Résumés multilingues

Au nom de la justice cognitive et de la valorisation du plurilinguisme en science, les Éditions science et bien commun sont fières de présenter ces résumés en français accompagnés d’une traduction en créole, parfois aussi en anglais ou dans d’autres langues.

1. Vers des universités africaines et haïtiennes au service du développement local durable : contribution de la science ouverte juste

Florence Piron, Thomas Hervé Mboa Nkoudou, Anderson Pierre, Marie Sophie Dibounje Madiba, Judicaël Alladatin, Hamissou Rhissa Achaffert, Assane Fall, Rency Inson Michel, Samir Hachani et Diéyi Diouf

Ce chapitre présente la réflexion collective sur les liens entre le développement local durable, la justice cognitive et la science ouverte que nous avons développée au fil des travaux de recherche du projet SOHA en Haïti et en Afrique francophone subsaharienne. La première partie de ce texte propose une réflexion critique sur le développement, la science, l’épistémologie et l’économie de la connaissance en vigueur dans les pays du Nord, afin de mettre au jour certains enjeux fondamentaux. Puis nous présentons différentes formes possibles d’ouverture de la science. Ensuite, nous explorons le contexte des universités d’Afrique francophone et d’Haïti du point de vue des « mondes vécus » des étudiantes et étudiants qui sont en train d’y être formés à la recherche scientifique de manière à mettre en lumière neuf injustices cognitives qui nuisent à leur capacité de produire des savoirs pertinents pour le développement local durable. Ce travail de contextualisation nous permet de terminer en proposant une vision de la science ouverte juste qui nous paraît capable de contribuer à transformer les universités africaines et haïtiennes en faveur du type de développement que nous privilégions. En effet, la science ouverte juste vise le développement de la capacité de penser, de chercher et de publier des universitaires des Suds et à revaloriser les savoirs locaux. Une université qui fait ce choix rend durable son engagement envers le développement local, car sa capacité d’innover au service du bien commun sera valorisée. C’est pourquoi, malgré les obstacles que recense le projet SOHA, il nous semble que la pratique de la science ouverte juste dans les universités africaines et haïtiennes pourrait contribuer à en faire des outils de transformation sociale en harmonie avec les priorités locales de développement.

Chapit sa a prezante yon refleksyon nan tèt ansanm sou rapò ki genyen  ant devlopman lokal dirab, jistis koyitif ak lasyans san baryè, nou deja devlope anndan yon seri travay rechèch pwojè SOHA a reyalize an Ayiti epi nan zòn Afrik frankofòn sibsayaryen an. Premye pati tèks la pwopoze yon refleksyon kritik sou devlopman, lasyans, epistemoloji epi ekonomi lakonesans k ap pratike nan peyi Nò yo, yon fason pou li mete aklè kèk enterè fondamantal. Apre sa, nou prezante diferan fason posib baryè lasyans yo ta kapab kraze. Pi lwen toujou, nou eksplore kontèks inivèsite Afrik frankofòn ak Ayiti yo nan sans « eksperyans » etidyan, fanm kou gason, k ap pran fòmasyon nan inivèsite sa yo ap fè nan domèn rechèch syantifik, yon fason ki pèmèt nou montre nèf kalite enjistis koyitif  ki domaje kapasite etidyan sa yo pou yo pwodui konesans pètinan ki kapab debouche sou yon devlopman lokal dirab. Demak sa a pèmèt nou pwopoze, nan fen atik la, yon vizyon lasyans san baryè a ki kapab pote, dapre nou, yon transfòmasyon inivèsite afriken ak ayisyen yo ki an favè kalite devlopman nou privilejye a. Vreman vre, lasyans san baryè a vize devlopman kapasite inivèsitè nan zòn Sid yo pou yo panse, fè rechèch syantifik epi pibliye ; li vize tou revalorizasyon konesans lokal yo. Se poutèt sa, malgre tout difikilte pwojè SOHA a deja rankontre, nou gen asirans pratik lasyans libere san baryè a, anndan inivèsite afriken ak ayisyen yo, kapab sèvi kòm zouti transfòmasyon sosyal ki sou menm kadans ak priyorite devlopman lokal yo.

2. Les injustices cognitives en Afrique subsaharienne : réflexions sur les causes et les moyens de lutte

Thomas Hervé Mboa Nkoudou

Les savoirs africains et leurs détenteurs semblent noyés dans un courant de pensée unique globalisé qui les rend inexistants sur les scènes nationale et internationale. Cette situation injuste va à l’encontre de la reconnaissance active de la pluralité des savoirs en science, ce qu’on appelle justice cognitive. Les recherches menées par le projet SOHA ont permis de décrire neuf situations d’injustice cognitive qui vont du mépris des savoirs locaux à l’absence d’infrastructures numériques, en passant par la langue, la pédagogie de l’humiliation, etc. Le souhait de mettre fin à ces injustices a mené à une réflexion sur les causes de leur présence dans les sociétés africaines et sur les moyens pouvant servir à la lutte contre cette gangrène. Ces causes peuvent être d’origine endogène (citoyens et dirigeants) ou d’origine exogène (capitalisme, colonisation, etc.). L’identification de ces causes permet de proposer, comme moyens de lutte, la science ouverte et les politiques. Un troisième moyen, le plus important pour moi, a également été évoqué : le self-empowerment.

Minyeman y’africa, ai bod bebele mia, benë h’ane nyilan a ngouma  ntsogan mbog ya si isë. Dzom té enga bo na betobo ane besikik emam maboben ai vom benë ai bebewom bewog. Dzam te mbol asiki soso’o, anga selan ai akouma minyeman si isë ibele, a yebe minyeman mi te mi së ngoà wu ne sosso’o. Amvus mtoban ai nkoban, ntsogan mboàn mam SOHA onga yen minlo mi mam ébul mitoa minkouat : ébiandi minyeman ya medzogdo, mfa mimkpaman mi biem babelan ai mia eyong dzi asu oyeme, nkalam mkobo, nyenan bivegle, nkul ntanan ai bi bisë biwog biasikik, odugan a fe lot a nkobo ai epkwele. Asu ntelan minkoat mité, mbondé ntil ji, à fas tin evom abe të latié a medzogdo man a bitobega bian ai mezen mene bidzam voili asu ye na biluman ai monkoat mité. Anga ke kui na : mbe nkan te atié a nnem étéré, e bod betoa a nnam, ai bedzoé be nnam. Nge kik a nseng, mot asié asu ye na big, nge kik na nnam woé obig, edzoé mintanan. Nyeman tin nkang tè wa letë i kan mekong bi ne dzam belan asu ye na biluman ai minkoat mité : ndam oyem ai be politik, e dzam lala ane ai mfi abui asu mbondé ntil, i në: ngul mot emen. (Résumé en ewondo traduit par Mme Marie-Claire Omgba)

Konesans afriken yo ak moun ki posede konesans sa yo ta sanble ap neye nan yon sèl kouran panse globalize ki vin rann yo pa egziste ni sou sèn nasyonal la, ni sou sèn entènasyonal la. Move sitiyasyon sa a ale nan sans kontrè ak sa yo rele jistif koyitif la, ki se rekonesans aktif divèsite konesans yo nan domèn lasyans. Rechèch pwojè SOHA mennen yo pèmèt li dekouvri epi dekri nèf sitiyasyon enjistis koyitif ki soti depi nan mepri konesans lokal yo, pou rive nan absans enfrastrikti nimerik yo, san konte pedagoji imilyasyon an. Swè pou nou mete fen nan enjistis sa yo pouse nou reflechi sou rezon ki lakoz prezans yo nan sosyete afriken yo, epi sou mwayen nou ka jwenn pou nou konbat gangrèn sa a. Koz sa yo kapab gen orijin yo anndan sosyete afriken an menm (sitwayen yo ak dirijan yo), yo kapab soti deyò tou (kapitalis, kolonizasyon, elatriye). Idantifikasyon koz sa yo pèmèt nou pwopoze lasyans san baryè ak politik piblik yo kòm zouti chanjman. Youn nan zouti, ki pi enpòtan dapre mwen, se self-empowerment lan.

African knowledge and their owners seem drowned in a single globalized school of thought which makes them non-existent on the national and international stage. This unfair situation goes against actively recognizing the plurality of scientific knowledge, called cognitive justice. SOHA project research describes nine situations of cognitive injustice, ranging from contempt for local knowledge to the lack of digital infrastructure through [the language,] the pedagogy of humiliation[, etc]. The desire to end these injustices has led the author to reflect on the causes of their presence in African societies and on the means that can be used in the struggle against this gangrene. These causes can be endogenous (citizens and rulers) or exogenous (capitalism, colonialism, etc). Identifying these causes allows us to offer open science and policies as means of struggle. A third means, the most important for the author, is self-empowerment.

3. La quête de justice cognitive

Shiv Visvanathan

Dans ce chapitre (traduit de l’original en anglais), l’auteur raconte dans quel contexte lui est venu l’idée du concept de « justice cognitive ». La justice cognitive reconnaît le droit des différentes formes de savoirs à coexister, mais ajoute que cette pluralité doit aller au-delà de la tolérance ou du libéralisme et prôner une reconnaissance active de la nécessité de la diversité. Elle exige la reconnaissance des savoirs non seulement comme méthodes, mais aussi comme modes de vie. La connaissance est considérée comme ancrée dans une écologie des savoirs où chaque savoir a sa place, sa prétention à une cosmologie, son sens comme forme de vie. En ce sens, un savoir ne peut être détaché de la culture comme forme de vie; il est relié à des moyens de subsistance, à un cycle de vie, à un mode de vie; il détermine les chances de vie.

