="http://www.w3.org/2000/svg" viewBox="0 0 512 512">

Libre accès aux ressources scientifiques

6 Open Access et valorisation des publications scientifiques : les défis de l’Afrique francophone

Niclaire Prudence Nkolo

Niclaire Prudence Nkolo est la coordonnatrice nationale du programme EIFL-Open Access au Cameroun. Juriste, bibliothécaire et entrepreneure, elle est intéressée par la problématique de l’Open Access en Afrique. Elle a initié et conduit de nombreux projets en faveur de l’Open Access au Cameroun, notamment la célébration de l’Open Access Week en 2015, l’adoption d’une politique nationale de l’Open Access au Cameroun et la création d’une bibliothèque numérique des thèses, mémoires et rapports des étudiants et chercheurs des universités camerounaises baptisée « THEMERATHEQUE ». En 2015, elle a été sélectionnée comme l’une des 11 jeunes leaders du Cameroun par l’ONG française Bibliothèques Sans Frontières (BSF) en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates. Elle travaille actuellement à l’Université de Yaoundé 1. Pour lui écrire : prudencenkolo4@gmail.com Sur Twitter : @Prudencenkolo

Introduction

Depuis plus d’une décennie, on assiste à la promotion du concept de l’Open Access (libre accès) en Afrique. On recense plusieurs initiatives sur le continent, notamment la tenue de l’Open Access Week au Cameroun en 2014 et 2015, en Égypte depuis 2012, ainsi que l’organisation d’ateliers nationaux ou régionaux et de journées d’études sur l’Open Access. On note également la création du portail « HAL Francophone Afrique et Océan indien » par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), le Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur (CAMES), la Conférence des recteurs des universités d’Afrique francophone et de l’Océan indien et le Réseau Interuniversitaire des Grands Lacs (RIGL).

Par ailleurs, le 27 juillet 2016, 140 archives ouvertes en libre accès en Afrique étaient répertoriées par le Directory of Open Access Repositories (OpenDOAR), 19 politiques de l’Open Access en Afrique par le Registry of Open Access Repositories Mandates and Policies (ROARMAP), ainsi que 187 revues en libre accès et 133 785 articles répertoriés en Afrique par le Directory of Open Access Journals (DOAJ). Plusieurs plateformes recensent et hébergent également un nombre important de revues africaines, notamment African Journals Online (AJOL), qui, à cette date, hébergeait 517 revues dont 208 en libre accès et contenait 119 200 articles en texte intégral, la plateforme Scielo South Africa, qui donne accès à 28 revues, ainsi que la plateforme Revues.org qui héberge 19 revues africaines. Il existe également des portails qui donnent accès gratuitement aux publications ou études sur l’Afrique, notamment Connecting Portal qui donne accès à 50 000 publications sur l’Afrique, ainsi que Africa Portal (Lau-Suchet, Defosse et Mion-Mouton 2016). Ceci témoigne de l’intérêt pour un mouvement qui prend son envol.

Le mouvement de l’Open Access en Afrique est soutenu par les bibliothécaires qui, face à l’augmentation excessive du coût d’abonnement aux bases de données et revues scientifiques et à la faible augmentation, voire la stagnation des bibliothèques, voient en l’Open Access une opportunité pouvant leur permettre de satisfaire la demande croissante des chercheurs et chercheuses. Les associations de bibliothécaires en Afrique ont ainsi signé l’initiative de Budapest sur le libre accès (Budapest Open Access Initiative) en février 2002, notamment l’Association sénégalaise des bibliothécaires, archivistes et documentalistes. Des consortia de bibliothèques universitaires ont été créés avec l’appui d’Electronic Information for Libraries (EIFL), notamment le Consortium Camerounais des Bibliothèques Universitaires et de recherche du Cameroun (COCUREL)[1], le Consortium des Bibliothèques de l’Enseignement Supérieur du Sénégal (COBES), le Consortium Algérien de l’Enseignement Supérieur, l’Egyptian Universities Libraries Consortium (EULC), le Consortium of Academic Universities of Ghana (CARLIGH), etc. Au Cameroun, afin de soutenir le libre accès, le ministère de l’Enseignement supérieur (MINESUP) a créé le Centre Interuniversitaire des Ressources Documentaires (CIRD) et le Centre Interuniversitaire de l’information technologique (CITI).

