Module 6 : Construire une problématique de recherche et l’utiliser

25 Quelle est la place du contexte dans une recherche?

Estelle Kouokam Magne

Présentation du thème et de l’autrice du chapitre

Généralement, le contexte est présenté comme le passage obligé dans l’écriture d’un travail de recherche. Au-delà d’une injonction pédagogique, cette partie qui campe le décor est loin d’être une perte de temps. Elle est fondamentale dans la construction du sujet de recherche et de sa problématique.

Estelle Kouokam Magne est anthropologue. Elle enseigne à la Faculté de Sciences Sociales de Gestion de l’Université Catholique d’Afrique Centrale à Yaoundé au Cameroun. Ses centres d’intérêts sont la santé, la religion, le politique et le genre. En plus des enseignements qu’elle dispense dans ces domaines respectifs, elle anime des ateliers de recherche et d’écriture à l’Université panafricaine. Elle est autrice de nombreux articles, a dirigé un livre sur le pluralisme religieux en collaboration avec Ludovic Lado (2013) et a contribué à de nombreux ouvrages.

Définition et utilité d’un contexte dans la rédaction d’un travail de recherche

Dans le processus de rédaction, le contexte sert à situer sa pensée ou l’idée principale que l’on veut analyser. Ce mot vient du latin contextus qui veut dire « assemblage »[1]. Il est aussi défini comme « Ensemble des conditions naturelles, sociales, culturelles dans lesquelles se situe un énoncé, un discours »[2].

Faire un contexte veut dire trouver des éléments autour du sujet, notamment des faits d’actualités, qui justifient le choix de ce sujet. Il s’agit de montrer l’environnement dans lequel le sujet se situe parce que, sans ce travail, il est difficile pour le public de savoir dans quelle perspective se situe la recherche que l’on veut proposer. La présentation du contexte gagne à s’inscrire dans une approche qui permet d’aller du général au particulier. En employant la métaphore de l’entonnoir, on peut voir à quoi ressemble un contexte. Mais la part du général doit être minime. Ce chapitre présentera le contexte dans les études sur la santé et dans l’étude des projets de développement, et il explicitera les éléments-clés dans la construction d’un contexte.

Le contexte dans les études sur la santé

Dans les études qui portent sur la santé, par exemple, je dois déjà, au début de la rédaction, montrer en quoi le sujet que je veux aborder est important dans ce domaine d’étude pour lequel je m’engage à faire cette recherche. Si je n’y arrive pas, le lectorat interrogera la pertinence de mon sujet et aura du mal à comprendre les développements ultérieures que je ferai dans mon travail. À titre d’exemple, voici le contexte d’un mémoire de master qui porte sur la procréation médicalement assistée dans la ville de Douala au Cameroun (Ze, 2015) :

Exemple d’un contexte

« Les progrès de la médecine aidant, les couples, les familles et le corps médical ont mis au point un ensemble de stratégies pour y remédier. Ces efforts sont relativement couronnés de succès dans la mesure où on constate un regain d’initiatives individuelles vers les centres spécialisés de Procréation médicalement assistée (PMA). […] À titre d’illustration, dans les pays développés, environ 15% des couples vont consulter au moins une fois pour une infertilité primaire ou secondaire. L’ampleur de l’infertilité varie selon le niveau de développement. En effet, le taux de prévalence d’infertilité est plus élevé en Afrique subsaharienne (10 à 30%), que dans les pays du Nord (5 à 10%). Au Cameroun, les couples souffrant d’infertilité atteignent 20 à 30% de la population et la prévalence varie d’une région à l’autre. »

Le contexte dans l’étude des projets de développement

En général, dans les études sur le développement, on doit pouvoir préciser sous quels angles on veut aborder ce travail, quelles sont les statistiques sur la question. Ce qu’elles disent et ce en quoi elles restent silencieuses. Le contexte est donc le premier moment de rédiger la problématique du sujet.

Dès le contexte, en montrant les contours du sujet que je souhaite aborder, je montre déjà que la société est confrontée à ce problème. En outre, je prends en considération les travaux déjà produits par des scientifiques et des organisations de la société civile. Les résultats de ces études précédentes m’aident à mieux situer mon sujet et montrer la pertinence pour la recherche et la société. Dans le contexte, je fais une synthèse des résultats disponibles sur la question notamment ceux concernant les statistiques, la situation sociale, économique et politique du pays qui pourraient avoir une influence sur la manière avec laquelle j’aborde mon sujet de recherche. Pour illustrer mon propos, voici l’exemple d’un mémoire rédigé par Djimadounodje (2018) sur les perceptions des projets de vulgarisation agricole à Kaïnodjo, au Sud du Tchad :

