Meku’ – remerciements

Léonie Tatou

Afa’ jʉɔ á kē mmī. A ke láaʼ nnáŋ lɛkɔ̄lɛ́ ŋ́kē ńdá’ ḿmī mii. Epuɔ tenzāā  ke nə́ŋ mbū. Ḿpɛɛ́ zɛhɛɛ́ mbɔŋɔ́ ŋ́gɛ apū zɛ́ mɔɔ gɔ te ŋkwɛ́tɛ́ lepú’ū.

Meŋ kē lɔk afhū té yā méku’ muɔ mela’ óo ga yi mɛ́ le lɔk gá ntswhī  yí á piŋ gɔ́ mɔ Afhū tɛ fhú anɔ’.

Mɔɔ́ ga le piŋ ŋkɔ̄ŋ ŋ́gǝ̄m yi mɛ́t, ŋ́gū’té yí tɛ azō la púp gɔ́ɔ́. Lezeŋ tsi la lɛ Tsɔpjʉ́ɔ. Ndekɛ́ piŋ ntíí etsà lezeŋ lɛ «Tsoboze »…

Mmɔ’ epuɔ wū pi mǝŋ ŋgɔ́ le nǝ́ŋ té jɔk mekhu mɔ́pɔ,́ ánɛ̄ ntií zi pɔ́ ke lɔ̄k ńtɔ́ɔ́té afa’ zá jʉɔ. Meŋ ke zi mvhɔ təŋ Ndǝ̄m yi a le púu ngyá metə á mbū a mīā wek, á mamá Marie Ŋgʉəfāk, á lélɔk ngók afa zi mɔɔ́ wǝk le la’́sákné á mbu yī mbīk. A laá ndɔ̄k afa’ mɛ́t ngʉ̄hʉ̄ mégaá.

É piŋ siākné mīā ga mamá Bernadette Sobze, á mandó ga, ánɛ̄ yí lé pu ńtɔ́ɔ́té gá. A le púu ŋgíhíté gá epuɔ pá’ papa Athanase Nguessong pi pɔ́ gɔ kɛ’te mmɔ̄‘ ménu ńshúŋ gá.

Mǝŋ zɛ pū yā méwu’te á mbū maá Julienne Tameze, ánɛ̄ ntekné zi a pú ŋgya ́ wǝ́k. Mbɔɔ yí lékim mmɔ’ mepɔɔ́ŋ enu mmi letɔ̄k.

Meŋ gɔ le piŋ néŋ té kīm epuɔ pi le tɔ́ŋ akɛtte jʉɔ, mbiŋ ŋgyá méshʉ̄hʉ̄ lélɔk mbʉ́‘té mbɔŋɔ́.

Nyiŋ pá’ maá Mary-Annick Morel, á ŋgaŋ mvhɔ nyiŋ yi le láa’ ntɔ́ŋ-ɔ́ akɛtte mɛ́t.

Nyiŋ pá’ mə́ŋ ga Marie-Michèle Thiam, á tɔ́ŋ. Epɔmemia pa é tɔ́ŋ.

Mǝǝ́ŋ zɛ̄ siākné mmɔ̄ epuɔ mete pi ke tswíté gá, mbu nnə́ŋ ntə̄ ánɛ̄ afa’a jʉɔ.

Məə́ŋ təŋ-ə maá Mélodie Faury. Nzɛ ntə̄ŋ-ə̄ maá Florence Piron. Menu mɔ́p la’ nzá lɛkɔ̄lɛ́ pɔ́ la’ mbú fā’ meshʉ̄hʉ ̄ lélɔk akɛtte jʉɔ ŋ́gʉɔ̄ mé mvhɔ.

Epuɔ afʉ’ mvhɔ le gɛ nyiŋ shuŋne leyá á cwɛt.

Tɛ́mbɔ, ḿpɛ lɛ nzɛ́hɛ́ lé gɛ mǝŋ gɔ́ le ku’u gá lé pu ntə́ epuɔ pi ke cʉte afa’ jʉɔ mé ntə̄ mbɔŋ tɛ pɔ́ mií.

Míámīā awu’te á mbū pɔ̄p métsem.

Remerciements

Ce travail est achevé. Il aura été long, mais a fini par s’achever. De nombreuses personnes y ont contribué. En effet, nous le savons, une seule main ne peut lier un fagot.

C’est en l’honneur de ma grand-mère maternelle, une digne fille de la chefferie Bafou (une des chefferies de notre département) dont je porte le nom, que j’ai formulé ci-dessus mes remerciements en langue bafou. Mon père témoignait à sa belle-mère une affection profonde. Elle se nommait Tsɔpjʉ́ɔ̄. Dans mon cas, l’officier d’état-civil orthographia ce nom « Tsoboze »…

Il est des personnes que je ne puis omettre de remercier chaleureusement du fait de leur apport considérable. Mais au préalable, je cite Celui qui a accordé à notre mère, maman Marie Nguéfack, la force nécessaire à l’accomplissement de la tâche que lui laissa notre père. Et elle continue d’œuvrer avec abnégation. C’est à elle que nous devons la conservation minutieuse des archives que j’ai utilisées.

Puis je remercie maman Bernadette Sobze, la mère de mon époux, pour son encadrement multiforme. Elle prit même l’initiative de m’indiquer des personnes qui, comme papa Athanase Nguessong, étaient en mesure de m’édifier sur certains faits.

Je ne saurais oublier, dans ces remerciements, maman Julienne Tameze et ses précieux conseils, sa manière si généreuse de nous conter le passé.

Je me dois également de faire mention des personnes qui ont relu cet ouvrage et m’ont fait part de leurs observations constructives. D’abord Mary-Annick Morel, qui lut la toute première version de cet ouvrage.

Puis ce fut le tour d’une de mes filles, Marie Michèle Thiam. La fratrie contribua aussi grandement.

Je terminerai en citant des personnes extraordinaires qui ont montré un intérêt des plus actifs pour cet ouvrage. Il s’agit Mélodie Faury et de Florence Piron. Malgré leur calendrier chargé, elles ont fait le nécessaire pour que ce projet aboutisse dans les meilleures conditions.

« Qui parle trop longtemps finit par tenir des propos inconséquents » nous dit la sagesse populaire.

Aussi vais-je m’arrêter ici en reconnaissant que je ne suis pas en mesure d’évoquer tous ceux et toutes celles qui ont aimablement contribué, d’une manière ou l’autre, à la finalisation de cet hommage.

À toutes ces personnes, ma reconnaissance infinie.

License

Partagez ce livre