Nan chapit sa (orijinal la nan lang anglè), otè a rakonte nan ki kontèks lide « jistis koyitiv » la vin nan tèt li. Jistis koyitiv la rekonèt dwa tout lòt fòm konesans yo genyen pou yo egziste kòtakòt, men tou li ajoute divèsite sa a dwe ale pi lwen pase tolerans oubyen liberalism, epi li dwe valorize ak anpil ensistans enpòtans divèsite a. Li egzije pou rekonèt tout fòm konesans yo tankou metòd, men tou tankou fason pou moun viv. Konsesans lan makonnen ak anviwonnman tout fòm pratik yo kote chak pratik gen plas li ak pretansyon li nan inivè a, sans li tankou yon mannyè pou moun viv. Nan sans sa, pratik konesans lan dwe konekte ak kilti tankou, fason pou moun viv; li dwe mare sosis li ak mwayen pou moun yo reponn ak bezwen yo, ak pakou lavi a, ak fason moun viv; se li menm ki pote kalite chans yo nan lavi a pou moun.

4. Les sciences sociales à l’échelle mondiale. Connecter les pages

Raewyn Connell

Le fait que des projets parallèles d’analyse de classes aient émergé en même temps en différents lieux des pays des Suds (la périphérie) sans avoir eu de contact me permet de poser le problème de la connexion et de la déconnexion des activités de recherche au sein de l’économie mondiale du savoir. Dans ce chapitre, je montre que cette économie a son centre dans les pays du Nord, là où se déroulent de manière privilégiée les travaux de théorisation (y compris en ce qui a trait à la méthodologie). Les pays des Suds fournissent les données, mais les activités théoriques qui s’y déroulent ne sont pas reconnues ou le sont seulement lorsqu’elles passent vers le centre, c’est-à-dire l’Europe ou l’Amérique du Nord. Adoptant une posture critique face à cette situation, j’explore plusieurs options alternatives, notamment l’épistémologie mosaïque, les savoirs autochtones, la théorie de la décolonialité et la théorisation des Suds. Je montre que ce débat concerne la main-d’œuvre intellectuelle, le processus de formation de la connaissance et de circulation des savoirs dans une économie mondiale. Je termine en esquissant la possibilité d’une économie du savoir véritablement universelle et démocratique, basée sur une épistémologie de solidarité.

Diferan pwojè paralèl analiz klas yo ki  parèt an menm tan plizyè kote nan peyi Sid yo (periferi a) san youn pa te an kontak ak lòt pèmèt mwen poze pwoblèm koneksyon ak dekoneksyon aktivite rechèch yo anndan ekonomi mondyal konesans la. Nan chapit sa a, mwen montre ekonomi sa a genyen wonnsant li nan  peyi Nò yo, ki se espas privilejye kote travay teyorizasyon yo fèt (pati metodoloji a ladan tou). Peyi Sid yo bay kèk enfòmasyon, men aktivite teyorik ki reyalize nan peyi sa yo pa gen okenn rekonesans, oubyen, pou yo rive jwenn rekonesans, se sèlman si yo pase nan wonnsant la, sa vle di nan peyi Ewòp oswa Amerik di Nò yo. Mwen adopte yon pozisyon kritik pa rapò sitiyasyon sa a, mwen analize plizyè opsyon altènatif, tankou epistemoloji mozayik la, konesans lokal yo, teyori dekolonyalite a epi teyorizasyon Sid yo. Mwen montre deba sa a konsène mendèv entelektyèl la, pwosesis fòmasyon ak sikilasyon konesans yo nan yon ekonomi mondyal. Pou fini, mwen bay yon apèsi sou posibilite yon ekonomi lakonesans ki inivèsèl e demokratik tout bon vre, ki chita sou yon epistemoloji solidarite.

Parallel projects of class analysis, emerging at similar times in different countries of the Global South (the periphery) without any contact, pose the problem of the connection and disconnection of research activities as part of the global knowledge economy. This article shows that this economy is centered in the Global North which is the privileged site of theory (including methodology). It discusses critiques and alternatives, particularly mosaic epistemology, indigenous knowledge, decolonial perspectives and Southern theory. It raises questions about the intellectual workforce, the process of the creation and circulation of knowledge in a global economy. It concludes with the  possibility of a truly universal and democratic knowledge economy, based on an epistemology of solidarity.

5. Du libre accès à la littérature scientifique et de quelques enjeux de la recherche en contexte de développement

Jean-Claude Guédon

Derrière l’universalité de la connaissance scientifique se dissimule une diversité possible, mais mal développée, de programmes de recherche répondant en particulier aux préoccupations propres aux pays du Sud. Derrière la régularité et la stabilité de la science dite normale (Thomas Kuhn) se cachent aussi des formes disciplinaires (au sens de Foucault) engendrées par les règles de la publication scientifique (sélection, évaluation par les pairs en particulier). En bref, les connaissances scientifiques modernes sont parties de l’Europe pour gagner le monde entier, mais le mode de propagation qui n’a cessé de se manifester depuis l’époque coloniale n’a laissé que peu de place aux interrogations propres aux pays des Suds. Ceci correspond à la « mondialisation des sciences », notion qu’il faut soigneusement distinguer de l’internationalisation des sciences. De nos jours, la discipline des recherches passe par les modalités en vigueur de l’évaluation, elles-mêmes étroitement liées à des analyses de citations rapportées surtout aux revues savantes. La conséquence possible de ce modus operandi, c’est le détournement insidieux de ressources scientifiques rares dans le sud au profit d’intérêts de recherche qui répondent aux besoins du Nord. Et la visibilité exclusivement fondée sur le Nord peut aussi contribuer à l’exode des cerveaux. Pour que la science existe vraiment, elle doit être visible grâce à tous les vecteurs de sa propagation, et pas seulement ceux émanant du Nord. Il importe donc, si l’on veut redonner de l’autonomie aux programmes et projets de recherche des pays du Sud, de produire des critères d’évaluation autres que, par exemple, le facteur d’impact des revues; il faut évaluer les travaux scientifiques eux-mêmes, par exemple au niveau des articles, et non les revues. Ce sont les étapes minimales pour permettre l’émergence de questions posées sur des sujets apparemment exotiques ou ésotériques (du point de vue du Nord), par des individus peu connus du Nord, parce que œuvrant dans les Suds et travaillant dans des institutions souvent tout aussi méconnues. Pour ce faire, un renforcement et une internationalisation des plates-formes de publication du Sud, et l’utilisation systématique de l’accès libre à ces plates-formes paraissent absolument nécessaires.

Karaktè inivèsèl konesans syantifik la, kache yon divèsite pwogram rechèch ki pote repons ak pwoblèm ki regade peyi nan Sid yo an patikilye, ki la men ki mal devlope. Regilarite ak estabilite syans yo di ki nòmal la (Thomas Kuhn), kache tou kèk fòm disiplin (nan sans Foucault) ki soti nan règ piblikasyon syantifik la (seleksyon, evalyasyon ant chèchè ki nan menm nivo). An rezime, konesans syantifik modèn yo soti nan kontinan Ewop la epi yo al gaye toupatou sou latè. Men, depi nan tan lakoloni, fason  konesans sa yo  te konn gaye epi kontinye gaye a kite sèlman yon ti plas tou piti pou poze pwoblèm k ap ravaje peyi nan Sid yo. Sa koresponn ak « mondyalizasyon syans yo », yon nosyon nou dwe pran swen pou nou distenge ak entènasyonalizasyon syans yo. Jounen jodi a, se modalite evalyasyon yo ki enpoze l sou disiplin rechèch la. Modalite sa  yo marande pou kont pa yo  ak yon seri analiz sitasyon ki soti, pi souvan, nan gwo revi save yo. Youn nan konsekans modus operandi sa a, se rive detounen san l pa fè bri ti ponyen resous syantifik peyi nan Sid yo, nan enterè rechèch ki reponn ak bezwen peyi nan Nò yo. Anplis, lè se sèl vizibilite nan Nò ki valab, se nòmal pou sèvo nan Sid yo depeyize ale nan Nò. Pou lasyans egziste tout bon vre, se pa sèlman ak mwayen nan Nò pou li pwopaje, fò li kapab sèvi ak tout lòt mwayen ki kapab ba li plis vizibilite. Se pou tèt sa, si nou vle rebay pwogram ak pwojè rechèch nan Sid yo posibilite pou yo vin gran moun tèt yo, fòk gen lòt lòn ki pou ede mezire kalite yo. Li pa kapab pou se enpak revi yo ase, fòk travay syantifik yo evalye nan nati yo, pa egzanp, se atik yo ki merite evalye, e non pa degre enpòtans revi ki piliye yo a. Se pi piti efò nou dwe kòmanse fè pou pèmèt emèjans yon seri kesyon moun nan Sid yo ka rive poze nan tout dimansyon yo, menm lè kesyon sa yo kapab parèt egzotik oswa ezoterik (pou chèchè nan Nò yo) paske se moun k ap travay nan Sid, ki pa gen twòp renome, ni ki p ap travay nan enstitisyon renome, k ap poze yo. Pou sa ka rive fèt, li nesesè pou platfòm piblikasyon nan Sid yo ranfòse epi entènasyonalize. L ap nesesè tou pou estrateji lib aksè a sistematize nan platfòm sa yo.

Behind the universality of scientific knowledge hides a potential, but poorly developed, diversity of research programs that specifically address developing countries’ own concerns. Behind so-called normal science’s regularity and stability (Thomas Kuhn) also hide disciplinary models (as defined by Foucault) generated by the rules of scientific publications (selection, peer reviews in particular). In short, modern scientific knowledge spread from Europe to reach the whole world but, since colonial times, the means of dissemination have left little room for developing  countries own questions. This corresponds to “science’s globalization” which has to be carefully distinguished from the internationalization of science.

6. Open Access et valorisation des publications scientifiques : les défis de l’Afrique francophone

Niclaire Prudence Nkolo

Depuis une décennie, l’Open Access (libre accès) est en promotion en Afrique. Cette promotion est assurée par les bibliothécaires qui le présentent comme solution à la hausse excessive du coût d’abonnement aux revues et à la baisse du budget des bibliothèques. Il constitue, de nos jours, un enjeu majeur pour les pays africains. De nombreuses initiatives ont été prises pour valoriser les publications scientifiques des auteurs et auteures d’Afrique et assurer l’accès libre et gratuit aux différents travaux, notamment le développement des archives ouvertes et des revues en libre accès. Malgré les efforts fournis, l’Afrique accuse un grand retard dans le développement de ces outils par rapport à l’Europe, l’Amérique et même l’Asie. La situation des pays d’Afrique francophone est plus inquiétante que celle des pays anglo-saxons qui sont nettement plus avancés. Pour rattraper ce retard, il y a de nombreux défis à relever : accroître la pénétration d’Internet, introduire des politiques et stratégies en faveur du libre accès ainsi que développer des archives ouvertes, des revues en libre accès, des bibliothèques numériques sous licence Creative Commons et des blogs. Toutefois, la création de ces outils posera inévitablement le problème de leur financement et de leur pérennisation.

Depi yon dizèn lane mouvman lib aksè a fè pwogrè an Afrik. Pwogrè sa jwenn sipò bibliyotekè yo ki prezante li tankou yon solisyon devan pri abònman revi yo k ap monte ak bidjè bibliyotèk yo k ap bese. Mouvman lib aksè a, jounen jodia a, vin yon gwo enje pou peyi an Afrik yo. Anpil inisyayiv te pran pou valorize piblikasyon syantifik fanm tankou gason k ap pwodwi an Afrik. Efò sa a yo vle asire moun jwenn gratis tout travay ki pibliye yo nan devlòpman achiv ak revi ki an lib aksè. Malgre tout gwo efò sa yo, Afrik la gen yon gran reta si nou ta vle konparel ak Ewòp, Amerik epi menm Azi. Sititasyon peyi ki pale franse yo bay plis kè sote pase peyi ki pale anglè. Sa ki pale angle yo, sitiyasyon yo pi bon lontan pase lòt yo ki pale franse. Pou peyi sa yo ratrape reta sa, gen anpil defi ki pou leve: ogmante posibilite pou plis moun ka ale sou entènèt nan peyi a, mete sou pye politik ak estrateji pou ankouraje mouvman lib aksè, epitou devlope revi ki an lib aksè, bibliyotèk ki anba lisans Creative Commons ak blòg. Men kreyasyon tout zouti sa yo ka bay lòt pwoblèm tankou finisman yo ak fason pou kenbe yo pou lontan.

For a decade, Open Access has been promoted in Africa. This promotion is provided by librarians who present it as a solution to the excessive increases in the  journals subscription’s cost and the reduction of the universities libraries and research centers‘s budget. Nowadays, it is a major challenge for African countries. Many initiatives have been taken to enhance scientific publications of African authors and to ensure free access to these work and results, including the development of Open Access Repositories and Journals. However, despite the efforts provided, Africa is very late in the development of these tools compared to Europe, America and even Asia. The situation of French-speaking African countries is worst than Anglo-Saxon countries which have made great progress. To solve the problem, there are many challenges: to increase availability of Internet technology in Africa, to introduce Open Access policies and strategies, as well as to develop Open Access repositories, journals, digital libraries and blogs. However, the development of these tools will inevitably lead to funding and sustainability problems.

7. La fracture numérique nuit-elle aux possibles effets positifs du libre accès en Afrique? Essai d’analyse et éléments de réponse

Samir Hachani

La fracture numérique mondiale entre pays développés et pays en développement est une réalité dans un monde hyper connecté. Cette fracture qui s’est accentuée avec l’avènement d’Internet tend cependant à s’atténuer grâce à un effet de rattrapage des pays en développement, par exemple dans la téléphonie fixe. De leur côté, les Pays les Moins Avancés (PMA) de la planète (au nombre de 48 et dont 33 sont Africains) ne semblent pas, à cause de problèmes multiples, profiter pleinement de la révolution numérique. Les différents indicateurs de la fracture numérique (bande passante, taux de pénétration Internet, etc.) montrent qu’ils ne peuvent pas bénéficier des bienfaits du libre accès à l’information scientifique et technique. Certains de ces pays n’enregistrent aucune présence dans les sites de référence du libre accès (ROAR, DOAR, DOAJ et AJOL). Ces données sont corroborées par le fait que ces pays enregistrent les débits de bande passante les plus faibles. L’hypothèse selon laquelle la fracture numérique influe sur la présence du libre accès est confirmée.

8. Les obstacles à l’adoption du libre accès par les étudiants et étudiantes du Bénin

Djossè Roméo Tessy

L’étude s’est basée sur les réponses obtenues à l’issue de la vaste enquête lancée par le Projet Science Ouverte en Haïti et Afrique francophone (SOHA) en 2015. Après avoir analysé les réponses obtenues suite aux enquêtes, il ressort trois obstacles majeurs à l’adoption du libre accès à l’information scientifique au Bénin. Le premier est d’ordre technologique. Il est caractérisé par des difficultés d’accès à une connexion Internet ubiquitaire et omniprésente, ainsi qu’aux technologies numériques dont l’ordinateur, la tablette et dans une moindre mesure le smartphone. Le deuxième obstacle est la barrière linguistique liée à l’utilisation de l’anglais comme langue de publication y compris pour les chercheurs francophones désireux de publier dans les revues à fort facteur d’impact. Le dernier obstacle est lié à la faible connaissance qu’ont les étudiants et étudiantes du Bénin des ressources scientifiques en libre accès. La réponse que nous avons formulée est un projet de Tiers-Lieu scientifique qui mènera essentiellement à deux types d’activités : l’une est la formation aux technologies numériques et aux ressources en libre accès sur le web pour permettre une acquisition de la culture numérique. L’autre activité est composée de conférences visant à « évangéliser » sur le libre accès dans les universités béninoises.

Etid sa a chita sou repons ki jwenn nan gwo ankèt pwojè syans san baryè a (SOHA) te lanse nan lane 2015. Analiz nou fè sou repons nou jwenn nan ankèt sa pèmèt nou twouve twa (3) gwo obstak ki anpeche adopsyon lib aksè enfòmasyon syantifik nan Benin. Premye obstak la genyen yon karaktè teknolojik. Nou kapab defini li konsa: se tout difikilte pou gen aksè a yon bon jan koneksyon entènèt, difikilte pou gen aksè tou ak teknoloji nimerik yo tankou òdinatè, tablèt e menm “smartphone”. Dezyèm obstak la, se baryè lang. Li makonnen ak itilizasyon anglè kòm lang piblikasyon yo menm pou chèchè frankofòn ki dezire pibliye nan revi ke yo site plis yo. Dènye obstak la makonnen ak fèb konesans ke etidyan peyi Bénin yo genyen sou resous syantifik ki an lib aksè yo. Repons nou fòmile a se yon pwojè “Tiers-lieu” syantifik ki gen pou mennen de (2) tip aktivite : yonn se fòmasyon sou teknoloji nimerik yo ak resous ki an lib aksè yo sou web la pou pèmèt yon akizisyon kilti nimerik la. Lòt aktivite a, se konferans ki vize “evanjelize” sou lib aksè nan inivèsite peyi Bénin yo.

9. La bibliothèque numérique « Les Classiques des sciences sociales » : libre accès et valorisation du patrimoine scientifique en sciences humaines et sociales

Émilie Tremblay et Jean-Marie Tremblay

La mission des « Classiques des sciences sociales », une organisation à but non lucratif, est de donner accès gratuitement par le biais de sa bibliothèque numérique à des publications scientifiques francophones en sciences humaines et sociales, et en philosophie. Ce texte présente l’aventure des Classiques qui a commencé il y a 23 ans, la situation actuelle de l’organisation, son fonctionnement ainsi que son utilité éducative et pédagogique. Il explore également, notamment à travers la création de la collection « Études haïtiennes », un enjeu qui préoccupe actuellement les bénévoles des Classiques, soit celui de faire découvrir, de valoriser et de préserver différents héritages scientifiques à travers les recherches et les travaux produits dans différents pays et dans différentes régions du monde.