Le concept de l’Open Access

Il convient de rappeler ici que la littérature en libre accès est numérique ou électronique et accessible gratuitement sur un serveur en ligne, libre de certains droits d’auteur (autorisations) et des restrictions de licences. C’est la connexion Internet et le consentement des auteurs ou titulaires du copyright qui rendent possible la diffusion des résultats de la recherche en Open Access. Cela suppose que les auteurs accordent aux lecteurs le droit de copier, télécharger, imprimer, distribuer, traduire dans une langue et réutiliser ces œuvres. Notons ici que lorsque seules les barrières financières sont levées, on parle de gratis Open Access et si certaines permissions sont accordées aux lecteurs au préalable, on parle cette fois de libre Open Access. Le libre Open Access est le modèle qui se rapproche le plus de la définition de l’Open Access[2] fournie dans les trois textes fondamentaux du mouvement : l’Initiative de Budapest sur le libre accès (BOAI), les déclarations de Bethesda et de Berlin sur le libre accès[3]. Le libre accès est donc compatible avec les droits d’auteur, car le consentement de l’auteur et le choix des permissions accordées est requis à l’avance. Le libre accès est aussi compatible avec tout type de peer review mis en place par certaines revues scientifiques. Cependant, le libre accès ne signifie pas l’accès universel à la connaissance, car certaines barrières peuvent subsister, notamment la langue de publication, la politique de censure mise en place par certains employeurs, l’accès à la connexion Internet et la maîtrise de l’usage des TIC (Suber, 2012 : 26).

Il existe deux voies pour la valorisation des publications scientifiques : la voie verte (Green Road) et la voie dorée (Gold Road). La voie verte concerne l’auto-archivage des publications scientifiques par leurs auteurs ou auteures dans une archive ouverte pouvant appartenir à une institution comme une université ou un laboratoire, ou à une discipline comme la physique ou l’économie. Il est possible d’auto-archiver les manuscrits, les versions preprint et postprint. Les auteurs peuvent archiver la version preprint de leurs travaux de recherche sans avoir besoin d’une autorisation d’une tierce personne et la majorité des revues autorisent les auteurs à archiver les versions postprint. La personne qui dépose un document dans une archive ouverte doit être titulaire des droits d’auteur ou recevoir l’accord des titulaires, surtout dans le cas des articles déjà publiés dans une revue avec peer review. La voie dorée concerne la publication des articles scientifiques dans des revues en libre accès avec peer review. Il existe d’autres outils ou moyens de valorisation des publications scientifiques, notamment les bibliothèques numériques ou virtuelles, blogs, sites web ou presses universitaires.

Avantages de l’Open Access

Le libre accès offre de nombreux avantages pour les auteurs et auteures de publications scientifiques, les lecteurs et lectrices, les bibliothèques, les établissements qui financent la recherche et les institutions universitaires. L’Open Access permet aux auteurs et auteures de rendre leurs travaux populaires et d’étendre leur audience au niveau mondial. En fait, « l’Open Access rend les travaux de recherche plus populaires que ne le fait l’édition conventionnelle. Il peut assurer la promotion des œuvres en vente et amener les personnes à demander les copies en vente » (Lau-Suchet, Defosse et Mion-Mouton, 2016). Ceci leur permet de partager leurs idées et découvertes avec la communauté scientifique et leurs pairs qui finissent souvent par les reconnaître comme experts dans leur domaine. La traduction des publications scientifiques dans une langue étrangère rend plus populaire l’œuvre en question. Autrement dit, plus une publication scientifique est lue, plus son auteur ou auteure acquiert une renommée internationale. Les auteurs et auteurs peuvent également bénéficier d’une promotion dans leur institution grâce aux articles publiés dans des revues avec peer review.

Les lecteurs et lectrices bénéficient de la facilité et de la gratuité d’accès à la connaissance et aux résultats de la recherche. Lorsque la publication est sous licence Creative Commons, ils et elles ont également le droit de réutiliser les travaux consultés sans demander une permission préalable à l’auteur ou l’auteure de l’œuvre et sans aucun paiement. L’Open Access permet aux bibliothèques de satisfaire la demande documentaire de leurs usagers et usagères. Dans les pays du Nord, des institutions de plus en plus nombreuses exigent que les résultats des travaux qu’elles financent soient diffusés en libre accès pour le bénéfice de toute la communauté scientifique et de la société en général.

Les universités dont les chercheurs et chercheuses diffusent les travaux en libre accès et qui créent en leur sein des outils de valorisation des résultats de la recherche, notamment une archive institutionnelle ou une bibliothèque numérique, acquièrent une renommée internationale au point de figurer dans le top 100 des meilleures universités du monde. Rappelons à ce sujet que les pays africains ont encore du mal à faire parti du top 5 des meilleures universités du monde, un classement aujourd’hui détenu par les universités nord-américaines à la tête desquelles trône la Harvard University (États-Unis). En Afrique, le top 5 est occupé exclusivement par les universités sud-africaines. Par ailleurs, les universités des pays africains anglophones dominent largement le classement au détriment des pays d’Afrique francophone, car elles ont acquis une grande notoriété au niveau international grâce à leur présence et visibilité sur le web et au développement des stratégies et outils en faveur de l’Open Access. En Afrique subsaharienne francophone, le top 5 est occupé par l’Université Cheick Anta Diop de Dakar (UCAD) (Sénégal), l’Université d’Abomey Calavi (Bénin), l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso), l’International Institute for Water and Environmental Engineering (Burkina Faso) et l’Université de Dschang (Cameroun)[4]. Trois université émergent actuellement au Cameroun : l’Université de Dschang, l’Université de Yaoundé 1 et l’Université de Douala[5].

