14 Elizabeth Blackburn, médecin (1948–)

Ghada Touir

Elizabeth Blackburn, en 2009, par Gerbil. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Elizabeth_Blackburn_2009-01.JPG Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0

 

Elizabeth H. Blackburn est l’une des grandes figures de la biologie moléculaire, notamment avec ses travaux sur la télomérase. Récipiendaire du Prix Nobel en médecine en 2009, elle est aujourd’hui professeure au département de biochimie et biophysique à l’Université de Californie à San Francisco où elle dirige un laboratoire qui porte son nom.

D’Australienne à Américaine naturalisée

Elizabeth H. Blackburn (surnommée Liz) est née le 26 novembre 1948 à Hobart dans l’État australien de la Tasmanie de parents médecins généralistes : Marcia Constance (née Jack) et Harold Stewart Blackburn. C’est la deuxième fille de sept enfants. Ses sœurs et frères sont : Katherine (1946), Barbara (1949), John (1950), Andrew (1954), Margaret (1957) et Caroline (1960).

À l’âge de six ans, elle séjourna pendant neuf mois avec ses parents et sa sœur Katherine à Londres où son père effectuait son travail de graduation. À l’exception de ce voyage, Elizabeth fit ses études à Broadland House, une école publique pour les filles dirigée par l’Église. Ses parents divorcèrent avant qu’elle termine ses études au secondaire, en raison des problèmes d’alcool de son père. Alors, elle déménagea avec sa mère et ses six frères et sœurs à Melbourne. Ils vivaient dans une maison que sa mère avait hérité de ses parents. En raison de la dépression de sa mère, Élizabeth prit elle-même les décisions en lien avec son éducation et son cheminement. Elle décida donc d’étudier en biochimie au collège, une spécialité qui la passionnait depuis son jeune âge, sans se soucier des préjugés voulant que les sciences ne constituent pas un avenir possible pour une femme.

Après des études de baccalauréat en sciences (1970), Élizabeth effectua des études de maîtrise (1972) à l’Université de Melbourne et fut ainsi la deuxième candidate féminine à travailler sous la direction de Frank Hird. Elle obtint son diplôme de doctorat en 1975 à l’Université de Cambridge en Angleterre sous la direction de Fred Sanger, lauréat du Prix Nobel en biochimie en 1958 et fondateur du Laboratoire de biologie moléculaire au sein de l’Université de Cambridge. Entretemps, elle rencontra son futur mari, John W. Sedat, un biologiste et leader en microscopie informatique et actuellement professeur émérite en biochimie et en biophysique à l’Université de Californie à San Francisco, avec qui elle eut un enfant. Quand son mari fut invité à l’Université de Yale, ils partirent ensemble et elle effectua son stage postdoctoral en biologie moléculaire et cellulaire à l’Université de Yale de 1975 à 1977.

En 1978, Élizabeth Blackburn rejoignit la faculté de l’Université de Californie à Berkeley (UCB) comme professeure au département de biologie moléculaire. En 1990, elle fut admise au département de microbiologie et d’immunologie à l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) où elle passa ensuite toute sa carrière. Elle fut directrice de département de 1993 à 1999.

L’UCSF et la télomérase

Dans ses recherches, Élizabeth Blackburn s’intéressa à l’étude des différentes cellules dont celles humaines dans le but de comprendre la télomérase, la biologie des télomères et leurs rôles ou encore les effets sur la santé humaine et les maladies comme le cancer. Ce sont ces recherches qui lui valurent le Prix Nobel de médecine en 2009.

Elle est encore active au sein du département de microbiologie et d’immunologie à l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) où elle occupe le poste de professeure et chercheuse au département de biochimie et de biophysique de l’UCSF.

Prix et distinctions

Cette biologiste moléculaire américaine d’origine australienne a remporté de nombreux prix prestigieux tout au long de sa carrière. En plus d’être nommée comme l’une des 100 femmes les plus influentes dans le monde du magazine TIME en 2007, elle a obtenu des diplômes honorifiques de pas moins de 11 universités. Elle a reçu les prix suivants :

1991 – Membre élue de l’Académie américaine des arts et des sciences

1992 – Membre élue de la Royal Society of London

1993 – Associée étrangère de l’Académie nationale des sciences

2000 – Membre de l’Institut de médecine

2002 – 2004 : Conseil présidentiel sur la bioéthique

2006 – Prix Albert Lasker pour la recherche médicale de base

2008 – Lauréate nord-américaine de L’Oréal-UNESCO pour les femmes en sciences

2009 – Prix Nobel de médecine

2010 – Présidente AACR

2010 – Membre élue de la Royal Society of New South Wales

Références

Blackburn Lab. « Blackburn Lab Research ». University of California San Francisco. http://biochemistry2.ucsf.edu/labs/blackburn/index.php?Itemid=3

Brady, Catherine. 2009. Elizabeth Blackburn and the Story of Telomeres: Deciphering the Ends of DNA. Cambridge : MIT Press. 

Goudet, Jean-Luc. 2009. « Le prix Nobel de médecine 2009 pour une découverte sur les chromosomes ». Futura-Sciences. http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-prix-nobel-medecine-2009-decouverte-chromosomes-20680

Wikipédia. 2016. « Elizabeth Blackburn ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Blackburn, dernière modification le 12 août 2019.

Partagez ce livre