6 Les revues systématiques mixtes

Un exemple à propos du financement basé sur les résultats

Quan Nha Hong, Anne-Marie Turcotte-Tremblay et Pierre Pluye

Les revues systématiques mixtes
Définition de la méthode

Les revues systématiques mixtes sont des revues de littérature utilisant une approche systématique pour combiner des études quantitatives, qualitatives et mixtes.

Forces de la méthode

  • Utilise une démarche explicite, transparente et reproductible
  • Combine des études quantitatives, qualitatives et mixtes
  • Permet d’expliquer des phénomènes complexes et multidimensionnels
  • Fournit un portrait plus complet de la littérature

Défis de la méthode

  • Requiert du temps et des ressources pour minimiser les biais de détection, sélection, divulgation et interprétation
  • Nécessite une intégration des données quantitatives et qualitatives

Les dernières années ont été marquées par un développement considérable des méthodes de synthèse des études et par une multiplication des types de revue, incluant les revues systématiques mixtes. Ce chapitre décrit brièvement les étapes de cette méthode en mettant l’accent sur la synthèse des données, soit une des étapes de la revue qui consiste à analyser les données pour en faire un tout cohérent (Mays, Pope et Popay 2005).

Les revues mixtes de littérature utilisent une approche systématique et incluent des études utilisant des méthodes quantitatives, qualitatives et/ou mixtes (Pluye et Hong 2014). D’autres termes sont utilisés pour dénommer ce type de revue : revue intégrative (integrative review) (Whittemore et Knafl 2005) ou revue utilisant des méthodes mixtes (mixed methods review) (Harden 2010). Il n’existe donc pas encore de consensus sur la terminologie. Dans ce chapitre, nous utiliserons le terme « revue systématique mixte ».

La revue systématique mixte se base sur les principes des méthodes mixtes, c’est-à-dire l’intégration des phases, résultats et données de type qualitatif et quantitatif afin de tirer profit de leur complémentarité (Creswell et al. 2011).

Figure 1. Types d’études inclus dans une revue systématique mixte

De façon générale, il est possible d’identifier trois principaux types d’études primaires, soit les études quantitatives, les études qualitatives et les études mixtes. Comme le montrent les crochets dans les zones d’intersection de la figure 1, une revue combinant deux ou trois types d’études primaires peut être considérée comme mixte tant et aussi longtemps que des données qualitatives et quantitatives sont utilisées (Pluye et Hong 2014). Aussi, comme les études mixtes sont caractérisées par la combinaison de méthodes qualitatives et quantitatives (Creswell et al. 2011), une revue de ces études pourrait également être considérée comme mixte lorsque les données qualitatives et quantitatives sont synthétisées. Autrement dit, la revue de différentes études au sein d’une même catégorie n’est pas mixte. Ainsi, combiner les résultats de différents types d’étude quantitative (par exemple, des essais randomisés et non randomisés) constitue une revue quantitative, alors que combiner ceux de différents types d’étude qualitative (par exemple, étude de cas et ethnographie) génère une revue qualitative.

En combinant des études qualitatives, quantitatives et mixtes, la revue systématique mixte permet d’aborder des questions complexes et d’approfondir la compréhension des phénomènes observés. Elle permet d’obtenir (i) une meilleure compréhension des résultats des études quantitatives, (ii) une généralisation des résultats des études qualitatives, fondée sur des inférences statistiques ou (iii) une corroboration de connaissances obtenues par des méthodes quantitatives et qualitatives (Pluye et al. 2009). Aussi, la revue systématique mixte peut fournir un portrait plus large et complet de la littérature sur un sujet donné, notamment en combinant des questions complémentaires telles que : Quelle est l’efficacité d’une intervention? Pourquoi cette intervention est-elle efficace ou non? Comment l’intervention fonctionne-t-elle? Quels sont les barrières et les facilitateurs pour implanter cette intervention? Les réponses à ces questions complémentaires peuvent avoir des implications pratiques, telles que favoriser la prise de décisions chez les décideurs-ses politiques, les gestionnaires et les clinicien-ne-s.

Plusieurs taxonomies des revues de littérature ont été proposées. Elles ont identifié une diversité de types de revues variant selon plusieurs critères tels que les objectifs poursuivis, les méthodes (étapes) utilisées et l’audience visée (Cooper 1988; Grant et Booth 2009; Paré et al. 2015). La revue systématique mixte est considérée comme le type le plus rigoureux, car il permet de minimiser plusieurs biais liés à la sélection et à l’analyse des études.

Toutes les étapes de la revue systématique doivent être transparentes et explicites faisant en sorte qu’elle puisse être reproduite (Pluye et al. 2016). La revue systématique vise à répondre à une question clairement définie en suivant une méthode systématique et explicite dans le repérage des études pertinentes, dans leur évaluation et dans leur synthèse (Chalmers, Hedges et Cooper 2002). Dans une revue systématique, les sources d’information sont multiples. La recherche documentaire est conduite par des bibliothécaires spécialisés et est exhaustive (incluant la littérature grise). La sélection, l’évaluation de la qualité des études incluses et l’extraction des données sont effectuées par au moins deux spécialistes de manière indépendante.

Application de la méthode

Cette section vise à présenter les étapes à suivre pour mener une revue systématique mixte. Pour illustrer ces étapes, nous prenons l’exemple d’une revue systématique mixte sur les conséquences non intentionnelles d’une intervention reposant sur le financement basé sur les résultats (FBR). L’encadré 1 décrit ce qu’est le FBR et explique la pertinence de la revue systématique mixte dans ce domaine.

Encadré 1. Financement Basé sur les Résultats (FBR)
Le financement basé sur les résultats (FBR) est une intervention visant à offrir des incitatifs financiers aux travailleurs et travailleuses de la santé pour améliorer la qualité et la quantité des soins. Cette intervention a été développée dans les pays à revenu élevé et s’est rapidement diffusée dans les pays à faible et à moyen revenu (PFMR) avec le soutien d’organisations internationales investies dans la réduction de la mortalité maternelle et infantile. Plusieurs appellations et modèles d’intervention du FBR existent. Selon le modèle de la Banque Mondiale (Fritsche, Soeters, et Meessen 2014), des ententes de rendement sont établies pour définir les indicateurs et les objectifs de performance mesurables et vérifiables. Les établissements de santé et/ou les travailleurs et travailleuses de la santé sont payés pour chaque service de santé prédéterminé. Des bonus sont également offerts selon le niveau de qualité des soins. Des examinatrices et examinateurs indépendants procèdent à des vérifications, notamment des registres et des lieux, pour promouvoir la transparence et la reddition de comptes.

Un corpus grandissant d’études qualitatives et quantitatives suggère que le FBR peut engendrer, au-delà des effets positifs attendus, des conséquences non intentionnelles, c’est-à-dire des changements désirables ou indésirables pour lesquels il y a un manque d’action ou de causalité intentionnelle et qui se produisent dans un système social à la suite d’une innovation. Pour synthétiser les résultats des études existantes et complémentaires sur le FBR, nous effectuerons une revue systématique mixte.

