17 Gueno – Guéno

Conté par Sa'iidu Danzo

Suka gorko non gooduɗo jawdi keewndi, neɗɗo fuu anndaa keerol na’i makko, imo wi’ee Geno. Wuro makko kosam he nebbam na nanndi he leydi, jam sey jam.  Faa joonkay yooro wari saami dow leydi maɓɓe. Huɗo baa wabbere heddaaki ley ladde, pete he gooruuje korsi. Na’i koori koorkoorti, ɗi ndafaa faa ɗi ummitataako.

Nyallaande fuu se Geno duroyii nagge saama, saamunge nee fuu ummataako. Na’i ɗin ɓirataa baa ko wattetee nder hitere. Himɓeeje no ndafaa faa na maaya. Nii non faa nyallaande nde goom ɓe nani nande leydi goom to huɗo woodi. Ladde nden wi’itakenaa Saaŋaale, ginnol goom jeyi nde. Ko tawi na’i maɓɓe fuu na ɗon na mbaata, himɓe wuro ngon mbi’i : “Moy yaharanta en na’i meen ɗii to yaayre ndee?” Neɗɗo fuu wi’i yahataa.  Nden Geno juwi wi’i kam yahata. Wi’aa : “Hey a waawtaa!” O wi’i o yahan. Himɓe fuu tefi faa kaɗa o jahol nder durdude ginnol bonngol ngol.  O siini o yahan.

Nyallaande goom Geno oori na’i muum naati ladde. Imo dilla baalɗe, illa to o anndi faa o anndaa.  Nden o yottii nder nokkuure lobbere goom, ɗum yaayre na ɓawla huɗo hecco daande feto, paaɓi na mboya nder muuɗum. Gorko on watti na’i muuɗum nder huɗo. Na’i nanngi na nyaama nii faa buttili majji ndarii. Na’i kaari, mbooɗi.

O wartiri na’i makko wuro. Gi’uɗo na’i ɗin fuu haaytinoo : “Wallaahi na’i ɗii paltii, ɗum nii woni falto.” Ayyo! Geno wari jooɗii joonkay. Ginnol ngol duu warti tawi ladde muuɗum nyaaynaama. Ngol ummii ngol riiwtini Geno. Wuro to ngol yottii fuu ngol wi’a:

Moy Geno moy Geno.

Runnge runnge.

Moy nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Wi’ee : “Hey! Wuro Geno’en na yeeso.” Ngol yottoo nokkuure faa han ngol wi’a :

Moy Geno moy Geno.

Runnge runnge.

Moy nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Wi’ee : “Geno’en na yeeso.” Ayyo!

Faa ngol wari ngol yottii to wuro Geno’en. Ngol wi’i :

Moy Geno moy Geno.

Runnge runnge.

Moy nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Himɓe wuro ngon kaaytini : “Hayaa! Ndaaree ko tiiɗal nyiindaaku Geno waddoyi he meen.”  Ɓe maayi kulal, ɓe mbi’i Geno na legleg, ni ginnol ngol hucci toon, ingol yima.

Moy Geno moy Geno.

Runnge runnge.

Moy nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Nde sukaaɓe wonunooɓe ɗon nanuno ginnol ngol tan ɓe fuu ɓe nyaari. Sukaaɓe rewɓe he sukaaɓe worɓe ɓen fuu ndoggi, heddii Geno tan. Ginol ngol wi’i :

Moy Geno moy Geno.

Runnge runnge.

Moy nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Geno nootoo :

Miin Geno miin Geno.

Runnge runnge.

Runnge runnge.

Haya! Ni ya ni faa ngol wari ngol darii to Geno woni. Ingol fiiloo   Geno ingol wi’a :

Moy Geno moy Geno.

Runnge runnge.

Moy nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Geno mo sottaay to wonuno na nootoo ngol :

Miin Geno miin Geno.

Runnge runnge.

Miin nyaayni Saaŋaale.

Runnge runnge.

Geno no darii nokkuure wo’otere baa sonnyude sonnyaay, baa hitere makko o tamƴaay, imo darii. Ginnol ngol darii joonkay, ngol hayɗinaa cuusal Geno ngal, dey ngol wi’I : “Wallaahi cuusal maa mawnii Geno. Cuusal maa mawnii ngam neɗɗo fuu woni suusataa naatude ley saaŋaale sakko nyaayna ɗum, dey daroo ɗoo yeeso am. Dey a hollii cuusal. A hollii a ɓii-pullo. Miin duu mi hollete ko mbaawu-mi.”

Joonkay ginnol wayliti ho’ore muuɗum, laatii suka debbo mo wooɗde muuɗum walaa hano. Na darii na oolɗa buy, ngaasa na fukkii na ɓawli kurum. Jaka ginnol ngol no suka debbo non. O wi’i mo : “Min kay neɗɗo fuu deewlataa kam se wanaa aan. Duuɓi ɗii fuu gorko cuuso ngonu-mi miɗo tefa. A hollii kam hano ma cuusal walaa. Aan nii deewlata kam.” Geno haɓɓani suka debbo on. Ɓe kooti saaŋaale ɓe njooɗoyi nder yaayre saaŋaale.

