Résumés des chapitres en français

1. Famille, Activités et Besoins socioéconomiques

Bruno Sossa, Isséré Atcha et Mouftaou Amadou Sanni

La plupart des politiques et programmes de développement sont élaborés pour répondre aux besoins des populations. Ces besoins naissent de l’analyse de l’état de la population qui intéresse aussi bien les décideurs à divers niveaux que les planificateurs. Elle permet de dégager le poids relatif des composantes de la population selon le sexe et selon l’âge. À cet effet, cet article décrit la structure par sexe et par âge ainsi que la fécondité et la natalité dans l’arrondissement de Tchaourou. Les besoins socioéconomiques sont, en outre, abordés pour une élaboration conséquente des politiques et programmes de développement.

Mots-clés : État de population, besoins socioéconomiques, arrondissement de Tchaourou

Tchando Ambroise Nahini

Les différents groupes sociaux se définissent sur la base du type de relation sociale qui existe entre eux. La langue est un outil d’identité culturelle, un moyen de communication. Elle constitue donc une composante du développement qui facilite l’interaction au sein de la société. À Tchaourou, la configuration sociolinguistique est très peu documentée. Cet article décrit le poids relatif des différents groupes ethniques et des principales langues parlées dans les localités de l’arrondissement de Tchaourou. Les résultats montrent que les groupes ethniques les plus dominants sont les Yoruba/Nago et apparentés, les Bariba et apparentés. Ils sont suivis des Fon/Mahi et apparentés et des Ottamari et apparentés. On note une cohabitation de ces différents groupes socio-ethniques au niveau des villages et quartiers de ville, d’une part, et une forme de concentration dans certaines localités, d’autre part.

Mots-clés : Langue ; ethnie ; configuration sociolinguistique ; Tchaourou.

Florette Aïssoun et Maxime Agbo                  

Dans cet article, nous avons utilisé l’approche non monétaire pour étudier la pauvreté dans la commune de Tchaourou au Bénin. À travers une Analyse des Correspondances Multiples (ACP), un Indice Composite de Pauvreté (ICP) a été calculé  Cet indice, obtenu à partir des indicateurs de bien-être non monétaire axé sur les besoins de base, a servi d’outils dans le calcul des différentes mesures de la pauvreté que sont: l’incidence de la pauvreté, la profondeur de la pauvreté et la sévérité de la pauvreté. Les résultats montrent que les foyers dirigés par les femmes sont plus touchés par la pauvreté non monétaire que ceux dirigés par les hommes. Le niveau d’instruction du chef et la taille du foyer ont une influence négative sur la pauvreté non monétaire. En ce qui concerne la situation matrimoniale des chefs de foyer, les foyers dirigés par des chefs de foyer séparés ou divorcés sont plus touchés par la pauvreté non monétaire. Enfin, les foyers ayant un chef de foyer qui exerce une activité agricole sont plus touchés par la pauvreté que ceux ayant un chef de foyer qui exerce dans une autre branche d’activité.

Mots-clés: Pauvreté non monétaire, foyer, Indice Composite de Pauvreté (ICP), Tchaourou

Alassane Gbadamassi

L’analyse des indicateurs statistiques sur le niveau d’instruction, les formations professionnelles et les activités économiques des adolescents et jeunes déscolarisés de l’Arrondissement de Tchaourou ainsi que les facteurs associés a fait l’objet de ce article. L’Analyse des Correspondances Multiples a permis de déterminer le profil des adolescents et jeunes déscolarisés. La régression logistique est utilisée pour identifier les facteurs qui influent sur la possession d’activité économique de ces derniers. Il ressort de ce travail que la majorité de ces adolescents et jeunes ont un niveau d’enseignement secondaire. La plupart d’entre eux sont formés en couture et en coiffure. Le commerce est la principale activité économique à laquelle ils s’adonnent. La plupart des célibataires parmi ces déscolarisés sont des hommes âgés de moins de 18 ans. Par contre la majorité des mariés parmi eux est constituée des femmes âgées de 18 à 24 ans et exercent plus dans le secteur tertiaire. Enfin ceux d’entre eux âgés de 18 à 24 ans, de sexe féminin, non célibataires et ayant reçu une formation professionnelle, sont ceux qui ont plus de chance d’avoir une activité économique.