Cependant, bien que l’Open Access soit devenue une réalité dans de nombreux pays africains, notamment dans les pays anglo-saxons, la situation est encore assez complexe dans les pays francophones. L’Open Access ne semble pas encore bien s’épanouir dans ces pays du fait de nombreux obstacles. Promouvoir l’Open Access dans les pays d’Afrique francophone nécessite de relever un certain nombre de défis. Quels sont les défis à relever dans les pays d’Afrique francophone pour assurer la valorisation des publications scientifiques en Open Access?

Pour mener notre recherche, nous avons utilisé la technique documentaire en consultant la littérature sur des sujets similaires. Afin d’avoir quelques données statistiques relatives au développement actuel d’entrepôts d’archives ouvertes, des revues en libre accès, des politiques de l’Open Access et de connaître la situation de l’Open Access en Afrique, nous avons également consulté le site du Directory of Open Access Journals (DOAJ), du Directory of Open Access Repositories (OpenDOAR), du Directory of Open Access Book (DOAB), du Global Open Access Portal (GOAP) de l’UNESCO et de nombreux rapports sur l’Open Access et les problèmes liés à l’accès à l’information en Afrique en particulier dans les pays d’Afrique francophone. Nous nous sommes également appuyés sur notre expérience personnelle au Cameroun dans le cadre de la gestion et coordination du Programme EIFL-Open Access sur le triangle national en collaboration avec COCUREL. Cependant, nous ne prétendons pas avoir épuisé toutes les sources d’information ni avoir élucidé la problématique des défis de l’Open Access en Afrique francophone de fond en comble.

Le but de cette étude est de montrer que le niveau de développement de l’Open Access dans les pays occidentaux et les pays africains anglo-saxons est plus élevé que dans les pays d’Afrique francophone. Ce retard des pays de l’Afrique francophone ne pourra être rattrapé que si certains défis majeurs sont relevés. Ainsi, pour assurer la promotion de l’Open Access en Afrique francophone, il faut nécessairement accroître la pénétration d’Internet, introduire des politiques et stratégies en faveur de l’Open Access au niveau des gouvernements et des institutions africaines et développer des entrepôts d’archives ouvertes, de revues électroniques en Open Access et d’autres outils de valorisation des publications scientifiques.

Accroître la pénétration d’Internet et introduire des politiques et stratégies en faveur de l’Open Access au niveau des gouvernements et des institutions africaines

Afin de promouvoir l’Open Access dans les pays de l’Afrique francophone, il est nécessaire aujourd’hui d’accroître la pénétration d’Internet et d’introduire des stratégies et politiques nationales et institutionnelles en faveur de l’Open Access.

Accroître la pénétration d’Internet en Afrique francophone

Internet est aujourd’hui un moyen utilisé par de nombreuses personnes à travers le monde afin de valoriser leurs savoirs et accéder à l’information scientifique et technique. L’accès à Internet est une réalité dans tous les continents, mais le taux de pénétration n’est pas le même partout. Plusieurs indicateurs permettent de déterminer le niveau de développement d’Internet sur un continent ou un État : le nombre de fournisseurs d’accès Internet, le nombre d’abonnés à des services Internet, le nombre de serveurs Internet, le nombre d’hôtes Internet connectés, la capacité de la bande passante, le coût de la consommation locale (Mimouni, 2001 : 17). Au regard de ces indicateurs classiques, il est évident que le taux de pénétration d’Internet en Afrique est encore très faible, particulièrement dans les pays d’Afrique subsaharienne francophone. En fait, 28 États d’Afrique francophone[6] ont taux de pénétration d’Internet n’atteignant pas 10 %, parmi lesquels figurent les pays africains les plus peuplés : l’Éthiopie avec 94 millions d’habitants, la RDC avec 68 millions d’habitants et la Tanzanie avec 49 millions d’habitants (Assogba, 2015).

En 2016, 349 000 000 Africains utilisent activement le réseau Internet, soit un taux de pénétration de 29 % et une augmentation de 14 % par rapport à 2015 (15 %). Par ailleurs, 129 000 000 de personnes utilisent les réseaux sociaux en Afrique, soit un taux de pénétration de 11 % et une augmentation de plus de 25 % en un an. Parmi ces 129 millions d’africains, 102 millions accèdent aux réseaux sociaux à partir de leur téléphone mobile, ce qui représente une augmentation de plus de 20 % et un taux de pénétration de 8 % (UIT, 2016). Suivant les statistiques de Facebook en juillet 2016, 126 785 000 africains sont des utilisateurs de Facebook, la majorité provenant des pays anglo-saxons (Nigéria, Afrique du Sud, Kenya, Ghana) et des pays arabes (Égypte, Tunisie, Maroc). Le top 5 de ce classement Facebook est occupé par l’Égypte, le Nigéria, l’Afrique du Sud, l’Algérie et le Maroc. Le Cameroun a, quant à lui, été classé au 17e rang des plus actifs sur Facebook (Journal de la cité, 2016).