Nous avons sélectionné ce type de revue en raison de sa capacité à prendre en compte l’hétérogénéité des études et la complexité des interventions. La littérature sur le FBR se caractérise par une multiplicité de contextes d’implantation, de méthodologies, de méthodes, de modèles d’intervention et de résultats de recherche. La synthèse de ces études complémentaires est nécessaire pour acquérir une compréhension globale de l’état des connaissances sur cet enjeu complexe. Les résultats de cette revue systématique mixte permettront, d’une part, de créer une grille d’analyse préliminaire dans le cadre d’une recherche sur les conséquences non intentionnelles du FBR au Burkina Faso et, d’autre part, d’aider la prise de décision sur l’implantation du FBR.

Comme présenté dans le tableau 1, les revues systématiques suivent principalement huit étapes. Les étapes de la revue systématique sont similaires à celles des études primaires avec comme principale différence que l’unité d’analyse est une étude (et non pas un-e participant-e ou une organisation).

Tableau 1Étapes de la revue systématique et comparaison avec les étapes d’une étude primaire

Revue systématique

Étude primaire

Formulation d’une question de recherche

Formulation d’une question de recherche

Définition des critères d’éligibilité

Définition des critères d’éligibilité

Identification des sources de documents

Identification des sources de données

Application d’une recherche documentaire

Recrutement des participant-e-s

Sélection des études pertinentes

Sélection des participant-e-s

Évaluation de la qualité des études retenues

S.O.

Extraction des données des études retenues

Collecte des données

Synthèse des données extraites

Analyse des données

Dans ce qui suit, les étapes de la revue systématique sont brièvement décrites et illustrées à partir du cas du FBR. Une liste de références méthodologiques sur la revue systématique est fournie à la fin de ce chapitre.

Étape 1 : Formuler une question de recherche

Dans les revues systématiques mixtes, il peut y avoir une ou plusieurs questions de recherche documentaires. Ces questions doivent être claires et précises afin de bien cibler le sujet. Pour notre exemple de cas sur le FBR, nous avons formulé la question d’intérêt suivante : « Quelles sont les conséquences non intentionnelles du FBR dans les pays à faible et à moyen revenu (PFMR)? ». Cette question permet d’intégrer des résultats de nature qualitative et quantitative. Nous aurions également pu ajouter une question complémentaire comme « Quelle est l’importance respective de ces conséquences non intentionnelles? » ou « Quelles stratégies sont implantées pour faire face à ces conséquences non intentionnelles? ». Notre choix concernant la formulation de la question a été guidé par les ressources disponibles ainsi que l’utilité et la pertinence. La formulation de la question, ou des questions, est importante, car cela influence toutes les étapes subséquentes de la revue.

Étape 2 : Définir les critères d’éligibilité

Les critères d’éligibilité sont associés aux concepts-clés dans la question de recherche et sont constitués des critères d’inclusion et d’exclusion. Le tableau 2 présente les critères établis à partir de notre question de recherche sur le FBR. Il est important de clairement définir et justifier chaque critère. Par exemple, nous avons décidé d’exclure les études publiées avant l’année 2000 étant donné que le FBR s’est grandement répandu dans les pays à faible et à moyen revenu depuis les années 2000. Aussi, nous limitons la sélection aux études scientifiques, c’est-à-dire composées d’une question/objectif de recherche, d’une collecte/analyse de données (issues d’expérimentation, d’observation ou de simulation) et de résultats. La combinaison d’études qualitatives et quantitatives augmente le nombre d’articles à synthétiser. En conséquence, il est nécessaire de restreindre le plus possible les critères de sélection, c’est-à-dire de bien cibler la ou les questions.

Tableau 2Critères d’inclusion et d’exclusion

Critère d’inclusion

Critère d’exclusion

Problème

La faible qualité et quantité des services de santé

Problèmes non reliés aux services de santé

Intervention

Financement basé sur les résultats (incitatifs à l’offre)

Aucun financement basé sur les résultats ou interventions offrant des incitatifs aux patient-e-s ou aux compagnies d’assurance

Résultats

Conséquences non intentionnelles

Conséquences intentionnelles seulement

Lieu

Pays à faible et à moyen revenu

Pays à revenu élevé

Type d’étude

Études scientifiques utilisant des méthodes qualitatives, quantitatives ou mixtes.

Études non scientifiques, protocoles de recherche, éditoriaux, lignes directrices (c.-à-d., texte sans collecte ou analyse de données suivant une méthode de recherche)

Langues

Anglais, français et espagnol

Articles écrits dans une  langue autre que l’anglais, le français et l’espagnol

Années de publication

2000 – 2016

Avant 2000

Étape 3 : Sélectionner les sources d’information

Pour s’assurer de repérer l’ensemble des études pertinentes à la question de recherche, diverses sources de données doivent être utilisées. Pour cette étape et la suivante, la collaboration avec un(e) ou des bibliothécaires maîtrisant les techniques de recherche dans les bases de données et d’autres types de sources est fortement recommandée. Pour la revue systématique mixte sur le FBR, nous avons sélectionné cinq bases de données bibliographiques complémentaires dans les domaines de la santé (MEDLINE, CINAHL, EMBASE), des sciences humaines, sociales et économiques (FRANCIS, Business Source Premier). D’autres sources d’information peuvent également être utilisées pour s’assurer d’avoir une recherche exhaustive. Pour notre revue sur le FBR, nous avons utilisé quatre autres sources d’information :

(a) consulter la liste des articles retenus dans des revues systématiques sur le FBR (Gorter et Meessen 2013; Witter et al. 2012) et la liste de références des articles retenus

(b) chercher la littérature grise en consultant des sites Internet dans le domaine (par exemple, www.rbfhealth.org, www.healthfinancingafrica.org, www.theglobalfund.org) et des thèses dans la base Proquest Dissertations & Theses Global

(c) envoyer la liste des articles retenus à des chercheuses et chercheurs ayant une expertise sur le FBR afin qu’ils et elles identifient des articles pertinents manquants

(d) effectuer une recherche par citations (c’est-à-dire chercher les articles qui ont cité chaque article retenu) dans une base de données bibliographique spécialisée comme Scopus ou Google Scholar.

Étape 4 : Élaborer une stratégie de recherche documentaire

Pour élaborer une stratégie de recherche documentaire, il est nécessaire d’identifier les termes reliés aux concepts-clés dans la question de recherche. Pour la revue systématique mixte sur le FBR, nous avons élaboré une stratégie de recherche documentaire autour de trois principaux concepts, soit les conséquences non intentionnelles, le financement basé sur les résultats et les pays à faible et à moyen revenu (voir un exemple au tableau 3). Cette stratégie a été adaptée pour chaque base de données retenue. Une fois la recherche documentaire terminée, toutes les références doivent être exportées dans un logiciel de gestion documentaire tel que Zotero, EndNote, RefWork ou Mendeley. Étant donné que la recherche est effectuée dans plusieurs bases de données qui se chevauchent, une même référence peut apparaître plusieurs fois dans le logiciel (doublons). Ces doublons sont identifiés et enlevés en suivant une méthode de déduplication, comme la méthode de Bramer et al. (2016) ou de Rathbone et al. (2015). Ces méthodes permettent d’identifier les doublons en choisissant des champs spécifiques (par exemple, auteur, titre, année, journal, page, volume et numéro) selon un ordre précis.

