22 Isabelle Durant (1954-), Belgique

Fannie Charette-Pépin

isabelle_durant

Écologiste et féministe dans l’âme, la femme politique Isabelle Durant a une vision non conventionnelle de la politique européenne. Tout au long de sa carrière dans le parti Ecolo, elle défend des idées avant-gardistes  s’inscrivant dans une perceptive de développement durable.

Une politicienne naturelle

Isabelle Durant devint d’abord infirmière. Puis elle décrocha un diplôme universitaire de l’Université Catholique de Louvain en politique économique et sociale. Elle entama sa carrière en faisant de l’inspection médicale scolaire en milieu populaire. Elle fit aussi de l’enseignement professionnel à Bruxelles et s’impliqua dans le développement social de quartiers. Tout en adorant ce qu’elle faisait pour aider la société, elle se disait qu’un jour, elle ferait de la politique.

Elle avait été élevée dans une famille où elle était très libre. Le capital familial qui lui avait été transmis a permis à Isabelle Durant de foncer en politique et de ne pas se laisser freiner par le fait d’être une femme. Sa mère, très libérale, féministe et ouverte, lui avait toujours fait sentir que c’était « normal » pour une femme d’accomplir des grandes choses. Ses débuts en politique furent naturels pour Isabelle Durant. Elle était déléguée de sa classe dès ses premiers moments à l’école. L’engagement politique fait partie de sa nature et de son caractère.

Son entrée dans le parti Ecolo s’est faite de fil en aiguille. Le parti Ecolo est un parti politique belge francophone et germanophone, qui revendique l’écologie politique. Ce parti fut l’un des premiers partis verts à entrer dans un parlement national. Ce qui l’a menée vers ce parti est d’abord sa logique d’approche systémique, mais également ses relations d’amitié. Elle vivait en habitat communautaire avec Olivier Deleuze, le fondateur du parti. Jacky Morael, un leader important du parti Ecolo, l’invita un jour à venir rejoindre les rangs du parti. Elle devint alors déchirée entre cette invitation et son emploi de professeur à Bruxelles. Écoutant son cœur d’activiste, elle a finalement quitté son emploi d’enseignante et accepté le pari qu’elle pourrait mener une belle carrière politique.

Sa carrière politique

En 1991, Isabelle Durant débuta sa carrière en politique au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale. En 1994, elle devint secrétaire fédérale et porte-parole du parti Ecolo jusqu’en 1999 où elle fut nommée vice-première ministre et ministre de la Mobilité et des Transports sous le gouvernement Verhofstadt I.

En 2003, elle devint sénatrice. De 2004 à 2009, elle redevint secrétaire fédérale et porte-parole du parti Ecolo.

En 2010, en collaboration avec Sylvie Goulard, Guy Verhostadt et Daniel Cohn-Bendit, Isabelle Durant fonda le groupe Spinelli. Ce groupe pro-européen, constitué d’un noyau dur de 33 personnes qui sont des parlementaires européens, des responsables politiques et des universitaires, a pour mission de relancer le fédéralisme au sein de l’Union européenne. Le groupe a une approche communautaire dans le but de tendre vers une Europe unie en mettant en place des réseaux de citoyens, des laboratoires d’idées et des organismes non gouvernementaux (ONG).

En 2009, elle fut élue députée européenne et vice-présidente du Parlement européen. Au cours de son mandat qui se termina en 2014, elle accomplit beaucoup de choses. Elle déposa, entre autres, plusieurs motions avec son groupe Ecolo, aussi appelé Verts-ALE Group. Les sujets qu’elle défendait touchent principalement les droits humains à l’international. Elle voulait que le Parlement européen agisse pour contrer les abus et les violences faits envers les humains, en particulier les femmes, les enfants et les plus démunis et ce, notamment au Moyen-Orient et en Afrique. Elle ramena à l’ordre du jour des enjeux sur lesquels le Parlement européen s’était déjà positionné mais pour lesquels les problèmes persistent ou s’amplifient.Isabelle Durant a participé à deux missions diplomatiques en tant que présidente. Elle œuvra pour la mission Task-Force-EU-Myanmar et pour la visite officielle du Parlement européen en Haïti. Elle fit également partie de la délégation diplomatique du Parlement européen dans le cadre de l’Union entre la Méditerranée, le regroupement Afrique-Caraïbes-Pacifique, l’Iran et Israël.