Mots-clés : niveau d’instruction,  activité économique,  formation professionnelle, adolescents et  jeunes,  déscolarisé

 

2. La scolarisation

Anselme Houéssigbédé et Judicaël Alladatin

Cet article vise à faire une analyse différentielle du redoublement au primaire dans la commune de Tchaourou, la plus vaste commune du Bénin. Le redoublement est un phénomène d’actualité ayant fait l’objet de plusieurs études et analysé sous plusieurs angles. Tandis que certains auteurs s’intéressent à ses causes et son efficacité relative, d’autres se penchent sur ses conséquences, y compris le coût qu’il constitue tant pour l’élève et ses parents/tuteurs que pour le système éducatif. Plusieurs facteurs sont susceptibles d’influer la probabilité qu’à un écolier  de reprendre une classe. On distingue les caractéristiques personnelles de l’élève, celles du système scolaire ainsi que celles de l’environnement social ou familial de l’élève. La présente étude qui s’inscrit dans une approche quantitative révèle dans quelle mesure les taux de redoublement peuvent varier selon les caractéristiques de l’élève (sexe et âge) et celles de son milieu familial.

Mots-clés : Redoublement, éducation primaire, déterminants, environnement familial et social, caractéristiques des élèves

Elihou Adje et Mouftaou Amadou Sanni

Tirant profit de l’exploitation des données relatives à la scolarisation des personnes âgées de 3 ans ou plus dans l’enquête de l’ENSPD réalisée en 2016 dans les foyers familiaux de l’arrondissement de Tchaourou au Nord-Bénin, nous examinons le niveau de décrochage au primaire parmi les déscolarisés de 12-17 ans identifiés dans la localité. Il est établi que 2 déscolarisés sur 3, soit 66 %, ont décroché au primaire. Ces décrocheurs au primaire sont plus nombreux dans les villages que dans les milieux relativement urbanisés et vivent dans des foyers relativement pauvres ou dont le chef n’a aucun niveau d’instruction. Alors que les scolarisés précoces ne décrochent pas du tout, le phénomène concerne plus souvent les scolarisés tardifs dans le système éducatif, et, ceci dans toutes les classes, plus intensément, du CE1 jusqu’au CM2. Les scolarisés normaux aussi décrochent, mais, dans une très moindre mesure, et, surtout en classe de CE1 et de CM1. Du fait des limites des données disponibles, il n’a pas été possible d’investiguer sur les causes réelles ou spécifiques du décrochage qui, du coup, constituent des perspectives scientifiques de ce travail.

Mots-clés : Décrochage scolaire, éducation primaire, profils

Judicaël Fernando

Le présent article établit le profil des adolescents et jeunes décrocheurs du secondaire dans l’arrondissement de Tchaourou dans un premier temps et cherche à savoir ce que sont devenus les adolescents et jeunes décrocheurs après leur abandon sur le plan professionnel. Les résultats issus de l’analyse des données montrent que les adolescents et jeunes décrocheurs enquêtés sont en majorité de sexe féminin. La plupart de ces cas de décrochage surviennent au premier cycle du secondaire à un âge moyen de 18 ans. Après le décrochage, un peu plus de la moitié de ces décrocheurs enquêtés n’ont pas reçu une formation professionnelle et un peu moins d’un cinquième de ces décrocheurs enquêtés ont déjà fini une formation professionnelle. Parmi ceux ayant déjà fini une formation professionnelle, la moitié n’ont pas acquis le diplôme de fin de formation. Au sein des décrocheurs enquêtés, ils sont 51,39 % qui possèdent une activité génératrice de revenus. Ceux-ci sont le plus souvent à leur propre compte ou des employés et sont dans le domaine du commerce.

Mots-clés : décrochage, adolescents, jeunes, profil, formation professionnelle

Bill-Lucas Kintomonho

La réussite scolaire est déterminée par l’ensemble des connaissances et compétences de chaque apprenant. Plusieurs conditions favorisent une bonne assimilation des connaissances et le développement des compétences chez chaque apprenant. Des études comme celles menées par Sauvy (1970) et Entwistle (1978) ont montré que l’origine sociale des apprenants détermine leur réussite scolaire.

Notre étude a pour objectif de mettre en évidence l’existence d’une relation entre certains facteurs socioéconomiques et la Réussite Scolaire des Adolescents/Jeunes de l’Arrondissement Central de Tchaourou.

