15 L’évaluation de la fidélité d’implantation

Un projet de distribution d’omble chevalier aux femmes enceintes du Nunavik

Lara Gautier, Catherine M. Pirkle, Christopher Furgal et Michel Lucas

L’évaluation de la fidélité d’implantation
finition de la méthode

Le cadre évaluatif de la fidélité d’implantation développé par Carroll et ses collègues (2007) met en lumière l’écart entre les intentions initiales des concepteurs et conceptrices de projets d’intervention et les moyens par lesquels ceux-ci sont mis en œuvre. Plus cet écart est large, moins la «fidélité d’implantation» est élevée. Les caractéristiques du projet et les éléments «modérateurs» (par exemple les stratégies de facilitation, la qualité de la prestation, la réceptivité des participant-e-s à l’intervention) peuvent influer sur le degré de fidélité d’implantation.

Force de la méthode

  • Aide les chercheuses et chercheurs et les décideuses et décideurs à améliorer l’implantation de projets ou programmes d’intervention.
  • Permet d’évaluer de façon systématique les obstacles et les facilitateurs à l’implantation du projet. Ceci est particulièrement pertinent dans le domaine de la santé des populations vulnérables en raison des niveaux de complexité élevés du contexte d’implantation.

Défis de la méthode

  • Attention insuffisamment portée au contexte sociopolitique et à l’environnement dans lequel l’intervention est implantée (Hasson 2010). Cette limite a émergé lors des entretiens, à travers la manifestation de préoccupations au sujet de la viabilité financière et environnementale du projet.
  • Une approche «individualiste» qui ignore le contexte humain et les liens entre les personnes impliquées. Ceci est d’autant plus problématique dans l’évaluation d’interventions mises en œuvre dans le contexte autochtone, où la frontière entre l’individu et la communauté est ténue.
Un village du Nunavik isolé en période d’hiver, 2014. Crédits : Isabelle Veillette.

Avec le développement du champ de l’évaluation des processus, de nouvelles approches émergent pour explorer la boite noire de l’implantation. Ces approches aident à comprendre les manières dont les interventions atteignent des résultats efficaces. Dans le domaine de la santé des Autochtones au Canada, il y a un intérêt croissant pour mieux comprendre dans quelle mesure les interventions sont mises en œuvre et comment les améliorer. De nouvelles méthodes ont notamment émergé pour explorer en profondeur le degré d’implantation de programmes ou «projets» d’intervention. La présente étude qualitative utilise un cadre novateur pour l’évaluation d’implantation : celui de Carroll et ses collègues (2007). Les auteurs et autrice suggèrent que les moyens par lesquels les programmes sont mis en œuvre peuvent différer considérablement des intentions initiales des concepteurs et conceptrices. Cet écart représente le degré de «fidélité d’implantation» qui indique que plus l’écart entre les intentions et les moyens de mise en œuvre est important, moins la fidélité d’implantation est élevée.

Conceptuellement, selon Carroll et ses collègues (2007), la fidélité d’implantation inclut les caractéristiques d’un projet (contenu, couverture, fréquence et durée), ainsi que les modérateurs qui peuvent influer sur le degré d’implantation (complexité du projet, stratégies de facilitation, qualité de la prestation et réceptivité des participant-e-s au projet). Nous avons adapté ce cadre théorique pour évaluer la fidélité d’implantation dans le contexte du projet de distribution d’omble chevalier au Nunavik. Il est composé de six éléments-thèmes clés. Les cinq premiers se réfèrent aux différents modérateurs, alors que le sixième est celui qui correspond aux indicateurs d’un projet :

  • l’impact attendu du projet
  • la complexité inhérente à l’intervention (notamment au plan logistique)
  • les stratégies de communication et coordination pour implanter le projet
  • la qualité de la prestation de l’intervention (informations relatives à la différence entre ce que les bénéficiaires sont censés recevoir et ce quils et elles obtiennent réellement)
  • la réceptivité au projet, c’est-à-dire la manière dont les acteurs et actrices impliqués dans le projet apprécient celui-ci. La réceptivité est analysée auprès des bénéficiaires, mais aussi auprès des personnes ou groupes de personnes chargées de l’implantation du projet, auprès des organisations impliquées : dans quelle mesure leurs caractéristiques structurelles ont-elles une influence (leadership, ressources humaines, reddition des comptes, financement, etc.)?
  • les liens de correspondance entre les caractéristiques du projet (couverture du projet, dosage, fréquence, durée, etc.) et la réalité.

Ces six thèmes constituent les éléments de base de mesure de la fidélité d’implantation du projet évalué dans ce chapitre.

Contexte et projet évalué

Description du contexte où se déroule le projet

Des bouleversements socioéconomiques et environnementaux ont affecté les communautés autochtones du Nord canadien au cours des 60 dernières années. En particulier, ces bouleversements ont eu un impact négatif sur de nombreux systèmes alimentaires basés sur les produits locaux issus de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Aujourd’hui, parmi les populations autochtones des pays industrialisés, les communautés inuites du Canada ont les plus hauts niveaux d’insécurité alimentaire (Council of Canadian Academies 2014). En outre, l’exposition aux contaminants environnementaux, tels que le mercure, menace la sécurité alimentaire de ces populations (Pirkle, Muckle et Lemire 2016; Van Oostdam et al. 2005). Compte tenu d’un régime alimentaire incluant la viande de mammifères marins, elles sont exposées de manière disproportionnée au mercure par rapport aux Canadiens du Sud (Pirkle, Muckle et Lemire 2016). Dangereux pour le fœtus en développement, le mercure a aussi des répercussions négatives à long terme sur le développement de lenfant (Boucher et al. 2012; Jacobson et al. 2015; Pirkle, Muckle et Lemire 2016).