Durant son mandat de députée européenne et de vice-présidente du Parlement européen, elle contribua à trois commissions importantes. Premièrement, elle œuvra à la Commission du Budget. Elle travailla sur le cadre financier pluriannuel et la Taxe sur les transactions financières. Avec son parti, elle réclamait une taxe de 0,05 % sur les transactions financières. Cette taxe pourrait rapporter, selon les hypothèses, entre 80 et 190 milliards d’euros annuellement. Ces revenus serviraient pour des fins de politiques de développement durable et aussi pour mettre un frein à la spéculation financière.

Elle participa aussi à la Commission des Affaires constitutionnelles, plus précisément à l’initiative citoyenne européenne (ICE). L’ICE est un outil de démocratie participative de l’Union européenne. C’est grâce à cette mesure que près d’un million de résidents qui ont leur citoyenneté européenne peuvent inviter la Commission à présenter une proposition d’acte législatif qu’ils jugent nécessaire pour mettre en œuvre les traités de l’Union. L’ICE donne un droit d’initiative aux citoyens de l’Union européenne.

Finalement, elle participa à la Commission des Transports, dans laquelle elle a défendu les Paquets ferroviaires, qui sont des ensembles de lois visant à réglementer et encadrer l’industrie ferroviaire dans une perceptive de sécurité et de développement durable. Elle travailla à la production du Livre Blanc sur l’avenir des transports. Elle lutta pour démontrer aux décideurs européens que l’Europe avait tout ce qu’il faut pour se doter de transports plus verts, plus durables et plus performants. Un de ses principaux combats était l’amélioration de la mobilité dans les transports. Elle avait une vision différente de la majorité des politiciens européens en affirmant qu’il ne fallait pas opposer les moyens de transport, mais plutôt qu’il fallait les arrimer de manière à ce qu’ils soient complémentaires. Elle se battit également pour qu’une limite du temps de travail des conducteurs indépendants soit fixée au même taux que celle des conducteurs salariés.

Les politiques européenne et belge font l’objet de critiques des citoyens. Ceux-ci ne se sentent pas concernés en raison de la complexité du système décisionnel. En tant que Vice-présidente du Parlement européen et en tant que parlementaire, Isabelle Durant s’est fixé comme objectif de rapprocher l’Europe des gens. Elle travailla à faire en sorte que la distance séparant les citoyens et les élus rétrécisse, ce qui est possible et nécessaire à son avis.

En 2013, Isabelle Durant devint vice-présidente de l’Union des fédéralistes européens. Elle est responsable de la citoyenneté, des relations avec la Belgique, de la gestion environnementale du Parlement ainsi que des relations avec les groupes d’intérêts.

Ayant à cœur la qualité de vie des Bruxellois et voyant un enjeu important à Bruxelles, celui de la mobilité, elle se présente comme députée. Le 25 mai 2014, elle est élue députée de la région Bruxelles-Capitale. Sa ligne directrice est la transparence. Elle travaille au renforcement des projets qui encouragent la participation citoyenne et la société civile européenne. Elle travaille également à consolider les liens avec les instances régionales bruxelloises.

Sa vision de la systémique politique

Motivée par la vision systémique de l’ensemble des problématiques, elle est entrée en politique non seulement pour ses actions en environnement, en multiculturalisme et en développement social, mais aussi pour son désir de résoudre des problèmes. Elle a une vue d’ensemble sur le monde actuel et elle croit fermement que les problèmes de la société sont interconnectés et que pour les régler, il est possible de faire d’une pierre deux coups en agissant sur plusieurs variables. Sa vision des choses l’amène à s’intéresser à plusieurs causes et dossiers politiques.

Pour illustrer sa pensée et sa façon de faire de la politique écologique, elle regarde les situations de manière globale, comme par exemple, le transport ferroviaire, un de ses dossiers fétiches. Au lieu de regarder les enjeux de manières techniques ou technocratiques, elle réfléchit à ces questions en se demandant quelle est la place du transport ferroviaire par rapport à l’ensemble de l’économie, mais également par rapport à la place de la femme.

Elle est très préoccupée par la question du lobbying, de la démocratie et de la citoyenneté, car elle juge que ces variables constituent le soubassement de tout l’ensemble du système politique. Elle a une bonne connaissance de l’Afrique et du Moyen-Orient, c’est pourquoi elle prend en charge les dossiers concernant ces régions.