Cet état des choses s’explique par le manque d’engagement des politiques dans le secteur, l’absence d’une libéralisation et d’ouverture du marché dans certains pays africains, l’absence d’électricité dans certaines zones rurales, le produit intérieur brut (PIB), le revenu par habitant encore faible en Afrique, la non pénétration des lignes de la fibre optique provenant des câbles sous-marins à l’intérieur du territoire en se limitant aux côtes, l’enclavement de certains pays sans littoral et la dépendance aux connections par satellite pour avoir accès au réseau Internet. En effet, 80 % de l’accès à Internet est assuré par la connexion par satellite (Wadvalla, 2008).

La situation est encore plus compliquée pour les pays enclavés où l’accès à la fibre optique n’est pas toujours assuré, car les câbles sous-marins passent souvent le long des côtes en reliant plusieurs pays. C’est le cas du câble sous-marin African Coast to Europe (ACE) long de 17 000 km devant connecter 18 pays africains et reliant la France à l’Afrique. Par conséquent, la bande passante est faible, certaines zones n’ont pas accès au haut débit et le coût d’accès à Internet est encore très élevé en Afrique par rapport à l’Asie, l’Europe ou l’Amérique. Par exemple, en 2001, un compte Internet à faible débit de 5 heures par mois coûtait 60 dollars en Afrique, tandis qu’aux États-Unis un compte Internet à haut débit de 20 heures par mois ne coûtait que 29 dollars incluant la redevance téléphonique (MIMOUNI, 2001 : 21). Au Cameroun, un compte Internet à faible débit de 5 heures de connexion Internet coûte 1 000 francs CFA dans les zones urbaines et les grandes métropoles comme Douala et Yaoundé et coûte le double dans les zones rurales.

L’une des solutions à ce problème serait la libéralisation et l’ouverture du secteur afin de permettre à de nouveaux fournisseurs de service Internet de s’implanter dans le pays et susciter ainsi une sorte de concurrence. Au Cameroun, l’arrivée d’autres opérateurs privés et étrangers de téléphonie mobile comme Orange, MTN ou Nextel a favorisé la concurrence et entrainé une baisse des coûts d’accès à Internet. Avec 50 francs CFA, il est possible d’obtenir 50Mo d’Internet pendant deux heures avec Orange Cameroun; avec 100 francs CFA, il est possible d’obtenir 100Mo d’Internet pendant trois jours avec MTN. La Cameroon Telecommunication (CAMTEL) offre également des forfaits Internet aux abonnés. Ainsi, en développant le secteur des télécommunications, on augmente considérablement l’accès à l’Internet, car le mobile est de plus en plus utilisé comme moyen d’accès surtout par les jeunes et les chercheurs africains en général. Néanmoins, il ne faut pas compter uniquement sur la concurrence pour augmenter le taux de pénétration de l’Internet en Afrique.

Pour rattraper le retard accusé par l’Afrique concernant la pénétration d’Internet, il faut connecter le continent à la fibre optique et lancer d’autres initiatives. Sur ce point, rappelons qu’il y a deux projets de mise en service de deux câbles sous-marins : le Projet West Africa Cable System (WACS) et le Projet African Coast to Europe (ACE). WACS a été construit par le Groupe Alcatel-Lucent et part de la France pour relier dix pays africains à la fibre optique. Ce câble, long de 1 400 km, s’étend sur la côte ouest africaine et a été mis en fonction le 11 mai 2012. ACE, quant à lui, est l’un des câble les plus rapides avec une capacité de 5,12Tbits/s, ce qui équivaut à l’acheminement de 370 millions d’appels téléphoniques. Il a également été mis en place en 2012 et reliera, à terme, au moins 18 pays africains dont les États côtiers et certains États enclavés comme le Mali et le Niger (AFD, AUF, Orange et UNESCO, 2015 : 41).

Aujourd’hui, il existe de nouvelles voies d’accès à Internet pouvant être explorées par les pays africains, notamment les « ballons de Google », les « drones Facebook » ou encore le Projet européen « ABSOLUTE ». En fait, en juin 2013, Google a annoncé le lancement d’un nouveau programme baptisé « LOON » ayant pour but de faciliter l’accès à Internet dans les zones enclavées d’Afrique. Le projet des « Ballons Google » consiste à envoyer des ballons gonflables dans la stratosphère afin d’assurer la connexion à Internet. En mars 2014, Facebook a annoncé le lancement du projet « Drones Facebook ». Ces drones « atmosats » fonctionnent comme des satellites placés en suspension près de la terre. Le Projet européen Aerial Base Stations with Opportunistic Links for Unexpected and Temporary Events (ABSOLUTE), ayant reçu le prix Best paper lors de la 5e Conférence internationale sur les services par satellite à caractère personnel, est un réseau de communication sans fil développé sous la direction du Groupe Thalès en 2012, facile à déployer en cas d’urgence lors d’événements inattendus.