Tableau 3Exemple d’une stratégie de recherche documentaire dans PUBMED

Search

Query

#1

Search unintend* OR intend* OR unpredict* OR predict* OR unanticipat* OR anticipat* OR spillover* OR indirect* OR direct* OR unaware* OR aware* OR unexpect* OR expect* OR desirable* OR Undesirable* OR “cherry picking” OR “cream skimming” OR gaming* OR inequit* OR equit* [ALL]

#2

Search “pay for performance” OR “pay for value” OR “pay for quality” OR “P4P” OR “PBF” OR “value-based purchasing” OR (“monetary incentive” AND quality) OR (“monetary incentives” AND quality) OR (“financial incentive” AND quality) OR (“financial incentives” AND quality) OR (bonus AND quality) OR (bonuses AND quality) OR (reward AND quality) OR (rewards AND quality) OR “performance-based payment” OR “performance-based pay” OR “performance-based reimbursement” OR “performance-based financing” OR “performance-based contracting” OR “results-based financing” OR “output-based payment” OR “incentive reimbursement” OR “incentive reimbursements” OR “quality-based purchasing” OR “quality incentive” OR “quality incentives” [TIAB]

#3

Search « Developing Countries » OR “Africa” OR “Africa, Northern” OR “Africa South of the Sahara” OR “Africa, Central” OR “Africa, Eastern” OR “Africa, Southern” OR “Africa, Western” OR “Asia” OR “Asia, Central” OR “Asia, Southeastern” OR “Asia, Western” OR “Caribbean Region” OR “West Indies” OR “South America” OR “Latin America” OR Central America [MH]

#4

Search #1 AND #2 AND #3

#5

Limit #4 to ([english OR french OR spanish [LA]] AND [2000:2016 [DPJ]])

Des chercheuses et chercheurs s’intéressent à développer et tester des filtres de recherche pour identifier des documents pertinents sur différents concepts. Par exemple, un filtre a été créé dans Medline pour identifier les études quantitatives, qualitatives et mixtes (El Sherif et al. 2016) tandis qu’un autre filtre permet d’identifier les documents portant sur les pays à faible et à moyen revenu (Cochrane Effective Practice and Organisation of Care 2012). L’utilisation de filtres de recherche permet de faciliter l’élaboration des stratégies de recherche documentaire et de mieux cibler les documents potentiellement pertinents.

Étape 5 : Sélectionner les études

Cette étape consiste à filtrer les résultats de la recherche documentaire pour sélectionner les études à inclure dans la revue systématique mixte. La sélection des études se déroule généralement en deux parties. En premier lieu, les titres et les résumés sont lus pour juger de l’éligibilité des documents à partir des critères préétablis à l’étape 2. En second lieu, les textes sont lus dans leur intégralité. Dans une revue systématique, la sélection de l’ensemble du matériel est effectuée par deux évaluateurs et évaluatrices de façon indépendante afin de réduire les biais de sélection. En cas de désaccord, les évaluateurs et évaluatrices se rencontrent pour établir un consensus et une troisième personne est impliquée pour trancher si un désaccord persiste après discussion. L’accord interjuge peut être estimé en utilisant le Kappa de Cohen. À l’issue de ce processus de sélection, un diagramme de flux précisant le nombre de documents retenus et exclus à chaque étape ainsi que les raisons d’exclusion est présenté (figure 2) (adapté des lignes directrices PRISMA de Moher et al. (2009), traduit dans Gedda [2015]). La création du diagramme de flux requiert une grande organisation dès le départ. Tout le processus doit être documenté (principe de transparence).

Pour réduire le nombre de titres et résumés à filtrer, un classifieur automatisé de textes sur les études scientifiques (CATES) a été développé suite à une étude comparant la performance de divers classifieurs automatiques (Langlois et al. 2018). Ce classifieur permet de catégoriser automatiquement les publications indexées en (1) études scientifiques (qualitatives, quantitatives et mixtes) et (2) autres types de travaux (par exemple, commentaire, éditorial, revue de la littérature, article méthodologique, description de programme et ligne directrice). Le CATES est disponible à cette adresse internet et peut être utilisé gratuitement : https://babel.iro.umontreal.ca/.

Figure 2. Diagramme de flux

Étape 6 : Évaluer la qualité des études

Dans une revue systématique, il est important d’évaluer la qualité des études incluses en prenant en considération les biais potentiels pour pouvoir tirer des conclusions valides sur l’état des connaissances. L’évaluation de la qualité des études est généralement effectuée en utilisant des outils d’évaluation (critical appraisal tools). Il existe une variété d’outils pour diverses méthodes de recherche (Bai et al. 2012; Crowe et Sheppard 2011; Heyvaert et al. 2013). Pour la revue systématique mixte sur le FBR, la qualité des études est évaluée à l’aide d’un outil développé spécifiquement pour ce type de revue, le Mixed Methods Appraisal Tool (MMAT) (Pluye et al. 2011; Pluye et al. 2009; Souto et al. 2015; Pace et al. 2012). Le MMAT permet d’évaluer de façon concomitante cinq types d’études : études qualitatives, essais contrôlés randomisés, études quantitatives analytiques, études quantitatives descriptives et études mixtes (Pluye et al. 2009). La dernière version de cet outil comporte 25 items sur la qualité méthodologique des études qui sont cotés sur une échelle nominale (oui/non/ne sais pas) (Hong et al. 2018). L’évaluation de la qualité sert à décrire les articles retenus et à interpréter les données dans la synthèse. Il est possible de télécharger cet outil à partir de ce site internet : http://mixedmethodsappraisaltoolpublic.pbworks.com/.

Dans la revue FBR, les résultats de cette évaluation ne sont pas utilisés pour éliminer les études de faible qualité méthodologique, car elles peuvent quand même contribuer aux connaissances. Leurs limites sont prises en compte lors d’analyses de sensibilité. Les analyses de sensibilité permettent d’explorer comment les résultats obtenus dans la synthèse sont modifiés selon la qualité des études (Carroll et Booth 2015). Ainsi, ces analyses permettent de vérifier si les résultats de la synthèse sont similaires lorsque des études de faible qualité sont retirées. Par exemple, une similarité permet d’appuyer les résultats avec un plus grand nombre d’études et de rendre les résultats plus exacts pour les décideuses et décideurs.

Étape 7 : Extraire des données

Cette étape vise à collecter les données (résultats des études incluses ou données primaires lorsque ces dernières sont accessibles) à l’aide d’un formulaire d’extraction précisant toutes les données nécessaires. Les données extraites servent à décrire les études incluses (tableau des caractéristiques), décrire les résultats de ces études (tableau des résultats) et en effectuer la synthèse.

Un cadre conceptuel ou un modèle théorique est nécessaire pour guider la sélection des données à extraire, sauf si l’objectif de la revue consiste à construire un tel cadre ou modèle. Pour notre revue systématique mixte sur le FBR, nous avons développé un cadre conceptuel basé sur la théorie de diffusion des innovations de Rogers (2003). Cette théorie suggère que l’interaction entre plusieurs variables comme les caractéristiques des acteurs et actrices, la nature du système social ainsi que la nature et l’utilisation d’une nouvelle intervention peuvent engendrer différentes conséquences à travers le temps. Ainsi, nous extrayons les données suivantes des articles retenus : auteur, année, pays, méthodologie et méthodes, échantillon (population et nombre), nom de l’intervention FBR, conséquences non intentionnelles, nature et utilisation du FBR, caractéristiques des acteurs et actrices et nature du système social. Si des données sont manquantes dans les articles analysés, leur premier auteur ou leur première autrice est contactée. Deux personnes font l’extraction de façon indépendante afin de s’assurer d’une compréhension uniforme des données et de diminuer les sources de biais et d’erreurs.