Sa valeur principale en politique est son souci de cohérence. Elle croit parfois être trop honnête pour le métier, mais elle ne déroge pas de ses principes pour gagner en popularité.

La féministe

Sa vision systématique du monde l’a amenée vers le féminisme. Ses premières batailles, à l’âge de 20 ans, étaient destinées à la dépénalisation de l’avortement. Elle croit que le féminisme prend tout son sens et sa pertinence dans le fait que les femmes sont en constante conquête de droits… ou de reconquête de droits. Elle croit qu’il y a une forme de « détricotage » d’une série de droits qui ont été accordés aux femmes quant aux questions de la sécurité sociale et de l’individualisation des droits. Elle s’inquiète du mouvement pro-vie qui renait de ses cendres en France.

Elle a également une vision « féminine » de la pratique de la politique. Elle croit que la manière traditionnelle de faire de la politique par la confrontation et par la lutte de pouvoir n’est pas toujours la bonne façon de faire. Pour elle, il ne faut pas nécessairement se rendre d’un point A à un point B en marchant en ligne droite. Elle croit que les solutions se construisent dans les discussions et les compromis.

La mère de famille

Même s’ils n’ont pas toujours trouvé facile d’avoir une mère connue publiquement, Marie, Élise et Simon, les enfants de cette femme politique ont toujours été très fiers d’elle. Les valeurs qu’elle leur a transmises sont à l’image d’elle-même. Elle les a sensibilisés à l’importance de prendre soin de l’environnement pour léguer aux générations futures, une planète saine. En parallèle aux valeurs écologistes, elle leur a transmis des valeurs de solidarité et d’engagement personnel et collectif. Être authentique et cohérent avec ses paroles et ses actions donne bien le ton de leur philosophie familiale.

Comme l’expression le dit si bien, la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. L’une des filles de Madame Durant suit les traces de sa mère en vivant de manière écolo et en étant très engagée dans la société civile. Elle est élue au conseil communal de la commune où elle vit. Son autre fille s’engage sur des causes concrètes et vit de manière cohérente avec ses valeurs écologistes. Son garçon, quant à lui, est comédien.

Références

Durant, Isabelle (2015), « Transport », site internet officiel d’Isabelle Durant.
www.isabelledurant.eu/category/europe/transport-eu/
(consulté le 11/10/15)

Durant, Isabelle (2015), « Biographie », site internet officiel d’Isabelle Durant.
www.isabelledurant.eu/qui-suis-je/biographie/
(consulté le 11/10/15)

Durant, Isabelle (2014), Motion for a resolution, Publications officielles du parlement européen.
www.europarl.europa.eu/meps/fr/96639/ISABELLE_DURANT_ home.html (consulté le 11/10/15)

Durant, Isabelle (2015), « Transport et environnement en Europe : enjeux et défis », Études européennes.
www.etudes-europeennes.eu/la-protection-de-lenvironnement-et-lue/isabelle-durant-l-transport-et-environnement-en-europe-enjeux-et-defis-r-2.html (consulté le 11/10/15)

Gilkinet, Georges (2010), « Taxe sur les transactions financières Au-delà des discours, ECOLO veut des avancées concrètes »site internet officiel d’Écolo.
www.ecolo.be/?Au-dela-des-discours-ECOLO-veut
(consulté le 11/10/15)

Novak, Petr (2015), L’initiative citoyenne européenne, Publications officielles du parlement européen.
www.europarl.europa.eu/atyourservice/fr/displayFtu.html?ftuId=FTU_2.1.5.html (consulté le 11/10/15)

Fiche biographique d’Isabelle Durant sur le site internet officiel de l’Union professionnelle du transport et de la logistique (2013) :
www.uptr.be/theme/medias/upload/Interview%20Isabelle%20Durant. pdf (consulté le 11/10/15)

Page Wikipédia d’Isabelle Durant (2015) :
www.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Durant (consulté le 18/10/15)

Page Wikipédia du Groupe Spinelli (2015) :
www.wikipedia.org/wiki/Groupe_Spinelli (consulté le 11/10/15)

Page Wikipédia d’Ecolo (2015) :
www.wikipedia.org/wiki/Ecolo (consulté le 11/10/15)

Les commentaires sont clos.