Introduction

Ricarson Dorce

Il y a des femmes qui ont marqué et marquent encore la vie sociale, politique et culturelle en Haïti : des femmes scientifiques, journalistes, militantes féministes, défenseures des droits humains, politiciennes, écrivaines… Malheureusement, nombre de ces femmes, en dépit de leur implication, de leur courage et de leur détermination, sont tombées dans l’oubli, car l’histoire officielle haïtienne a été, dit-on, écrite par des hommes et pour des hommes, reflétant l’infériorisation de la féminité dans la société haïtienne.

En effet, la condition féminine haïtienne est traditionnellement inégalitaire et fortement précaire. À côté de l’exploitation économique, c’est au niveau de l’appareil idéologique que la domination masculine s’exprime le plus dans le contexte haïtien. Elle se développe dans les croyances, les rites, les modes de vie ou la violence symbolique. Le système patriarcal, l’État et la religion constituent les trois principaux éléments justifiant les discriminations contre les femmes. En d’autres termes, les structures sociales, culturelles, économiques, historiques, politiques et religieuses renforcent la domination masculine.

Le patriarcat désigne une forme d’organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l’autorité par les hommes[1]. C’est un véritable système où le pouvoir politique, économique et social est organisé au détriment des femmes. L’État a aussi favorisé historiquement la discrimination faite aux femmes en Haïti. Les femmes ont été orphelines de droits politiques pendant des siècles. Certaines lois particulièrement discriminatoires à leur égard sont malheureusement encore en vigueur. Certaines églises, dans leur stratégie pour conserver le patriarcat, appuient jusqu’à nos jours la soumission de la femme à son mari. Il faut aussi souligner les inégalités économiques entre femmes et hommes. Elles réduisent la capacité des Haïtiennes à prendre des décisions et, du coup, nourrissent leur vulnérabilité à la discrimination masculine. Cette dernière influe sur le bien-être des femmes et entrave le développement communautaire.

Ainsi, les caractéristiques politiques, économiques et sociales d’Haïti ont un terrible impact sur l’émancipation des femmes. Ces dernières sont victimes des pratiques traditionnelles de discrimination en raison de leur sexe ou de la conception, ancrée dans la société, qu’elles sont inférieures aux hommes. Les femmes sont sous-représentées par rapport aux hommes dans les postes décisionnels tant au niveau étatique que privé ou associatif. Même au sein de la famille, elles ne reçoivent pas toujours un traitement égal aux hommes.

La République d’Haïti a signé et ratifié plusieurs traités et accords internationaux dans le domaine des droits des femmes. Il y a nécessité d’articuler les instruments juridiques nationaux et les conventions internationales ratifiées. Cette articulation est fondamentale afin de doter le pays de textes juridiques aptes à garantir la mise en application de ces normes contre la violence et la discrimination à l’égard des femmes. Le mouvement féministe haïtien a aussi un rôle crucial à jouer dans le combat contre la féminisation de la pauvreté, surtout à l’égard des paysannes.

Au-delà de la dénonciation de ce machisme de la société haïtienne, il faut encourager les initiatives visant à mettre en valeur le potentiel féminin. C’est dans cette perspective que nous avons préparé ce livre qui propose les portraits de 15 femmes haïtiennes qui se sont engagées de différentes manières pour changer la mentalité patriarcale, pour lutter en faveur de l’obtention progressive de l’égalité au niveau légal, réel et effectif afin de promouvoir une société juste, libre et prospère.

Parmi ces femmes, plusieurs ont joué et continuent de jouer un rôle majeur dans le processus démocratique. Ce sont des figures haïtiennes des droits humains. On pense à Liliane Pierre-Paul, Ertha Pascal-Trouillot, Collette Lespinasse, Marie-Laurence Jocelyn Lassègue, etc. La révolution haïtienne a aussi fait apparaître des femmes de courage comme Catherine Flon ou Marie-Claire Heureuse, présentées ici. Des femmes scientifiques au service du bien commun, on n’en a pas manqué dans le pays : Yvonne Sylvain, Suzy Castor, Michèle Duvivier Pierre-Louis, Mireille Neptune Anglade, Madeleine Sylvain-Bouchereau et Yvette Bonny, notamment. Enfin, dans ce projet collaboratif, nous avons mis en exergue des figures féminines qui ont brillé dans le domaine des arts et des lettres en Haïti : Mona Guérin, Mimi Barthelemy et Marie Alice Théard.

Ce livre a été fait de manière participative : les auteurs et auteures se sont proposés pour rédiger le portrait de leur choix. Cette initiative citoyenne, appuyée par les Éditions science et bien commun, a été réalisée par des hommes et des femmes de toutes générations. Je reste persuadé que tout le monde doit être sensibilisé non seulement à la cause des femmes, mais également à celle de tous les marginalisés de ce monde.

Je remercie la professeure Florence Piron de l’Association Science et bien commun, ainsi que ma complice Émilie Tremblay des Classiques des sciences sociales, d’avoir appuyé ce projet. Une très bonne lecture, je vous souhaite!

Entwodiksyon

Genyen anpil fanm ki te jwe yon wòl enpòtan, epi ki kontinye ap jwe wòl enpòtan sa nan enfliyanse lavi sosyal, politik ak kiltirèl ann Ayiti : yo se fanm syantifik, jounalis, fanm militan dwa moun, fanm politik ak ekriven… Men, malerezman se gason ki ekri, epi ki oryante listwa ofisyèl peyi a nan enterè yo. Sa ki vle di, listwa sa pase gwo kwa sou fanm yo, malgre enplikasyon, kouraj ak detèminasyon yo. Li se reflè pwosesis k ap demounize fanm nan peyi a.