Les analyses issues de cette étude révèlent que dans l’Arrondissement de Tchaourou,

  • les Adolescents/Jeunes issus de familles polygames ont une propension de réussite à l’école plus élevée que ceux issus de familles monogames;

  • les Adolescents/Jeunes dont le niveau d’étude des parents est primaire ou plus réussissent moins que ceux ayant des parents d’aucun niveau;

  • les Adolescents/Jeunes issus de familles aisées ont plus de chance de réussir que ceux issus de familles moins aisées.

Mots-clés : Facteurs socioéconomiques, Réussite scolaire, Adolescents/Jeunes

 

 3. Santé de la Reproduction des Adolescents et Jeunes

Landrine Laré et Mouftaou Amadou Sanni

La grossesse des adolescentes affecte gravement la santé de celles-ci et présente aussi des conséquences sociales et économiques. Cette situation est une préoccupation constante de la communauté internationale sur laquelle différentes études se sont penchées afin de mieux appréhender le phénomène pour des mesures adéquates. Nous nous intéressons, dans ce travail, à la première grossesse des adolescentes dans l’Arrondissement de Tchaourou (département du Borgou, au Nord-Bénin). De nos analyses, il ressort que les grossesses au sein des adolescentes dans ce milieu surviennent à un taux de 15,57 %. Les âges moyen et médian à la première grossesse sont, l’un comme l’autre, de 15 ans révolus. Par ailleurs, environ 92 % des adolescentes sont ou ont été scolarisées et 76 % de ces adolescentes ont eu une première grossesse avant leur 18e anniversaire. L’entrée en union, l’abandon scolaire, la détérioration des relations avec les parents et les problèmes de santé sont les conséquences de ces premières grossesses les plus couramment répertoriées.

Mots-clés: Grossesse, adolescentes

Timar Gbaguidi

Le développement n’est pas seulement un phénomène économique, mais un processus multidimensionnel combinant l’économique et le social. Les grossesses en milieu scolaire se présentent comme un problème d’ordre social et de ce fait, susceptible de constituer une entrave au développement. Le présent article vise à évaluer la prévalence des grossesses qui surviennent en milieu scolaire, leurs conséquences en matière de scolarisation, et à établir le profil de ces Adolescentes et jeunes qui sont victimes du phénomène, en vue de faciliter la mise en œuvre des politiques de lutte contre les grossesses en milieu scolaire. Les résultats issus de nos analyses montrent qu’au total, environ 155 cas de grossesse ont été enregistrés au cours des trois dernières années scolaires (2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016) et que ces grossesses sont réparties de manière croissante sur les trois années scolaires. Les grossesses surviennent en majorité entre 15 et 17 ans (soit 54,19 %) dans les classes comprises entre la 5e et la 2e […]. Environ 70 % des femmes qui tombent enceinte en milieu scolaire arrête les cours, mais seulement 7 % parmi celles qui arrêtes, reprennent les cours après l’accouchement….

Mots-clés : Grossesse, milieu scolaire, Adolescent/Jeunes , femmes

Mohamadou Salifou et Judicaël Alladatin

Le concept de maternité adolescente fait référence à la survenance d’une grossesse ou d’une naissance chez une fille avant le dix-huitième anniversaire. Il s’agit d’un phénomène susceptible d’augmenter la probabilité de grossesses à risque, préjudiciable tant pour la future mère que pour l’enfant à naître. Cet article vise à faire un état des lieux de la maternité adolescente et à appréhender les principaux facteurs explicatifs de ce phénomène dans la commune de Tchaourou, la plus vaste du Bénin, où les cas de grossesses en milieu scolaire et les mariages précoces seraient en propagation. Nous partons de l’hypothèse selon laquelle, les facteurs socioculturels, socioéconomiques et les facteurs familiaux influencent la maternité des adolescentes sous l’effet des variables intermédiaires (l’âge aux premiers rapports sexuels, l’âge au premier mariage et la pratique contraceptive).Nos résultats révèlent que la maternité adolescente s’expliquerait par un début précoce des premiers rapports sexuels, une entrée précoce en union ainsi qu’une faible prévalence contraceptive moderne. Ces divers facteurs explicatifs semblent être à leur tour déterminés par certaines caractéristiques socioculturelles des adolescentes. En l’occurrence, l’entrée précoce des adolescentes en union et dans la vie sexuelle est fortement influencée par certains facteurs socioculturels, dont la religion et le niveau d’instruction. Le milieu où résident les jeunes filles est aussi un facteur différentiel des comportements sexuels et reproductifs.