Étape 8 : Synthétiser les données extraites

La synthèse vise à analyser et combiner les données extraites et évaluées en un tout cohérent. Dans le cadre de la revue systématique mixte, la synthèse est plus complexe en raison de l’inclusion de données qualitatives et quantitatives. Différentes façons de synthétiser les données qualitatives et quantitatives peuvent être adoptées. L’encadré 2 présente les définitions des construits nécessaires pour bien comprendre les différentes façons de synthétiser les données.

Encadré 2 : Définitions de construits utilisés dans les devis de synthèse

Données : Dans une revue, les données sont les résultats des études incluses (ou les données primaires lorsque ces dernières sont accessibles). Les données peuvent être qualitatives (QL) (par exemple : des thèmes identifiés dans des entrevues) ou quantitatives (QT) (par exemple : des pourcentages identifiés dans un sondage).

Synthèse : Dans une revue, la synthèse vise à analyser les données. Il existe une variété de méthodes de synthèse qui peuvent être définies en deux principales catégories. La première regroupe les méthodes de synthèse quantitative (QT) permettant d’analyser des données sur une variable spécifique en utilisant des méthodes statistiques de base ou plus avancées (par exemple, méta-analyse, synthèse bayésienne et méta-régression). La seconde regroupe les méthodes de synthèse qualitative (QL) qui consiste à analyser des données pour générer comme résultats des catégories, thèmes, construits ou théories (par exemple, méta-ethnographie, synthèse thématique et synthèse réaliste). À l’heure actuelle, il est possible d’identifier plus d’une vingtaine de méthodes de synthèse qualitatives et quantitatives (Barnett-Page et Thomas 2009; Dixon-Woods et al. 2005; Popay 2006; Sutton et Higgins 2008;, Tricco et al. 2016). Dans une revue systématique mixte, les méthodes de synthèse utilisées dans une même revue peuvent être uniquement QL, uniquement QT, ou une combinaison des deux (QL et QT).

Résultats : Dans une revue, les résultats sont ceux issus de la synthèse des données. En fonction des méthodes de synthèse utilisées, les résultats de la revue peuvent être QL (par exemple, des thèmes ou un cadre conceptuel), ou QT (par exemple, des statistiques descriptives ou une taille d’effet), ou les deux (QL et QT).

Discussion : La discussion est une section qui vise à interpréter les résultats obtenus et à les comparer avec les principales idées publiées dans des articles de recherche ou non (par exemple, éditoriaux ou commentaires ou livres influents, guides de pratique, énoncés de politique publique, rapports institutionnels, etc.). Également, dans cette section, il y a généralement une présentation des limites de la revue et des recommandations.

Séquence : La séquence est définie selon une perspective de développement entre des phases de synthèse. Dans une revue mixte, une séquence est présente lorsque les résultats d’une phase informent la synthèse d’une phase subséquente.

Intégration : L’intégration est définie comme la combinaison des composantes quantitatives et qualitatives au sein d’une même étude (Plano Clark et Ivankova 2015). Dans une revue mixte, l’intégration peut survenir au niveau des données, des résultats de synthèse, de l’interprétation ou entre les phases.

Devis de synthèse

Une analyse de 459 revues mixtes a été effectuée pour étudier comment les données qualitatives et quantitatives sont analysées et suggérer des devis de synthèse (Hong et al. 2017). Inspirée de la littérature sur les méthodes mixtes (Creswell et al. 2011), l’analyse a été effectuée sur les méthodes de synthèse utilisées, la séquence et l’intégration des données qualitatives et quantitatives. Deux principaux types de devis de synthèse ont été identifiés : convergent et séquentiel (figure 3). Ces devis permettent de comprendre comment la synthèse peut être effectuée dans le cadre d’une revue systématique mixte. Pour chacun de ces devis, il est possible d’utiliser des méthodes de synthèses qui sont uniquement qualitatives, uniquement quantitatives ou bien de combiner des méthodes de synthèses quantitatives et qualitatives (approche de synthèse mixte). Dans ce qui suit, chacun de ces devis est présenté.

Figure 3. Devis de synthèse dans les revues systématiques mixtes

Devis de synthèse convergent

Dans un devis de synthèse convergent, les études qualitatives et quantitatives sont analysées de manière simultanée. Au sein de ces devis, il est possible d’identifier trois niveaux d’intégration, soit au niveau des données, des résultats de synthèse, ou de l’interprétation.

Devis de synthèse convergent avec intégration au niveau des données

Toutes les études sont analysées en utilisant une même méthode de synthèse qui peut être uniquement qualitative ou quantitative (figure 3). Cela implique une transformation de données, c’est-à-dire que des données quantitatives sont transformées en catégories ou thèmes (synthèse qualitative), ou des données qualitatives sont transformées en variables et valeurs numériques (synthèse quantitative).

Par exemple, dans ce devis de synthèse, la question de recherche de notre exemple de cas serait « Quelles sont les conséquences non intentionnelles du FBR dans les pays à faible et à moyen revenu? ». Pour répondre à une telle question, une méthode de synthèse qualitative peut être utilisée, par exemple une synthèse thématique qui consiste à extraire les principaux thèmes de toutes les études retenues (Thomas et Harden 2008). Dans cet exemple, la transformation consiste à interpréter les données dans les études quantitatives (fréquences, tailles d’effets) de façon qualitative (en termes de thèmes).

Si un chercheur ou une chercheuse voulait fournir des statistiques sur les conséquences non intentionnelles du FBR, il lui faudrait, par exemple, effectuer une analyse de contenu quantitative qui consiste à attribuer des codes (quelques variables clés et valeurs numériques associées) aux résultats des études à partir d’une grille de codification validée et fidèle (Neuendorf 2002). Ainsi, les codes attribués aux études pourront être analysé de façon statistique. Il y a donc transformation car des valeurs numériques seront attribuées aux données issues des études qualitatives.

Devis de synthèse convergent avec intégration au niveau des résultats de synthèse

Les données qualitatives et quantitatives sont analysées et présentées séparément, mais intégrées en utilisant une autre méthode de synthèse (figure 3). L’intégration peut consister en une comparaison ou une juxtaposition des résultats des deux synthèses à l’aide de tableaux ou de matrices ou bien d’une analyse secondaire ou en sous-groupes.

Dans ce devis de synthèse, il y a habituellement une question de recherche générale et des sous-questions. Par exemple, pour répondre à la question « Quelles sont les conséquences non intentionnelles du FBR? », il peut y avoir deux sous-questions « Quelles sont les conséquences non intentionnelles sur la satisfaction des soignant-e-s? » et « Quelles sont les conséquences non intentionnelles sur la quantité des soins de santé prodigués? ».

Pour répondre à ces questions, trois synthèses combinant des méthodes qualitatives et quantitatives pourraient être requises : (a) une synthèse qualitative des conséquences non intentionnelles sur la satisfaction des soignant-e-s, (b) une synthèse quantitative de type méta-analyse des essais randomisés sur la quantité des soins de santé et (c) une juxtaposition des résultats des deux synthèses pour examiner les liens entre la satisfaction des soignants et la quantité des soins offerts.