Nan kontèks ayisyen an, pouvwa ekonomik ak aparèy ideyolojik yo se kèk nan eleman ki ta ka esplike lojik dominasyon gason sou fanm. Lojik sa plis devlope sou baz sistèm kwayans, fòm lavi ak vyolans senbolik. Kondisyon fanm ap evolye ann Ayiti frajil anpil. Tradisyon ki bay gason pouvwa (patriyaka), Leta ak kwayans nan kèk relijyon ranfòse mekanis diskriminasyon kont fanm. Nan sans sa, estrikti sosyal, kiltirèl, ekonomik, istorik, politik ak relijye yo kontribye nan kenbe dominasyon gason sou fanm.

Patriyaka se yon fòm òganizasyon sosyal ak jiridik ki baze sou lojik se gason ki gen otorite[2]. Se yon systèm ki byen monte kont fanm. Pouvwa politik, ekonomik ak sosyal yo òganize dabò nan enterè gason. Si nou byen etidye listwa, n ap remake Leta se youn nan zouti ki kore diskriminasyon kont fanm ann Ayiti. Pandan anpil syèk, fanm yo pat gen dwa politik. Jiskaprezan, nou remake malerezman egzistans anpil lwa ki konsève lojik diskriminasyon kont fanm. Nou p ap bliye siyale tou gen kèk legliz ki toujou ap preche levanjil pou fanm obeyi san poze kesyon. S on estrateji pou konsève otorite gason sou fanm anndan legliz. Fòk nou tou denonse inegalite ekonomik ant fanm ak gason. Inegalite sa yo diminye nan kapasite fanm ann Ayiti pou yo pran desizyon ki konsène lavni yo, epi ki tap ka pèmet yo granmoun tèt yo. Diskriminasyon sa gen enpak sou byennèt fanm, epi tou sou devlopman tout kominote a.

Kidonk, karakteristik politik, ekonomik ak sosyal yo genyen gwo enpak sou egzèsis dwa fanm yo ann Ayiti. Medam yo viktim diskriminasyon poutèt sèks yo, epi akòz konsepsyon tradisyonèl ki ta vle fè konprann gason siperyè ak fanm. Fanm yo souvan absan nan gwo pòs desizyon yo, tankou nan biwo leta, enstisyon prive ak asosiyasyon yo. Menm nan mitan lafanmi, yo pa toujou trete fanm yo menm jan ak gason.

Peyi d Ayiti te siyen, epi ratifye anpil trete ak akò entènasyonal nan domèn dwa fanm. Genyen yon ijans pou amonize tèks jiridik nasyonal yo ak konvansyon entènasyonal ki ratifye yo. Amonizasyon sa nesesè nan Repiblik d Ayiti pou rive ranfòse zouti jiridik ki ka garanti aplikasyon prensip ak règ ki kont vyolans ak diskriminasyon sou fanm. Yon lòt bò, mouvman fanm ann Ayiti genyen yon wòl enpòtan nan konba kont feminizasyon malsite, sitou nan rive chanje kondisyon materyèl egzistans fanm peyizan yo.

Epi tou, fòk nou toujou ankouraje tout inisyativ k ap bay fanm tout valè yo merite. Se nan sans sa liv sa pwopoze 15 pòtrè ayisyèn angaje nan jefò pou chanje mantalite patriyaka, pou rive jwenn egalite reyèl total kapital onivo legal, nan objetif pou bay bourad ak yon sosyete ki vize jistis sosyal, libète, epi anpil pwogrè ekonomik, elatriye.

Gen anpil fanm ki te make, epi ki kontinye ap make lavi demokratik ann Ayiti. Yo se lidè nan domèn dwa moun : Liliane Pierre-Paul, Ertha Pascal-Trouillot, Collette Lespinasse, Marie-Laurence Jocelyn Lassègue. Te gen anpil fanm kouraj ki te enplike nan long batay pou peyi a te rive pran lendepandans li : Catherine Flon, Marie-Claire Heureuse. Peyi a konnen tou anpil fanm save ki mete konesans yo nan enterè tout kolektivite a : Yvonne Sylvain, Suzy Castor, Michèle Duvivier Pierre-Louis, Mireille Neptune Anglade, Madeleine Sylvain-Bouchereau, Yvette Bonny. Finalman, nan pwojè tèt ansanm sa, nou mete tou an valè fanm ki konnen siksè nan domèn zèv atistik ak literati : Mona Guérin, Mimi Barthelemy, Marie Alice Théard.

Chak patisipan te lib pou ekri pòtrè ki te fè yo plezi. Se yon inisyativ gason ak fanm ki sòti nan tout jenerasyon. Nou rete kwè tout moun dwe non sèlman sansibilize sou kondisyon lavi fanm, men tou kondisyon lavi tout moun ki majinalize sou latè.

Boutofen, m ap di mèsi ak pwof Florence Piron (Asosiyasyon Syans ak byen pou tout moun), epi tou ak kòlèg mwen Emilie Tremblay (Klasik syans sosyal) pou sipò yo. M swete tout moun yon bon lekti!


  1. Bonte Pierre et Izard Michel, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, p. 455.
  2. Bonte Pierre & Izard Michel, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, PUF, Paris, 1991, p. 455

License

Icon for the Creative Commons Attribution 4.0 International License

Introduction by Ricarson Dorce is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License, except where otherwise noted.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *