La science ouverte, le projet SOHA : analyses et témoignages

37 Lettre à l’Occident d’un jeune étudiant haïtien

Djedly François Joseph

Djedly François Joseph, 21 ans, est étudiant en science politique à l’Université d’État d’Haïti (Campus Henry Christophe). Amoureux-passionné de littérature, il est animateur de l’émission ENTRE LES PAGES, un espace conçu pour la promotion de la lecture et de l’écriture. Il est aussi coordonnateur régional de JEUNE HAÏTI et offre son aide aux jeunes bacheliers dans la préparation à leur entrée à l’université par le biais de la structure OKAPANM. Il accompagne aussi les jeunes artistes de Cap-Haïtien et écrit pour plaire et surtout pour réveiller les consciences.

Cher Occident,

Au nom de la dignité humaine, je vous écris aujourd’hui cette lettre, une idée que je ruminais depuis bien longtemps dans ma tête. Je suis enfin décidé à vous bousculer par mes mots sans ménagement. Je vous tiens en très haute estime. Cependant, la race dont je fais partie est résolue à ne plus ingurgiter vos petits manèges à la fois sordides et nocifs.

Mon cher Occident, je vous félicite de vos astuces qui vous ont mené au faîte de vos intérêts mesquins, pis encore à usurper les biens d’autrui, à léser leurs droits, en particulier ceux de paix et de liberté. Mais vous continuez à nous faire croire que la « liberté individuelle » prime encore. Droits de l’homme, arguez-vous. Le paradoxe est que nous crevons de faim et de pandémie par milliers.

Vous ne vous souvenez peut-être pas de moi, ce n’est pas grave. Je vais vous rafraîchir la mémoire. Je me dresse au rang de ceux que vous avez traité de barbares quand vous étiez perdu dans votre labyrinthe narcissique. Sauvages nous étions à votre égard, car nous n’étions pas figurés sur le même plan identitaire que vous. Vous avez planté votre croix meurtrière sur notre terre au nom du « Dieu » chrétien que vous nous avez contraints d’adorer. Vous nous avez obligés à rejeter notre origine alors que vous nous torpilliez dans la cale de vos bateaux, grands porteurs de nos cris agonisants.

Votre souci de toujours a été de dominer le monde, que tous les peuples se prosternent à vos pieds. Vous avez tout fait pour vous ériger comme modèle par excellence, pour que vos principes et vos pratiques soient adoptés par tous au nom de leur « universalité ». Ils seraient universels à un tel point que celui qui ose vous contredire se fait broyer. Quelle aberration!

Hier encore nous croyions naïvement que tout était réglé en vous flanquant à la porte, mais aujourd’hui vous êtes revenu à travers les fenêtres

Parlons des fenêtres. D’abord la démocratie, au nom de laquelle vous bombardez et foulez sans gêne d’autres territoires dits ennemis. Ensuite, des dénominations puériles comme « pays amis », « communauté » qui veulent offrir leur aide létale. Vous n’attendez que l’ultime occasion pour rassembler la horde de vos ONG sur notre terre, trimbalant ça et là leur sacoche vide, sans résultats concrets, comme depuis le douze janvier 2010. Vous vous êtes glissé aussi dans nos écoles. Nos enfants se font malheureusement ridiculisés à cause d’une peccadille commise dans une langue qui leur est complètement étrangère alors que personne ne se soucie de l’orthographe du créole. Voilà notre grand complexe. Quelle ironie!

Notre cerveau – n’en parlons pas. Le reniement de soi – encore pire. Le « blanchissage » de notre peau à force de trop vouloir s’identifier à vos traits est la goutte qui fait déborder le vase d’humiliation. Vous nous vendez sans cesse, à un prix dérisoire, vos pratiques débiles dans vos séries et clips vidéos dans lesquels on voit sur toutes les lèvres ces mots « Liberté individuelle » scandés à tout bout de champ. Pourtant, vous vous êtes immiscé dans notre politique. Ne croyez-vous pas que nous sommes assez libres et autonomes pour mener notre barque? Il ne faut pas mordre cette main qui nous donne à manger, dit-on. Mieux vaut bouffer cette main que d’avaler vos petits bonbons empoisonnés.

Enfin, cher Occident, ne vous illusionnez pas à croire que vous êtes le nombril du monde. Libre à nous de ne pas vouloir chevaucher à vos côtés.

Bien à vous!