Devis de synthèse convergent avec intégration au niveau de l’interprétation

Les données qualitatives et quantitatives sont synthétisées et présentées séparément. L’intégration a lieu seulement lors de l’interprétation des résultats dans la discussion (figure 3).

Dans ce devis de synthèse, des questions de recherche distinctes et complémentaires sont généralement abordées. Par exemple, « Est-ce que le FBR est efficace? », « Quel est le coût-efficacité du FBR? », « Quelles sont les conséquences non intentionnelles du FBR? » et « Quels sont les enjeux éthiques reliés au FBR? ».

Pour répondre à ces questions de recherche complémentaires, des méthodes de synthèses qualitatives et quantitatives sont nécessaires. Par exemple, des synthèses quantitatives peuvent répondre aux deux premières questions sur l’efficacité et le coût-efficacité. Des synthèses qualitatives peuvent analyser les études qualitatives sur les enjeux éthiques et les conséquences non intentionnelles. La discussion résumera l’ensemble des résultats obtenus sur l’efficacité, le coût-efficacité, les conséquences inattendues et les enjeux éthiques. De plus, elle fournira des pistes de recommandations sur l’évaluation et l’implantation des FBR. Ce type de devis est observé, entre autres, dans les rapports d’évaluation des technologies de la santé où l’évaluation doit tenir compte de diverses dimensions (par exemple, efficacité, efficience, sécurité, impacts éthiques, psychologiques, organisationnels et économiques) (Busse et al. 2002).

Devis de synthèse séquentiel

Un devis de synthèse séquentiel implique au moins deux phases de synthèse dépendantes. Les résultats d’une première phase où les données qualitatives et/ou quantitatives sont synthétisées informent une seconde phase de synthèse (figure 3).

Dans un devis de synthèse séquentiel, il peut y avoir une question de recherche ou des questions dépendantes. Par exemple, les questions peuvent être « Quelles sont les conséquences non intentionnelles du FBR? » et « Quelle est l’importance relative de ces conséquences non intentionnelles? ». Pour répondre à ces questions, deux phases sont requises. Une première synthèse qualitative (phase 1) permettra d’établir une liste de conséquences non intentionnelles. À partir de cette liste (résultats de la phase 1), les études quantitatives sont analysées avec une méthode de synthèse quantitative (phase 2) pour déterminer l’importance relative des conséquences non intentionnelles. Ceci permettra de quantifier l’importance des conséquences non intentionnelle ainsi que d’identifier les lacunes dans les connaissances, c’est-à-dire les conséquences qui n’ont pas été étudiées dans les études quantitatives.

Les derniers exemples présentés utilisent une approche de synthèse mixte (c’est-à-dire l’utilisation des méthodes de synthèse qualitatives et quantitatives dans une même revue). Selon les questions de recherche, il est possible d’utiliser seulement des méthodes de synthèse qualitative ou bien seulement des méthodes de synthèse quantitative. Par exemple, des méthodes de synthèse qualitative peuvent être utilisées dans les deux phases d’un devis de synthèse séquentiel. Dans une première phase, une méthode de synthèse inductive est utilisée pour définir les principaux thèmes. Puis dans une deuxième phase, les études sont analysées de façon déductive à partir des thèmes identifiés.

Analyse réflexive

La force d’une revue systématique est sa démarche explicite, transparente et reproductible. Plusieurs lignes directrices pour rapporter une revue systématique ont été élaborées dont la plus connue est le PRISMA (Moher et al. 2009).

Plusieurs biais de recherche peuvent être minimisés en suivant cette démarche. Un premier biais potentiel est celui de la détection qui est relié à la recherche documentaire. Afin de s’assurer de repérer l’ensemble des études pertinentes pour la question de recherche (recherche exhaustive), il est important de diversifier les sources documentaires, d’utiliser plusieurs bases de données et de développer des stratégies de recherche documentaire rigoureuse avec des bibliothécaires spécialisé-e-s. Un deuxième biais est celui de la sélection. Il est important d’éviter d’avoir une sélection arbitraire des études en définissant des critères de sélection clairs et d’impliquer deux personnes dans la sélection. Le biais de divulgation des résultats est un troisième biais à considérer ; le plus connu est le biais de publication. En effet, une étude avec des résultats positifs a plus de chance d’être publiée et plus rapidement (Dubben et Beck-Bornholdt 2005). Ceci entraîne une surreprésentation des études primaires démontrant des effets positifs et peut affecter les conclusions de la revue. Il est recommandé de diversifier les sources de données et les types de documents à inclure. Par exemple, faire une recherche de la littérature grise pour inclure des rapports scientifiques et des thèses non publiées. En outre, il est possible qu’un biais de publication sélective des résultats existe (Martin, Renaud et Dagenais 2013), c’est-à-dire que les auteurs et autrices rapportent davantage les conséquences intentionnelles et attendues des interventions que les conséquences non intentionnelles et inattendues, ce qui est un défi dans notre exemple sur le FBR. Enfin, le biais relié à l’évaluateur ou à l’évaluatrice et à son interprétation des études peut être minimisé en impliquant au moins deux personnes dans l’évaluation et la synthèse des études. Dans une revue systématique mixte, il est recommandé d’avoir une équipe avec des expertises complémentaires en méthodologies et méthodes de recherche qualitative et quantitative afin de faciliter la synthèse et le jugement sur la qualité des études (Pluye et Hong 2014, Pluye et al. 2016).

Les inconvénients d’une approche systématique sont principalement que cela requiert du temps et des ressources. Selon l’objectif de la revue, le nombre de personnes impliquées, le nombre d’études à analyser et  la synthèse à effectuer, la durée d’une revue systématique peut varier entre 6 à 24 mois (Khangura et al. 2012). Ainsi, il est important de s’assurer de la disponibilité des ressources et de justifier le choix d’effectuer une revue systématique mixte, par exemple en voulant tirer profit de la complémentarité des données qualitatives et quantitatives pour expliquer un phénomène complexe et multidimensionnel.

Les revues systématiques peuvent être effectuées avec des logiciels de base (tels que Word ou Excel) ou spécialisés selon les méthodes de synthèse choisies (tels que QDA Miner, NVivo, SPSS, RevMan). Également, plusieurs logiciels spécialisés pour la revue systématique ont été développés tels que DistillerSR, Covidence et EPPI Reviewer. Ces logiciels sont conçus pour faciliter la gestion des données et peuvent être utilisés aux différentes étapes de la revue systématique, de la sélection des articles à l’extraction et l’analyse des données. Outre certains logiciels offerts gratuitement en ligne (par exemple, QDA Miner Lite), des frais mensuels ou annuels sont généralement requis. Leur utilisation dépend donc des ressources disponibles ainsi que de la complexité et l’ampleur de la revue.

Réaliser une revue systématique n’est pas toujours faisable. Dans une revue pour une thèse de doctorat ou une revue rapide pour un-e gestionnaire, il est rare d’avoir suffisamment de ressources et de temps pour effectuer une revue systématique. En conséquence, un-e étudiant-e de 2e ou 3e cycles ou un-e professionnel-le peut commencer par effectuer une revue des revues existantes. S’il n’y a pas de revues, la recherche d’études pertinentes peut être effectuée avec l’aide d’un-e bibliothécaire dans une base de données bibliographique pour obtenir un échantillon d’études. Puis la sélection, l’évaluation de la qualité des études incluses et l’extraction des données sont effectuées par une seule chercheuse ou un seul chercheur. Suivre ces étapes permet de gagner énormément de temps par rapport à une recherche documentaire non structurée et permet de produire un chapitre de thèse ou un rapport convaincant (à savoir une revue non exhaustive, mais transparente et reproductible).