Misyon « Classiques des sciences sociales » yo, yon òganizasyon ki p ap  travay pou fè lajan, se bay aksè gratis ak yon kantite piblikasyon syantifik frankofòn nan domèn  syans moun ak sosyal epi filozofi, pa mwayen yon bibliyotèk nimerik li mete sou pye. Tèks sa a prezante peripesi Klasik yo ki te kòmanse depi 23 lane, sitiyasyon òganizasyon an pou kounye a, fason l ap fonksyone ak itilite l sou plan edikasyon ak pedagoji. Ak kreyasyon koleksyon «Études haïtiennes » nan, atik sa a brase lide tou sou yon defi ki okipe lespri benevòl sa a yo, ki se rive fè dekouvri, valorize epi prezève divès eritaj syantifik mond lan pwodui nan diferan peyi ak rejyon.

The mission of « Social Science Classics », a non-profit organization, is to provide free access to francophone human and social sciences and philosophy publications through its digital library. This text presents the Classics’ adventure which began 23 years ago, the organization’s current situation, its operations and its educational and pedagogic usefulness. It also explores, mainly through the creation of the “Haitian Studies” series, the challenge that currently worries Classics’ volunteers: how to introduce, enhance and preserve different scientific legacies through research produced in different countries and regions of the world.

10. La mise en valeur par les Classiques des sciences sociales des savoirs produits en Haïti

Ricarson Dorcé et Émilie Tremblay

Cet article aborde la question de l’invisibilité sur le Net des connaissances scientifiques réalisées dans les pays du Sud (notamment en Haïti) et montre l’importance de l’aventure des Classiques des sciences sociales dans la valorisation de la diversité de savoirs à travers des collections et sous-collections. Les auteurs mettent l’emphase sur  l’histoire de la sous-collection « Études haïtiennes » qui est une vitrine pour valoriser le patrimoine scientifique haïtien en sciences sociales et en philosophie.

Atik sa a trete kesyon envizibilite konesans k ap reyalize nan peyi ki pa twò devlope yo, espesyalman an Ayiti. Otè yo montre enpòtans bibliyotèk nimerik Classiques des sciences sociales nan batay pou valorize divèsite konesans yo genyen. Yo mete aksan sou istwa koleksyon Études haïtiennes ki se yon gwo zouti pou mete an valè patrimwàn syantifik ayisyen nan domèn syans sosyal ak filozofi.

11. Création d’une revue en ligne au Burundi : enjeux et méthode

Rémy Nsengiyumva

Une revue scientifique peut servir d’outil de développement durable surtout quand elle utilise une communication par voie électronique. Cette option contribue à réduire les coûts liés à l’utilisation du papier. En outre, elle permet  de proposer des réponses scientifiques aux défis locaux de la part de chercheurs et chercheuses dont l’expertise porte sur la région en question, qu’ils soient eux-mêmes ou non de la région.  Mais si les experts participant à la revue sont ancrés dans la région, par exemple comme enseignants ou enseignantes, cette revue devient en plus un moyen d’empowerment et de justice cognitive, leur permettant de prendre part à la  grande conversation scientifique mondiale. Toutefois, de nombreuses difficultés se présentent pour une région comme l’Afrique des Grands Lacs : difficultés matérielles et techniques.

Yon revi syanyifik ka sèvi zouti devlòpman dirab sitou lè li itilize yon kominikasyon elektwonik. Opsyon sa kontribiye pou redwi kantite depans iyilizasyon papye konn ekzije. Li pèmèt chèchè ki gen ekspètiz nan yon rejyon fè pwopozisyon repons syantifik pou kòlte ak pwoblèm popilasyon lokal la ap viv. Men, si ekspè sa yo k ap patisipe nan revi a byen entegre nan rejyon an, si l ap travay ladan l tankou enseyan (si nou pran sa pou ekzanp), revi sa a ap tounen yon zouti ki bay pouvwa pou moun aji ak mwayen jistis konyitif k ap pèmèt yo patisipe nan gwo echanj syantifik mondyal la. Men gen anpil difikilte pou yon rejyon tankou zòn Gran Lak an Afrik: difikilte materyèl ak teknik.

12. La recherche documentaire dans le web scientifique libre : un guide en huit étapes

Florence Piron

Comment bien exploiter la richesse documentaire du web scientifique libre, c’est-à-dire les millions d’articles scientifiques, de thèses et de mémoires qui sont en ligne et accessibles à tous? Rares sont les étudiants et étudiantes d’Afrique ou d’Haïti qui bénéficient d’une formation solide dans ce domaine. Avoir un ordinateur avec un bon logiciel de navigation et une bonne connexion stable sont des conditions nécessaires pour effectuer une recherche documentaire, mais elles ne sont pas suffisantes. Il faut aussi une bonne méthode de travail et de stockage des références trouvées, ainsi qu’une stratégie utilisant de manière optimale les puissants moteurs de recherche existants. Ce chapitre propose une démarche en huit étapes pour apprendre à bien exploiter les millions de ressources scientifiques en libre accès, notamment en français, sur le web. Ce guide évite les bases de données payantes des éditeurs commerciaux et encourage les étudiants et étudiantes à faire preuve de justice cognitive dans le choix de leurs références bibliographiques.

Kòman byen eksplwate richès dokimantè syantifik gratis ki sou web la, sa vle di tout kantite milyon atik syantifik, tèz ak memwa gratis epi ki disponib pou tout moun  sou entènèt la? Pa gen anpil etidyan an Afrik ou an Ayiti ki rive benefisye yon fòmasyon solid nan domèn sa. Gen yon bon òdinatè ak yon bon lojisyèl pou navige epi yon bon koneksyon entènèt ki pa p tonbe leve se tout kondisyon sa a yo ki nesesè pou fè rechèch dokimantè, men yo pa ase. Dwe gen tou yon bon metòd pou travay epi estoke tout referans nou jwenn yo, epitou fòk nou gen you bon jan estrateji pou itilize pi byen gwo mote rechèch ki egziste yo. Chapit sa pwopoze yon demach ki gen 8 (wit) etap pou byen aprann eskplwate tout kantite resous syantifik ki disponib gratis yo, sitou sa ki nan lang franse sou web la. Gid sa a evite itilize baz done editè k ap fè komès yo, epitou li ankouraje etidyan yo pratike jistis konyitif la lè yo ap chwazi referans bibliyografi yo.

13. La place des savoirs locaux (endogènes) dans la cité globale. Essai de justification

Dany Rondeau

Quelle est la valeur des savoirs locaux et pourquoi devrait-on s’efforcer de les protéger, de les conserver et de les valoriser à côté des savoirs scientifiques, savants, dominants? Ce sont les questions auxquelles ce chapitre vise à apporter des éléments de réponse. Dans un premier temps, l’auteure porte son attention sur les problèmes de définition et de dénomination des savoirs visés par l’expression « savoirs locaux ».  Dans un deuxième temps, elle établit leur contribution à l’éthique, au juridique et au droit et les raisons qui justifient leur reconnaissance. Quatre arguments sont exposés et discutés : l’argument patrimonial, l’argument de l’utilité, l’argument éthique et l’argument épistémologique.

Ki valè savwa lokal yo e poukisa nou ta dwe fè sa nou kapab pou pwoteje yo, konsève yo, epi valorize yo devan savwa ki syantifik, ki savan epi ki dominan yo? Se keksyon sa  yo tèks sa a ap chache reponn. Pou kòmanse, otè a fikse atansyon li sou  definisyon ak denominasyon “savwa lokal” yo pou li kapab jwenn yon sans pou ba yo pou penmet li montre nan dezyèm pati a kontribisyon yo nan etik, nan jiridik ak nan dwa epi tou rezon ki fè yo merite jwenn rekonesans yo. Pou sa rive fèt, otè a prezante epi diskite kat (4) agiman ki se agiman patrimonyal la, agiman itilitè a, agiman etik la ak agiman epistemolojik la.

What is the value of local knowledge and why should we strive to protect, preserve and value it, alongside expert, dominant, scientific knowledge? This chapter aims to provide some answers to these questions. The author first examines the problems of definition and denomination of knowledge referred to as “local knowledge”. Second, she establishes their contributions to ethical, judicial and legal [matters / domains] OR to ethics and law and the reasons that justify their recognition. Four arguments are presented and discussed: the legacy [patrimonial] argument, the utility [utilitarian] argument, the ethical argument and the epistemological argument.

14. Expériences de recherche en anthropologie de la santé au Cameroun et à la frontière tchado-camerounaise : lutte contre le paludisme et le  choléra

Estelle Kouokam

En anthropologie, la question des savoirs locaux est au cœur de la démarche ethnographique. Dans le champ de la santé, le caractère dynamique de la culture suppose que les savoirs médicaux changent au gré des contacts avec les différents savoirs d’autres cultures. Cet article a deux principaux objectifs : analyser le caractère dynamique des savoirs des populations en santé et confronter les savoirs locaux. Les données ont été collectées au Cameroun entre 2002 et 2003 pour le paludisme et en 2011 à la frontière entre le Tchad et le Cameroun dans le cadre d’une recherche opérationnelle pour une riposte au choléra. Les outils de collecte de données  employés sont les entretiens semi-directifs et les observations directes réalisées à partir de grilles conçues pour mieux rendre compte des pratiques des populations. En premier lieu, ce chapitre examine les savoirs locaux sur le paludisme et le choléra, puis, dans une seconde partie, confronte des savoirs locaux sur la santé.