Il convient également d’introduire des politiques nationales et institutionnelles de l’Open Access dans les pays africains et dans les institutions qui n’en ont pas encore.

Introduire des politiques et stratégies en faveur de l’Open Access au niveau des gouvernements et des institutions africaines

Afin de promouvoir le libre accès en Afrique, il est important d’introduire des politiques et stratégies en faveur du libre accès au niveau des institutions, notamment dans les universités, ainsi qu’au niveau national. L’initiative de Budapest sur le libre accès (BOAI) recommande aux institutions d’enseignement supérieur de se doter d’une politique du libre accès afin d’assurer que leurs enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses déposeront les articles validés par les pairs dans l’archive ouverte institutionnelle et que les étudiants et étudiantes en cycle de recherche y déposeront les thèses et mémoires acceptés par l’institution. Afin d’assurer l’efficacité de cette politique, il est recommandé aux institutions universitaires disposant d’une archive institutionnelle d’exiger le dépôt des articles déjà validés par les pairs et pouvant être utilisés pour la promotion, la titularisation, l’évaluation ou l’examen interne des chercheurs. La BOAI recommande également aux organismes de financement de la recherche de se doter d’une politique permettant d’assurer le dépôt obligatoire des résultats des travaux qu’ils financent (Budapest Open Access Initiative, 2002). L’UNESCO encourage également l’adoption des politiques en faveur de l’Open Access et participe aux initiatives de ce genre.

Malheureusement, il n’existe à l’heure actuelle aucune politique du libre accès dans de nombreux pays africains. En effet, sur les 800 politiques du libre accès répertoriées par le Registry of Open Access Repositories Mandates and Policies (ROARMAP) le 27 juillet 2016, seules 19 politiques du libre accès ont été adoptées en Afrique contre 472 en Europe, 199 en Amérique, 49 en Asie et 40 en Océanie. Parmi ces 19 politiques, on en recense 8 en Afrique australe (Afrique du Sud exclusivement), 7 en Afrique orientale (Kenya : 5 et Zimbabwe : 2), 2 en Afrique du Nord (Algérie) et 2 en Afrique occidentale (Ghana et Nigéria). Aucune politique du libre accès n’est enregistrée en Afrique centrale.

Remarquons que les pays francophones accusent un retard considérable par rapport aux pays anglo-saxons. L’Afrique du Sud domine les autres pays africains avec 8 politiques de l’Open Access. De nombreux pays africains, dont le Cameroun, le Gabon, la RCA, le Sénégal ou encore la Côte d’Ivoire, n’enregistrent aucune politique de libre accès. La situation est alarmante au regard du nombre de politiques adoptées aux États-Unis (131), en Grande Bretagne (118), en Espagne (32), en Allemagne (28), au Canada (27), en France (21), au Brésil (18),en Inde (14), en Indonésie (11), au Japon (6) et en Chine (4). Néanmoins, il existe un projet d’adoption d’une politique commune de l’Open Access au Cameroun initié en 2015 par la coordinatrice du programme EIFL-Open Access au Cameroun, Niclaire Prudence Nkolo. Ce projet sera financé par EIFL et mis en œuvre par COCUREL sous la coordination de la coordinatrice du programme EIFL-Open Access au Cameroun.

Il existe pourtant plusieurs modèles de politiques du libre accès. Il peut s’agir de l’instauration d’un mandat obligatoire de dépôt des articles issus des recherches financées par les organismes de financement de la recherche. Le premier mandat obligatoire a été adopté par les Institute of Health (NIH) américaines en 2008. Il exige des chercheurs et chercheuses de déposer leurs articles, dans un délai maximum de 12 mois à compter de leur parution, dans l’archive PubMed Central. Par conséquent, les auteurs doivent tenir compte de cette exigence lorsqu’ils signent des contrats d’édition avec des éditeurs. Le temps d’embargo demandé par l’éditeur doit être compatible avec l’exigence de l’organisme qui a financé la recherche. C’est le modèle adopté par les États-Unis à travers un Mémorandum de la maison Blanche le 22 février 2013 s’adressant à toutes les agences fédérales de recherche.

Le deuxième modèle est celui des institutions[7] qui emploient ou forment les chercheurs et chercheuses. Sous réserve du respect de la loi sur la propriété intellectuelle, ces institutions exigent souvent aux chercheurs de déposer leurs articles déjà validés par les pairs, ainsi que les thèses et mémoires déjà acceptés par l’institution dans l’archive institutionnelle. Le troisième modèle est celui de l’intégration des mesures nationales législatives en faveur du libre accès. Le cadrage de l’Open Access par la loi est l’option choisie par l’Italie, l’Allemagne et la France, notamment, à travers le projet de loi « Pour une République numérique » adopté par l’Assemblée Nationale le 26 janvier 2016 et par le Sénat français le 3 mai 2016.