Une des difficultés rencontrées dans la revue systématique mixte est l’intégration, c’est-à-dire la combinaison ou connexion des composantes qualitatives et quantitatives. Par exemple, une revue pourrait s’intéresser à diverses questions telles que l’efficacité du FBR, son coût-efficacité et ses conséquences non intentionnelles. Ces questions mobilisent divers types d’études et peuvent faire l’objet de revues distinctes. Ce qui caractérise la revue mixte est que l’ensemble des résultats sont intégrés afin de fournir une compréhension plus approfondie du FBR et émettre des recommandations plus précises. Sans cette intégration, une revue pourrait ne pas être considérée comme étant mixte, mais plutôt comme incluant plusieurs revues indépendantes. Il est donc essentiel de bien décrire la façon dont les données sont intégrées. Les devis de synthèse présentés offrent des solutions pratiques pour intégrer les données. Aussi, le chapitre 7 présente diverses stratégies d’intégration pour les études primaires. Ces stratégies pourront être explorées pour être appliquées dans le cadre des revues systématiques. Dans les articles qui rapportent des revues systématiques mixtes, la discussion doit au minimum récapituler comment les résultats issus de données qualitatives et quantitatives se comparent ou se complètent. Elle doit refléter la valeur ajoutée de cette intégration et ses limites.

La revue systématique mixte est une forme de synthèse des connaissances en constante évolution. Le nombre d’articles rapportant des revues systématiques mixtes croît de manière exponentielle depuis 2010. Les bénéfices d’une revue systématique mixte peuvent être considérables, en particulier pour répondre à des questions complexes, tirer profit de la complémentarité des données quantitatives et qualitatives, et avoir une compréhension approfondie et complète d’un phénomène. La recherche sur les revues systématiques mixtes est encore jeune et les prochaines années seront riches en développements conceptuels et méthodologiques.

Références clés

Heyvaert, M., Hannes, K. et Onghena, P. (2016). Using mixed methods research synthesis for literature reviews: The mixed methods research synthesis approach (vol. 4). Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

Il s’agit d’un livre méthodologique sur la revue mixte rédigé par des chercheuses et chercheurs en sciences sociales, psychologie et pédagogie de l’Université de Louvain en Belgique. Les différentes étapes pour mener une revue mixte y sont détaillées en débutant par la rédaction d’un protocole puis la recherche de documents pertinents, l’évaluation de la qualité des études, l’extraction et la synthèse des données et la publication d’une revue mixte. 

Martin, V., Renaud, J. et Dagenais, P. (2013). Les normes de production des revues systématiques : guide méthodologique.
https://www.inesss.qc.ca/fileadmin/doc/INESSS/DocuMetho/INESSS_Normes_production_revues_systematiques.pdf

Il s’agit d’un guide méthodologique rédigé en français qui propose 33 normes pour la production de revues systématiques. Ce guide ne porte pas spécifiquement sur la revue mixte, mais offre une excellente description des étapes à suivre pour effectuer une revue systématique. Il a été produit par des chercheuses et chercheurs de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) qui est une organisation francophone ayant comme mission de promouvoir l’excellence clinique et l’utilisation efficace des ressources dans le secteur de la santé et des services sociaux.

Suri, H. (2014). Towards methodologically inclusive research synthesis. Abingdon, UK : Routledge.

Il s’agit d’un livre méthodologique sur les revues mixtes rédigé par une chercheuse en éducation à l’Université de Deakinen (Australie). Ce livre compte 11 chapitres dont les premiers portent sur les avancées méthodologiques sur la synthèse, les principes de la synthèse et les orientations épistémologiques. Les derniers chapitres expliquent comment mener une revue mixte, soit la formulation d’un objectif, la recherche documentaire, l’évaluation, la synthèse et l’interprétation des données. 

Collaboration Cochrane : http://www.cochrane.org/

La Collaboration Cochrane est une organisation internationale à but non lucratif visant à promouvoir la pratique fondée sur des preuves scientifiques en santé. Elle regroupe plus de 30000 collaborateurs dans plus de 120 pays. Elle offre un soutien méthodologique et des formations sur la revue systématique. Il existe plusieurs branches francophones, dont Cochrane Canada – Francophone (http://ccf.cochrane.org/), Cochrane Suisse (http://swiss.cochrane.org/fr) et Cochrane France (http://france.cochrane.org). Aussi, un ouvrage méthodologique de référence sur les revues systématiques est disponible gratuitement : Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions : http://handbook.cochrane.org/

Collaboration Campbell : http://www.campbellcollaboration.org/

La Collaboration Campbell est une organisation similaire à la Collaboration Cochrane se spécialisant dans les sciences sociales, plus précisément dans les domaines de la justice, de l’éducation, du développement international et de la protection sociale).

Toolkit for Mixed Studies Reviews: http://toolkit4mixedstudiesreviews.pbworks.com

Ce site Internet sur la revue mixte est produit par des chercheuses et chercheurs de l’Université McGill au Canada. Il se veut un site Internet collaboratif où toute personne intéressée par cette méthode est invitée à participer à sa mise à jour. Les étapes de la revue systématique mixte sont décrites en profondeur.

Références

Bai, A., Shukla, V. K., Bak, G.  et Wells, G. (2012). Quality assessment tools project report. Ottawa : Canadian Agency for Drugs and Technologies in Health.

Barnett-Page, E. et Thomas, J. (2009). Methods for the synthesis of qualitative research: A critical review. BMC Medical Research Methodology, 9(1), 59.
doi: 10.1186/1471-2288-9-59

Bramer, W.M., Giustini, D., de Jonge, G. B., Holland, L. et Bekhuis, T. (2016). De-duplication of database search results for systematic reviews in EndNote. Journal of the Medical Library Association : JMLA, 104(3), 240-243.
doi: 10.3163/1536-5050.104.3.014

Busse, R., Orvain, J., Velasco, M., Perleth, M., Drummond, M., Jørgensen, T., … et Wild, C. (2002). Best practice in undertaking and reporting health technology assessments. International Journal of Technology Assessment in Health Care, 18(2), 361-422.
doi: 10.1017/S0266462302000284

Carroll, C. et Booth, A. (2015). Quality assessment of qualitative evidence for systematic review and synthesis: Is it meaningful, and if so, how should it be performed? Research Synthesis Methods, 6(2), 149-154.
doi: 10.1002/jrsm.1128

Chalmers, I., Hedges, L. V. et Cooper, H. (2002). A brief history of research synthesis. Evaluation and the Health Professions, 25(1), 12-37.
doi: 10.1177/0163278702025001003

Cochrane Effective Practice and Organisation of Care. 2012. LMIC Filters.
http://epoc.cochrane.org/lmic-filters

Cooper, H.M. (1988). Organizing knowledge syntheses: A taxonomy of literature reviews. Knowledge in Society, 1(1), 104-126.