Les activités de promotion de la santé fondée sur les systèmes alimentaires des Inuits et la réduction de lexposition aux contaminants environnementaux sont nécessaires. Certains aliments locaux (par exemple la viande de béluga) contiennent des niveaux élevés de nutriments, mais peuvent aussi présenter des concentrations élevées en mercure (Lemire et al. 2015). Une possibilité d’intervention est de promouvoir la consommation daliments locaux inuits qui sont riches en nutriments mais pauvres en contaminants environnementaux. L’omble chevalier (Salvelinus alpinus), un poisson d’Amérique du Nord, constitue une source d’alimentation correspondant précisément à ces critères.

Prospectus distribué dans le cadre de la journée des aliments traditionnels, 2014. Crédits photo : Isabelle Veillette.

Description de la logique du projet

Au Nunavik, une région du Nord-du-Québec (Canada), il existe un projet communautaire qui vise à améliorer la qualité nutritionnelle de l’alimentation, à réduire l’insécurité alimentaire et à minimiser l’exposition aux contaminants environnementaux. Dans sa conception, ce projet est simple : il s’agit de distribuer l’omble chevalier gratuitement aux femmes enceintes vivant dans les villages du Nunavik, habités majoritairement par des personnes d’origine inuite. Il est connu comme le Projet de distribution de l’omble chevalier (Arctic Char Distribution Project ou AC/DP dans son acronyme en anglais). Dans les années 2000, le projet a été mis à l’essai dans trois communautés du Nunavik. Au cours des années suivantes, on a tenté d’étendre le projet à tous les villages le long de la côte de la baie d’Hudson.

En septembre 2011, dix ans après sa première itération, la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik (RRSSSN) a souhaité mettre en œuvre le projet de distribution d’omble chevalier pour toutes les femmes enceintes habitant les villages le long de la côte de la baie d’Hudson. Théoriquement, le poisson est pêché par des pêcheurs locaux de cette zone, puis vendu légèrement en dessous du prix du marché à la Régie. Il est ensuite placé dans des glacières (de grande taille, difficiles à manipuler) afin d’éviter les risques de brûlures de congélation. Les glacières sont transportées en avion par la compagnie Air Inuit. Celle-ci transporte gratuitement les caisses de poisson aux villages environnants et, en théorie, ramène les caisses vides aux villages d’approvisionnement pour la somme modique de 25 dollars canadiens. Les maternités de ces villages doivent ensuite organiser la distribution du poisson frais aux femmes enceintes. Selon ce qui est prévu, toutes les femmes enceintes reçoivent un poisson de 24 pouces ou plus, une fois par semaine, à la maternité ou à leur domicile (dans les plus petits villages). Ce projet vise à réduire l’exposition aux contaminants environnementaux et à améliorer la sécurité alimentaire, deux problèmes de santé publique importants dans les communautés inuites du Nunavik.

Cependant, la mise en œuvre du projet est incomplète. Le poisson n’est pas régulièrement distribué (moins d’une fois par semaine) et toutes les zones géographiques ciblées ne sont pas couvertes. En outre, sa durabilité environnementale et financière est menacée.

Figure 1. Schéma de la logique du projet et de ses composantes

Adaptation du cadre théorique au cas d’étude

Hasson (2010) avait constaté que les composantes du cadre de Caroll et ses collègues (2007) ne prenaient pas en compte le contexte socioéconomique, culturel et environnemental dans lequel un projet est implanté (Hasson 2010). Nous avons donc créé un thème supplémentaire, reflétant les différentes dimensions émises, qui était susceptible daffecter la mise en œuvre du projet : «Valeurs associées à lintervention» (voir section 4 ci-dessous). Les «valeurs» reflètent les différentes préconceptions naturellement associées au projet par les différentes catégories de participant-e-s. Elles se réfèrent au contexte macrosocial, économique, culturel et environnemental dans lequel l’intervention est mise en œuvre. Les participant-e-s parlent en effet de plusieurs types de valeurs associées à l’intervention :

  • la valeur «de santé publique» (amélioration de l’état nutritionnel et sécurité alimentaire)
  • la valeur «base communautaire» (intervention bottom-up, mise en œuvre au niveau communautaire)
  • la valeur «traditionnelle» (préconiser la nourriture traditionnelle dans l’alimentation)
  • la valeur «santé maternelle» (en référence à la population cible : les femmes enceintes)
  • la valeur «lien avec les personnes âgées» (les générations âgées conseillant aux femmes enceintes de consommer du poisson)

Devis d’évaluation

Objectif de l’évaluation

Dans cette étude, nous conduisons une évaluation de la fidélité d’implantation du projet AC/DP. Plus précisément, nous examinons la manière dont les sept éléments de mesure de la fidélité d’implantation affectent l’atteinte des objectifs initiaux de ce projet, initié il y a 15 ans.