Développer des entrepôts d’archives ouvertes et autres outils de valorisation des publications scientifiques

Afin de valoriser les publications scientifiques des auteurs africains, il est important aujourd’hui de développer les outils tels que les archives ouvertes et les revues électroniques en libre accès, les bibliothèques numériques et les blogs.

Développer des entrepôts d’archives ouvertes et des revues électroniques en libre accès

À la suite de l’Initiative de Budapest sur le libre accès de février 2002, il existe deux voies de valorisation des publications scientifiques : la voie verte (Green Road) et la voie dorée (Gold Road). La voie dorée concerne la diffusion des articles scientifiques dans les revues en libre accès (Open Access Journals). La voie verte vise, quant à elle, le dépôt des publications scientifiques dans une archive ouverte.

Au fil des années, le nombre d’archives ouvertes à travers le monde a augmenté, mais l’Afrique demeure en retard. En date du 27 juillet 2016, 140 archives ouvertes ont été répertoriées en Afrique par OpenDOAR, contre 1434 en Europe. Les pays anglo-saxons d’Afrique comptent plus d’archives ouvertes que les pays d’Afrique francophone. Par exemple, l’Afrique du Sud possède 31 archives ouvertes, le Kenya 23, le Nigéria 18, la Tanzanie 11, le Zimbabwe 9, comparativement à 2 au Sénégal, 1 au Maroc, 1 au Cameroun[8] et 2 en Éthiopie. La situation est nettement meilleure en Europe et en Amérique : 478 aux États-Unis, 245 en Grande-Bretagne, 196 au Japon, 192 en Allemagne, 119 en Espagne, 118 en France, 98 en Italie, 91 au Brésil, 74 au Canada, 59 à Taïwan, 55 en Indonésie et 39 en Chine.

Le problème majeur du développement des archives ouvertes et des revues en libre accès est celui du financement de leur création et pérennisation. La création d’une archive ouverte a un coût et il faudra encore assurer la pérennisation de celle-ci. L’Open Access encourage le financement en amont et la gratuité d’accès en aval. Le budget alloué aux bibliothèques universitaires dans les pays africains est tellement bas qu’il ne permet pas souvent la réalisation de ce genre de projets de grande envergure. Également, il est difficile de trouver des organismes qui acceptent de financer de tels projets. Par ailleurs, il faut trouver un modèle de financement pour assurer la pérennisation du projet : l’institution qui porte le projet prend en charge le financement total de la création d’une archive ouverte ou recherche un financement extérieur.

Il en va de même en ce qui concerne le développement des revues en libre accès en Afrique. En date du 27 juillet 2016, sur les 9 150 revues en libre accès et les 2 242 915 articles répertoriés par DOAJ, l’Afrique compte 187 revues et 133 785 articles en libre accès. Le Cameroun enregistre 2 revues[9] et 142 articles en libre accès[10], l’Algérie compte 7 revues et 2 097 articles dont 43 ont été publiés dans BioMed Central, le Sénégal 806 articles dont 110 ont été publiés dans BioMed central et 134 dans PLoS, le Tchad 853 articles. Pourtant, de nombreux articles scientifiques sont rédigés par les Africains et des Africaines, mais ils sont le plus souvent publiés dans des revues étrangères. L’absence de revues en libre accès dans leur région et la renommée des revues étrangères pourrait justifier cette situation.

Il existe toutefois un problème pour la création des archives ouvertes, c’est-à-dire une difficulté à financer la production des revues pour qu’elles soient en libre accès. Il est recommandé d’utiliser une méthode alternative dans ce cas en utilisant des modèles économiques : le modèle classique du « lecteur-payeur » ou le modèle innovant de l’ « auteur-payeur » qui parait plus approprié au libre accès. Dans le modèle classique, les revues sont en vente et offrent une possibilité d’abonnement pour les individus et les institutions, notamment les bibliothèques. Dans le modèle innovant, les frais de publications (Article processing Fees) sont à la charge des auteurs et auteures, de leur institution ou de l’organisme qui financent leurs travaux de recherche. Rappelons ici que de nombreux organismes de financement de la recherche exigent ou encouragent les auteurs et auteures à rendre leurs travaux accessibles en libre accès. Au final, l’auteur ou l’auteure d’un article n’est pas toujours la personne qui paie pour sa diffusion en libre accès. Les frais de publication des articles varient d’une revue à une autre. Par exemple, BioMed Central exige 1 700 dollars américains aux auteurs pour la publication d’un article, PLoS ONE demande 1 250 dollars américains par article, PLoS Biology demande 2 500 dollars américains Springer demande 3 000 dollars américains, tandis que la revue Atmospheric Chemistry and Physics (ACP) exige entre 23 à 68 dollars américains par page en fonction du travail à faire sur le manuscrit avant la publication de l’article (Gradmann, 2008 : 47).

En dehors des archives ouvertes et des revues en libre accès, il existe d’autres outils de valorisation des publications scientifiques, notamment les bibliothèques numériques et les blogs.