Creswell, J. W., Klassen, A. C., Clark, V. L. P. et Smith, K. C. (2011). Best Practices for Mixed Methods Research in the Health Sciences. Site du National Institutes of Health, Office of Behavioral and Social Sciences Research.
http://obssr.od.nih.gov/mixed_methods_research

Crowe, M. et Sheppard, L. (2011). A review of critical appraisal tools show they lack rigor: alternative tool structure is proposed. Journal of Clinical Epidemiology, 64(1), 79-89.
doi: 10.1016/j.jclinepi.2010.02.008

Dixon-Woods, M., Agarwal, S., Jones, D., Young, B. et Sutton, A. (2005). Synthesising qualitative and quantitative evidence: A review of possible methods. Journal of Health Services Research and Policy, 10(1), 45 – 53.
doi: 10.1258/1355819052801804

Dubben, H.-H. et Beck-Bornholdt, H.-P. (2005). Systematic review of publication bias in studies on publication bias. British Medical Journal, 331(7514), 433-434.

El Sherif, R., Pluye, P., Gore, G., Granikov, V.  et Hong, Q. N. (2016). Performance of a mixed filter to identify relevant studies for mixed studies reviews. Journal of the Medical Library Association : JMLA, 104(1), 47-51.

Fritsche, G.B., Soeters, R.  et Meessen, B. (2014). Boîte à outils : financement basé sur la performance. Montreuil, FRA : Pearson France.

Gedda, M. (2015). Traduction française des lignes directrices PRISMA pour l’écriture et la lecture des revues systématiques et des méta-analyses. Kinésithérapie, la Revue, 15 (157), 39-44.

Gorter, A. C. et Meessen, B. (2013). Evidence review, results-based financing of maternal and newborn health care in low-and lower-middle-income countries. Germany: Study commissioned and funded by the German Federal Ministry for Economic Cooperation and Development through the sector project PROFILE at Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, Bonn et Eschborn.

Grant, M.J. et Booth, A. (2009). A typology of reviews: An analysis of 14 review types and associated methodologies. Health Information and Librairies Journal, 26(2), 91-108.
doi: 10.1111/j.1471-1842.2009.00848.x

Harden, A. (2010). Mixed-methods systematic reviews: Integrating quantitative and qualitative findings. Focus, (25), 1-7.

Heyvaert, M., Hannes, K., Maes, B. et Onghena, P. (2013). Critical appraisal of mixed methods studies. Journal of Mixed Methods Research, 7(4), 302-327.
doi: 10.1177/1558689813479449

Hong, Q. N., Pluye, P., Bujold, M. et Wassef, M. (2017). Convergent and sequential synthesis designs: Implications for conducting and reporting systematic reviews of qualitative and quantitative evidence. Systematic Reviews, 6(1), 61.
doi: 10.1186/s13643-017-0454-2

Hong, Q. N., Pluye, P., Fàbregues, S., Bartlett, G., Boardman, F., Cargo, M., Dagenais, P., Gagnon, M.-P., Griffiths, F., Nicolau, B., O’Cathain, A., Rousseau, M.-C. et Vedel, I. 2018. « Mixed Methods Appraisal Tool (MMAT), version 2018 ». Registration of Copyright (#1148552), Canadian Intellectual Property Office, Industry Canada.

Khangura, S., Konnyu, K., Cushman, R., Grimshaw, J. et Moher, D. (2012). Evidence summaries: The evolution of a rapid review approach. Systematic Reviews, 1(1), 1-9.
doi:10.1186/2046-4053-1-10

Langlois, A., Nie, J. Y., Thomas, J., Hong, Q. N. et Pluye, P. 2018. « Discriminating Between Empirical Studies and Nonempirical Works Using Automated Text Classification ». Research Synthesis Methods.
doi: 10.1002/jrsm.1317

Martin, V., Renaud, J. et Dagenais, P. (2013). Les normes de production des revues systématiques : guide méthodologique. Montréal, QC : Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS).

Mays, N., Pope, C. et Popay, J. (2005). Systematically reviewing qualitative and quantitative evidence to inform management and policy-making in the health field. Journal of Health Services Research and Policy, 10(Suppl. 1), 6 – 20.
doi: 10.1258/1355819054308576

Moher, D., Liberati, A., Tetzlaff, J. et Altman, D. G. (2009). Preferred reporting items for systematic reviews and meta-analyses: The PRISMA statement. Public Library of Science : Medicine, 6(7), :e1000097.
doi: 10.1371/journal.pmed.1000097

Neuendorf, K. A. (2002). The content analysis guidebook. Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

Pace, R., Pluye, P., Bartlett, G., Macaulay, A. C., Salsberg, J., Jagosh, J.  et Seller, R. (2012). Testing the reliability and efficiency of the pilot Mixed Methods Appraisal Tool (MMAT) for systematic mixed studies review. International Journal of Nursing Studies, 49(1), 47-53.
doi: 10.1016/j.ijnurstu.2011.07.002

Paré, G., Trudel, M.-C., Jaana, M. et Kitsiou, S. (2015). Synthesizing information systems knowledge: A typology of literature reviews. Information et Management, 52(2), 183-199.

Clark, V. L. P. et Ivankova, N. V (dir.). (2015). Mixed methods research: A guide to the field (vol. 3). Thousand Oaks, CA: Sage Publications.

Pluye, P., Gagnon, M. P., Griffiths, F. et Johnson-Lafleur, J. (2009). A scoring system for appraising mixed methods research, and concomitantly appraising qualitative, quantitative and mixed methods primary studies in mixed studies reviews. International Journal of Nursing Studies, 46(4), 529-46.
doi: 10.1016/j.ijnurstu.2009.01.009

Pluye, P. et Hong, Q. N. (2014). Combining the power of stories and the power of numbers: Mixed methods research and mixed studies reviews. Annual Review of Public Health, 35, 29-45.
doi:10.1146/annurev-publhealth-032013-182440

Pluye, P., Hong, Q. N., Bush, P. L. et Vedel, I. (2016). Opening-up the definition of systematic literature review: The plurality of worldviews, methodologies and methods for reviews and syntheses. Journal of Clinical Epidemiology, 73, 2-5.
doi:dx.doi.org/10.1016/j.jclinepi.2015.08.033

Pluye, P., Robert, E., Cargo, M., Bartlett, G., O’Cathain, A., Griffiths, F., … et Rousseau, M.C. (2011). Proposal: A mixed methods appraisal tool for systematic mixed studies reviews. Montréal : McGill University, 1-8. http://mixedmethodsappraisaltoolpublic.pbworks.com/

Popay, J (dir.). (2006). Moving beyond effectiveness in evidence synthesis: Methodological issues in the synthesis of diverse sources of evidence. Londres, UK : National Institute for Health and Care Excellence (NICE).

Rathbone, J., Carter, M., Hoffmann, T. et Glasziou, P. (2015). Better duplicate detection for systematic reviewers: Evaluation of Systematic Review Assistant-Deduplication Module. Systematic Reviews, 4(1), 6.

Rogers, E. M. (2003). Diffusion of Innovations (5e éd.). New York : Free Press.

