola, alla se percher sur un arbre chez les parents de Dîdja Bôlo et se mit à chanter :

Mère de Dîdja Bôlo

Petite grue chantait

Ta Hâdîdja a accouché

Petite grue chantait

Elle a accouché d’un bébé mâle

Petite grue chantait

Elle a accouché avant-hier

Petite grue chantait.

Les gens ne lui prêtaient pas attention. La grue reprenait sans cesse son refrain, elle répétait sans se lasser jusqu’à ce que la mère de Dîdja Bôlo l’entendit et dit : « Écoutez! Écoutez! » Et la grue chantait :

Mère de Dîdja Bôlo

Mère de Dîdja Bôlo

Petite grue chantait

Ta Hâdîdja a accouché

Petite grue chantait

Elle a accouché d’un poussin mâle

Petite grue chantait

Elle a accouché avant-hier

Petite grue chantait.

La mère s’écria : « Oh! Écoutez ce que dit la grue! Écoutez ce qu’elle dit! La grue dit que ma Hâdidja a accouché. Elle a accouché d’un bébé mâle, elle a accouché avant-hier. Oh, quel bonheur pour moi! Ma petite Hâdidja a accouché! Oh, quel bonheur! Oh, petite grue, tu m’as apporté une excellente nouvelle. L’oiseau m’a apporté une nouvelle qui me réjouit. » Quant à la grue, elle retourna d’où elle était venue.

La mère de Dîdja Bôlo organisa son départ. Elle s’apprêta, prépara du riz et des béliers, fit des boulettes de mil et du beurre fondu et installa le tout dans une pirogue. Le piroguier et elle montèrent dans la pirogue et partirent en direction du village où sa fille était mariée. La grue se mit à les suivre et chaque fois qu’ils prenaient de la distance, elle les rattrapait et répétait les mêmes paroles, ce qui réjouissait un peu plus la mère de Dîdja Bôlo. Elle répétait que sa fille avait accouché d’un garçon avant-hier. Et priait : « Oh, petite grue, que Dieu fasse que tu apportes la même bonne nouvelle l’année prochaine. » Ils avancèrent ainsi jusqu’aux abords du village. Quand l’oiseau comprit qu’ils étaient maintenant près du village où Dîdja Bôlo vivait, il s’envola, alla faire le tour de la ville et revint à leur rencontre en chantant :

Mère de Dîdja Bôlo

Petite grue chantait

Ta Hâdîdja a accouché

Petite grue chantait

Elle a accouché d’un bébé mâle

Petite grue chantait

Elle a accouché avant-hier

Petite grue chantait

Ta hâdidja est morte

Petite grue chantait

Après son accouchement hier

Petite grue chantait

Ta Hâdidja est morte.

La mère prêta l’oreille : « Oh, écoutez! Écoutez ce que dit cet oiseau de malheur. » La grue reprit son chant :

Ta Hâdidja est morte 

Petite grue chantait.

La mère se mit alors à hurler, se leva brusquement, tomba sur le bord de la pirogue qui se renversa. C’est alors que la mère se transforma en lamantin, les boules de mil devinrent des poissons, l’huile se transforma en serpents, les béliers devinrent des hippopotames.

C’est ainsi que les hippopotames peuplèrent le fleuve.

Ce conte aussi est arrivé à sa fin.

C’est Loukka qui me l’a donné. Je l’ai mis dans l’oreille de Loukka Mâliki.


  1. Kemmi < keɓmi (heɓude). 
  2.   Bonfutuuru < Songhay-Zarma, bon futu : mauvaise tête, de malheur.