Préface

Olga Czerniawska

Sans aucun doute, la tenue du colloque international « Vitalité des approches biographiques : du Paysan polonais de 1918 à nos jours (2018) » à Wroclaw, cent ans après la publication de cet ouvrage phare, a rendu hommage à l’initiation de la recherche biographique par deux collègues : Florian Znaniecki et William Isaac Thomas. Dans cette préface[1], je voudrais souligner en passant le travail réalisé par Florian Znaniecki de ce côté de l’Atlantique, en Europe, et plus particulièrement en Pologne. À la question de savoir qui a conduit les premières recherches biographiques, les spécialistes dans ce domaine en sociologie se réfèrent à l’École de Chicago et à Florian Znaniecki et William I. Thomas (Mead, 1925 et 1934; Park et Burgess, 1967; Thomas et Znaniecki, 1918).

Après la Première Guerre mondiale, Florian Znaniecki était actif dans la Pologne renaissante. Il forma un cadre d’activistes et de spécialistes de l’éducation des adultes. Il a lui-même participé aux congrès et aux conférences sur l’éducation des adultes. Après la Seconde Guerre mondiale, le professeur Antoni Gładysz eut des contacts avec Znaniecki. Celui-ci se considérait comme un étudiant de Florian Znaniecki, mais il n’a pas mené de recherche biographique lui-même (Hałas, 1999). J’ai commencé pour ma part à mener des recherches biographiques qualitatives avec mon équipe de recherche au Département d’éducation des adultes de l’Université de Łódź depuis les années 1980, puis au Département d’andragogie de l’Académie des sciences humaines et de l’économie de Łódź. Ma recherche portait au début plus particulièrement sur les souvenirs d’école et les modes d’éducation, et par la suite elle s’est étendue sur le souvenir des événements de la vie et des événements globaux de l’enfance, de la jeunesse et de l’âge adulte. Ce dernier projet de recherche fut réalisé en collaboration avec la professeure Martine Lani-Bayle de l’Université de Nantes, en France, et il est devenu un projet mené par une équipe internationale de chercheuses (Lani-Bayle et Mallet, 2006 et 2010).

Actuellement, la recherche biographique est effectuée dans plusieurs centres en Pologne (Wroclaw, Varsovie, Cracovie) et à l’étranger (France, Suisse, Belgique, Italie, Canada, entre autres). Des centres de recherches importants ont été créés pendant l’après-guerre, par Pierre Dominicé à l’Université de Genève, par Guy de Villers à l’Université catholique de Louvain, par Duccio Demetrio à l’Université de Milan, par Martine Lani-Bayle à l’Université de Nantes, et par Gaston Pineau au Québec, au Canada, et à l’Université de Tours, en France. De telles études sont également menées en Allemagne par Pieter Alheit et au Royaume-Uni par Linden West, parmi d’autres. Des sociologues mènent des recherches similaires parallèlement à la recherche andragogique et le fait que Znaniecki fut sociologue a certainement joué un rôle pour le développement de ce champ de recherche (Kaźmierska, 2012). Dans l’entre-deux-guerres, Florian Znaniecki a participé activement à la création d’institutions éducatives pour adultes, à des conférences scientifiques, à des conventions andragogiques, à la création de réseaux d’institutions éducatives, à la lutte contre l’analphabétisme, au mouvement coopératif et à la création de conseils municipaux. Il estimait que les activités éducatives sont très importantes et, lorsqu’elles concernent les adultes, elles ont un potentiel considérable car elles encouragent l’autoéducation et l’autoformation (Dulczewski, 1982).

Raconter sa vie ou écrire son curriculum vitae est une forme de recherche sur la connaissance du passé, mais c’est aussi une forme de développement personnel, de connaissance de soi, de formation de la conscience de soi, bref d’autoéducation. C’est ce processus d’autoéducation et d’autoformation que la recherche biographique stimule que je voudrais souligner. Certaines activités, telles que les ateliers consistant à raconter sa propre vie, raconter des expériences spécifiques, constituent une introduction aux activités pédagogiques et elles contribuent à promouvoir l’alphabétisation fonctionnelle. Elles stimulent également la création d’institutions et de leurs archives, de bibliothèques, de centres de recherche, d’associations, de revues, de conférences internationales et de réseaux de recherche. Tout cela témoigne, en somme, de la vitalité des approches biographiques. Je vous souhaite une bonne lecture de cet ouvrage !

Références

Dulczewski, Z. (1982), Florian Znaniecki – redaktor, “Wychodźcy Polskiego”. Wybór i komentarze, Warszawa, Ludowa Spółdzielnia Wydawnicza.

Hałas, E. (dir.) (1999), Teoria socjologiczna Floriana Znanieckiego, Lublin, Towarzystwo Naukowe KUL.

Kaźmierska, K. (2012), Biography and Memory : the Generational Experience of the Shoah Survivors, Boston, Academic Studies Press.

Lani-Bayle, M. et Mallet, M.-A. (dirs) (2006), Écarts internationaux et intergénérationnels – Événements et formation de la personne, Tome 2, Paris, L’Harmattan.

Lani-Bayle, M. et Mallet, M.-A. (dirs) (2010), Écarts internationaux et intergénérationnels – Événements et formation de la personne, Tome 3, Paris, L’Harmattan.

Mead, G. H. (1925), « The Genesis of the Self and Social Control », International Journal of Ethics, 35, 251-277.

Mead, G. H. (1934), Mind, Self, and Society, Chicago, University of Chicago Press.

Park, R. E. et Burgess, E. W. (1967), The City, Chicago, University of Chicago Press.

Thomas, W. I. et Znaniecki, F. (1918), The Polish Peasant in Europe and America, Boston, The Gorham Press.

***

Czerniawska, Olga. (2019). « Préface ». In Les voies du récit. Pratiques biographiques en formation, intervention et recherche (coordonné par Marie-Claude Bernard, Geneviève Tschopp et Aneta Slowik), p. xv-xvii. Québec : Éditions science et bien commun & LEL du CRIRES.


  1. Cette préface est tirée, avec quelques modifications et en accord avec l’auteure, de la conclusion du texte qui ouvre un autre volume publié à la suite de ce colloque international édité chez L’Harmattan.

License

Partagez ce livre