Déroulement

Nous évaluons l’implantation du projet à partir des données recueillies dans des documents sur le projet, comptes rendus de réunions, notes de terrain et entretiens qualitatifs avec les bénéficiaires et les personnes chargées d’exécuter le projet. Les thèmes émergents des données sont discutés à la lumière du cadre de fidélité d’implantation développé par Carroll et ses collègues en 2007.

Tableau 1. Récapitulatif du devis d’évaluation de l’implantation du Projet de distribution d’omble chevalier (Arctic Char) aux femmes enceintes du Nunavik

Sources de données

      Description

Entretiens individuels

 

Guide d’entretien pour les bénéficiaires du projet – les femmes enceintes (à tout âge), explorant leur niveau d’acceptation du projet.

Guide d’entretien pour les décideuses et décideurs et les personnes chargées de l’implantation, explorant les perceptions autour de la vision, du financement, de l’opérationnalité et de la viabilité du projet sur le long terme).

Documentation

Séjours sur le terrain (deuxième auteur) pour recueillir les documents.

Entretiens individuels

13 transcriptions verbatim – entretiens avec 14 femmes enceintes (un entretien s’est tenu avec deux femmes).

4 transcriptions verbatim – entretiens avec décideuses et décideurs et personnes chargées de l’implantation.

Documentation

7 documents – notes d’observation, rapports de réunion et documents de projet.

6 échanges de courriels

Transcription et thèmes

Après la transcription de toutes ces données, une approche standard de codage (déductif-inductif) a été réalisée. Les codes ont été examinés de façon collaborative par la première autrice et le deuxième auteur. Les thèmes potentiels ont été discutés à la lumière des objectifs de la recherche et ont été fixés par consensus.

Brève description des résultats de l’évaluation

Nos résultats indiquent que les femmes enceintes ont pleinement accepté le projet en raison de sa pertinence culturelle. Cependant, on constate une implantation incomplète du projet qui se manifeste au niveau des sept dimensions :

  1. Impact attendu du projet : absence de vision commune autour de l’impact attendu du projet : un projet visant la sécurité alimentaire pour les uns ou un projet visant la réduction de l’exposition aux contaminants pour les autres.
  2. Complexité inhérente à l’intervention : logistique (poisson seulement disponible à certaines périodes de l’année, transport jusqu’aux bénéficiaires et maintien de la chaine du froid) et multiplicité des acteurs et actrices chargées de l’implantation (gestionnaires, coordinateurs, infirmières, etc.).
  3. Stratégies de communication et coordination : absence de stratégies, difficultés de communication et de coordination parmi les personnes chargées de l’implantation du projet.
  4. Qualité de la prestation de lintervention : la fraicheur était parfois insatisfaisante, le poisson n’arrivant pas de façon régulière. En revanche, la taille du poisson semblait toujours satisfaire, et notamment le fait, pour les bénéficiaires, de pouvoir choisir une taille qui corresponde à leurs souhaits.
  5. Réceptivité au projet : les bénéficiaires ont présenté des niveaux élevés de réceptivité – notamment parce qu’il s’agit, pour elles, d’une ressource gratuite. Le projet était également bien perçu par la plupart des professionnel-le-s de santé, conscient-e-s de l’utilité d’une telle intervention de santé publique dans ces communautés. En revanche, pour ce qui est de certains acteurs et actrices politiques, gestionnaires et personnels directement impliqués dans l’implantation, on pourrait parler d’un manque d’engagement et de vision de long terme : le leadership n’était pas toujours à la hauteur (quel que soit le niveau), les ressources humaines fluctuantes, et la structure de financement du projet instable.
  6. Liens de correspondance entre les caractéristiques du projet : le poisson était de taille toujours satisfaisante, mais avec une couverture géographique partielle et des irrégularités dans la distribution (le poisson n’atteignant pas les bénéficiaires une fois par semaine pour des raisons principalement logistiques).
  7. Valeurs associées : intervention culturellement et socialement adaptée au contexte notamment parce qu’elle intègre des codes traditionnels (référence au partage, à la «nourriture locale», aux ancêtres, etc.). Intervention valable également du point de vue de la santé publique (nutriments et baisse de l’exposition aux contaminants). Potentiels risques du point de vue environnemental, lié une éventuelle surexploitation du poisson.
Tableau 2. Portrait récapitulatif des forces et faiblesses du projet
Forces du projet Faiblesses du projet
  • Apprécié et sollicité par les bénéficiaires (cf. n° 5)
  • Pertinence culturelle pour les communautés bénéficiaires (cf. n° 7)
  • Riche en nutriments (cf. n° 7)
  • Faible en contaminants (cf. 7)
  • Accepté par la plupart des professionnel-le-s de santé (cf. n° 5)
  • Coût limité (cf. n° 5)

 

 

  • Complexité logistique, notamment des discontinuités dans la chaine de transport et de distribution pour s’assurer d’une distribution de poisson frais aux bénéficiaires du projet (cf n°6)
  • Défis de communication et de coordination parmi les personnes chargées de l’implantation du projet (cf. 3)
  • Absence de vision commune autour de l’impact attendu du projet (c.-à-d. projet visant la sécurité alimentaire pour les uns, et la réduction de l’exposition aux contaminants pour les autres) (cf. 1)
  • Durabilité financière insuffisante sur le long terme (cf. 5)
  • Changements fréquents des ressources humaines (notamment au sein des maternités et parmi les transporteurs) empêchant une implication sur le long terme des personnes responsables de l’implantation du projet
  • Caractère saisonnier du poisson et fraicheur irrégulière de la ressource liée à la manutention (cf. 2)
  • Potentielle vulnérabilité du poisson à la surexploitation (cf. 7)

Discussion des résultats

Nos résultats montrent que le projet a été soutenu et apprécié par de nombreux acteurs et actrices. Pourtant, ce travail met en évidence le fait que la complexité d’un projet peut entraver son implantation, notamment sur le plan de la communication et de la coordination.