Nan antwopoloji, kesyon konesans lokal yo chita nan kè demach etnografik la. Nan domèn lasante, karaktè dinamik kilti a ta lese sipoze konesans medikal yo chanje san rete toutotan y ap pran kontak ak diferan kalite lòt konesans  ki soti nan lòt kilti. Atik sa a gen 2 objektif prensipal : analize karaktè dinamik konesans popilasyon yo nan domèn lasante epi konpare konesans lokal yo. Enfòmasyon ki pral sèvi nan atik sa a te kolekte nan peyi Kamwoun nan lane 2002 ak 2003 pou malarya,  epi nan lane 2011 sou fwontyè ki separe Tchad ak Kamwoun nan, nan kad yon rechèch operasyonèl pou kwape  kolera. Zouti  ki te sèvi pou ranmase enfòmasyon sa yo se te antretyen semidirektif ak obsèvasyon dirèk ki te reyalize ak yon griy obsèvasyon ki te elabore nan lide  pou rive bay pi bon ranseyman sou pratik popilasyon yo. Premye pati chapit sa a pral analize konesans lokal yo sou malarya ak kolera epi dezyèm pati a pral konpare kèk konesans lokal nan domèn lasante.

The question of local knowledge is at the heart of the ethnographic approach in anthropology. In the field of health, culture’s dynamic character assumes that medical knowledge changes through contacts with other cultures’ different knowledge. This article has two main objectives: to analyze the dynamic character of people’s health knowledge and to confront local knowledge. Data collection took place in Cameroon in 2002-2003 on malaria and in 2011 on the Chad-Cameroon border as part of operational research against cholera, using semi-structured interviews and direct observations based on [grille] designed to better reflect people’s practices. This chapter first examine local knowledge about malaria and cholera and then confronts local knowledge on health.

15. Traditions orales et transmission de la pensée philosophique : à partir de Marcien Towa et Henry Odera Oruka

Ernest-Marie Mbonda

Ce texte examine le problème de la transmissibilité des traditions orales dans le cadre de la pensée philosophique. Il s’appuie sur deux tentatives de prise en charge philosophique des traditions orales chez les philosophes africains : celle de Marcien Towa dans L’Idée d’une philosophie négro africaine, et celle de Henry Odera Oruka dans Sage Philosophy. Indigenous Thinkers and Modern Debate on African Philosophy. Cette analyse considère les travaux de ces deux auteurs comme étant des contributions à l’épistémologie des traditions orales et des savoirs locaux. Elle s’intéresse à la question des critères de transmissibilité de ces traditions et de ces savoirs dans la pensée philosophique contemporaine et aussi à la démarche permettant d’assurer cette transmissibilité sans trahir à la fois l’authenticité de ce qui est transmis et l’exigence interprétative inhérente à la pensée philosophique.

Tèks sa a ap egzaminen pwoblèm  transmisyon tradisyon oral yo nan panse filozofik la. Li chita sou 2 apwòch filozofik sou tradisyon oral yo filozòf afriken yo te fè : tantativ Marcien Towa a nan L’Idée d’une philosophie négro africaine, ak pa Henry Odera Oruka a nan Sage Philosophy. Indigenous Thinkers and Modern Debate on African Philosophy.  Analiz sa a konsidere de (2) otè sa yo tankou 2 moun ki pote kontribisyon pa yo nan epistemoloji tradisyon oral yo ak konesans lokal yo. Li enterese nan kritè transmisyon tradisyon ak konesans lokal sa yo nan panse filozofik jounen jodi a, epi fason pou asire transmisyon sa a fèt san trayi ni otantisite sa ki transmèt la, ni egzijans entèpretasyon panse filozofik la.

This chapter examines the difficulty of transmitting oral traditions in philosophical thought. It is based on two attempts by African philosophers to consider oral traditions from a philosophical standpoint: that of Marcien Towa in The Idea of a negro African philosophy and of Henry Odera Oruka in Sage Philosophy. Indigenous Thinkers and Modern Debate on African Philosophy. The analysis considers that these two authors have contributed to the epistemology of oral traditions and local knowledge. It is concerned with the criteria to enable the transmission of these traditions and knowledge in contemporary philosophical thought and how to ensure this transmissibility without betraying both the authenticity of what is being transmitted and the interpretative requirement inherent to philosophical thought.

16. L’apport des récits de vie en tant que pratique scientifique : forme de savoir dans des espaces scolaires d’Afrique francophone subsaharienne

Marie-Claude Bernard, Jean Jacques Demba et Ibrahim Gbetnkom

L’emploi des récits de vie en éducation dans le monde francophone viendrait de la sociologie et, plus particulièrement, des travaux pionniers de l’École de Chicago. Leur essor tiendrait à l’intérêt porté par les sociologues à l’histoire orale. Mais le recueil de récits oraux a été aussi adopté largement par des anthropologues culturels (ethnologues) dans l’objectif notamment de comprendre d’autres cultures et d’en préserver des savoirs (par exemple, l’Afrique précoloniale; Thompson, 1981). Leur utilisation comme approche théorique au croisement de l’interactionnisme symbolique dans la recherche ethnographique en éducation dans des espaces scolaires d’Afrique francophone est plus récente (Demba, 2012). Ils permettent notamment d’aborder l’analyse d’éléments qui participent à la construction de la réussite ou de l’échec scolaire. Ce texte présente des éléments de compréhension de la « face cachée » de l’échec scolaire obtenus via des récits de vie d’élèves du secondaire au Gabon et au Cameroun (Demba, 2012; Gbetnkom, 2015; Lopsiwa, 2015). Un renouvellement des pratiques scolaires est proposé par l’entremise d’une démarche collaborative au carrefour de la recherche, la formation et l’intervention (Pineau, 2006) ainsi qu’une réflexion en conclusion sur l’utilisation des récits en tant que forme de savoir.

Itilizasyon récits de vie  nan edikasyon nan mond frankofòn nan ta sanble jwenn sous li nan sosyoloji, èpesyalman, nan travay pyonye lekòl Chikago yo. Se sosyològ istwa oral ki sanble fè yo develope. Men genyen antwopològ kiltirèl (etnològ) ki te kolekte anpil istwa oral nan lide sitou pou yo rive konprann lòt kilti ak prezève konesans yo pote (Egzanp, Afrik prekolonyal, Thompson, 1981). Itilizasyon yo, kòm apwòch teyorik ki fè kwazman ak entèraksyonism senbolik nan rechèch etnografik  nan edikasyon nan èspas eskolè lafrik frankofòn yo, pi resan (Demba 2012). Yo pèmèt nou sitou abòde analiz eleman ki patisipe nan konstriksyon reyisit oubyen echèk èskolè. Tèks sa ap prezante eleman ki ap pèmèt nou konprann fas kache echèk èskolè. Nou jwenn eleman sa yo nan récits de vie etidyan nan nivo segondè nan peyi Gabon ak Cameroun (Demba, 2012; Gbetnkom, 2015; Lopsiwa, 2015). Nou pwopoze yon renouvèlman pratik èskolè yo ki dwe fèt nan yon demach kolaborativ nan kafou rechèch, fòmasyon ak entèvansyon (Pineau, 2006). Nan konklizyon an, nou prezante yon refleksyon sou itilizasyon récits de vie yo kòm yon fòm savwa.

The use of life stories in education in the French-speaking world seems to come from sociology, in particular the pioneering work of the “Chicago School”. Their rise appears to derive from sociologists’ interest in oral history. However, collecting oral histories has also been widely adopted by cultural anthropologists (ethnologists) in particular to understand other cultures and preserve their knowledge (for example, pre-colonial Africa; Thompson, 1981). Their use as a theoretical approach at the intersection of symbolic interactionism in education ethnographic research on French-speaking academic spaces is newer (Demba 2012). In particular they enable the analysis of elements that contribute to the construction of “success” or “academic failure”. This text presents elements to understand the “hidden face” of academic failure obtained from life stories of secondary school students in Gabon and Cameroon Demba, 2012; Gbetnkom, 2015; Lopsiwa, 2015).  It proposes a renewal of academic practices through a collaborative approach at the crossroads of research, training and intervention (Pineay 2006) and concludes with the use of life stories as a type of knowledge

17. Et si la psychologie cognitive pouvait casser le mythe que le Kreyòl n’est pas une langue scientifique?

Judite Blanc

Dans le présent chapitre, je commence par présenter la psychologie cognitive : cette discipline, son rôle au sein de la science de la psychologie, des sciences du langage et des sciences didactiques et informatiques et son objet d’étude. Puis, je m’appuie sur une expérimentation simple pour démontrer les liens entre théorie et pratique, à partir de mon cours de psychologie cognitive. J’évoquerai ensuite des données fournies par la psychologie cognitive qui n’étayent en rien l’idée que la science est incompatible avec le Kreyòl, la langue maternelle de tous les Haïtiens et toutes les Haïtiennes vivant en Haïti.