#Afrique

#Haïti

***

Yon tèks Djedly François JOSEPH ekri, etidyan nan syans politik nan peyi D’Ayiti

Tèks sa tradui pa yon jèn etidyan Ayisyen nan syans jiridik ki rele Albert DARLENSON

Lèt pou Loksidan

Zanmi loksidan, nan non diyite moun, mwen angaje m ekri ou lèt sa, yon lide k ap bwase nan zo kokolo tèt mwen depi lontan. Finalman, mwen pran desizyon dechalbore ou ak mo mwen yo san paspouki. Mwen gen anpil respè pou ou pandanstan ras mwen ladan l lan pran gwo rezolisyon pou sispann vale mannigèt malonèt, nen frèt ou yo.

Monchè loksidan, mwen felisite pou bèl may ou pa sispann bay pou mennen ou kote enterè ou ye. Plis ankò, poutèt w ap debalize byen lèzòt yo epi pase anba pye dwa pou libète yo ak dwa yo pou viv nan lapè. Pandanstan, ou kontinye ap fè nou kwè nan libète moun ki dwe vini anvan tout kote ou pase. W ap fè dyòl près pou Dwa lèzòm ki pou respekte alòske moun ap mouri grangou ak vye maladi nan lemond antye.

Petèt ou pa sonje kiyès mwen ye men sa pa grav. Mwen pral rafrechi memwa ou. Mwen kanpe dan bann nan mitan moun ou te pran pou tèt pete yo lè ou te pèdi pwòp tèt ou nan renmen sèl ou memm ankò a. Nan grenn je ou, nou te parèt sovaj paske nou pat sanble ak ou. Ou te plante yon kwa bawon sou pwòp tè nou nan non jezikri ki wa, ou te oblije nou adore l pou nou te kapab jete sa nou te gentan genyen aloske ou t ap fè dap piyany sou yo epi sove ak yo nan gwo bato papa Asasen.

Tout sa w te toujou vle se te pou domine lemonn antye, pou tout pèp yo vin mete ajenou nan pye ou. Ou fè tout koulè zafè pou ou kanpe tankou pi gwo modèl. Pou tout moun aplike prensip ak pwatik ou yo. Fò ta di yo telman inivèsèl, nenpot moun ki pa ta dakò dwe mouri lapoula. Enbesilite k ap kòmande.

Yè nou te kwè tankou moun tout bagay te regle lè nou te fout ou deyò pòt la men jodi a, ou retounen pi rèd nan yon fenèt.

Lè n pale de fenèt la, pa egzanp nan non demokrasi w’ap bonbade epi pile tè peyi ou di lèdmi yo, ou se premye a. Anplis, vye non tankou peyi zanmi, kominote entènasyonal, ki toujou vle bay èd yo nan tann okazyon tonbe pou rasanble ONG sou teritwa a pandan yo p ap regle anyen ki pi serye, se yon lòt fenèt tou. Se te konsa ou te fè pou 12 janvye dayè. Ou antre ankò menm nan lekòl nou yo. Pa egzanp, yo anmede moun nan san rete si l fè yon fot nan lang ou a aloske anyen pa di yo anyen lè y’ap mal ekri lang manman an. Ala tray pou lakay.

Bon, pou sa ki rele sèvo nou a, an nou pa pale. Imilye pwòp tet nou devan yon lòt, sa pi mal toujou. Sa k’ap dekale kò yo pou sanble avè w la gate sa net. Ou telman ap vann nou salopri ou yo nan tele pou kras kòb, jounen jodi tout moun ap kònaye libète moun, libète moun. Epoutan, ou poko sispann ap foure bèk ou nan politik lakay. Ou pa kwè nou lib vre pou nou byen mennen kannòt nou? Pawòl la di ou pa dwe mode dwèt ki ba ou kalalou men fwanchman, pito nou te manje l tan nou t ap manje ti bonbon pwazon ou yo.

Pou n fini zanmi loksidan, detwonpe ou. Pa panse ou se lonbrit lemond antye. Nou lib pou nou pa vle mache bò kote ou.

Ou menm menm loksidan!

#Afrik / Ayiti

Pour citer ce texte :

Joseph, Djedly François. 2016. « Lettre à l’Occident d’un jeune étudiant haïtien ». In Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, sous la direction de Florence Piron, Samuel Regulus et Marie Sophie Dibounje Madiba. Québec, Éditions science et bien commun. En ligne à https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/justicecognitive1

License

Icon for the Creative Commons Attribution 4.0 International License

Lettre à l'Occident d'un jeune étudiant haïtien by Djedly François Joseph is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License, except where otherwise noted.

Partagez ce livre

Commentaires/Errata

Les commentaires sont clos.