La science ouverte, le projet SOHA : analyses et témoignages

36 La science ouverte vue par une enseignante et éducatrice Freinet du Cameroun

Antoinette Mengue Abesso

Antoinette Mengue Abesso est enseignante camerounaise, praticienne de la pédagogie Freinet. Elle a obtenu récemment une maîtrise en sciences de l’éducation de l’Université Laval.

La pédagogie Freinet

Cette approche pédagogique novatrice a été mise sur pied par Célestin Freinet, instituteur français, dans les années 1920. Ses techniques privilégient la coopération, l’engagement et le changement. La pédagogie Freinet propose de considérer l’enfant comme une « personne », comme le sujet de ses propres apprentissages. Elle permet au praticien ou à la praticienne de se questionner afin de savoir pourquoi on apprend?, qu’est-ce qu’on apprend? et comment est-ce qu’on apprend? Elle demande à l’enseignante ou l’enseignant de mettre sur pied diverses stratégies lui permettant de mieux gérer le temps, les lieux d’apprentissage, le matériel d’apprentissage pour mieux élaborer des projets avec les enfants.

Devenir éducatrice Freinet, avec le web

C’est mon contact avec la pédagogie de Célestin Freinet qui m’a conduite à m’initier aux outils de l’information et de la communication. J’ai en effet appris que la pédagogie Freinet ne s’enseigne pas, afin d’éviter que l’enseignante ou l’enseignant reste accroché-e à la théorie. Cette pédagogie se transmet plutôt par compagnonnage entre enseignants ou enseignantes, mais aussi, de plus en plus, grâce à des sites web qui présentent des travaux ou des expériences de pédagogie Freinet. À cet effet, en tant que nouvelle éducatrice Freinet, j’ai commencé à m’initier aux technologies de l’information et de la communication afin d’exploiter les sites des pédagogues Freinet et de m’inspirer des travaux de recherche pédagogiques des enseignant(e)s de la FIMEM (Fédération internationale des mouvements de l’école moderne), de l’ICEM (Institut coopératif de l’école moderne), etc. Cette petite expertise a ajouté une petite corde à mon arc. Lors des rencontres internationales des éducateurs Freinet, il est maintenant toujours prévu une salle informatique qui permet à tous et toutes d’exécuter divers travaux. Ayant été initiée par compagnonnage par l’un des webmasters d’un organisme partenaire, je suis maintenant capable de publier en ligne les comptes-rendus des petites actions du groupe Freinet camerounais.

Rechercher dans la réflexivité

Une nouvelle aventure dans mon parcours a été mon admission à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval pour un Master délocalisé à l’École normale supérieure de Yaoundé spécialisé en technologies éducatives. Cette formation m’a permis d’améliorer mes connaissances dans l’exploitation des ressources du web à travers le « web binaire », mais aussi d’apprendre à créer des sites et des blogues. J’ai alors pu créer mon propre blogue, celui du groupe camerounais de l’école moderne en pédagogie Freinet, mais aussi celui de bien d’autres structures dont je suis membre. J’ai aussi pu aider des personnes à créer leur propre blogue.

Le projet SOHA

Le colloque international organisé par Florence Piron et le projet SOHA du 25 au 27 Mai 2016 à Yaoundé sur le thème « Justice cognitive, science ouverte et valorisation des savoirs locaux » a été pour moi un grand moment d’édification. J’ai pu, grâce aux diverses interventions, comprendre que les savoirs locaux devaient être valorisés grâce aux communautés de pratique dépositaires de ces savoirs qui forment les patrimoines immatériels de nos communautés socioculturelles. Les détenteurs et détentrices de ces savoirs sont généralement considérés comme « non scientifiques » par les communautés savantes, mais leurs savoirs sont précieux et peuvent être partagés par les outils numériques et les médias sociaux.

Ma résolution est de continuer mes recherches professionnelles et académiques en exploitant les ressources en libre accès, mais aussi d’encourager les communautés locales au Cameroun à les exploiter, et les individus à publier les savoirs qu’ils détiennent à travers un agenda à établir.

Pour citer ce texte :

Abesso, Antoinette Mengue. 2016. « La science ouverte vue par une enseignante et éducatrice Freinet du Cameroun ». In Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, sous la direction de Florence Piron, Samuel Regulus et Marie Sophie Dibounje Madiba. Québec, Éditions science et bien commun. En ligne à https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/justicecognitive1

Les commentaires sont clos.