Créer les bibliothèques numériques et les blogs

Les bibliothèques numériques et les blogs constituent d’autres outils et moyens de valorisation des publications scientifiques. Leur création est vivement recommandée au sein des bibliothèques universitaires et des bibliothèques des établissements de culture publics ou privés. La création des bibliothèques numériques n’est pas encore très populaire en Afrique. On note néanmoins quelques initiatives africaines. Au Sénégal, nous pouvons citer les collections des bibliothèques numériques du Sénégal dont la Bibliothèque SIST Sénégal, la collection de la Bibliothèque Universitaire de l’Université Cheick Anta Diop du Sénégal (BUCAD), la collection de l’École Inter États des Sciences et de Médecine Vétérinaire de Dakar (EISMV), la collection de l’Institut d’Ontolo-stomatologie (IOS), la collection de l’Institut Sénégalais de Recherche agricole (ISRA), la collection de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), la collection du Programme du Troisième Cycle Interuniversitaire (PTCI) d’économie de Dakar, ainsi que la collection de la Conférence des Instituts d’enseignement de la recherche économique et de gestion en Afrique (CIEREA). On recense également des initiatives similaires en Afrique du Nord, notamment le Maghreb Virtual Science Library (MVSL), l’ Arabic Digital Library, le Memory of Modern Egypt (Digital Library of the Modern History of Egypt) ou encore le projet e-Omed (espace numérique ouvert pour la Méditerranée).

Au Cameroun, depuis le fameux discours du Président Paul Biya à la jeunesse à l’occasion de la célébration du cinquantenaire ou jubilé d’or de la fête nationale de la jeunesse, le 10 février 2016, le gouvernement, la presse et les médias, ainsi que les opérateurs économiques, ne cessent de faire la promotion de « l’économie du numérique ». Le gouvernement camerounais est désormais conscient de l’importance du développement du numérique pour améliorer le système éducatif, valoriser le savoir et la production scientifique camerounaise, la promotion de la culture camerounaise, etc. Deux jeunes leaders BSF du Cameroun ont également lancé deux projets dans ce sens : le projet de création d’une bibliothèque numérique de l’Institut Français du Cameroun, lancé par la jeune leader Carole Kameni, ainsi que le projet THEMERATHEQUE consistant à créer une bibliothèque numérique des thèses, mémoires et rapports produits dans les universités camerounaises, lancé par la leader Niclaire Prudence NKOLO. Le projet THEMERATHEQUE est appelé à devenir, dans l’avenir, une plateforme continentale de la littérature grise africaine en libre accès sous la licence Creative Commons.

Tout comme les archives ouvertes et les revues électroniques en libre accès, la création des bibliothèques numériques a un coût significatif et un coût supplémentaire relatif à la pérennisation du projet. La difficulté majeure demeure le financement de ces projets de grande envergure. C’est pourquoi il faut élaborer un bon plan d’affaires permettant d’assurer la pérennité de ces initiatives.

Conclusion

Au final, après une analyse de la situation de l’Open Access en Afrique, on constate que ce continent accuse un grand retard par rapport aux pays occidentaux. La situation de l’Open Access dans les pays africains francophones est plus inquiétante que dans les pays anglo-saxons. De nombreuses barrières à la promotion de ce nouveau concept subsistent. Aussi était-il était logique de se demander quels étaient les défis que l’Afrique francophone devrait relever pour assurer la valorisation en Open Access des publications scientifiques.

Notre étude suggère d’accroître la pénétration d’Internet en Afrique, d’introduire des politiques et stratégies en faveur du libre accès, de développer des archives ouvertes et des revues électroniques en libre accès, ainsi que de créer des bibliothèques numériques et des blogs. Au lieu de publier à l’étranger, les chercheurs et chercheuses pourront trouver au sein même de l’Afrique un espace où valoriser leurs publications scientifiques grâce au développement des outils en libre accès.

Cependant, si ces différents outils sont aujourd’hui reconnus importants, un défi quant au financement de leur développement et de leur pérennisation subsiste. Face à la rareté du financement du développement des outils en Open Access, quel modèle économique faudra-t-il mettre en œuvre pour couvrir les coûts de leur création et pérennisation?

Références

Agence Française de Développement, Agence Universitaire de la Francophonie, Orange, UNESCO. 2015. Le numérique au service de l’éducation en Afrique. In Savoirs communs n°17.

Assogba, Christophe. 2015. « Le taux d’accès à Internet reste faible en Afrique ». http://m.scidev.net.afrique-sub-saharienne/communication/actualités/taux-acces-Internet-faible-afrique.html

Chartron, Ghislaine. 2016. « Stratégie, politique et reformulation de l’Open Access ».In Les cahiers de revues.org K:\OA\Stratégie, politique et reformulation de l’Open Access.html

Chedjou Kamdem, 2016. État des lieux d’Internet et des réseaux sociaux en Afrique. http://histoiresdecm.com/2016/02/04/etat-des-lieux-des-reseaux-sociaux-en-Afrique

Lau-Suchet, Soline, Marine Defosse et Fanny Mion-Mouton. 2016. « Open Access et ressources en libre accès sur le continent africain ». http://www.bulac.hypotheses.org/3615

Gouzi, Françoise. 2016. Loi « République numérique » : Focus sur l’accès aux résultats de la recherche publique.