Exemple

« Au  Tchad, l’agriculture constitue une  part importante dans l’économie nationale, secondée par l’élevage. D’après les statistiques nationales, la contribution de l’agriculture tchadienne dans l’économie est sa large part dans la formation du PIB estimée à 23%, dont 20% proviennent de la production vivrière et 3% des cultures de rente tandis que l’élevage contribue à hauteur de 17%. Le Tchad appartient au bloc des pays du Sahel où les aléas climatiques et la sécheresse y font planer un spectre d’insécurité alimentaire presque endémique. C’est dans cette perspective de faire face à cette situation et d’assurer l’autosuffisance voire la sécurité alimentaire de sa population sans cesse croissante qu’il s’est lancé dans la voie de la modernisation de son agriculture. Pour atteindre cela, le Tchad s’appuie sur la vulgarisation agricole qui consiste à former les agriculteurs en techniques agricoles de base et à mettre à leur disposition des intrants agricoles variés notamment des semences améliorées, des engrais et pesticides pour parer aux différents risques agricoles qu’ils encourent. »

Le contexte doit me servir à mieux expliciter mon sujet, à mieux montrer l’importance de mon sujet; ainsi, chaque fois que je donne des informations, je dois me demander si ces informations aident à mieux situer mon sujet de recherche. Contribuent-elles à la pertinence de ma recherche? Si la réponse est négative, je ne dois pas utiliser ces informations dans la rédaction de mon contexte.

Il est nécessaire de donner des informations qui permettent de mieux saisir les préoccupations politiques, par exemple, que suscite le sujet. C’est à partir de ces différentes données que le lectorat peut être convaincu de la pertinence du sujet de recherche. Dans le contexte, il est important d’avoir des éléments récents; ils ne devraient pas, idéalement, avoir plus de 5 ans d’âge.

Comment construire son contexte?

Quatre éléments clés peuvent aider à la rédaction d’un contexte : le lieu de la recherche, le temps, la dimension sociale du sujet, sa dimension politique et sa dimension économique.

Le lieu

Il est important, dès les premières phrases de son contexte, de préciser le lieu : continent, pays et par la suite revenir à la ville précise ou au village précis qui servira de cadre de la recherche.

Lorsque la recherche se déroule dans une ville, il est important en quelques paragraphes de soulever les considérations liées à l’environnement urbain dans lequel se déroule la recherche et surtout mettre cela en relation avec le sujet de ma recherche.

Lorsqu’il s’agit d’un environnement rural, il est tout aussi important d’avoir des données relatives à celui-ci. Il peut arriver que je ne puisse pas trouver de données sur Internet pour présenter le lieu de l’étude. Dans ce cas, je me rapproche des délégations ministérielles ou des organisations de la société civile dont les sujets d’action sont en relation avec mon sujet de recherche.

Lorsqu’il est difficile de trouver les données dans les bibliothèques physiques et numériques, ce sont parfois les éléments de la littérature administrative qui peuvent aider à une présentation du contexte. Dans ce cas, je dois faire un travail d’analyse et de tri dans les documents donnés par les institutions faîtières.

Dans ce travail de précision, je dois toujours me poser la question suivante : en quoi est-ce que la description que je donne de mon lieu d’étude permet de faire le lien avec mon sujet de recherche?

Les premières monographies, dans le champ de l’anthropologie, se présentent généralement sous une forme exhaustive où l’auteur ou l’autrice présente non seulement les gens mais aussi l’environnement physique et géographique. Aujourd’hui, en quoi est–ce qu’une présentation de l’environnement physique (montagnes, collines, cours d’eau, etc.) est pertinente pour comprendre la performance des mutuelles de santé dans un village donné? Cette présentation permet certes à l’auteur ou l’autrice de partager avec lectorat quelques images de son terrain de recherche, mais il ne doit pas y consacrer plusieurs paragraphes sans que l’on ne voit clairement le rapport avec son sujet de recherche.

Je ne dois pas perdre de vue l’approche dynamique dans laquelle doit s’inscrire le travail de rédaction afin de permettre à mon lectorat de mieux suivre ma réflexion.

Le temps

En général, un sujet de recherche peut avoir pour entrée des dates qui marquent de façon spécifique les dynamiques sociales, politiques et économiques qui entourent le sujet. Les dates permettent de situer le sujet dans un espace-temps. Les sujets de recherche en sciences sociales ont une temporalité qu’il faut prendre en compte pour éviter une analyse anachronique. En somme, la prise en compte de la temporalité aide à ne pas s’engager à faire des débats déjà connus sur le sujet.