La logistique (transport, expédition, stockage, distribution) nécessaire à la mise en œuvre du projet exige un niveau élevé de coordination entre les parties prenantes, comme les infirmières et les transporteurs communautaires, notamment parce que les poissons sont rapidement périssables.

Le manque d’engagement de certains acteurs et actrices a provoqué des difficultés dans l’implantation, de même que les changements fréquents de personnel dans la région du Nunavik. Outre la rotation du personnel d’Air Inuit et de la maternité, les coordonnateurs et coordonnatrices du projet ont souvent changé de poste. Les fréquentes rotations de personnel ont empêché le développement de réseaux coordonnés des personnes engagées sur le long terme, prêtes à surmonter les défis logistiques de la distribution des ressources dans une région éloignée. En tant que telle, la fiabilité du projet s’est dégradée dans le temps : les principales parties prenantes se révélaient souvent incapables de se prononcer sur la disponibilité du poisson. Ces défis rencontrés au Nunavik trouvent un écho en Afrique subsaharienne, région où l’instabilité du personnel est également commune. Plusieurs évaluations en Afrique subsaharienne font état de fréquents changements de personnel et de difficiles conditions de travail à la suite de la mise en place d’interventions de santé spécifiques au Sénégal et en Afrique du Sud par exemple (Rouleau et al. 2012; Van Damme, Kober, and Kegels 2008). Ces situations affectent fortement la fiabilité des projets.

Les problèmes structurels contribuent également à l’absence de communication entre les pivots du projet, en particulier les coordonnateurs et coordonnatrices de projets et les infirmières de la maternité, même lorsque travaillant à proximité. Des défis de communication ont également été identifiés dans lévaluation de l’implantation d’une autre intervention en nutrition, le programme Nutrition Nord Canada (Government of Canada 2013). Des investigations sur ce phénomène dans dautres projets ou programmes de nutrition dans les régions éloignées du Canada devraient être poursuivies dans des recherches futures.

La complexité de l’intervention n’est probablement pas la seule responsable de l’implantation incomplète. En effet, comme l’évoque un décideur de la RRSSSN, la distribution d’omble chevalier aux femmes enceintes de cette région n’a jamais été considérée comme un «programme formel» piloté par la RRSSSN. L’intervention était plutôt perçue comme une simple «initiative», appuyée occasionnellement par la RRSSSN. Ceci expliquerait, toujours selon ce décideur, les difficultés d’implantation et le manque de visibilité sur le long terme.

En outre, l’absence d’une vision commune autour de l’impact prévu du projet a, selon nous, provoqué une dilution de la responsabilité entre les parties prenantes. L’engagement vers l’atteinte d’un objectif commun est pourtant la clé du succès du projet. Dans plusieurs cas, les acteurs et actrices de l’implantation n’étaient pas prêts à prendre l’initiative de trouver la source des problèmes de distribution. Pour résoudre les questions logistiques, le personnel des maternités se reposait souvent sur les coordonnateurs et coordonnatrices de projet et d’autres personnes en position dautorité. Les fonctionnaires ont également démontré un engagement limité par leur connaissance restreinte du financement du projet et une restitution insuffisante des résultats des réunions aux institutions partenaires du projet. La responsabilité de toutes les parties prenantes par rapport aux bénéficiaires du projet a donc été remise en cause par un manque de leadership.

Nous estimons que le cadre développé par Carroll et ses collègues (2007) est un outil utile et valable pour guider les chercheuses et chercheurs et les décideuses et décideurs afin d’améliorer l’implantation de projets ou programmes d’intervention. Conçu comme une «recette de cuisine» dont il suffit de suivre chaque étape, le cadre s’est ainsi avéré utile pour évaluer de façon systématique les obstacles et facilitateurs à l’implantation du projet. Ceci est particulièrement pertinent dans le domaine de la santé des Autochtones en raison des niveaux de complexité élevés du contexte d’implantation. Il était nécessaire d’approfondir ces processus afin de mieux informer la prise de décision.

Rivages du village de Puvirnituq l’hiver, 2014. Crédits photo : Isabelle Veillette.

Cependant, l’absence de «valeurs» et d’éléments de contexte au sein du cadre de Carroll et ses collègues (2007) signale une vision technocratique de l’évaluation d’implantation de projets ou programmes qui vise à équilibrer facilitateurs et obstacles. Problématique majeure, le cadre ignore presque totalement le contexte humain et les liens entre les personnes impliquées. En particulier, il ne tient pas compte de la nécessité de disposer de personnes motivées pour la conception et l’implantation de projets ou politiques. Durlak et DuPre (2008) avaient pourtant montré à la même période que des facteurs liés à la capacité organisationnelle (motivation du personnel qui implante l’intervention, leadership, suivi et soutien des supérieurs hiérarchiques, etc.) étaient essentiels pour assurer une implantation complète (Chouinard et Cousins 2007). Ceci pose problème pour une application du cadre dans le contexte de la santé des Autochtones. L’établissement de liens entre les personnes y est primordial, car le collectif tient une place très importante. Dans le contexte autochtone, il s’avère donc nécessaire de le reconnaître dans toute évaluation réalisée.