Souto, R. Q., Khanassov, V., Hong, Q. N., Bush, P. L., Vedel, I. et Pluye, P. (2015). Systematic mixed studies reviews: Updating results on the reliability and efficiency of the Mixed Methods Appraisal Tool. International Journal of Nursing Studies, 52(1), 500-501.
doi:10.1016/j.ijnurstu.2014.08.010

Sutton, A.J. et Higgins, J. (2008). Recent developments in meta‐analysis. Statistics in Medicine, 27(5), 625-650.
doi: 10.1002/sim.2934

Thomas, J. et Harden, A. (2008). Methods for the thematic synthesis of qualitative research in systematic reviews. BMC Medical Research Methodology, 8, 45.
doi: 10.1186/1471-2288-8-45

Tricco, A. C., Soobiah, C., Antony, J., Cogo, E., MacDonald, H., Lillie, E., … et Perrier, L. (2016). A scoping review identifies multiple emerging knowledge synthesis methods, but few studies operationalize the method. Journal of Clinical Epidemiology, 73, 19-28.
doi: 10.1016/j.jclinepi.2015.08.030

Whittemore, R. et Knafl, K. (2005). The integrative review: Updated methodology. Journal of Advanced Nursing, 52(5), 546-553.
doi: 10.1111/j.1365-2648.2005.03621.x

Witter, S., Fretheim, A., Kessy, F. L. et Lindahl, A. K. (2012). Paying for performance to improve the delivery of health interventions in low-and middle-income countries. Cochrane Database of Systematic Review, (2), CD007899.

Résumé / Abstract / Resumen

Les revues systématiques mixtes sont des revues de littérature utilisant une approche systématique pour combiner des études quantitatives, qualitatives et mixtes. Elles sont de plus en plus populaires, car elles permettent une compréhension approfondie des phénomènes et interventions complexes. Dans ce chapitre, huit étapes de la revue systématique mixte sont présentées : (a) formulation d’une question de recherche, (b) définition des critères d’éligibilité, (c) identification des sources documentaires, (d) (élaboration de stratégie de recherche documentaire, (e) sélection des études pertinentes, (f) évaluation de la qualité des études retenues, (g) extraction des données des études retenues et (h) synthèse des données extraites. Ces étapes sont illustrées à partir d’un exemple tiré d’une revue systématique mixte sur les conséquences non intentionnelles d’une intervention reposant sur le financement basé sur les résultats. De plus, afin de guider l’intégration des données quantitatives et qualitatives, quatre devis de synthèse sont présentés : (a) devis de synthèse convergent avec intégration au niveau des données, (b) devis de synthèse convergent avec intégration au niveau des résultats de synthèse, (c) devis de synthèse convergent avec intégration au niveau de l’interprétation et (d) devis de synthèse séquentiel. Enfin, quelques défis des revues systématiques mixtes sont présentés dans l’analyse réflexive.

***

Systematic mixed studies reviews are literature reviews using a systematic approach to combine quantitative, qualitative and mixed methods studies. They are growing in popularity owing to their potential to provide a deep understanding of complex health interventions and problems. In this chapter, eight steps of systematic mixed studies reviews are presented: (a) formulate a review question, (b) define eligibility criteria, (c) identify sources of information, (d) select relevant studies, (e) appraise the quality of studies, (f) extract data and (g) synthesize extracted data from included studies. These steps are illustrated using an example of systematic mixed studies review on unintended consequences of performance-based financing intervention. Also, to provide guidance on how to combine qualitative and quantitative evidence, four synthesis designs are presented: (a) data-based convergent synthesis design, (b) results-based convergent synthesis design, (c) parallel-results convergent synthesis design, and (d) sequential synthesis design. This chapter ends with some challenges that can be encountered when conducting a systematic mixed studies review.

***

Las revisiones sistemáticas de estudios mixtos son revisiones de la literatura que utilizan un enfoque sistemático para combinar estudios cuantitativos, cualitativos y de métodos mixtos. Su popularidad va en aumento debido a su potencial para proporcionar una comprensión profunda de las intervenciones y los problemas de salud complejos. En este capítulo se presentan ocho pasos de revisiones sistemáticas de estudios mixtos: (a) formular una pregunta de revisión, (b) definir los criterios de elegibilidad, (c) identificar las fuentes de información, (d) seleccionar los estudios pertinentes, (e) evaluar la calidad de los estudios, (f) extraer los datos y (g) sintetizar los datos extraídos de los estudios incluidos. Estos pasos se ilustran con un ejemplo de revisión sistemática de estudios mixtos sobre las consecuencias no deseadas de la intervención financiera basada en el desempeño. Además, para proporcionar orientación sobre cómo combinar la evidencia cualitativa y cuantitativa, se presentan cuatro diseños de síntesis: a) diseño de síntesis convergente basado en datos, b) diseño de síntesis convergente basado en resultados, c) diseño de síntesis convergente basado en resultados paralelos, y d) diseño de síntesis secuencial. Este capítulo termina con algunos de los desafíos que se pueden encontrar al realizar una revisión sistemática de estudios mixtos.

***

Quan Nha Hong est candidate au doctorat au département de médecine de famille de l’Université McGill et boursière des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Elle est ergothérapeute de formation. Elle possède une maîtrise en sciences cliniques de l’Université de Sherbrooke et une maîtrise en évaluation et gestion des technologies de la santé de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux revues systématiques, méthodes de synthèse, méthodes mixtes et évaluation de la qualité méthodologique des études. Son projet de doctorat porte sur la mise à jour d’un outil d’évaluation de la qualité des études quantitatives, qualitatives et aux méthodes mixtes, le Mixed Methods Appraisal Tool (MMAT).

Anne-Marie Turcotte-Tremblay est candidate au doctorat en santé publique avec une spécialisation en organisation des soins à l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM). Elle est également affiliée à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal (IRSPUM). Sa thèse de doctorat porte sur les conséquences non intentionnelles du financement basé sur les résultats combiné à des mesures de protection sociale au Burkina Faso. Anne-Marie est boursière des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Elle a coordonné plusieurs recherches internationales en santé des populations. Anne-Marie s’intéresse à l’évaluation d’interventions visant à réduire les inégalités sociales de santé.

Pierre Pluye est professeur titulaire au Département de médecine de famille de l’Université McGill, chercheur-boursier senior du Fonds de recherche du Québec Santé (FRQS), et directeur de la composante Développement méthodologique à l’Unité SOUTIEN SRAP du Québec. Il est membre associé de l’École des sciences de l’information de l’Université McGill. Il est spécialiste en médecine familiale et en santé publique. Il détient un doctorat en promotion de la santé (Université de Montréal). Il a obtenu des bourses de carrière des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et du FRQS. En 2017, il a été élu membre de l’Académie canadienne des sciences de la santé, et a reçu le prix du « Chercheur de l’année » du Collège des médecins de famille du Canada. Il possède une expertise en méthodes mixtes. Ses recherches étudient les effets des informations issues de ressources électroniques sur les professionnels, les patients et le public.

Citation

Quan Nha Hong, Anne-Marie Turcotte-Tremblay et Pierre Pluye. (2019). Les revues systématiques mixtes. Un exemple à propos du financement basé sur les résultats. In Évaluation des interventions de santé mondiale. Méthodes avancées. Sous la direction de Valéry Ridde et Christian Dagenais, pp. 157-186. Québec : Éditions science et bien commun et Marseille : IRD Éditions.

License

Symbole de License Creative Commons Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International

Évaluation des interventions de santé mondiale de Quan Nha Hong, Anne-Marie Turcotte-Tremblay et Pierre Pluye est sous une licence License Creative Commons Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International, sauf indication contraire.

Partagez ce livre