Mots-clés : adolescence, maternité adolescente, facteurs socioculturels, facteurs socioéconomiques, facteurs familiaux, variables intermédiaires

Djima Baranon et Mouftaou Amadou Sanni

Le plus souvent, l’analyse des besoins en matière de Planification Familiale, en général, et du recours aux méthodes contraceptives, en particulier, porte sur les femmes mariées ou les adolescents ou jeunes. Mais, de plus en plus, en Afrique subsaharienne, se développe un contexte de mère-enfant plutôt que de mère-épouse. Ainsi, cet article propose d’examiner le recours aux méthodes modernes de contraception  chez les femmes dans le besoin en matière de planification familiale (PF). La population étudiée est l’ensemble des femmes pubères, sexuellement actives, non stériles, non enceintes et ne désirant pas concevoir une grossesse au moment de l’enquête. Celles d’entre elles qui ne recourent à aucune méthode moderne de contraception ont des besoins non satisfaits en matière de planification familiale efficace. Le recours à une méthode moderne au cours des trois derniers mois précédents l’enquête est la variable expliquée. Afin de ressortir les facteurs qui influencent l’utilisation de ces méthodes, une régression logistique a été réalisée. Le milieu de socialisation, l’âge, et le niveau d’instruction de la femme sont les facteurs ayant une influence significative au recours de cette dernière à la contraception moderne. La socialisation en milieu rural constitue un frein au recours à la contraception moderne; les femmes les plus jeunes (moins de 20 ans) sont celles qui adhèrent le moins à ces méthodes; les femmes ayant un niveau d’instruction supérieur ou plus sont plus enclines à la pratique contraceptive moderne

Mots-clés : Contraception, planification familiale, méthodes modernes

Robert Ezin

Dans le cadre de cet article, nous nous intéressons aux différentes perceptions de l’avortement chez les adolescents et jeunes de l’Arrondissement de Tchaourou. Les résultats montrent que le niveau de l’avortement des premières grossesses enregistrées chez les adolescents et jeunes  filles enquêtées est de 9 % à hauteur de 5 % d’avortement volontaire et 4 % d’avortements spontanés.

Il est à noter que, 1 sur 10 des adolescents et jeunes  ont estimé normal de recourir à l’avortement en cas de grossesse non désirée. Les principales raisons évoquées par ces derniers sont les suivantes : études (51 %), pressions familiales (35 %), manque de moyens financiers pour le suivi de la grossesse (34 %) et responsabilité du conjoint (7 %). Ceux qui n’approuvent pas la pratique de l’avortement même en cas de grossesse non désirée estiment plutôt que le phénomène est interdit par la religion (au 53 % d’entre eux) ou peut avoir des effets négatifs sur la santé de la mère tels que le risque de mourir (46 %) ou de stérilité (28 %).

Les adolescentes et jeunes filles qui ont eu au moins une fois de rapports sexuels non attendus approuvent plus le recours à l’avortement de même que celles dont la première grossesse a été non désirée. Aussi, les individus qui ont les profils suivant sont plus favorables pour un recours à l’avortement : célibataires avec amoureux et les enquêtées en union, religion musulmane et protestante et niveaux d’instruction élevés. Les adolescents et jeunes hommes et filles ont en général les mêmes opinions concernant la décision de recourir à l’avortement en cas de grossesse non désirée.

Mots-clés : Avortement, perceptions, adolescents et jeunes

Macaire Toyi

L’information en manière de sexualité n’est pas de nos jours vulgarisée à l’endroit des jeunes. Ce déficit de connaissance les rend vulnérables et les expose aux comportements sexuels ayant des conséquences néfastes tels que les rapports sexuels forcés, les infections sexuellement transmissibles et les grossesses non désirées. Cet article examine l’accès à l’information en matière de sexualité au sein des 12-24 ans en milieu scolaire dans l’Arrondissement de Tchaourou. Les résultats, obtenus à partir des données de l’Enquête de l’ENSPD de 2016, montrent que 60 % des scolaires de 12-24 ans sont informés sur la sexualité. Les filles (58 %) sont aussi bien informées que les garçons (62 %) grâce aux sources d’information que sont : les parents et les amis.

Mots-clés : Sexualité, Milieu scolaire, informations sexuelles

License

Icon for the Creative Commons Attribution 4.0 International License

Résumés des chapitres en français by Mouftaou Amadou Sanni is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License, except where otherwise noted.

Partagez ce livre