Globalement, le projet AC/DP ne souffre pas d’un manque de soutien des parties prenantes, même si les objectifs spécifiques ont été souvent contestés. Le défi consiste plutôt à construire à partir de la popularité du projet afin de surmonter les obstacles logistiques et de communication.

Références clés

Carroll, C., Patterson, M., Wood, S., Booth, A., Rick, J. et Balain, S. (2007). A conceptual framework for implementation fidelity. Implementation Science, 2(1), 40-48.
https://doi.org/10.1186/1748-5908-2-40

L’article phare de Carroll et collègues détaillant le célèbre cadre théorique de la fidélité d’implantation : à lire et à relire.

Gautier, L., Pirkle, C. M., Furgal, C. et Lucas, M. (2016). Assessment of the implementation fidelity of the Arctic Char Distribution Project in Nunavik, Quebec. BMJ Global Health, 1(3), e000093.
https://doi.org/10.1136/bmjgh-2016-000093

Notre article original de recherche, publié en anglais, dans lequel nous décrivons les différentes composantes du programme de distribution d’omble chevalier au Nunavik et les analysons à la lumière du cadre de la fidélité d’implantation.

Hasson, H. (2010). Systematic evaluation of implementation fidelity of complex interventions in health and social care. Implementation Science, 5(1), 67-75.
https://doi.org/10.1186/1748-5908-5-67

L’adaptation d’Hasson du cadre théorique de la fidélité d’implantation, tenant compte de manière plus convaincante du contexte sociopolitique et de l’environnement dans lequel une intervention complexe est implantée.

Références

Boucher, O., Jacobson, S. W., Plusquellec, P., Dewailly, E., Ayotte, P., Forget-Dubois, N., … et Muckle, G. (2012). Prenatal methylmercury, postnatal lead exposure, and evidence of attention deficit/hyperactivity disorder among Inuit children in Arctic Quebec. Environ Health Perspectives, 120(10), 1456–1461.

Carroll, C., Patterson, M., Wood, S., Booth, A., Rick, J. et Balain, S. (2007). A conceptual framework for implementation fidelity. Implementation Science, 2(1), 40-48.
https://doi.org/10.1186/1748-5908-2-40

Chouinard, J. A. et Cousins, J. B. (2007). Culturally competent evaluation for Aboriginal communities: A review of the empirical literature. Journal of Multidisciplinary Evaluation, 4(8), 40–57.

Council of Canadian Academies. Expert Panel on the State of Knowledge of Food Security in Northern Canada. (2014). Aboriginal Food Security in Northern Canada: An Assessment of the State of Knowledge. 
http://www.scienceadvice.ca/en/assessments/completed/food-security.aspx

Durlak, J. A. et DuPre, E. P. (2008). Implementation matters: A review of research on the influence of implementation on program outcomes and the factors affecting implementation. American Journal of Community Psychology, 41(3-4), 327–350.

Gautier, L., Pirkle, C. M., Furgal, C. et Lucas, M. (2016). Assessment of the implementation fidelity of the Arctic Char Distribution Project in Nunavik, Quebec. BMJ Global Health, 1(3), e000093.
https://doi.org/10.1136/bmjgh-2016-000093

Government of Canada. (2013). Implementation Evaluation of the Nutrition North Canada Program. Site de Aboriginal Affairs and Northern Development Canada.
http://www.aadnc-aandc.gc.ca/eng/1395347953550/1395348287432

Hasson, H. (2010). Systematic evaluation of implementation fidelity of complex interventions in health and social care. Implementation Science5, 67-75.
https://doi.org/10.1186/1748-5908-5-67

Jacobson, J. L., Muckle, G., Ayotte, P., Dewailly, É. et Jacobson, S. W. (2015). Relation of Prenatal Methylmercury Exposure from Environmental Sources to Childhood IQ. Environmental Health Perspectives, 123(8), 827-833.

Lemire, M., Kwan, M., Laouan-Sidi, A. E., Muckle, G., Pirkle, C., Ayotte, P. et Dewailly, E. (2015). Local country food sources of methylmercury, selenium and omega-3 fatty acids in Nunavik, Northern Quebec. Science of the Total Environment, 509, 248–259.

Pirkle, C. M., Muckle, G. et Lemire, M. (2016). Managing mercury exposure in northern Canadian communities: State of the evidence and guidance for health professionals. Canadian Medical Association  Journal, 188(14), 1015-1023.

Rouleau, D., Fournier, P., Philibert, A., Mbengue, B. et Dumont, D. (2012). The effects of midwives’ job satisfaction on burnout, intention to quit and turnover: a longitudinal study in Senegal. Human Resources for Health, 10(1), 9–22.

Van Damme, W., Kober, K. et Kegels, G. (2008). Scaling-up antiretroviral treatment in Southern African countries with human resource shortage: How will health systems adapt?. Social Science et Medecine, 66(10), 2108–2121.

