21 Sheila Watt-Cloutier (1953-), Nunavik

Lisa Billiard

watt-cloutier

À la fois Québécoise et Inuit, Sheila Watt-Cloutier est une femme engagée pour l’environnement. Activiste écologiste depuis 20 ans, elle souhaite faire face aux problèmes sociaux et environnementaux comme les polluants organiques persistants dans l’environnement et les changements climatiques qui finissent par toucher son peuple, le peuple Inuit. Elle fut une représentante politique pour les Inuits à tous les niveaux (régional, national et international) et plus récemment présidente internationale du Conseil circumpolaire inuit. Sa force d’engagement et sa détermination pour préserver l’environnement du peuple inuit est exemplaire. Elle représente l’union de deux peuples qui doivent s’écouter mutuellement pour vivre ensemble tout en respectant l’environnement : les Québécois et les Autochtones. Car, comme elle le dit si bien, « la planète et ses habitants ne forme qu’un ». Elle est devenue l’une des plus influentes défenseures de l’homme, de la femme et de l’environnement dans le monde, mais plus précisément pour les droits économiques, sociaux et culturels des Inuits de l’Arctique.

Enfance et parcours scolaire

Mme Watt-Cloutier est née à Kuujjuaq, au nord du Québec. Elle fut alors élevée dans la tradition de chasse et de pêche inuit dans une communauté côtière de la région du Nunavik. Elle n’avait que son père et sa grand mère pour l’éduquer, sa mère étant décédée. Pendant les dix premières années de sa vie, elle se déplaçait sur un traîneau de chiens et ne parlait pas un mot d’anglais jusqu’au jour où elle rentra à l’école en Nouvelle-Écosse et, par la suite, au Manitoba (Churchill). Un peu plus tard, elle étudia la psychologie et la sociologie à l’Université McGill à Montréal.

Désir d’engagement et entrée dans la sphère professionnelle

Au début de sa carrière professionnelle, elle devint traductrice et interprète en Inuktitut dans un hôpital du Nunavik afin d’améliorer la vie et les conditions de santé et d’éducation dans les collectivités autochtones, ce qui montrait déjà son désir d’engagement envers sa communauté. Elle souhaitait faire une refonte du système de l’éducation au Nunavik pour le rendre plus efficace. Elle devint ensuite conseillère en éducation et en soins de santé, puis, en 1995, secrétaire exécutif de la société Makivik qui supervise les revendications territoriales des Inuits, y compris l’accord de la Baie James et du Nord québécois.

C’est en constatant l’influence de la pollution et du réchauffement climatique sur le mode de vie traditionnel des Inuits qu’elle s’engagea véritablement dans la lutte écologique. Sheila Watt-Cloutier voulut enseigner au monde, de sa voix forte, que le changement climatique et les droits humains sont interreliés. Selon elle, ce qui lui a donné la force de se battre autant dans ses engagements serait les nombreuses pertes familiales qu’elle avait vécue dans sa jeunesse.

Au cours des années qui suivirent, Sheila Watt-Cloutier devint un personnage public à l’échelle canadienne et internationale en participant au Conseil circumpolaire inuit, un organisme non gouvernemental international qui représente plus de 155 000 Inuits du Canada, de l’Alaska (États-Unis), du Groenland et du Chukotka (Russie). Elle sera présidente du CCI Canada de 1995 à 2002, puis présidente du CCI international de 2002 à 2006. Elle a pu donc forger de solides aptitudes de bonne communicante.

Projets principaux

Un de ses principaux projets fut la Convention de Stockholm en 2001. Aux côtés d’une coalition de peuples autochtones, Sheila Watt-Cloutier s’est battue pour obtenir cette convention sur les polluants organiques persistants, afin de les interdire pour stopper la contamination de l’Arctique et protéger la santé des Inuits qui se nourrissent de la pêche. La Convention fut finalement adoptée le 17 mai 2004 et à l’heure actuelle, 179 pays l’ont ratifiée, ce qui constitue une grande victoire.

Le 7 décembre 2005, sur la base des conclusions de l’Arctic Climate Impact Assessment, elle a déposé une pétition, avec 62 chasseurs inuits, à la Commission interaméricaine des droits de l’homme, alléguant que les émissions non contrôlées de gaz à effet de serre par les États-Unis violaient la Déclaration américaine des droits et devoirs de l’Homme. Ce fut une requête très audacieuse, ce qui ne l’a pas empêchée d’aller jusqu’au bout.