Nan atik sa a nou pral brase lide sou twa (3) pwen enpòtan sa yo : (i) ki sa disiplin sikoloji kognitif ye ; (ii) wòl li pami disiplin yo rele sikoloji, syans langaj, syans didaktik ak enfòmasyon; (iii) epi de ki sa espesyalman li okipe. N ap tou sèvi ak yon senp eksperimantasyon kote teyori marye ak pratik nan kou sikoloji kognitif. N ap tou esplike ki jan branch sa a ka reponn moun ki rete kwè, san yo pa gen prèv syantifik, ke lang kreyòl, ki se lang matènèl tout ayisyen k ap viv sou tè Ayiti, pa mache ak lasyans.

18. Renforcer le sentiment d’appartenance des communautés par la valorisation du patrimoine culturel immatériel

Samuel Regulus

L’une des conséquences de la mondialisation est la tendance à l’uniformisation et à la banalisation des cultures locales ou « périphériques ». Ce processus uniformisant les lamine au lieu de les intégrer. Pour résister à cette tendance, beaucoup d’efforts sont consacrés à la promotion de la diversité culturelle. La Convention de l’UNESCO de 2003 relative au patrimoine culturel immatériel (PCI) est instituée dans cette perspective. Le projet d’Inventaire du Patrimoine immatériel d’Haïti qui se veut une recherche-action participative est inscrit dans la logique de la mise en œuvre de cette convention. Ce Projet est conçu pour laisser une place centrale aux communautés puisqu’elles sont porteuses d’éléments de savoir-faire locaux et en sont les meilleures expertes. Si l’Université (professeurs, étudiants, professionnels de l’ethnographie et du numérique) est mobilisée dans la réalisation de cet inventaire, elle intervient comme équipe de soutien à la mise en valeur des héritages culturels des communautés et à la sauvegarde de l’identité locale d’Haïti. Cette intervention de sauvegarde recèle un caractère civique dans le sens où le patrimoine sous toutes ses formes renvoie aux fondements de l’identité culturelle, à la cohésion sociale et à la mémoire de la nation haïtienne qui sont très souvent menacées d’extinction.

Youn nan konsekans fenomèn mondyalizasyon an genyen se tandans li pou li toupizi e menm disparèt kilti lokal yo. Oliye pou li ta entegre yo, il pito bwè yo, fini ak yo. Pou reziste fas ak tandans sa a, gen anpil efò ak inityativ ki mete soupye pou ede kominote yo kenbe kilti yo. Se nan lojik sa a, UNESCO te pran you konvansyon an 2003 sou ki jan pou Patrimwan kiltirel imateryèl (PKI) kominote yo kapab rive rete vivan san yo pa disparèt. Nan menm espri ak Konvansyon UNESCO a, nou te mete kanpe yon Pwojè ki rele : Inventaire du Patrimoine immatériel d’Haïti. Pwojè sa a se yon rechèch aksyon ak patisipasyon kote manm nan kominote yo dwe jwe you gwo wòl nan envantè a paske se yo ki kenbe tradisyon yo ki fè yo pa disparèt e se yo menm tou ki pi byen konnen patrimwa kiltirèl yo. Nan sans sa a, lè Inivèsite a (pwofesè, etidyan, pwofesyonèl nan etnografi ak nimerik) mobilize nan fè envantè PKI, li gen pou l aji tankou yon ekip k ap bay sipò ak kominote yo pou rive ede yo kenbe patrimwan yo ak pwoteje idantite kiltirèl yo pou yo pa depafini. Li enpòtan pou nou sonje ke travay envantè sa a gen yon karaktè sivik paske li touche memwa ak kilti Pèp ayisyen an ki pèmèt kominote yo kapab rete soude ansanm.

One of the consequences of globalization is the tendency towards the standardization and trivialization of local or “peripheral” cultures, which diminishes instead of integrating them. There are many efforts to promote cultural diversity in order to resist this, such as the 2003 UNESCO Convention for Safeguarding Intangible Cultural Heritage. The Inventory of Haiti’s intangible heritage project, which aims to be a participative action-research, is in the spirit of this Convention. It is designed to leave a central role for communities as they carry local know-how elements and represent the first and best experts. If academics (professors, students, professional ethnographers and digital experts) are involved in this inventory, their role is one of support team to showcase communities’ cultural heritages and to safeguard Haiti’s local identity. This safeguarding intervention contains a civic character as heritage in all its forms refers to the foundations of cultural identity, to social cohesion and to the Haitian nation’s memory, often threatened with extinction.

19. Réhabilitation de la fierté de l’Afrique subsaharienne par la valorisation numérique des savoirs locaux et patrimoniaux : quelques initiatives

Marie Sophie Dibounje Madiba

À notre époque, les technologies numériques font partie des outils de base qui assureront le développement durable de l’Afrique. Par conséquent, l’Afrique devrait les utiliser pour partager l’essence même de son être : ses cultures, ses traditions, ses civilisations. De ce fait, plusieurs initiatives se sont développées en Afrique au fil des années, tant dans le cadre institutionnel qu’individuel. Le CERDOTOLA, créé en 1977, est un centre de recherche ayant son siège au Cameroun. Son mandat s’inscrit dans la vision d’une Afrique émergente en lien avec ses valeurs patrimoniales. Il fait la promotion de la recherche-développement et de la recherche-action. À travers ses activités de valorisation, il pilote une série de projets qui visent à construire une dynamique permettant à l’Afrique de retrouver sa fierté à travers le numérique.

Nan epòk nimerik sa a, teknoli dijital yo se pi gwo zouti ki pral asire devlopman dirab an Afrik. Se pou rezon sa a, Lafrik ta dwe itilize yo pou l rive pataje tout nanm li : kilti li yo, tradisyon li yo, sivilizasyon li yo. Nan menm lojik sa a, plizyè inisyativ te devlope detanzantan an Afrik, nan kontèks enstitisyonèl ak endividyèl. CERDOTOLA se yon sant rechèch ki te kreye an 1977, epi ki gen katye jeneral li nan Kamewoun. Manda li konekte ak yon vizyon pou yon Afrik k ap fè pwogrè pandan l ap rete makonnen ak eritaj li yo. L ap ankouraje rechèch-devlopman ak rechèch-aksyon. L ap fè tou pwomosyon yon dividal pwojè nan domèn dijital pou rive fè Lafrik rejwenn fyète l.

20. Lettre ouverte sur les Objectifs de développement durable

Association science et bien commun

Cette lettre ouverte a été proposée dans l’espace public par l’Association science et bien commun, organisme à but non lucratif qui milite pour une science ouverte, au service du bien commun, dans le cadre du processus d’adoption des Objectifs de développement durable en 2015. Les 140 signataires sont convaincus que les pratiques scientifiques ouvertes et le libre accès à la science sont essentiels au développement durable et à la contribution que les institutions d’enseignement supérieur et de recherche des pays en développement pourraient y apporter, notamment en matière d’innovation sociale et technologique. Ils proposent des reformulations en ce sens de l’Objectif 4 et de l’Objectif 9.

Lèt tou louvri sa reflete pozisyon Asosiyasyon Syans ak byen pou tout moun, yon òganism ki pa la pou fè lajan epi k ap milite pou yon syans san baryè, nan enterè tout moun. Li te redije nan dinamik adopsyon objektif devlopman dirab yo an 2015. 140 moun ki siyen yo rete kwè pratik syans san baryè yo epi tou aksè fasil ak lasyans enpòtan nan devlopman dirab ak nan kontribisyon enstitisyon ansèyman siperyè ak rechèch nan peyi sou devlope yo ta ka pote nan sans sa, sitou nan domèn inovasyon sosyal ak teknolojik. Siyatè yo pwopoze kèk refòmilasyon nan objektif 4 ak 9 yo.

21. Les boutiques des sciences et des savoirs, au croisement entre université et développement local durable

Florence Piron

Une boutique des sciences est un service interne à une université qui permet à cette dernière de se rapprocher de la population de la région qu’elle dessert; il en existe une centaine dans le monde, surtout en Europe. Ce dispositif invite des étudiants et étudiantes à réaliser gratuitement, dans le cadre de leur formation, des projets de recherche ou des projets pratiques en réponse aux besoins exprimés par des associations de la région desservie par l’université. Il permet donc à une université de contribuer directement au développement local durable de sa région et à ses étudiants et étudiantes de se sensibiliser à ces enjeux régionaux à l’intérieur de leur formation. Un tel dispositif s’inscrit donc parfaitement dans l’horizon d’un développement durable, juste, équitable, soucieux de ne pas gaspiller les ressources et d’assurer les meilleures pratiques aux uns et aux autres, dont les piliers sont des institutions et des acteurs engagés en faveur du bien commun.

Yon boutik syans se yon sèvis ki anndan yon inivèsite epi ki pèmèt li konekte ak popilasyon ki nan kominote a. Nan mond lan gen plis pase yon santèn boutik lasyans, sitou an Ewòp. Pandan etidyan yo ap fòme, zouti sa pèmèt yo reyalize gratis yon ansanm pwojè rechèch oubyen pwojè pratik pou yo rive reponn ak bezwen asosiyasyon ki nan kominote kote inivèsite a enstale a. Konsa, inivèsite a rive jwe wòl pa l nan devlopman lokal dirab kominote a, epi etidyan yo vin devlope plis sansibilite pou kominote a. Yon zouti konsa makonnen ak lojik devlopman dirab san fòs kote, ki nan enterè tout moun, ki pa nan gagote resous yo, epi k ap garanti pi bon fason pou bagay yo fèt, kote enstitisyon ak aktè yo ap batay pou garanti sa ki bon pou tout moun.