Van Oostdam, J., Donaldson, S. G., Feeley, M., Arnold, D., Ayotte, P., Bondy, G., … et Loring, E. (2005). Human health implications of environmental contaminants in Arctic Canada : A review. Science of the Total Environment, 351, 165–246.

Résumé / Abstract / Résumé en inuktituk / Resumen

En 2011, la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik a commencé à appuyer financièrement le Projet de Distribution d’Omble chevalier (Arctic Char Distribution Project ou AC/DP dans son acronyme en anglais) pour les femmes enceintes. Cette initiative favorisait la consommation d’une nourriture traditionnelle inuite – le poisson « Omble chevalier » – pour les femmes enceintes vivant dans les villages du Nunavik, une région du nord du Québec peuplée majoritairement de personnes d’origine inuite. Cette intervention visait à réduire l’exposition aux contaminants environnementaux et à améliorer l’état nutritionnel et la sécurité alimentaire. La mise en œuvre du projet a été évaluée sur la base des données collectées à partir de documents du projet, de notes de terrain et d’entretiens qualitatifs avec les bénéficiaires et les exécutants du projet. Les thèmes émergeant des données ont été discutés à la lumière du cadre de fidélité à la mise en œuvre développé par Carroll et coll. (2007). Les femmes enceintes ont pleinement adopté l’initiative pour sa pertinence culturelle. Toutefois, la mise en œuvre du projet était incomplète : elle ne couvrait pas toutes les zones géographiques prévues, et il y avait une incohérence récurrente dans l’approvisionnement et la distribution du poisson. En outre, l’initiative n’était pas financée de façon stable. Ce travail montre que la complexité du projet est susceptible d’entraver la réussite de la mise en œuvre, en particulier en termes de communication et de coordination.

***

In 2011, the Nunavik Regional Board of Health and Social Services began supporting the Arctic Char Distribution Project (AC/DP) for pregnant women. This initiative promoted consumption of a traditional Inuit food— the fish Arctic char — for pregnant women living in villages of Nunavik, an area in northern Quebec (Canada) inhabited predominantly by people of Inuit ethnicity. This intervention was intended to reduce exposure to environmental contaminants and improve nutriritional status and food security. The project’s implementation was assessed based on data collected from background documentation, field notes and qualitative interviews with project recipients and implementers. Themes emerging from the data were discussed in the light of the framework for implementation fidelity developed by Carroll et al in 2007. Pregnant women fully embraced the initiative for its cultural appropriateness. However, project implementation was incomplete because it did not cover all intended geographic areas, and there was a recurring inconsistency in the supply and distribution of the fish. In addition, the initiative has been inconsistently funded. This work highlights the extent to which project complexity can impede successful implementation, particularly in terms of communication and coordination.

***

Résumé en inuktituk

ᖃᐅᔨᓴᕐᑕᐅᓂᖓ ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᒐᔭᕐᒪᖔᑦ ᓄᑕᕋᑦᓴᓖᑦ ᐃᖃᓗ2ᐱᑖᕐᑎᑕᐅᖃᑦᑕᕋᔭᕆᐊᖏᑦ ᓄᓇᕕᒻᒥ

ᐱᐅᓯᕆᔭᐅᓯᒪᔪᖅ: -ᒥ, ᓄᓇᕕᒻᒥ ᐃᓗᓯᓕᕆᓂᕐᒧᑦ ᑲᑎᒪᔩᑦ ᓴᐳᒻᒥᕙᓪᓕᐊᓯᓯᒪᔪᑦ ᐃᖃᓗ2ᐲᑦ ᐊᒡᒍᑐᕐᑕᐅᓂᑦᓴᖏᑦᑕ ᐱᓇᓱᐊᕐᑕᐅᓂᖓᓂᑦ GAC/DPH ᓄᑕᕋᑦᓴᓕᓐᓄᑦ. ᑕᒪᓐᓇ ᐱᒋᐊᖕᖓᒍᑎzi ᐃᖃᓗ2ᐱᑐᖃᑦᑕᓂᕐᓴᐅᒐᔭᕐᑐᑦ ᐊᕐᓀᑦ ᓄᑕᕋᑦᓴᓖᑦ ᓄᓇᕕᓕᒫᒥ, ᑯᐯᒃ ᑕᕐᕋᖓᓂ GᑲᓇᑕᒥH ᐃᓄᑐᐃᓐᓀᑦ ᓄᓇᖏᓐᓂ. ᑕᒪᓐᓇ ᐱᒋᐊᖕᖓᐅᑎ ᑑᕌᒍᑎᐅᒐᓱᐊᕐᓯᒪᔪᖅ ᓱᒃᑯᓇᕐᑐᑕᓕᓐᓂᑦ ᐱᖕᖏᓂᕐᓴᐅᖁᑦᓱᒋᑦ ᐱᐅᓯᐅᒥᖁᑦᓱᒋᓪᓗ ᐊᕐᓀᑦ ᓂᕿᑦᓯᐊᑑᒪᓂᖏᑦ.

