Burkina Faso

Le Burkina Faso, littéralement « pays des hommes intègres » et anciennement République de la Haute-Volta, est un pays d’Afrique de l’Ouest sans accès à la mer. Il possède une superficie de 274 400 km2 et est entouré par le Mali au nord et à l’ouest, le Niger à l’est, le Bénin au sud-est, le Togo et le Ghana au sud et la Côte d’Ivoire au sud-ouest. La langue officielle est le français. De nombreuses langues nationales cohabitent, dont le mooré, le dioula, le gulmancema et le foulfouldé.

Avant la colonisation, le territoire du Burkina Faso était partagé en quatre différents royaumes ou chefferies : Gurma, Mossi, Gwiriko et Liptako. À partir de 1966, le Burkina connut une instabilité politique sans précédent avec une série de coups d’État. En 1983, l’arrivée d’un gouvernement révolutionnaire dirigé par Thomas Sankara, homme politique panafricaniste, permit d’entreprendre de nombreuses réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara fut toutefois assassiné lors d’un coup d’État organisé par son ami Blaise Compaoré qui dirigea ensuite le pays jusqu’à tout récemment. Le nom Burkina Faso fut adopté le 4 août 1984.

Aujourd’hui, le Burkina connaît un faible taux de scolarisation et le chômage est en expansion. La plupart des jeunes se redirigent vers l’exploitation artisanale des mines, avec des installations archaïques. Au niveau de la sécurité, la partie nord du pays est prise d’assaut par des groupes rebelles, voire terroristes. Enfin, un phénomène de révolte citoyenne prend le dessus; des jeunes décident de se rendre justice en créant des groupes d’autodéfense nommés Koglweogo. Le gouvernement tente actuellement d’y remédier.

License

Icon for the Creative Commons Attribution 4.0 International License

Burkina Faso by sous la direction de Florence Piron et Piron, Florence et al. is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License, except where otherwise noted.

Partagez ce livre

Commentaires/Errata

Les commentaires sont clos.