22. Rapprocher l’Université de la société civile haïtienne : Savoirs pour tous (SPOT), outil de développement durable

Kedma Joseph

Rapprocher l’université de la société civile est une nécessité en Haïti. Cela permettra à des organisations locales en manque de moyens financiers, mais qui ont des besoins en connaissances scientifiques et pratiques, d’avoir accès gratuitement à ces connaissances. Un outil pertinent pour répondre à ce besoin est Savoirs pour tous (SPOT), une boutique de sciences lancée le 2 mars 2016. Comme toutes les autres boutiques de sciences, SPOT est un outil de développement durable, en plus d’être une nouvelle façon de faire le pont entre l’université et la société civile. En tant que tel, elle devra travailler à la valorisation des savoirs locaux et du rôle des différents acteurs concernés dans le développement de leur communauté. Pour y arriver, les responsables de SPOT devront agir sur les mentalités et les comportements culturels haïtiens qui pourraient constituer un obstacle à la connexion entre les recherches scientifiques et les besoins des organisations locales.

Pèmèt inivèsite yo fè yon men kontre ak sosyete sivil la se yon nesesite an Ayiti. Konsa, aktè lokal ki pa gen mwayen finansye yo ap kapab jwenn konesans syantifik ak pratik gratis. « Konesans pou tout moun » se yon boutik syans ki lanse nan dat 2 mas 2016 la pou ede men kontre sa rive fèt, epi ede òganizasyon lokal yo jwenn bon jan konesans yo bezwen pou yo fonksyone ak byen fè travay yo nan kominote yo ap evolye. Menm jan ak boutik syans nan lòt peyi yo, « Konesans pou tout moun » se tou yon zouti devlopman dirab. Sa vle di li la pou bay savwa lokal yo jarèt ak ankouraje moun nan kominote yo jwe wòl pa yo nan devlopman kominote yo. Pou sa a, responsab « Konesans pou tout moun » yo dwe travay pou rive aji sou mantalite ak konpòtman kiltirèl ki ka yon obstak pou anpeche rechèch syantifik yo reponn ak bezwen òganizasyon lokal yo.

23. L’Afrique à l’ère de la science ouverte. Plaidoyer pour un Pacte africain de développement pour l’émergence par les traditions (PADETRA)

Pascal Touoyem

L’objet de cette étude est de mettre en lumière les enjeux épistémologiques et praxéologiques des débats sur la « science ouverte ». Dans les pays du Sud, le sort général de la recherche dépend, pour des raisons multiples, de notre capacité de nous approprier les sciences de développement pour en orienter le cours selon nos réalités perçues du point de vue de notre culture et de nos intérêts; ce qui est susceptible de produire des incidences sur les paradigmes dominants, les méthodes, les concepts et les modèles.  Dans un domaine où l’enjeu scientifique se double en permanence d’enjeux politiques, et de surcroît dans les régions généralement les plus pauvres et les plus politiquement instables de la terre, les obstacles extérieurs à la connaissance s’avèrent plus préjudiciables que les obstacles intérieurs. La « science ouverte » apporterait ici une contribution précieuse au moins sur deux fronts sensibles : le front de la cohésion interdisciplinaire et celui de l’option proversive, entretenue par des réductions imputables au pragmatisme.

Etid sa a reyalize nan lide pou louvri je sou anje epistemolojik ak praksyolojik deba yo sou « syans san baryè » a. Nan peyi sid yo, pou plizyè rezon, avni general rechèch la repoze sou kapasite nou genyen pou nou apwopriye syans devlopman yo pou nou oryante yo nan fason nou konprann reyalite a nan sans kilti nou ak enterè nou. Apwoch sa a kapab enfliyanse paradig dominan yo, metòd yo, konsèp yo ak modèl yo. Nan yon domèn kote anje syantifik yo ap ogmante san rete devan anje politik yo, anplis se souvan nan rejyon ki pi pòv epi ki pi enstab politikman yo sou tè a sa ap pase. Obstak konesans lan jwenn ki soti deyò yo parèt pi difisil pase obstak andedan yo. « Syans san baryè » a ta ka pote nan peyi sid yo yon gwo kontribisyon pou pi piti sou 2 nivo ki sensib anpil : nivo koyezyon entèdisiplinè ak nivo opsyon provèsiv, ki se 2 nivo sans pragmatik yo ap nouri.

24. Ce que la science ouverte suscite et signifie dans les universités camerounaises d’État

Yves Yanick Minla Etoua

L’adoption et la vulgarisation des pratiques ouvertes des sciences dans les universités d’Afrique francophone et d’Haïti commandent un changement profond des manières de penser, de faire ou d’agir chez les chercheurs et les étudiants. Les promouvoir dans des contextes universitaires sculptés par la colonisation scientifique invite à les comprendre en profondeur. Cette analyse aiderait à les approcher comme des milieux sociaux dominés par des habitudes qui ne favorisent pas toujours le développement de l’ouverture et la réflexivité qu’exige l’exercice de pratiques ouvertes des sciences. En tant qu’initiative visant la promotion des pratiques scientifiques dans un esprit citoyen, ouvert et démocratique, le projet SOHA accorde un intérêt particulier à ces analyses en profondeur. Le projet SOHA suggère des éléments de compréhension des contextes  universitaires d’Afrique francophone et d’Haïti, dont les universités camerounaises d’État. Une étude restreinte de ces dernières permet notamment de mettre en relief les attentes, les réticences et les rejets que suscitent les pratiques ouvertes des sciences dans certains contextes.

Adopsyon ak vilgarizasyon pratik syans san baryè nan inivèsite frankofòn ki an Afrik ak an Ayiti, se yon envitasyon ak yon chanjman fondalnatal nan fason chèchè ak etidyan yo panse oubyen aji. Fè pwomosyon pratik sa yo nan yon kontèks inivèsitè ki kolonize syantifikman egzije yon bon konpreyansyon. Analiz sa a ap tante ede abòde yo tankou milye sosyal ki anvayi ak abitid ki pa toujou favorize devlopman nan ouvèti ak refleksivite ki nesesè pou pratik syans san baryè yo. Pwojè SOHA a, ki se yon inisyativ k ap fè pwomosyon pratik syantifik yo nan yon espri sitwayen ak demokratik, bay yon enpòtans espesyal ak analiz pwofon sa yo. Pwojè SOHA a reklame konpreyansyon kontèks inivèsitè frankofòn an Afrik ak Ayiti yo, tankou inivèsite leta yo ki nan Kamewoun yo. Yon ti kout etid sou inivèsite sa yo ap pèmèt patikilyèman nou limen pwojektè a sou kèk kontèks pratik syans san baryè epi atant, retisans ak rejè pratik sa yo pwovoke.

25. Les étudiants, les étudiantes et l’idée d’université : une réflexion pour Haïti

Hérold Toussaint

Le sociologue haïtien et professeur d’université, Hérold Toussaint explique, dans cet article, la signification de l’idée d’université. Il passe en revue l’évolution du concept en mettant l’accent sur l’importance d’une culture de critique et de tolérance au sein de la communauté universitaire. L’auteur veut susciter l’éveil de la conscience universitaire au sein de la population estudiantine.

Nan tèks sa a, Hérold Toussaint, ki se an menm tan sosyològ epi pwofesè inivèsite, eksplike kisa ide inivèsite a vle di. Li fè yon rale menmen vini sou evolisyon konsèp sa a pou rive nan enpòtans kritik ak tolerans genyen nan yon espas inivèsitè. Konsa, otè a vle ede etidyan yo pi byen konprann sa inivèsite a ye.

26. Le Collectif des Universitaires Citoyens, une expérience de recherche participative en Haïti

Pierre Michelot Jean Claude et Ricarson Dorcé

Cet article analyse la démarche participative du Collectif des Universitaires Citoyens en Haïti. Initiée par le professeur Hérold Toussaint, cette structure adopte le modèle de connaissance collaborative. Ce modèle s’inscrit dans la dynamique de science citoyenne qui, elle-même, fait partie du paradigme de la science ouverte. Au sein du Collectif, les étudiants et les étudiantes de premier cycle ont l’occasion de participer à toutes les étapes de la mise en œuvre du projet de recherche. Les auteurs de cet article étudient la pertinence de cette démarche dans le contexte haïtien.

Atik sa se yon analiz sou demach patisipativ nan travay Kolektif Inivèsitè Sitwayen an Ayiti. Se pwofesè Hérold Toussaint ki te kreye estrikti sa a ki adopte yon modèl konesans kolaborativ. Modèl sa a entegre lojik syans sitwayèn ki se yon eleman nan mouvman syans ouvèt la. Anndan Kolektif sa, etidyan nan nivo lisans genyen okazyon patisipe nan tout etap pwojè rechèch yo. Nan atik sa a, otè yo ap etidye fondman demach sa nan kontèks ayisyen an.