ᐱᓂᐊᒐᖏᑦ: ᐱᓇᓱᐊᒐᑦᓴᐅ2 ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᓂᖓ ᕿᒥᕐᕈᔭᐅᓯᒪᔪᖅ ᖃᐅᔨᓴᕈᑎᕕᓃᑦ ᓄᐊᑕᐅᒪᔪᓄᑦ ᐊᓪᓚᖁᑎᕕᓂᕐᓄᑦ, ᐊᓪᓚᖁᑎᓕᐊᕕᓃᑦ ᖃᐅᔨᓴᕐᑎᓄᑦ ᓄᓇᓕᓐᓂ ᐱᓇᓱᐊᕐᓱᑎᑦ ᐊᒻᒪᓗ ᐅᖄᖃᑎᖃᖃᑦᑕᓱᑎᑦ ᐃᓚᐅᒍᓐᓇᑐᓂᑦ ᐊᑯᓐᓂᖁᑦᓯᐅᑎᓂ ᐱᕈᕐᐸᓕᐊᑎᑦᓯᓱᑎᑦ ᑲᔪᓯᑎᑦᓯᓱᑎᓗ. ᐃᓘᓐᓈᒍᑦ ᐱᒋᐊᕐᑎᑕᐅᓂᖏᑦ ᖃᐅᔨᓴᕈᑎᓂᑦ ᓄᐃᑕᑎᑕᐅᔪᑦ ᐅᖄᕈᑎᐅᑦᓱᑎᑦ ᐃᓗᓕᖏᑦ ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᑦᓱᑎᑦ WA5ᔨᔪᕕᓂᖅ ᑭᐊᕈᓪ ᐊᒻᒪᓗ ᓐᓄᑦ -ᒥ.

ᓄᐃᑎᑕᐅᓂᖏᑦ: ᓄᑕᕋᑦᓴᓖᑦ ᐊᕐᓀᑦ ᐃᓚᐅᑦᓯᐊᑐᕕᓃᑦ ᐱᒋᐊᖕᙰᒍᓐᓇᓯᐊᕐᓱᑎᑦ ᐃᓗ3ᕈᓯᖓᓅᓕᖓᑦᓯᐊᒪᑦ. ᑌᒣᒐᓗᐊᕐᑎᓗᒍ, ᐱᓇᓱᐊᕋᑦᓴᐅ2 ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᓂᖓ ᐱᔭᕇᕐᑕᐅᓯᒪᖕᖏᑐᖅ ᐅᐸᒍᒪᔭᒥᓄᑦ ᐅᐯᒍᓐᓇᓯᒪᖕᖏᒪᑕ, ᐃᖃᓗᑖᑦᓯᐊᕐᖃᔭᕐᓂᖏᑦᓱᑎᓪᓗ ᐊᒡᒍᑐᐃᔨᑦᓴᖃᑦᓯᐊᕋᑎᓗ. ᐊᒻᒪᓗ, ᐱᒋᐊᖕᙰᒍᑎᑦᓴᒥᑦ ᑮᓇᐅᔭᑦᓴᖃᖕᖏᑯᒥᓄᑦ ᐊᑐᐃᓐᓇᓂᑦ ᓈᒻᒪᑐᓂᓪᓗ.

ᐅᖄᕈᑎᐅᔪᖅ: ᐱᓇᓱᐊᒐᑦᓴᐅᔪᖅ ᓄᐃᑦᓯᓯᐊᕐᑐᖅ ᑐᕃᓐᓇᕈᓐᓇᒪᑦ ᐱᓇᓱᐊᒐᑦᓴᐅ2 ᐊᕐᓱᕈᕐᓇᓂᖓ ᓱᕐᕃᒍᓐᓇᒪᑦ ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᑦᓯᐊᓗᓂ ᐊᑯᓐᓂᖁᑦᓯᐅᑎᓂ, ᐱᓗᐊᕐᑐᒥ ᑐᓴᕈᑎᓕᕆᓂᒃᑯᑦ ᐊᑕᐅᑦᓯᑰᕐᓂᑯᓪᓗ. ᐅᓐᓂᑑᑦᔨᔪᒍᑦ ᐱᐅᓯᐅᒥᒍᓐᓇᓂᖏᑦ ᐱᓇᓱᐊᒐᑦᓭᑦ ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᓂᖓᓂᑦ ᐅᓐᓂᑑᑦᔨᓱᑕ ᐊᓯᑦᔨᑕᐅᒋᐊᖃᕐᓂᖏᓐᓂ ᐃᓘᓐᓈᒍᑦ ᐊᑐᕐᑕᐅᔪᑦ ᖃᐅᔨᓴᕐᓃᑦ ᑕᒪᑦᓱᒥᖓ ᑲᔪᓯᑎᑕᐅᓂᖓᓂ ᐱᓇᓱᐊᒐᑦᓴᐅᔪᒥ.

***

En 2011, la Junta Regional de Salud y Servicios Sociales de Nunavik comenzó a proporcionar apoyo financiero al Arctic Char Distribution Project (AC/DP) para mujeres embarazadas. Esta iniciativa promovió el consumo de alimentos tradicionales de los inuit, el salmón del ártico, para las mujeres embarazadas que viven en las aldeas de Nunavik, una región del norte de Quebec poblada principalmente por personas de origen inuit. Esta intervención tenía por objeto reducir la exposición a los contaminantes ambientales y mejorar el estado nutricional y la seguridad alimentaria. La ejecución del proyecto se evaluó sobre la base de los datos recogidos de los documentos del proyecto, las notas sobre el terreno y las entrevistas cualitativas con los beneficiarios y ejecutores del proyecto. Los temas que surgieron de los datos fueron discutidos a la luz del marco de fidelidad de implementación desarrollado por Carroll et al. (2007). Las mujeres embarazadas han adoptado plenamente la iniciativa por su relevancia cultural. Sin embargo, la ejecución del proyecto fue incompleta: no abarcó todas las zonas geográficas previstas y había una incoherencia recurrente en el suministro y la distribución de pescado. Además, la iniciativa no se financió sobre una base estable. Este trabajo muestra que la complejidad del proyecto puede dificultar una ejecución exitosa, especialmente en términos de comunicación y coordinación.