Gradmann, Stefan. 2008. « Financing Open Access Models» in European Commission and UNESCO. Open Access: Opportunities and challenges. A Handbook.

Mimouni, Omar. 2001. L’Internet en Afrique : mise en évidence du raccourci technologique et étude d’impact. Mémoire de Maîtrise en sciences économiques. Montréal : Université du Québec.

Nightingale, Katherine.2009. « Internet en zones rurales-Pas en ligne mais toujours connecté ». http://m.scidev.net/afrique-sub-saharienne/fosse-numerique/article-de-fond/Internet-en-zones-rurales-pas-en-ligne-mais-toujou.html

Rubow, Lexi, Rachael Shen, Brianna Schofield and Samuelson Law. 2015. Understanding Open Access. When, why and how to make your work Openly Accessible. Authors Alliance

Suber, Peter. 2012. « Open Access ». The MIT Press Essential knowledge series, Cambridge, London: Massachusetts Institute of Technology

Tempest, David. 2013. «Open Access in Africa: changes and challenges». https://www.elsevier.com/connect/open-access-in-africa-changes-and-challenges

UNESCO. «Overview of Open Access in Africa».www.unesco.org/new/en/communication-and-information/portals-and-platforms/goap/

UNESCO. 2016. « Libre accès à l’information scientifique ». www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/access-to-knowledge/open-access-to-scientific-information

Velterop, Johannes (Jan) J M. 2005. Open Access Publishing and Scholarly Societies. A guide. Open Society Institute

Wadvalla, Bibi-Aisha. 2008. « L’Afrique toujours dépendante des satellites pour l’accès à l’Internet ». http://m.scidev.net/afrique-sub-saharienne/tic/actualites/l-afrique

Pour citer ce texte :

Nkolo, Niclaire Prudence. 2016. « Open Access et valorisation des publications scientifiques : les défis de l’Afrique francophone ». In Justice cognitive, libre accès et savoirs locaux. Pour une science ouverte juste, au service du développement local durable, sous la direction de Florence Piron, Samuel Regulus et Marie Sophie Dibounje Madiba. Québec, Éditions science et bien commun. En ligne à https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/justicecognitive1


  1.  Les activités du COCUREL bénéficient du soutien du MINESUP, notamment la promotion de l’Open Access à travers la tenue de l’Open Access Week au Cameroun et d’autres initiatives similaires.
  2. Les travaux de recherche non diffusés en Open Access sont diffusés en Toll Access.
  3. La doctrine à ce sujet parle souvent des BBB Declarations on Open Access.
  4. Voir le classement du Cybermetrics Labs des Universités mondiales de 2015 et autres classements similaires (Web Ranking, Impact Rank and Openness Rank).
  5. 4 International Colleges and Universities (4 ICU), ranking de l’Australie publié en 2015.
  6. Bénin, Burkina Faso, Burundi, Côte d’Ivoire, Cameroun, Comores, Congo, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Guinée, Guinée Bissau, Lesotho, Libéria, Mali, Madagascar, Niger, RDC, RCA, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Tchad, Tanzanie, Togo.
  7. Les universités et les laboratoires.
  8. Eprint Campuce créée par l’Association camerounaise Campuce.
  9. Cameroon Journal of Studies in the Commonwealth et la revue SHS de la Faculté de Médecine de l’Université de Yaoundé 1.
  10. Les articles camerounais les plus lus proviennent de ces institutions : Banso Baptist Hospital, Hôpital de Bonassama, Care International in Cameroon, Cameroon Psychology Forum, Fondation Chantal Biya, CNPS Hospital, Centre Pasteur du Cameroun, Hôpital Général de Douala, Holy Trinity Foundation Hospital, Institut National de la Cartographie, Institut of Medicinal Plants, Studies, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Organisation de coopération pour la lutte contre les endémies en Afrique Centrale, Hôpital protestant, Research Foundation for Tropical Diseases and the Environment, St Mary Soledad Catholic Hospital, Tropical Medecine Research Station, Université de Buéa, Université de Douala, Université de Dschang, Université de Ngaoundéré, Université de Yaoundé 1, Centre Hospitalier Universitaire (CHU), Virology Laboratory (CRESAR/IMPM/IR).

License

Icon for the Creative Commons Attribution 4.0 International License

Open Access et valorisation des publications scientifiques : les défis de l’Afrique francophone by Niclaire Prudence Nkolo is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License, except where otherwise noted.

Partagez ce livre

Commentaires/Errata

Les commentaires sont clos.