27. Créer un réseau de recherche sur la science ouverte dans les pays des Suds

Leslie Chan

Cet article est la transcription détaillée d’une interview de Leslie Chan, chercheur principal du réseau OCSDNet (Open and collaborative science), réalisée par Becky Hillyer, membre de l’équipe de coordination du réseau. Dans cette interview, Leslie explique le contexte et les motivations qui ont mené à la création du réseau, financé conjointement par le CRDI (Canada) et le DFID (Royaume-Uni). Les thèmes et les objectifs principaux sont d’essayer de comprendre les modes ouverts de collaboration de recherche dans une diversité de contextes impliquant de multiples parties prenantes et les acteurs. L’interview met également en évidence les principaux défis et enseignements émergents tirés du réseau. L’un des principaux enseignements souligne la nécessité d’ancrer leur travail dans un ensemble commun de principes sur l’ouverture, ce qui implique en outre l’engagement à un ensemble sous-jacent d’idéologies sur les connaissances en tant que biens communs et l’importance de l’inclusion cognitive. Ces principes sont intégrés dans un « manifeste », qui sera lancé au début de 2017.

Atik sa a se yon transkrispsyon detaye yon entèvyou Leslie Chan, prensipal chèchè rezo OCSDNet (Open and collaborative science), Becky Hillyer, manb kowòdinasyon rezo a te reyalize. Nan entèvyou sa, Leslie esplike kontèks epi motivasyon ki te mennen kreyasyon rezo a, ke CRDI (Kanada) ak DFID (Wayòm-Ini)  finanse nan tèt kole. Tèm ak objektif prensipal yo se eseye konprann sistèm san baryè yo nan zafè kolaborasyon pou fè rechèch nan yon pil ak you pakèt kontèks diferan youn ak lòt ki enplike plizyè gwoup aktè ki konsène. Entèvyou a te montre a klè prensipal defi ak ansèyman ke lòt ti pwojè andedan rezo a fè nou wè. Yonn nan prensipal ansèyman yo se nesesite pou travay yo chita sou prensil nou pataje yo nan zafè syans san baryè bagay sa a mande angajman nan yon bann idewoloji, ki pa fin parèt aklè, sou koze konesans ke nou konsidere tankou « byen ki pou tout moun » ak enpotans « enklizyon konyitif » la. N ap jwenn prensip sa a yo nan you «manifès » k ap soti nan kòmansman lane 2017.

This article is a detailed transcript of an interview of Leslie Chan, Principal Investigator of OCSDNet, conducted by Becky Hillyer, a researcher of the OCSDNet team. In this far ranging interview, Leslie provides the rationale and background behind the formation of the Open and Collaborative in Development Network, funded jointly by IDRC of Canada and DFID of the UK. In addition to the key themes and objectives of trying to understand open modes of research collaboration in a diversity of contexts involving multiple stakeholders and actors, the interview also highlights the key challenges as well emerging lessons learned from the sub-projects within the network. One of the key lessons points to the need for the research network to ground their work in a common set of principals to openness, which further entails commitment to a an underlying set of ideologies about knowledge as a common goods and the importance of cognitive inclusion. These principles are being incorporated into a “manifesto”, to be launched in early 2017.

28. La science ouverte juste et le projet SOHA au Niger : quelles pratiques pour quels avantages?

Hamissou Rhissa Achaffert

La science ouverte juste, telle qu’elle est pratiquée dans le collectif SOHA, est un excellent outil de développement durable local pour l’Afrique francophone. Mais pour qu’elle puisse être adoptée dans ces pays, elle doit combattre deux obstacles majeurs. Le premier est une tendance conservatrice qui amène les universitaires africains et leurs concitoyens à rester dans l’héritage de la colonisation, notamment dans un culte de la pensée et de la science dominante occidentale qui oriente leurs représentations, attitudes et actions et qui est défavorable au changement. Le deuxième obstacle est la méconnaissance locale des enjeux mondiaux de la science (notamment du capitalisme cognitif) et des manières alternatives de faire de la science. La science ouverte juste est un outil de développement local durable car elle reconnaît que les savoirs sont ancrés dans la culture, elle valorise les savoirs locaux et les épistémologies locales et elle promeut des rapports plus justes entre les individus, tant dans la recherche scientifique que dans la société, tout en favorisant la décolonisation des esprits. La science ouverte juste propose l’utilisation d’outils du numérique adaptés aux conditions de vie, d’études et de recherche des universitaires d’Afrique et d’Haïti. Pour adopter la science ouverte au Niger, plusieurs actions doivent être menées, surtout la confiance, la collaboration et l’union dans la diffusion de la vision de la science ouverte dans tous les coins du pays. Le projet SOHA vise essentiellement à détecter et combattre toutes les formes et manifestations de l’injustice cognitive.

Lasyans libere a,  jan li pratike nan kolektif SOHA a, se yon bon zouti devlopman dirab pou peyi afrik frankofòn yo. Men pou yo rive adopte li  nan peyi sa yo, li ap gen pou kraze anpil gwo baryè. Premye a ki se yon tandans konsèvatris ki ankouraje inivèsitè afrikèn yo ak  lòt moun ki ap viv nan peyi a rete nan eritaj kolonizasyon an, tankou jan yo adore panse ak  syans dominan oksidantal la  ki ap oryante reprezantasyon yo, atitid yo ak aksyon  yo e  ki pa ka akouche okenn chanjman. Dezyèm baryè a se paske yo pa gen konesans lokal sou anje mondyal  lasyans yo (espesyalman sou kapitalis konyitif) ak lòt mannyè pou fè lasyans. Lasyans libere a, se yon zouti devlopman lokal dirab paske li rekonèt savwa yo marande ak  lakilti, li valorize savwa lokal yo ak epistemoloji lokal yo epi li ankouraje rapò ki pi jis nan mitan endividi yo, ni nan rechèch syantitik la ni  nan sosyete a, pandan li ap favorize dekolonizasyon lespri yo. Lasyans libere a mande pou itilize zouti nimerik ki mache ak kondisyon inivèsitè  k ap evolye nan peyi Afrik ak Ayiti yo ap viv, etidye epi fè  rechèch. Pou lasyans San baryè a rive tabli nan peyi Nijè, gen anpil aksyon ki dwe fèt, sitou konfyans, kolaborasyon ak inyon nan fason yo ap transmèt vizyon lasyans san baryè a nan tout rakwen peyi a. Pi gwo objektif  pwojè SOHA a se chache  konnen  tout fòm manifestasyon ak enjistis koyitiv yo epi konbat yo.

image
Résumé en Tifinagh (alphabet de la langue Tamajeq) préparé par Dr Ramada El Ghamis

***

Les derniers chapitres n’ont pas de résumés.

Les traducteurs et traductrices vers l’anglais sont les auteurs et auteures, Laure-Hélène Piron ou Florence Piron. La traductrice en ewondo est Marie-Claire Omgba. Le traducteur en tifinagh est Dr Ramada El Ghamiss.

Moun ki tradwi rezime sa yo an kreyòl ayisyen se :

  • Emmanuella Lumene, etidyant nan Travay sosyal nan Inivèsite Leta Ayiti a, manm REJEBECSS-Haïti (Reseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales) epi manm Projet SOHA
  • Rency Inson Michel, etidyan nan Sosyoloji nan nivèsite Leta Ayiti a, prezidan REJEBECSS-Haïti (Reseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales) epi manm Projet SOHA
  • Desil Pierre, etidyan nan Kominikasyon sosyal nan Inivèsite Leta Ayiti a, manm REJEBECSS-Haïti (Reseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales) epi manm Projet SOHA
  • Anderson Pierre, etidyan nan Kominikasyon sosyal nan Inivèsite Leta Ayiti a, manm REJEBECSS-Haïti (Reseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales) epi manm Projet SOHA
  • Kedma Joseph, pwofesè nan Inivèsite Leta Ayiti a, responsab yon boutik syans an Ayiti ki pote non SPOT (Savoir Pour Tous/Konesans pou tout moun) epi manm Projet SOHA
  • Ricarson Dorce, doktoran nan fakilte lèt ak syans pou moun nan inivèsite laval (kebèk, kanada). Li se asistan rechèch nan pwojè SOHA.
  • Samuel Jean Baptiste gen yon lisans nan syans edikasyon (Inivèsite Karayib, Ayiti) epi yon metriz nan istwa, memwa ak patrimwàn (Inivèsitie Leta d Ayiti / Université Laval). Li kolabore ak plizyè mezon edisyon an Ayiti, tankou Edisyon Inivèsite Karayib, Edisyon Kopivit Laksyon Sosyal ak Edisyon Zémès nan travay elaborasyon, evalyasyon ak adaptasyon materyèl didaktik. Li se manm Akademi Kreyòl Ayisyen.
  • Samuel Regulus se you Etno-sosyològ.  Li etidye nan Inivèsite Leta Ayiti e li fè you doktora nan Inivèsite Laval, Kebèk (Kanada). Li se pwofesè nan Inivèsite Leta Ayiti. Li dirije you pwogram Metriz ki rele Istwa, Memwa ak Patrimwan.  Li enterese ak Kesyon tankou Kilti, Patrimwan ak Developman local.

Enregistrer

Enregistrer

License

Icon for the Creative Commons Attribution 4.0 International License

Résumés multilingues by Florence Piron is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License, except where otherwise noted.

Partagez ce livre

Commentaires/Errata

Les commentaires sont clos.