***

Lara Gautier est candidate au doctorat en santé publique, option santé mondiale, à l’École de Santé publique de l’Université de Montréal. Formée en sciences politiques et en économie de la santé, Lara s’intéresse aux enjeux de gouvernance et de pouvoir dans les interventions de santé mondiale, en utilisant une approche interdisciplinaire d’analyse des processus politiques, socioculturels et organisationnels. Ses terrains de recherche couvrent notamment l’Afrique de l’Ouest francophone et les populations vulnérables au Québec et en France. Elle est aussi impliquée dans le milieu associatif, apportant un soutien social aux migrants à Montréal et à Paris. Lara a publié plus d’une quinzaine d’articles scientifiques et chapitres d’ouvrage. Elle est titulaire d’une bourse de recherche au doctorat du FRQ Société et Culture, et enseigne la santé mondiale, l’évaluation d’implantation et les méthodes qualitatives et mixtes au Québec, au Mali et dans plusieurs pays d’Europe.

Catherine Pirkle est professeure adjointe à l’Office of Public Health Studies de l’Université d’Hawaïʻi à Mānoa. Elle est l’une des chercheuses principales de l’équipe d’évaluation de Healthy Hawaii Initiative. Cette initiative de l’État d’Hawaï, démarrée en 2000,a mis en œuvre plusieurs interventions de santé publique importantes,visant notamment à promouvoir l’activité physique, l’alimentation saine, le renforcement des systèmes de santé. Financée par le Département de santé d’Hawaï et les Centers for Disease Control des États-Unis, l’équipe de Pirkle et de ses collègues est chargée d’évaluer les principales interventions de Healthy Hawaii Initiative. Les domaines de recherche de Dre Pirkle sont la santé mondiale, la santé des femmes, et le vieillissement. Outre son travail pour l’équipe d’évaluation de Healthy Hawaii Initiative, elle est investigatrice principale ou co-investigatrice de plusieurs projets financés par les National Institutes of Health des États-Unis et les Instituts de recherche en santé du Canada.

Christopher Furgal est professeur agrégé dans le programme d’études et de sciences environnementales autochtones à l’Université Trent. Il détient une formation en sciences naturelles, sciences sociales et de la santé. Il est nommé conjointement à l’École d’Études Autochtones Chanie Wenjacket l’École Trent pour l’Environnement. Il est Directeur du Groupe de Recherche sur la Santé, l’Environnement et les Communautés Autochtones, et Directeur du Centre Nasivvik pour la Santé des Inuits et les Environnements Changeants. Dr Furgal s’intéresse à la santé environnementale autochtone et à l’interaction entre la science et les connaissances autochtones, notamment dans l’Arctique canadien. Il travaille depuis 25 ans avec des communautés autochtones (communautés inuites en particulier) et des organisations sur des questions de santé environnementale y compris le changement climatique et la santé, la sécurité alimentaire, l’exposition aux contaminants et la perception des risques. Il est co-auteur ou auteur principal de plusieurs évaluations nationales et internationales en santé environnementale.

Michel Lucas est professeur agrégé au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université Laval, chercheur au CHU de Québec-Université Laval et chercheur invité à la Harvard T.H. Chan School of Public Health. Le domaine de recherche du Dr Lucas est la qualité alimentaire, plus spécifiquement les indices multidimensionnels de la qualité alimentaire. Ses activités de recherche en santé mondiale s’intéressent à l’effet global de l’alimentation dans la santé des populations à partir de données d’études populationnelles variées (enfants, adultes canadiens, Autochtones du Québec, Polynésiens, etc.). Comme chercheur principal désigné, il dirige le vaste projet d’intervention VisezEau® regroupant 14 chercheuses et chercheurs de différentes universités du Québec, de l’Ontario et des États-Unis. Dr Lucas a reçu plusieurs subventions, bourses et prix en reconnaissance de ses travaux. Membre de plusieurs comités éditoriaux et réviseur pour de prestigieuses revues scientifiques, il a réalisé plus de 300 publications et présentations.

Citation

Lara Gautier, Catherine M. Pirkle, Christopher Furgal et Michel Lucas. (2019). L’évaluation de la fidélité d’implantation. Un projet de distribution d’Omble chevalier aux femmes enceintes du Nunavik. In Évaluation des interventions de santé mondiale. Méthodes avancées. Sous la direction de Valéry Ridde et Christian Dagenais, pp. 383-401. Québec : Éditions science et bien commun et Marseille : IRD Éditions.

License

Symbole de License Creative Commons Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International

Évaluation des interventions de santé mondiale de Lara Gautier, Catherine M. Pirkle, Christopher Furgal et Michel Lucas est sous une licence License Creative Commons Attribution - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International, sauf indication contraire.

Partagez ce livre