La dimension sociale du sujet

Je dois identifier les catégories sociales qui sont concernées par le sujet. Je dois mettre en évidence les informations qui existent au sein des données institutionnelles (ministères, organisations non gouvernementales nationales et internationales, etc.). Je dois aussi montrer les différentes questions qui émergent lorsque ces populations sont concernées.

La dimension politique du sujet

Je peux mettre en évidence les décisions qui ont été prises au sein d’institutions nationales et internationales ainsi que les actions qui ont été menées. En outre, je dois montrer les différentes questions et solutions qui ont été trouvées par les décideurs et décideuses sur le terrain. Il faut aussi être précis-e dans le choix des documents. Parfois les documents peuvent renvoyer au contexte politique général sans que l’on ne voit concrètement le rapport avec le sujet. En illustration, le contexte politique ci-dessous que j’ai rédigé pour un travail de recherche sur le soutien que l’État apporte aux revendeuses de vivres frais au Cameroun :

Exemple

« Après la décennie de la femme (1975-1985), la faiblesse des résultats enregistrés dans le secteur “Femme et Développement”, le climat morose des économies africaines, la paupérisation croissante des populations, en particulier celles des femmes, ont suscité d’autres approches. Le Cameroun s’est donc donné pour objectif de renforcer le pouvoir économique des femmes avec un accent particulier sur les femmes rurales. »

« Le gouvernement camerounais dispose actuellement d’un document cadre en matière de politique économique et social du pays : le Document de Stratégie Réduction de la Pauvreté (DSRP). C’est un cadre intégré pour le développement du pays qui s’articule autour d’un ensemble de stratégies macroéconomiques et sectorielles visant à accélérer la croissance et à réduire la pauvreté. Ce document traduit clairement les ambitions des autorités à œuvrer pour la réalisation des objectifs de développement durable. Il comporte sept axes principaux qui sont en cohérence avec les grands objectifs du développement auxquels le Cameroun a souscrit. Aussi, ont été créés et organisés des Centres de Promotion de la Femme (CPF) et des Centres de Technologie Appropriée (CTA) pour les femmes ayant pour but l’éducation, l’accompagnement des femmes et des filles. Pour promouvoir le développement local et renforcer les capacités des communautés afin de faire participer plus activement les acteurs à la base au développement de leur localité, les programmes suivants ont été mis en place : Programme National de Développement Participatif (PNDP), Programme d’Appui au Développement Communautaire (PADC). »

Cet extrait peut laisser croire que les revendeuses de vivres frais sont des femmes rurales. Pourtant, il s’agit d’un groupe hétérogène constitué de femmes vivant en ville et de femmes vivant dans les villages. Les différents programmes et projets cités par la suite permettent de voir l’action de l’État mais ne font pas le lien avec le sujet qui porte sur le soutien de l’État aux revendeuses de vivres frais.

La dimension économique

Il est important de mettre en évidence la situation économique du pays concerné, notamment avec les statistiques qui sont fournies par les instituts nationaux. Ces données peuvent porter sur le revenu des ménages ou l’impact économique d’un problème de santé ou encore la place du secteur informel dans la richesse de l’État. Une connaissance de la situation économique aide à comprendre le rapport entre les ressources disponibles et l’accès à des services tels que : la santé et l’éducation. Ainsi, lorsque le sujet porte sur l’accès aux biens de consommation comme la nourriture, les médias, les vêtements, etc., il est utile pour le lectorat d’avoir une idée des capacités économiques du pays, du revenu des ménages et de la situation qui prévaut dans la région et la ville dans laquelle va se réaliser l’étude.

Que retenir?

Le contexte est un élément fondamental dans la construction de la problématique de recherche. Qu’il s’agisse d’un article de recherche ou d’un mémoire de fin d’études. Après deux ou trois paragraphes de présentation du sujet dans le mémoire, on peut placer son contexte politique, économique et social. En ce qui concerne la rédaction des articles dans des revues scientifiques, il est souvent nécessaire de présenter son contexte assez rapidement parfois après le premier paragraphe de présentation. Il  faut  s’assurer de  la disponibilité de toutes les ressources documentaires nécessaires à la description de la situation sociale, économique et culturelle dans laquelle se déroule le fait étudié. Et surtout, il faut éviter les digressions. Je dois penser le contexte comme un outil nécessaire à la rédaction de la problématique. C’est la raison pour laquelle je dois toujours me demander si les formations fournies sont utiles à la construction de la problématique de la recherche. Je dois m’atteler à faire un travail de tri dans les informations disponibles ou de fouilles lorsque les données ne sont pas disponibles dans les rapports publiés. Dans ce second cas, je peux me rapprocher des délégations et des institutions locales susceptibles d’avoir des informations pertinentes sur le sujet.

Bibliographie commentée à venir