Ngol hantii ɗoo. Mi taggii ngol faa wooɗii. Ingol nder nowru Aasiya.

◊◊◊

C’était un jeune homme qui avait beaucoup de bétail. Personne ne connaissait le nombre de ses vaches. Il s’appelait Guéno. Chez lui, il y avait du lait et du beurre en abondance; le bonheur y régnait en permanence. Mais, un jour la sécheresse s’abattit sur leur pays. Il ne restait pas un seul brin d’herbe dans les prés, les mares et les rivières tarirent. Les vaches assoiffées et affamées ne pouvaient se relever.

Chaque fois que Guéno amenait ses vaches paître en brousse, une tombait, et celle qui tombait ne se relevait pas. Les vaches ne donnaient même plus la moindre goutte de lait, les hommes succombaient à la faim. Ce fut ainsi jusqu’au jour où ils entendirent parler d’une brousse qui avait de l’herbe. La brousse s’appelait Sâgâlé et appartenait à un génie. Comme toutes leurs vaches mouraient, les villageois dirent : « Qui va amener nos vaches à ces pâturages? » Chacun dit qu’il n’irait pas. Mais Guéno, lui, dit : « J’irai! » Les villageois s’écrièrent : « Oh tu ne pourras pas! » Il dit qu’il irait. Tout le monde essaya de le dissuader d’aller dans les prés du méchant génie. Il décida quand même d’y aller.

Un jour, Guéno prit ses vaches et pénétra dans la brousse. Il marcha pendant des jours, traversa des endroits qu’il connaissait avant de découvrir des lieux qui lui étaient inconnus. Il arriva enfin à un endroit magnifique : une prairie toute verdoyante alimentée par une mare dans laquelle coassaient des grenouilles. Le jeune homme mit ses vaches dans l’herbe. Elles broutèrent au point que leurs flancs rebondirent. Les vaches furent repues et belles.

Il ramena ses vaches au village. Toute personne qui les voyait s’exclamait : « Comme ces vaches sont repues! C’est cela la satiété! » Guéno resta chez lui. Le génie revint et trouva sa prairie saccagée. Il se lança à la poursuite de Guéno. À chaque village où il arrivait, il disait :

Qui est Guéno? Qui est Guéno?

Roungué, roungué.

Qui a endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

On lui disait : « Oh! Le village des Guéno est plus loin. » Il arrivait à un autre endroit et disait :

Qui est Guéno? Qui est Guéno?

Roungué, roungué.

Qui a endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

On lui répondait que les Guéno étaient plus loin jusqu’à ce qu’il arriva au village des Guéno. Il dit :

Qui est Guéno? Qui est Guéno?

Roungué, roungué.

Qui a endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

Les villageois s’exclamèrent : « Eh bien! Regardez ce que l’entêtement de Guéno nous a valu. » Tétanisés de peur, les villageois répondirent que Guéno était à la place du village où veillaient les jeunes. Le génie se dirigea là-bas en chantant.

Qui est Guéno? Qui est Guéno?

Roungué, roungué.

Qui a endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

Quand les jeunes qui se trouvaient là l’entendirent, ils se dispersèrent tous. Les jeunes femmes et les jeunes gens s’enfuirent, il ne resta que Guéno. Le génie dit :

Qui est Guéno? Qui est Guéno?

Roungué, roungué.

Qui a endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

Guéno répondait en écho :

Moi Guéno, moi Guéno.

Roungué, roungué.

C’est moi qui ai endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

C’était ainsi jusqu’à ce qu’il arriva là où Guéno se tenait debout. Il tourna au tour de lui en disant :

Qui est Guéno? Qui est Guéno?

Roungué, roungué.

Qui a endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

Guéno, qui n’avait pas bougé de là où il était, lui répondait :

Moi Guéno, moi Guéno.

Roungué, roungué.

C’est moi qui ai endommagé Sâgâlé.

Roungué, roungué.

Guéno était resté immobile, sans bouger. Il n’avait même pas cligné ses yeux. Il était là debout. Le génie s’arrêta alors. Surpris par le courage de Guéno, il lui lança : « Par Dieu, ton courage est grand. Ton courage est même immense, car personne n’oserait prendre le risque de pénétrer dans Sâgâlé, de l’endommager et de trouver le cran de me tenir tête. Mais tu as fait preuve de courage, prouvant ainsi que tu es un fils peul. Moi aussi, je vais te montrer ce dont je suis capable. »

Alors, le génie se métamorphosa et devint une jeune femme d’une incomparable beauté. Elle était rayonnante avec ses cheveux noirs, étendus.

En fait, le génie était une jeune femme. Elle lui dit : « Moi, personne ne m’épousera si ce n’est toi. J’étais toutes ces années en quête d’un homme courageux. Tu m’as montré un courage sans pareil, c’est toi qui m’épouseras. »

Guéno épousa la jeune dame, ils retournèrent s’installer dans la prairie de Sâgâlé.

Le conte prend fin là. Je l’ai bien plié, il est dans l’oreille de Assiya.