Dans son principal ouvrage publié le 17 mars 2015, The Right to Be Cold: One Woman’s Story of Protecting Her Culture, the Arctic and the Whole Planet, Sheila Watt-Cloutier développe l’idée que le changement climatique est une question de droits humains. Autrement dit, le changement climatique a une incidence sur toutes les personnes, quels que soient leurs critères de différenciation (religion, situation économique, sexe). Il faut donc y remédier ensemble et ne pas oublier que les peuples autochtones sont les premiers à souffrir de ces changements climatiques qui concerneront bientôt tout le monde. Ce livre raconte une histoire humaine de résilience, d’engagement et de survie du point de vue d’une femme inuit.

Cette femme engagée souhaite donc faire tout ce qui est en son possible pour sauver sa terre et son peuple. Il faut répondre aux dangers posés par la fonte de la glace de mer, l’érosion des côtes, la météo changeante et la modification de la faune dans l’Arctique. Malgré l’immensité du défi, Sheila Watt-Cloutier est une leader passionnée et tenace qui fera en sorte que les Inuits et l’environnement ne soient pas oubliés dans le discours public contemporain.

Prix obtenus

Mme Watt-Cloutier a reçu le premier Prix de l’environnement mondial de l’Association mondiale des organisations non gouvernementales, en reconnaissance pour son travail sur la Convention de Stockholm en 2004. De plus, elle a reçu le Prix des réalisations autochtones pour l’environnement, le Champion du Prix de la Terre des Nations Unies et le Prix Sophie en Norvège en 2005. Elle a reçu également la médaille inaugurale du Nord par le gouverneur général du Canada et le Prix International Environmental Leadership Global Green USA suivi du Canadian Environment Award. Elle est officier de l’Ordre du Canada en 2006 et elle fut nominée pour le Prix Nobel de la Paix en 2007, aux côtés de Al Gore.

Références

Équipe Équiterre (2010), « Rendez hommage aux femmes de l’environnement », site officiel de l’association Équiterre.
http://www.equiterre.org/geste/rendez-hommage-aux-femmes-en-environnement (consulté le 12/10/15)

Rockel, Nick (2010), « Sheila Watt-Cloutier made climate change a human rights issue », The Globe and Mail, 4 octobre.
http://www.theglobeandmail.com/report-on-business/sheila-watt-cloutier-made-climate-change-a-human-rights-issue/article1216160/ (consulté le 12/10/15)

S.a. (2015), « Sheila Watt-Cloutier dirigente inuit », La tortuga de dos cabezas, 19 mars.
http://lasonrisadelosetruscos.blogspot.ca/2015/03/sheila-watt-cloutier-dirigente-inuit.html (consulté le 11/10/15)

S.a. (2015), « Sheila Watt-Cloutier touts Inuit Right to Be Cold’ in new book », CBC News, 17 mars.
http://www.cbc.ca/news/canada/north/sheila-watt-cloutier-touts-inuit-right-to-be-cold-in-new-book-1.2998375 (consulté le 12/10/15)

Conférence donnée par Sheila Watt-Cloutier sur les changements climatiques et les droits humains organisée par le groupe Alter Citoyens (2008), vidéo accessible sur youtube.com :
https://www.youtube.com/watch?v=GlSh4XeoLBA (consulté le 11/10/15)

Vidéo présentant Sheila Watt-Cloutier, lauréate du prix Femme de mérite décerné par Cascades inc. (2015) :
https://www.youtube.com/watch?v=VK9ZqVP3t4I (consulté le 11/10/15)

Fiche biographique de Sheila Watt-Cloutir sur le site internet officiel de la Fondation Trudeau (2006) :
http://www.trudeaufoundation.ca/en/community/sheila-watt-cloutier (consulté le 12/10/15)

Fiche biographique de Sheila Watt-Cloutier sur le site internet officiel de The Right Livelihood Award. (2015) :
http://www.rightlivelihood.org/watt-cloutier.html (consulté le 12/10/15)

Les commentaires sont clos.